Chasse à l'homme [Scénar' ouvert]

Aller en bas 
Radamanthe
Emir de Harondor - Prince d'Ithilien
Emir de Harondor - Prince d'Ithilien
avatar

Nombre de messages : 3567
Localisation : Minas Tirith

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme de Gondor
- -: 53 ans
- -:

Ven 11 Aoû 2017 - 17:25


Lorsque le Caporal Naesen entra dans la salle, il remarqua tout de suite que sa supérieure directe manquait à l’appel. Neige était reconnaissable en un instant à l’éclat de ses cheveux pâles, mais dans cette réunion, elle brillerait par son absence. Il n’y avait d’ailleurs que deux Capitaines du Service Secret de l’Arbre Blanc de présent. Il avait immédiatement reconnu les cheveux longs de Berton, qui  lui tournait le dos lorsqu’il était rentré mais qui avait fait volte-face à son arrivée, laissant à Naesen le soin de bien voir son visage. Il trouvait toujours que celui-ci avait une expression malsaine, presque perverse, avec un sourire en coin pas très rassurant.

Non loin se trouvait l’autre Capitaine présent. Valgren avait une petite moustache en brosse, blanche, témoignage de son âge avancé par rapport aux autres espions présents. Sa posture dégageait une expression de force et personne ne doutait qu’il fut encore capable de défier n’importe qui dans cette pièce. Non que qui que ce soit en envie. Ses petits yeux d’une pâleur de glace dégageaient une méchanceté sans commune mesure et Naesen savait très bien ce que Valgren était : une brute impitoyable. Décidément, les deux seuls Capitaines présents en ce jour faisaient fière allure…

Un rapide examen de la salle révéla à Naesen qu’en plus de ces deux-là, il y avait trois caporal, en se comptant lui-même, deux sergents et bien entendu le nouveau directeur du Service, Rhydon. Il remarqua également très vite que mis à part un des sergents et lui-même, tous les hommes présents avaient fait une carrière militaire avant de se lancer dans l’espionnage. Il était dont l’un des seuls à avoir toujours été un homme de l’ombre.


C’était loin d’être le cas de leur nouveau chef, qui, avait toujours été quelqu’un de visible. Rhydon les invita à s’asseoir, tandis que lui restait debout derrière le dossier de sa chaise. Il prit la parole immédiatement.

« Bien, je vais commencer par résumer les faits qui m’ont poussé à vous convoquer. Ce matin, un homme a tenté de s’introduire dans les appartements de l’Intendant. Il a échoué, mais a réussi à s’enfuir au nez et à la barbe de quatre agents et du double de gardes de la Citadelle. Ce n’était pas un inconnu, mais un vétéran du Service répondant au nom de Haimar. Il était en semi-retraite depuis un certain temps déjà, donc je doute que la plupart d’entre vous ne le connaissent bien, mais ceux de sa génération doivent s’en souvenir. »

Valgren hocha lentement la tête, les yeux fixés sur son chef. La première pensée qui traversa l’esprit de Naesen était que le Capitaine ne devait certainement pas aimer beaucoup cet intrus. Mais à bien y réfléchir, Valgren ne devait pas aimer beaucoup de monde.

« Haimar a choisi lui-même l’heure se retraite complète en disparaissant au Harondor. J’appelle cela une désertion. Il doit s’en rendre compte lui-même car il a fui lorsqu’il a été repéré. Je cesse donc définitivement de le considérer comme un des nôtres. Nous ne savons pas ce qu’il complote. Mais nous avons quelques idées… »

A ce moment, Rhydon sortit un parchemin, qu’il posa sur la table en invitant les espions présents à le faire circuler.

Spoiler:
 

« Cette lettre a été interceptée il y a deux mois à l’université de Minas Tirith. Il est évident que ce n’est qu’un fragment et qu’elle est rédigée de manière codée. Nous ne savons pas à qui elle était adressée mais l’écriture correspond à l’homme que nous recherchons.  Tant que nous ne savons pas ce qui se trame, mes ordres sont de le capturer vivant… pour le moment. Un agent est déjà mort en le poursuivant, je ne tolérerai pas davantage de pertes dans notre camp. »

Le directeur du Service se tut un moment pour laisser le temps à ses subalternes de saisir ce qui signifiait ces mots. Le message était clair. Tant que la menace était inconnue, les consignes étaient de capturer le renégat pour l’interroger. Mais s’il lui prenait à nouveau de tenter de résister, leur réaction était écrite : éliminer la menace.

« Autre chose… L’agent Vermote a outrepassé mes ordres lorsqu’il a tenté d’appréhender l’intrus seul. J’avais bien précisé qu’au vu des prouesses martiales du déserteur, il ne fallait pas le confronter seul. Nous aurions peut-être pu l’avoir s’il avait attendu… Vermote est jeune et prometteur, mais surtout influençable et tête-brulée. Il l’avait déjà montré par le passé, et encore à nouveau. Capitaine Berton, je compte sur vous pour que ça ne se reproduise plus… »

***

Non loin de là, dans un bâtiment au fond des Maisons de Guérison, un homme gisait dans son lit et tentait péniblement de trouver le sommeil. Il était dans une annexe de l’antre des guérisseurs de Minas Tirith que peu de citoyens pouvaient se targuer d’avoir vu. Cette salle, qui n’avait à l’évidence jamais été rénovée et n’était pas très grande, était réservée à ceux qui servaient le Gondor dans l’ombre.

L’agent Vermote avait toutes les peines du monde à trouver une position dans laquelle son corps ne le fasse pas souffrir. Il avait manifestement plusieurs côtes cassées, et son dos, qui avait été projeté contre un mur violemment lui faisait horriblement mal. Son nez était certainement cassé lui aussi, et une ecchymose formidable autour de l’œil gauche. Non vraiment, il n’aurait jamais dû sous-estimer l’intrus. Le vieillard l’avait terrassé en trois mouvements.

Et en plus de s’être fait humilier par un homme de trois fois son âge au moins, Vermote avait désobéi aux ordres de leur nouveau chef. Ce dernier les avait pourtant bien averti que l’intrus ne devait pas être sous-estimé mais comme souvent, le jeune homme n’en avait fait qu’à sa tête et était intervenu dès qu’il l’avait vu, persuadé de pouvoir facilement le maîtriser. Et quel résultat : il avait été battu à plate couture, l’intrus avait averti de l’arrivée des agents et avait pu s’enfuir par la fenêtre et un de ses collègues avait fait une chute fatale en tentant de le suivre. Berton, son supérieur direct, allait certainement lui passer une fameuse correction.

Mais à ce moment même, Vermote ne s’en souciait pas trop.  Il était jeune et avait la tête dure, si bien qu’après son affrontement express, il n’avait été qu’à moitié assommé. Il s’était bien gardé de bouger pour éviter de se faire achever, mais il avait entendu des bribes de conversation. Et nettement les dernières paroles de l’intrus : « Cartogan n’est pas celui qu’il dit être… »

C’était une information capitale qui mettrait ses échecs au second plan. Il imaginait déjà la tête que son maître allait faire en apprenant ça. La chasse à l’agent renégat prendrait une nouvelle tournure.

***



« Cartogan n’est pas celui qu’il dit être… »


Dans une demeure du quatrième cercle, Neige, Capitaine de l’Arbre Blanc demanda à sa sœur de répéter une nouvelle fois les paroles de l’étrange intrus qui l’avait bousculée alors qu’ils cherchaient tous les deux à rencontrer l’Intendant. Vedraï était venu aussitôt voir l’espionne plutôt que de se rendre chez Alcide. Elle avait bien compris que Neige ne semblait pas porter Cartogan dans son cœur, et particulièrement son ambition de contrôler toutes les branches armées du Royaume, y compris le service secret.

Si ce que le vieil homme avait dit était vrai, c’est que son intuition était la bonne. Si le général cachait quelque chose de louche, il fallait découvrir quoi à tout prix. Cela leur permettrait peut-être  de convaincre leur oncle l’Intendant qu’il ne fallait pas laisser tous les pouvoirs à Cartogan… Si ce n’était pas pire ! Le vieillard avait l’air paniqué. Pour s’enfuir ainsi, c’était peut-être quelque chose de très grave…

Mais l’homme allait bien sûr être traqué pour tout le Service de l’Arbre Blanc. Que se passerait-il s’ils le trouvaient avant elle ? Après tout, Rhydon était devenu le directeur du service entièrement grâce à l’appui du général… A quel point son nouveau chef était-il loyal envers le général ? Révélerait-il s’il obtenait des informations gravissimes sur celui-ci ? Ou bien le couvrirait-il ?
Neige ne pouvait pas prendre le risque. Elle devait absolument trouver l’intrus avant le reste du Service. Ce n’était plus une simple querelle à propos de la direction du Service. Il en allait potentiellement de l’intégrité du Royaume.  Mais comment faire ? Elle ne pouvait pas compter sur aucun de ses collègues, de peur de les compromettre… ou de se faire trahir. Sa sœur Vedraï avait un esprit d’aventurière, mais elle était sans défense et elle ne connaissait pas la Cité Blanche, où elle venait d’arriver seulement.

Si elle voulait réussir, elle allait devoir trouver de l’aide ailleurs.


HRP : J’ai mis du temps à suivre par rapport au dernier post, mais celui-ci ouvre officiellement ce scénario. Comme vous l’aurez compris, il s’agira d’une sorte de chasse à l’homme pour retrouver en premier ce mystérieux vétéran qui prétend détenir un terrible secret à propos du général Cartogan.
N’hésitez pas à me MP si vous êtes intéressés pour participer !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Canada continue sa chasse à l'homme
» ? évènement 015 ; Chasse à l'homme dans la forêt interdite
» Un chasseur sachant chasser... ne sort jamais sans son chien de chasse [libre]
» Chasse à l'homme [PV Dohko et Ceridwenn]
» La chasse à l'homme sur Saint Uréa !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Minas Tirith ! :: - Minas Tirith et Gondor - :: Minas Tirith - Le Haut de la Cité-
Sauter vers: