Zoom sur les Lossoths et la Baie de Forochel

Aller en bas 
Nathanael
Espion de l'Arbre Blanc
Espion de l'Arbre Blanc
Nathanael

Nombre de messages : 983
Age : 30
Localisation : Pelargir
Rôle : Espion

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 34 ans
- -:

Zoom sur les Lossoths et la Baie de Forochel Empty
Zoom sur les Lossoths et la Baie de Forochel EmptyMer 9 Déc 2015 - 13:27
Zoom sur les Lossoths et la Baie de Forochel Baie_d13


Le peuple des Lossoths

Les Lossoths ou Hommes des Neiges vivent au nord et sur le pourtour de la Baie de Forochel, dans les régions les plus septentrionales des Terres du Milieu. Aux temps anciens ils vivaient déjà dans cette partie du monde, descendants des Forodwaiths des déserts du Nord, peuple solide et résistant habitué aux conditions difficiles et aux froids extrêmes.

Leurs habitations, construites habilement, sont faites de neige et de glace et s’apparentent à des igloos pour la plupart. Peu d’ornements et d’apparats sont exposés sur ces constructions éphémères. Les vents violents et les tempêtes de neige n’autorisent pas le luxe et la fatuité de la décoration. A l’intérieur de ces abris, ce sont essentiellement des peaux et du cuir tanné qui isolent ces solides habitants des températures mortelles.

Zoom sur les Lossoths et la Baie de Forochel Habita10

Neige et glace permettent les déplacements sur des charriots à patins en hiver : transports marchands ou simples paquetages personnels et familiaux sont acheminés grâce à ces traîneaux. Robustes, les Lossoths se déplacent aussi à pieds. Pour faire face aux épaisses couches de neige contraignantes, ils ont confectionné de larges chausses ovales où s’entrecroisent des tendons d’animaux sur un arceau de bois plus ou moins souple. Quand le terrain le permet, ils usent de grands skis de bois. Sur la glace, ils associent à leurs bottes des os fixés sous la semelle pour glisser sur cette surface traîtresse.

Leur alimentation provient essentiellement du produit de la chasse et de la pêche. Rares sont les embarcations car le bois est rare. Les Lossoths pratiquent le plus souvent la pêche depuis le rivage. Ils chassent et élèvent divers animaux comme des élans ou des rennes et, lorsqu'il le faut, ils n'hésitent pas à tuer des ours ou des loups. Ces hommes doivent également veiller à ne pas manquer de bois car privés de feu ils ne pourraient se nourrir et survivre.  

Ils sont sédentaires lorsque la mer est poissonneuse ou qu'une forêt se trouve à proximité. Autrement ils vont d'un endroit giboyeux à un autre pour ne pas épuiser les maigres ressources du territoire ce qui explique la présence de Lossoths qui campaient près du rivage alors que le dernier Roi d'Arthedain s'était réfugié avec ses compagnons dans d'anciennes mines naines.

Zoom sur les Lossoths et la Baie de Forochel A_glim10

Les Lossoths forment un peuple rude et austère cependant ils savent faire preuve de générosité envers les nécessiteux. Durant le Troisième Âge les Lossoths vinrent en aide au roi Arvedui jusqu'à ce qu'il prenne la mer contre leurs recommandations. Ce dernier leur laissa l'anneau de Barahir en signe de remerciement avant que les avertissements du chef de ce peuple ne se vérifient : le navire menant Arvedui sombra dans une tempête.

Ils ont une très grande connaissance de leur terre et des saisons. Leur indépendance et leur mode de vie les font paraître comme des groupes marginaux aux frontières du royaume de l’Arnor. Notons tout de même que lors de la Bataille Finale une troupe de guerriers menés par un prince Lossoth participa du côté des Peuples libres. Les Hommes des Neiges arborent de grandes lances en os. Ils sont vêtus de fourrure et de peaux pour se protéger du froid.

Les Lossoths s’organisent en clans ou en petits groupes familiaux. La plupart d’entre eux occupent aujourd’hui la façade est de la baie. En hiver, les conditions difficiles et l’importante quantité de neige les poussent à quitter la baie. Ils se retrouvent alors au pied des Montagnes Bleues où ils occupent un grand camp hivernal où tous les clans se retrouvent. Ce grand rassemblement est une opportunité pour lier de nouvelles alliances, renforcer les liens commerciaux entre tribus et célébrer de nouvelles unions. Malgré leur apparence rustique et leur mode de vie primitif, l’organisation sociale de chaque clan est complexe et peut paraître obscure ou incompréhensible à des étrangers.
Zoom sur les Lossoths et la Baie de Forochel Paysag10
Revenir en haut Aller en bas
http://www.souffleur-de-reves.com/
Aelyn
Compagne du Vice-Roi du Rohan
Compagne du Vice-Roi du Rohan
Aelyn

Nombre de messages : 358
Age : 30
Localisation : En Rohan
Rôle : Fiancée du Vice-Roi du Riddermark - Guérisseuse

~ GRIMOIRE ~
- -: Humaine - Rohirrim
- -: 26 ans
- -:

Zoom sur les Lossoths et la Baie de Forochel Empty
Zoom sur les Lossoths et la Baie de Forochel EmptyDim 13 Déc 2015 - 19:04
- Le Clan Akiani (trad : de l'autre rive) :

Localisation sur la baie : Les Akiani vivent au sud du Cap de Forochel, à l’ouest de la Baie. Se rendre au Grand Rassemblement Lossoth leur demande plusieurs semaines de voyage et seule une petite partie du clan peut se permettre de s’y rendre. Les plus faibles tels les vieillards, jeunes enfants, femmes enceintes ne peuvent s’y rendre et restent sous la garde d’une poignée d’hommes volontaires qui protègeront les lieux en cas de problème. Le chaman reste également sur place pour gérer le clan.
Organisation sociale : Il s’agit d’un clan bicéphale, dirigé de concert par un chef et un chaman ayant le même pouvoir décisionnel et qui se consultent en conseil lors de chaque grande décision. Ils président tout deux lors des procès et des litiges afin de trouver les meilleurs compromis. Le chef n’a pas été désigné... ou plutôt a été auto-désigné en décidant de faire sécession avec un autre clan, emportant une vingtaine de personnes avec lui ainsi que l’aîné des chamans. Depuis le clan ne cesse de grandir.
Vie de la communauté : En totale rupture avec le Clan Attanank qui a vu naître la plupart d'entre eux, les Akiani estime que par ces latitudes, l’entraide est indispensable. Aucune attitude égoïste ou individualiste n'est tolérée. Les produits de la chasse et de la pêche sont répartis équitablement entre chaque famille. Le chasseur/pêcheur le plus méritant reçoit en plus un morceau de choix qu’il est libre d’offrir à qui bon lui semble ou garder pour les siens. Un tel cadeau est souvent destiné à un parent ou pour séduire une demoiselle.
Les hommes ont le devoir sacré de protéger leurs épouses et subvenir aux besoins de leurs familles. Une femme, lorsqu’elle se marie passe de la responsabilité de son père à celle de son époux et ne peut prendre de décision concernant sa famille qu’avec le consentement de celui-ci. Cependant leur époux n’aura aucune influence sur leur savoir professionnel et ne peut en aucun cas s’ingérer dans le travail qu’effectue celle-ci pour le clan, quel qu’il soit, de la couturière à la chamane en passant par la pêcheuse. Les vieillards et les handicapés sont la responsabilité de tout le clan et s’ils n’ont personne pour s’occuper d’eux, le chef désigne une famille pour les héberger tandis que tous se doivent de participer à leur bien-être. De même, pour les enfants, leur éducation revient à la communauté entière, chacun a le droit de rabrouer leurs bêtises et se doit de féliciter leurs réussites.
Durant la journée, tous ceux qui ne sont pas à l’extérieur se regroupent à la Maison Centrale, grande maison avec un grand foyer central, pour y effectuer leurs travaux (artisanat, cuisine, jeux, couture...). C’est également là que siège le chef et le chaman pour rendre leurs décisions et la justice, aux yeux et oreilles de tous. A la nuit tombée, tout le monde rentre chez soi. Traditionnellement les hommes rentrent en premier pour ranimer le foyer.
Moyen de subsistance principal : Ce sont des pêcheurs de côtes et des chasseurs de rives. Ils utilisent des filets et des canes à pêches en perçant, en hiver, des trous dans la glace et, en été, fabriquent des grands pièges à quelques mètres des côtes. La viande, quant à elle, est fournie par la chasse aux phoques, manchots et autres animaux terrestres très rependus sur les côtes. La pêche sert principalement de source de nourriture d’appoint tandis que la chasse nécessite des expéditions de plusieurs semaines qui apportent des vivres pour plusieurs mois à tout le clan.
Particularité culturelle : Les Akiani sont d’excellents éleveurs de chiens, dont ils vénèrent l’esprit. Ils tirent les traineaux, portent des sacs, aident à la chasse, tiennent compagnie et réchauffent les enfants, gardent les réserves contre les charognards et les hommes contre les prédateurs et sont encore de mille utilités. Les chiens sélectionnés et dressés par les Akiani ont excellente réputation auprès des autres clans et s’échangent à bon prix lors des Grands Rassemblements et des expéditions commerciales avec des clans voisins.
Habitations : Les Akiani étant majoritairement sédentaires, ils vivent dans de petites habitations familiales semi-enterrées, facile à chauffer, faites de pierres, d’os de gros mammifères marins et de peaux bien étanches. Une habitation plus grande, au centre du village, sert à la vie en communauté.
Chaque habitation du village est reliée par une corde à la Maison Centrale afin que chacun puisse aller et venir, même en cas de tempête de neige ou de brouillard épais.
Echanges et relation : Les Akiani sont relativement amicaux avec la plupart des clans. Ils font d'ailleurs figure de pacifistes de part leurs efforts pour éviter tout conflit. Bien que vivant en quasi autarcie, ils échangent de temps à autres des chiens contre des mets plus rares, des outils spécifiques ou des matériaux de fabrications avec des clans proches. Il n’y a que durant les Grands Rassemblements qu’ils font réellement du commerce.
Rivaux et alliés : Allié des Clans Arrluk, Ilivaa et Anarquit. Rival du Clan Attanank.
Personnalités importantes :

Zoom sur les Lossoths et la Baie de Forochel Sangil10
Sangilak, chef des Akiani
Ancien guerrier du Clan Attanank et célèbre chasseur de phoques, Sangilak est un véritable géant qui dépasse de plus d’une tête ses semblables. Il a quitté son clan d’origine après une violente dispute avec un groupe de guerriers, faisant suite à un grave incident ayant coûté la vie à trois femmes, dont son épouse, ainsi que d’un enfant (ceux-ci, malades incurables, avaient été emmenés de force hors des limites du campement, en pleine nuit et sans feu, pour y être abandonnés). Ce désaccord fut si important que le clan se scinda pratiquement en deux. Sangilak décida alors de quitter sa terre natale, avec le soutien du plus vieux des chamans du clan. Il emporta avec lui une partie du clan pour en former un autre, à plusieurs semaines de marche de là, loin de ses conflits d'opinion qui menaçaient l’équilibre du clan et, par là même, sa survie... et loin de cet esprit dans lequel il ne se reconnaissait plus. Resté totalement aveugle et sourd de la partie droite suite à une attaque de léopard des mers, Sangilak n’a rien perdu de sa force ni de sa détermination. Il est considéré comme un chef juste et fiable. Il observe attentivement les jeunes du village afin de désigner un successeur digne de prendre sa place le moment venu.

Zoom sur les Lossoths et la Baie de Forochel Amak10
Amak, chaman des Akiani
L’un des plus vieux chamans parmi les grands clans, c’est un homme sage et respecté. On le dit même descendant d’un chef légendaire chez les Lossoths, quant à savoir si c’est vrai, c’est une autre histoire... Si ses paroles et ses mouvements sont devenus lents avec l’âge, il a gardé l’esprit vif et affuté. C'est un puits de savoir. Son intelligence n’a d’égale que sa profonde affection pour chaque membre de sa communauté. Il a quitté son clan pour suivre Sangilak après avoir perdu sa fille unique dans l’incident qui fut l’élément déclencheur des premiers conflits. C’est en partie à cause de lui qu’autant de personne l’ont suivi. C’est généralement vers lui que se tournent enfants, adolescents et même adultes pour trouver des conseils éclairés et une oreille attentive loin de l’attention du reste du clan. Il a deux apprentis : sa propre petite-fille et un garçon très prometteur du Clan Arrluk.

Zoom sur les Lossoths et la Baie de Forochel Nukka10
Nukka, première apprentie chaman des Akiani
Nukka est la petite-fille d’Amak et sa première apprentie. A la mort de sa mère, alors qu’elle n’était encore qu’un bébé, elle fut élevée par son grand-père Amak et emmené avec lui dans l’exil des Akiani. Elle a fait preuve très tôt de grands talents chamaniques mais son impulsivité et ses manques flagrants de compétence sociale ne la rendent pas encore apte à succéder son grand-père. Elle a par ailleurs développé une rivalité presque malsaine avec le deuxième apprenti, particulièrement car elle refuse de se marier en dehors du clan et que cela empêchera à jamais celui-ci de prendre la place d’Amak le moment venu. Elle est cependant très écoutée dans le clan et son lien particulier avec le règne animal, notamment son talent pour le dressage des chiens, y est particulièrement apprécié. Pour peu qu’on arrive à s’arranger de son caractère taciturne, c’est une jeune femme charmante.


- Le Clan Arrluk (trad : des épaulards) :

Localisation sur la baie : Les Arrluk vivent à l’est de la Baie et, de là, peuvent accéder à l’ensemble des côtes de Forochel par l’eau.
Organisation sociale : Il s’agit d’un clan où le statut de chef est héréditaire et se passe au premier fils. Il a un pouvoir décisionnel fort au sein du clan et possède un droit de veto sur les décisions de ses sujets.
Vie de la communauté : Chaque chasseur pêche au deux tiers pour sa famille et à un tiers pour les nécessiteux, les veuves et orphelins ainsi que pour ceux qui ont fait une mauvaise pêche. Les grandes chasses aux gros mammifères marins organisées trois fois dans l’année sont par contre le produit de la collaboration de tous et seront partagées équitablement entre tous, une part par adulte dans le foyer, une demi-part par enfant et une part et demi pour ceux qui ont participé. Libre aux chasseurs de troquer entre eux certains morceaux ou de le céder à un autre.
Peu de changement par rapport aux Akiani si ce n’est que les Arrluk vivent bien moins en communauté. Les grandes réunions se déroulent dans la maison du chef mais il n’existe aucune habitation commune. Les femmes se déplacent généralement d’une cabane à l’autre pour faire leurs ouvrages ensemble autour d’une bonne boisson chaude. Les enfants sont la responsabilité de leurs parents seule et de nul autre.
Moyen de subsistance principal : Les Arrluk vivent exclusivement de la pêche.
Particularité culturelle : Les Arrluk vivent littéralement les deux pieds dans la Baie et utilisent l’eau, les kawaks et umiaks comme moyen de locomotion privilégié. Ils partent plusieurs fois par an dans de longues et éprouvantes expéditions de chasse aux grands mammifères marins. Cela nécessite parfois de rester plusieurs jours d’affilés entassés à dix dans de petites embarcations au milieu de la Baie à traquer leurs proies et à prendre de grands risques pour l’abattre et la ramener à terre. A partir de là, plusieurs semaines sont utiles pour s’occuper et traiter chaque morceaux du corps de l’animal et tout le clan est mis à contribution.
Autre point, ils vénèrent également, en plus des esprits habituels, des divinités de l'eau très semblables à la description d'Ulmo, Ossë et Uinen.
Habitations : Les Arrluk habitent dans de grandes cabanes sur piloris avancées sur la Baie. Les cabanes Arrluk sont constituées de bois flotté, d’os de cétacés et de peaux. Elles sont alignées côte à côte et il suffit d’enjamber un petit espace pour marcher d’une terrasse à l’autre. Seul un mur et la porte d’entrée donne sur la terre ferme. Le reste de l’habitation est posé sur l’eau et toutes possèdent un ponton à l’arrière qui permet de décharger facilement le produit de leurs pêches.
En été, les kawaks sont attachés dans l’eau à leurs pieds. En hiver, quand les rives sont gelées, ils sont posés sur les terrasses de leurs propriétaires. Les umiaks (embarcations semblables aux kawaks mais permettant d’embarquer une dizaine de personne, utilisées pour les grandes chasses ou le transport de marchandise) quant à eux, sont accrochés autour de la maison du chef. Ils ne sont détachés que pour les occasions précités seulement et virtuellement propriété du clan entier.
Echanges et relation : Si leurs pêches régulières leur permettent d’échanger quelques denrées alimentaires trop rares chez eux ou des outils, c’est surtout le commerce de graisse et d’os de gros mammifères marins qui permet au clan de prospérer. Les Arrluk sont méfiants avec les étrangers et ont toujours refusé de vendre leur surplus de graisse ou d’os aux marchands arnoriens, nains ou même d’encore plus loin. La majorité de ce qui n’est pas consommé ou stocké par le clan est échangé avec les Akiani (principalement les os qui servent à bâtir leurs logements) ou quelques clans proches. (Souvent le Clan des Anarquit leur achète les restes pour les revendre avec une marge très avantageuse aux étrangers).
D’autre part, il est souvent considéré avec mépris ou suffisance par les autres clans qui ont du mal à prendre au sérieux un clan dirigé par un gamin et dont le chaman est globalement considéré comme médiocre. Ce clan est donc souvent écrasé et arnaqué par les autres... cependant leur importance dans l’économie et la survie des Lossoths leur offrent malgré tout une certaine protection contre leurs détracteurs.
Malgré ça, ils font partie des cibles de choix pour les raids des Attanank, qui les dépouillent très régulièrement. Mais, ce n'est généralement que des pêches ordinaires qui leur sont dérobées et non les grandes chasses. D'une part car il est impossible pour les Attanank de savoir quand seront organisées ces chasses (cela leur nécessiterait des semaines de patience et d'espionnage). Ensuite parce que beaucoup d'autres clan dépendent, partiellement ou entièrement, de ces chasses pour leur survie, leur logements ou leur économie, et les Attanank, tout puissants qu'ils soient, ne peuvent se permettre de voir se liguer contre eux tous les autres clans.
Rivaux et alliés : Allié des Clans Akiani et Ilivaa. Victime du Clan Attanank.
Personnalités importantes :

Zoom sur les Lossoths et la Baie de Forochel Altan10
Altan, chef des Arrluk
Troisième et dernier fils du chef Naran, né d’un deuxième mariage, il prit le titre de chef il y a 2 ans, à la mort de son père et de son frère aîné lors d’une expédition de chasse à la baleine ayant mal tourné (Le deuxième fils avait été évincé de la succession car atteint de troubles mentaux sévères). Il n’avait alors que 15 ans. D’abord peu pris au sérieux à cause de son jeune âge et sa faible expérience, il acquit rapidement les ficelles de son nouveau rôle dans la communauté. Il dû se défendre contre de nombreux détracteurs mais, au fil des mois réussi à gagner le respect et l’amour des siens. C’est un jeune homme calme et patient qui ne se laisse guère impressionner par la suffisance de la plupart des autres chefs de clans à son égard. Il sait que les ressources de son peuple obligeront les autres chefs à avoir affaire à lui d’une façon ou d’une autre. Et il peut compter sur les siens, Tilik son chaman et le clan Akiani, allié de toujours des siens.

Zoom sur les Lossoths et la Baie de Forochel Tillik10
Tilik, chaman des Arrluk
Tilik est un excellent conseiller mais un horrible chaman. Il n’a pas d’apprentis contrairement à la tradition mais c’est mieux pour tout le monde. Bien qu’il soit sage et instruit, et descendant d’un grand chaman, Tilik n’a aucun talent pour le chamanisme, les tours et les esprits. Il est incapable d’invoquer correctement une bonne pêche et son savoir médical ne dépasse pas non plus le strict nécessaire, les vieilles mères du village font un meilleur travail que lui à ce sujet. Bref, il est mauvais dans son domaine. Mais lorsqu’Altan a dû reprendre le rôle de chef, il s’est révélé d’une aide précieuse et un allié inébranlable pour le tout jeune homme. Présent sans être envahissant, conseiller sans être régent, il a su trouver une place parfaite auprès du nouveau chef sans chercher à usurper son trône. Cependant, une légende court sur lui, prétendant que si son talent de chaman est si mauvais, c’est qu’il l’utilise tout entier pour protéger son clan des mauvais esprits et apaiser la colère des êtres de l’eau, car il est vrai que personne, chez les Arrluk, n’est tombé malade et très peu sont morts tragiquement depuis qu’il a prit la place de son défunt maître (à l’exception de l'expédition qui a coûté la vie au précédent chef). Cette seule rumeur lui permet de garder sa place dans le clan et un peu de crédit auprès de ses pairs.

Zoom sur les Lossoths et la Baie de Forochel Amarok10
Amarok, frère aîné du chef des Arrluk
Amarok est le deuxième fils du précédent chef des Arrluk, Naran, et demi-frère de l’actuel. Cependant, bien qu’il ait été premier dans la ligne de succession après la mort de son père et de son frère aîné sa maladie mentale lui a valu d’être totalement évincé de cette place qui lui revenait pourtant de droit. Instable émotionnellement, capable de passer de la joie euphorique à la colère dévastatrice en un clin d’œil, et incapable d’accomplir plus de deux tâches d’affilées sans perdre le contrôle de ses nerfs, il traine pour son jeune frère une balance entre amour profond et profonde rancœur. Ses troubles le handicapent trop pour qu’il puisse ne serait-ce que subvenir à ses besoins lui-même ainsi se voit-il obligé d’être à la charge de son frère et de se voir refuser la possibilité de participer aux grandes chasses (de peur que l’un de ses coups de colère ne cause la perte des hommes avec lesquels il a embarqué).


Dernière édition par Aelyn le Dim 12 Jan 2020 - 23:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ryad Assad
Espion de Rhûn - Vicieux à ses heures perdues
Espion de Rhûn - Vicieux à ses heures perdues
Ryad Assad

Nombre de messages : 2257
Age : 28
Localisation : Pelargir
Rôle : Humaniste

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 36 ans
- -:

Zoom sur les Lossoths et la Baie de Forochel Empty
Zoom sur les Lossoths et la Baie de Forochel EmptyMar 15 Déc 2015 - 20:52
Le Clan Attanank (« Ceux qui marchent derrière les Ours »)

Localisation sur la baie : Les Attanank vivent très loin au Nord des terres Lossoths, là où se trouvent encore les dernières grandes concentrations d'ours. Ils participent en général au Grand Rassemblement, même si cela leur impose un périple aussi éprouvant que dangereux. Des semaines de voyage sont nécessaires, en passant par les régions les plus hostiles de la baie de Forochel. Heureusement, les Attanank ont pour eux l'endurance et une ténacité à toute épreuve, qui leur permettent de parcourir de longues distances à pied. Ils se déplacent en général en faible nombre pour ce rassemblement, du fait de la difficulté du voyage, et ils préfèrent en général envoyer de jeunes guerriers en quête d'expérience, accompagnant quelques représentants plus âgés.

Organisation sociale : Les Attanank n'ont pas de chef à proprement parler. Chaque homme est libre, et ne rend de compte à personne. Il n'existe a priori aucune règle formelle, même si des interdits forgés par l'habitude existent. Ce qu'un homme veut faire, il le fait, dès lors qu'il en a le pouvoir. Il existe toutefois un représentant particulier et très important, le Fyrsti. Au cours d'un combat rituel très codifié qui a lieu annuellement, les hommes s'affrontent à mains nues dans une grande arène improvisée, au milieu des glaces. Le vainqueur de cet affrontement, le dernier homme debout, est désigné Fyrsti, et le demeurera jusqu'au prochain combat. Le Fyrsti ne jouit d'aucun pouvoir que l'on pourrait qualifier de politique. Sa seule prérogative est de représenter le clan tout entier lorsqu'il part en guerre. Pour éviter les saignées démographiques, les Attanank font combattre leur champion, dont dépend l'avenir du clan.

Les hommes ne sont pas appelés à la décision chez les Attanank, et toutes les concertations se font entre femmes, sans pour autant qu'on puisse considérer qu'elles détiennent le pouvoir. Celles-ci se réunissent en une grande assemblée, le Herrad. Cette assemblée se réunit à l'initiative de n'importe quelle femme nubile du clan, mais surtout en temps de guerre. Les femmes en question sont souvent issues d'autres clans, par alliance mais le plus souvent du fait d'enlèvements consécutifs à des raids. Plus rarement, des femmes non-Lossoths sont intégrées au clan, quand des étrangers viennent fouler les terres septentrionales. Ces femmes jouissent d'un statut à part entière, et sitôt qu'elles se soumettent au rituel du Herrad, elles jouissent des mêmes droits et devoirs que chacun.

Vie de la communauté : Les Attanank vivent par et pour la guerre. Farouches combattants, ils disposent d'un campement fixe qui leur sert de point de repère, mais les hommes adoptent une vie nomade, menant des incursions sur les territoire des autres clans, vivant sur leurs réserves et s'emparant parfois de leurs femmes. Les guerriers se déplacent en général seuls ou par deux, et sont réputés pour leur exceptionnelle endurance. Traqueurs infatigables, ils peuvent suivre n'importe quel gibier, qu'il s'agisse de rennes, d'hommes ou d'ours. Lorsqu'ils font une prise intéressante, ils reviennent jusqu'à leur campement central où sont rassemblées les femmes.

Celles-ci vivent globalement en autonomie, et s'arrangent pour que les familles soient équitablement pourvues en nourriture. Elles travaillent à l'amélioration constante des conditions de vie, à la réparation des tentes et des abris de glace, ou à la création d'armes. Leur savoir-faire en la matière est précieux pour les hommes, qui font souvent réparer leur lance quand celle-ci se brise. Ce sont les femmes qui gèrent l'entièreté des affaires du clan, et ce sont également elles qui définissent les zones de chasse, les zones de raid, et qui négocient les alliances et les paix fragiles avec les autres clans.

La faiblesse est condamnable chez les Attanank, qui considèrent que la dépendance vis-à-vis d'autrui est un crime. Les hommes doivent apprendre dès leur plus jeune âge à se débrouiller par leurs propres moyens, ce qui fait d'eux de redoutables combattants une fois l'âge adulte atteint. Il s'agit avant tout d'un moyen de survivre dans les conditions particulièrement difficiles dans lesquelles ils vivent. En effet, étant le clan le plus septentrional, leur vie est particulièrement dure, et nul ne peut se permettre le luxe de perdre de l'énergie à s'occuper de son voisin. Les hommes les plus âgés continuent de servir le clan selon le même mode, et il serait déshonorant pour eux de chercher à se reposer. Certains, sentant leur fin approcher, font leurs adieux à leur épouse et à leurs enfants, avant de partir en direction du Nord. Pour les Attanank, la mort de vieillesse n'existe pas, et on dit des anciens qu'ils partent « Traquer l'Ours ». Une quête dont ils ne reviennent jamais.

La chose que les Attanank craignent le plus est la maladie, celle qui affaiblit le corps et transforme le plus vaillant des guerriers en une proie. Pour cette raison les femmes sont avant tout d'excellentes guérisseuses. Le Herrad est plus qu'une assemblée décisionnelle, c'est surtout le lieu de discussion et d'instruction des jeunes filles qui sont formées à soigner le corps et l'esprit. Elles connaissent les mystères des humeurs et ont pour tâche de veiller à la bonne santé de chacun, et s'assurer qu'aucune épidémie ne se déclare.

Moyen de subsistance principal : Les Attanank ont pour moyen de subsistance principal la guerre. Ils lancent des attaques éclairs sur les groupes de chasseurs qu'ils rencontrent lors de leurs déplacements, et s'emparent de leur butin sans pitié. Un seul guerrier Attanank est un adversaire formidable, extrêmement entraîné, et particulièrement endurant. Il peut suivre ses proies pendant des jours, les harcelant et les attaquant de nuit pour les affaiblir, avant de leur porter le coup fatal. Il est encore plus terrifiant de se mettre le clan Attanank à dos, et de refuser d'affronter leur Fyrsti. Alors, le Herrad prononce l'état de guerre, et fait converger toutes les forces du clan sur son ennemi. Les cas sont rares, mais les expéditions militaires du clan laissent souvent des traces douloureuses dans la mémoire des autres Lossoths, qui ont appris qu'il valait mieux tolérer leurs petits raids plutôt que de les affronter lorsqu'ils arrivent en masse.

Outre la guerre, les Attanank pratiquent la chasse. Ils considèrent eux-mêmes que toute étendue glacée est leur territoire, et ils se soucient assez peu des conventions passées. Ils chassent sur les territoires des autres clans, et s'accaparent leurs proies sans vergogne. Heureusement, ils sont trop peu nombreux pour réellement bouleverser l'équilibre des autres clans, qui les laissent faire. Les chasseurs Attanank peuvent parcourir de longues distance dans la neige, dans les pires conditions, et ils osent s'aventurer là où beaucoup auraient abandonné la traque. Ils ne craignent ni les loups, ni les ours, et chassent ces prédateurs pour leur viande s'ils viennent à les trouver.

Particularité culturelle : Les Attanank ne disposent pas de réel chef, et leur structure sociale repose sur une égalité totale entre les membres. Ils ne vénèrent pas non plus de dieu particulier, et considèrent plutôt que leurs armes sont sacrées, qu'elles concentrent l'âme de leurs ennemis vaincus. Chaque homme en âge de procréer est un guerrier à part entière, et il reçoit la lance et le poignard, symboles de son statut. La lance est l'arme de la chasse, et la perdre signifie le déshonneur. Le poignard est quant à lui l'arme de la guerre, dont la seule vocation est de mettre à mort. Aucun guerrier Attanank ne se promène sans ces deux attributs.

Les femmes du clan jouissent d'une grande liberté, même s'il serait abusif de dire qu'elles dirigent le clan politiquement. Elles se contentent d'assurer les tâches de gestion courante, et servent d'intermédiaire entre les hommes qui ne vivent que pour la guerre, et les autres peuples Lossoth. Elles se reconnaissent car elles arborent des trophées offerts par leurs maris, souvent des fourrures et des bijoux. Plus une femme est élégante et richement habillée, plus elle est autonome et puissante. En effet, pour offrir autant de présents, un homme doit beaucoup chasser et donc être absent régulièrement. Du fait de la diversité des origines, les cercles de femme sont traditionnellement plus ouverts à la négociation et à l'échange que les hommes, entraînés dès leur plus jeune âge à vivre seuls et en autarcie.

Habitations : Le campement principal des Attanank est composé de tentes plus larges que hautes, circulaires le plus souvent, qui sont conçues pour communiquer entre elles par d'ingénieux systèmes de sas qui permettent de ne pas avoir à sortir pour rejoindre une autre habitation. Elles sont réparties en cercles concentriques de quatre puis huit puis seize habitations, avec au centre la grande tente de l'Herrad qui sert de pièce commune. Comme le camp est fixe, les Attanank ont aménagé les sous-sols en taillant de superbes grottes de glace, parfois très profondes, où ils entreposent leurs vivres et leur matériel. Il s'agit également d'un refuge quand les températures chutent en deçà du raisonnable pour ce peuple pourtant habitué aux conditions extrêmes du grand Nord.

A l'inverse, les hommes nomades sont passés maîtres dans la construction de petites habitations individuelles, rapides à bâtir, qui leur permettent de survivre aux nuits terribles de la baie de Forochel. Grâce à ces abris, ils peuvent non seulement parcourir de grandes distances en économisant leurs forces, mais également se terrer pour surprendre leurs ennemis lorsqu'ils partent à la guerre.

Echanges et relations : Les Attanank n'entretiennent que très peu de relations avec les autres clans. Ils échangent parfois les talents de leurs guérisseuses qui sont reconnus dans tout Forochel, mais cela reste très exceptionnel. Ils acceptent cependant, pour des raisons qui échappent encore à beaucoup, de soigner les membres des autres clans lors des Grands Rassemblements, en échange des simples qui leur manquent. Cet échange de bons procédés tend à apaiser les tensions après une année de raids et de violences.

Certains y voient une marque d'affection de la part de femmes enlevées vis-à-vis de leur ancienne famille, tandis que d'autres considèrent que cela tient uniquement à un calcul pragmatique qui veut que les Attanank ménagent leurs proies pour mieux les piller. Les Attanank eux-mêmes considèrent que c'est leur contribution au Grand Rassemblement, et la preuve qu'en dépit des guerres incessantes, ils appartiennent au peuple Lossoth. En revanche, ils refusent de partager les secrets de leur médecine, qui demeure très mystérieuse pour les autres clans.

Rivaux et alliés : Aucune alliance véritable, ils ont tout de même un certain respect pour les Anarquit (dont ils aiment capturer les femmes, du fait de leur fort caractère). Ils ont un mépris sans bornes pour les Arrluk, qu'ils considèrent comme des victimes toutes désignées. Depuis la sécession, les relations avec les Akiani sont particulièrement tendues, même si les Attanank les considèrent comme des adversaires indignes d'eux et qu'ils ne leur livrent pas une guerre ouverte.

Personnalités importantes : 


Zoom sur les Lossoths et la Baie de Forochel Svaarg10

Svaarg et Svandis

Svaarg est le Fyrsti du clan, et cela depuis maintenant douze ans, ce qui est un record absolu dans l'histoire. Aussi sombre que la nuit, cet homme peu loquace est probablement le guerrier le plus extraordinaire que les Attanank aient jamais connu. Beaucoup de légendes courent à son sujet, et on dit de lui qu'il aurait du sang d'ours dans les veines, tant il est furieux à la bataille et redoutable chasseur. Son épouse est décédée très tôt, et depuis il a reporté toute son attention sur sa fille unique Svandis, qu'il protège comme son plus précieux trésor. Du fait du rôle de son père, elle jouit d'un grand prestige, qu'elle doit également beaucoup à ses exceptionnelles connaissances médicinales. Elle a appris de sa mère, qui était originaire des lointaines terres du Sud, là où les Lossoths n'osent s'aventurer. Svandis et son père participent régulièrement aux Grands Rassemblements, où elle soigne les malades et négocie des accords. L'œil de son père n'est jamais loin d'elle, et la mort attend le premier qui la touchera.


Zoom sur les Lossoths et la Baie de Forochel Kristv10

Kristvina, la Princesse des Neiges

Kristvina est une femme très particulière chez les Attanank, puisqu'elle est vit comme un homme, et chasse en solitaire au milieu des plaines de glace. Elle a grandi chez les Akiani après leur sécession, mais elle ne se retrouvait guère dans le mode de vie pacifique de ce clan trop tempéré à son goût. Après s'être rebellée et avoir quitté les siens pour essayer de chasser les sudistes et les créatures monstrueuses qui osaient fouler les terres glacées, elle a rejoint les Attanank. Toujours armée de sa hache de bataille, Blodvatn, elle parcourt les terres glacées à la recherche de butin ou d'un ours à tuer. Le premier qu'elle a affronté lui a laissé une impressionnante cicatrice sur le mollet, ce qui n'a pas adouci son caractère inflexible. Impitoyable avec ses ennemis, à peine plus commode avec ses alliés, c'est une guerrière dans l'âme. On l'appelle la Princesse des Neiges, car elle revendique sans vergogne son droit à chasser partout où l'herbe cède la place aux glaces.


Membre des Orange Brothers aka The Bad Cop

"Il n'y a pas pire tyrannie que celle qui se cache sous l'étendard de la Justice"
Zoom sur les Lossoths et la Baie de Forochel Signry10
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Nathanael
Espion de l'Arbre Blanc
Espion de l'Arbre Blanc
Nathanael

Nombre de messages : 983
Age : 30
Localisation : Pelargir
Rôle : Espion

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 34 ans
- -:

Zoom sur les Lossoths et la Baie de Forochel Empty
Zoom sur les Lossoths et la Baie de Forochel EmptyMer 16 Déc 2015 - 7:12
Le clan des Ilivaa (ceux qui enterrent)

Localisation sur la baie : Ils vivent entre les terres froides et la région des grands lacs de Forochel, se déplaçant au gré de leurs besoins alimentaires au printemps et à l’automne. En été, quand la glace fond suffisamment pour permettre la cueillette et le ramassage de plantes médicinales, ils rejoignent un campement en dur dans la région des lacs.

Organisation sociale : Un seul homme dirige le clan. Il s’agit de Farod, vieil homme grisonnant dont le bras fut puissant au combat et dont l’esprit est suffisamment éclairé pour prendre les bonnes décisions. Le pouvoir est héréditaire, à condition que le nouveau chef supporte ses responsabilités sans faillir. Sans quoi, un autre homme du clan peut le pousser au duel et le destituer. Néanmoins peu d’hommes oseraient contester son autorité et prendre sa place car les charges qui incombent au patriarche sont lourdes. Le chef de clan choisit bien souvent un homme fort et apprécié du clan pour le seconder, surtout quand il n’est plus capable lui-même de partir chasser ou de combattre. Il n’y a pas de célébration officielle pour la désignation de ce second. On reconnaît simplement cet homme du fait que le chef de clan lui adresse plus souvent la parole et lui donne plus de responsabilités qu’aux autres.

Vie de la communauté : L’organisation du clan s’articule autour de la recherche de vivres. Un groupe d’hommes désignés comme « chasseurs » partent régulièrement sur les traces de rennes sauvages ou de plus petites proies (souvent des oiseaux) en fonction des saisons. Les femmes et les enfants, ainsi que les vieillards et les impotents, s’organisent entre eux pour se répartir la cueillette, la couture, la réparation des tentes ou des grands skis de bois, la pêche ou encore le tannage des peaux. Les enfants sont élevés par la communauté, circulant en petits groupes entre les huttes ou les tentes pour réclamer des histoires ou se faire embaucher pour donner un coup de main. Un enfant ne sera jamais orphelin. S’il vient à perdre sa famille, il sera systématiquement adopté par une autre qui le prendra à sa charge. Il en est de même pour les veufs et les veuves. Quand aux célibataires ils partagent une grande tente commune : une pour les hommes et une pour les femmes. Lorsqu’une union est célébrée, une nouvelle tente est construite.

Moyen de subsistance principal : Ils vivent essentiellement de la chasse et de la cueillette, et quand ils se rapprochent des grands lacs, d’un peu de pêche.

Particularité culturelle : Les Ilivaa sont les seuls à enterrer leur mort plutôt que de les rejeter à la mer ou de les abandonner en pleine nature. Lorsqu’une personne quitte les rives de la vie pour rejoindre les berges de Mandos, une journée de deuil est organisée dans le village où chacun vient voir le défunt et lui laisse un objet miniaturisé pour son voyage dans l’au-delà. Il est ensuite fermé dans un linceul qui est placé en terre. Lorsque le sol est gelé, les Ilivaa construisent un igloo à l’extérieur du camp où ils placent le mort jusqu’à la fonte des glaces.

Ils sont également les seuls à fabriquer des bijoux à partir de perles et d’os qu’ils travaillent avec finesse. Il peut s’agir de véritables bijoux d’apparat qui ont chacun leur signification (femme en deuil, célibataire, homme marié, chasseur, etc) mais également d’objets d’échange lorsqu’ils commercent avec un autre clan ou un peuple étranger.

En hiver, ils se déplacent sur de longues planches de bois affutées pour éviter de s’enfoncer dans la neige et parcourir ainsi de plus longues distances. Ces outils sont très précieux à leurs yeux car ils négocient au prix fort les planches de bois nécessaires à leur fabrication dans un pays où les plus hauts arbres sont des buissons rabougris battus par les vents.

Habitation : Huttes précaires et tentes faites pour lutter contre les températures hivernales sont leurs deux principaux modes d’habitation. Seul Faro, le chef, dispose d’un abri en dur au sommet d’une petite croupe qui lui permet de dominer le village. Cette habitation est bien plus grande que nécessaire pour un seul homme, mais elle permet ainsi d’accueillir une partie du clan en cas de grosses intempéries.

Echanges et relations : Le commerce fait peu partie de la vie de la communauté. Il est rare qu’ils croisent les autres clans, et quand cela arrive, ils échangent plus souvent des nouvelles que des objets. Ils ne disposent que du troc pour marchander avec d’autres peuples et se limitent essentiellement aux relations qu’ils entretiennent avec les nains et les quelques hommes qu’ils rencontrent au Grand Rassemblement en hiver.

Rivaux et alliés : Alliés des clans Arrluk et Akiani. Rivaux des clans Anarqui et …

Personnalités importantes :

Zoom sur les Lossoths et la Baie de Forochel Farod_10
Farod

Grand esprit éclairé et vétéran du groupe des chasseurs, il dirige avec finesse et douceur le clan des Ilivaa. Après la perte de sa femme, il prit soin d’élever son fils seul afin d’en faire son digne successeur. Il ne possède aucune affinité avec les grands esprits de ce monde, et ne peut dont à ce titre être appelé « chaman ». Néanmoins les membres de son clan sont toujours attentifs à ses conseils et ses réprimandes, confiants de la grand expérience que la vie lui a enseigné. Il est d’une nature profondément gentille et bonne, et il saura tendre la main envers des étrangers dans le besoin ou d’autres clans si nécessaire. Affirmation à tempérer depuis qu’une malédiction étrange affecte son peuple et que ses proches perdent la vue petit à petit.


Zoom sur les Lossoths et la Baie de Forochel Piotr_10
Piotr

Fils de Farod, il est tout désigné pour prendre la place de son père plus tard. C’est un jeune homme au franc parler mais ombrageux, discret et peu loquace. Il était un des meilleurs chasseurs de son clan jusqu’à ce qu’il soit affecté par la malédiction et qu’il perde la vue. Il est depuis enclin à une profonde rancœur. Il n’est pourtant pas homme à se laisser abattre, et malgré son handicap, il participe activement aux différentes activités. Il est ainsi auprès de son père le relais direct des inquiétudes des femmes et des questions des plus faibles. Il est particulièrement apprécié des enfants et de la gente féminine, forte heureuse de pouvoir compter sur un homme solide pour les aider dans leurs tâches diverses. Piotr accepte n’accepte toujours pas le mal qui l’affecte mais il semblerait qu’une once de sagesse commence à pénétrer son esprit.


Zoom sur les Lossoths et la Baie de Forochel Garroc10
Garrock

Il est aussi grand et fort qu’un ours des neiges. Il est le second de Farod et l’assiste au quotidien, notamment auprès des chasseurs qu’il mène d’une main de maître. Il est réputé pour être le plus solide gaillard du clan des Ilivaa mais également le plus timide. S’il n’hésite pas à remettre un homme à sa place en le rabrouant comme un jeune chiot, il restera pourtant muet devant le sourire d’une jeune femme. Il est membre de la Grande Tente des Célibataires depuis plusieurs années et ne semble pas encore décidé à prendre épouse. En revanche, il est aimé des enfants auprès auxquels il apprend l’art de la chasse et la pose de petits pièges autour du camp.



***********************************

Le clan des Anarquit (matriarcal)

Localisation sur la baie : Ils n’ont pas de site de campement particulier. Ils sont les plus nomades des Lossoths et parcourent la Baie de Forochel à la recherche des meilleures pâtures pour leurs troupeaux.

Organisation sociale : Les Anarquit fonctionne selon une organisation matriarcale. Le pouvoir s’hérite de mère en fille depuis des générations. La chef de clan s’appuie sur les prophéties débitées par leur chaman excentrique et son apprentie. La matriarche a l’entière responsabilité des grands mouvements de troupeaux, des lieux de campement, du tri et de la vente des bêtes, et c’est également elle qui accorde ou non sa bénédiction pour les unions entre deux Lossoths de son clan. Si une union n’est pas bénie de sa main, les deux amants ne mettront pas longtemps à se séparer, craignant trop l’opprobre ainsi que les prédictions de malheur du chaman.

Vie de la communauté : Toute l’organisation du clan se fait autour de l’élevage des rennes. Il s’agit de leur plus grande richesse et de leur plus grande source de nourriture. Ils montent et démontent leur camp au rythme des saisons pour faire pâturer leurs troupeaux. Les animaux sont utilisés pour leur lait, leur viande, mais également leur force de traction et leur capacité de portage. Certains d’entre eux sont attelés pour tirer de lourds charriots sur de longues distances. Ce clan est confronté à de régulières attaques de loups et les enfants sont souvent mis à contribution pour surveiller les troupeaux et prévenir les adultes de l’approche de meutes. Il n’est pas rare que les confrontations avec ce prédateur entraîne des pertes animales mais également humaines. Lorsqu’un loup est tué, sa peau est ensuite portée comme signe de victoire et de puissance.

La structure du clan est familiale : un couple et ses enfants par tente. L’on garde son habitation, dont on est responsable, jusqu’à la mort. C’est la mère qui organise la vie intérieure de la maisonnée, le père est quant à lui responsable des troupeaux. Les Anarquit découpent les oreilles de leurs animaux selon une forme spéciale pour identifier les bêtes. Il y a autant de formes de coupe que de familles. Les vieillards et les malades sont peu nombreux dans ce clan car leurs longues pérégrinations évincent les faibles et les trainards.

Moyen de subsistance principal : L’élevage et la cueillette.

Particularité culturelle : Le fait que les femmes détiennent le commandement et la responsabilité du clan choque beaucoup d’autres Lossoths et d’étrangers. Pourtant leur force de caractère et leur volonté sans faille en ont rapidement fait un des clans les plus respectés parmi les hommes du Nord.

L’élevage de renne en a fait de très bons tanneurs et couturiers. Ils sont à ce titre d’excellents artisans et fabriquent grand nombre d’habits chauds qu’ils décorent et peignent, pour eux, mais également pour le commerce avec d’autres clans. L’importante quantité de peau les a également entraînés sur le chemin des lettres et des formes, et ils sont les seuls à posséder un semblant d’écriture, retranscription phonétique adaptée de l’Arnorien.

Habitation : De grandes tentes faites de peau et de longues perches en bois.

Echanges et relations : Ils font commerce de chiens avec les Akiani, animaux dont ils se servent pour la défense des troupeaux et des tentes. En échange de quoi ils leur fournissent des peaux et de la viande, des tendons et des os pour diverses utilisations. Les Anarquit sont sans doute les plus commerçants de tous les Lossoths. Leurs nombreux déplacements les poussent à rencontrer beaucoup de clans voisins, mais également beaucoup de hameaux Arnoriens ou de camps de bûcherons au sud de la Baie de Forochel. Leurs rennes et leurs lourds charriots leur permettent de transporter nombre de marchandises. Un groupe d’hommes et de femmes, nommés les Nivertok (marchands) sont chargés régulièrement de faire des allers-retours vers les terres moins froides pour échanger et vendre leurs surplus de peau et de viande séchée. Ils sont à ce titre le clan le mieux équipé en armes et en matériau en métal dont ils revendent une quantité non négligeable au clan belliqueux.

Rivaux et alliés : Alliés du clan belliqueux et des Akiani. Rivaux des Ilivaa qu’ils considèrent comme faibles et dégénérés.

Personnalités importantes :


Zoom sur les Lossoths et la Baie de Forochel Chaman10
Le grand maître des esprits

Il n’a pas de nom, du moins, personne ne s’en souvient. Pas plus que son âge. Il a, de mémoire, toujours été le chaman de ce clan. Il est plus vieux que tous, et plus excentrique et dérangé aussi. S’il lui arrive au cours de crise mystique de professer de véritables prophéties, la plupart du charabia qu’il débite au quotidien n’a aucun sens. Les membres de son propre clan hésitent pourtant à le critiquer ou à le rejeter, ayant trop peur qu’une malédiction ne leur tombe dessus. C’est un grand adorateur des « quêtes initiatiques ». Il en fait plusieurs lui-même au cours de l’année, sous la surveillance vigilante de sa jeune recrue. L’homme a en effet du mal à retrouver le camp tout seul. Même parmi les chamans des autres clans il fait figure d’exception et n’est pas toujours compris.



Zoom sur les Lossoths et la Baie de Forochel Appren10
Kanda

Elle est la jeune apprentie du chaman. Même si celui-ci pense depuis le début qu’il s’agit de sa jeune épouse. Elle est mystérieuse et distante avec les autres membres du clan, ce qui ne cesse de causer des jalousies. Les chamans sont en effet entretenus par le reste du peuple, et, contrairement aux autres femmes, elle n’a aucune obligation ni responsabilité. Elle erre le plus souvent seule aux alentours du camp pour ramasser des plantes mystérieuses ou de grandes quantité de lichen qui servent lors des transes chamaniques. Sa beauté crée des conflits entre les hommes même si ceux-ci n’osent l’approcher, car, chez les Anarquit, les chamans ne sont pas destinés à trouver un époux ou une épouse. Elle va toujours, peu vêtue même par grand froid, avec une peau de loup sur les épaules, la gueule de l’animal recouvrant son crâne et ses cheveux. Il est dit que malgré sa jeunesse, elle est une guerrière redoutable contre cet animal tant craint, et, même qu’elle aurait la faculté de communiquer avec eux. Les éleveurs la redoutent car ils ont peur de la voir se venger en envoyant sur eux ses créatures maléfiques.


Zoom sur les Lossoths et la Baie de Forochel Matria10
Tallulah

Elle est l’actuelle chef de clan. Quoi que discrète et peu démonstrative, son intelligence froide et sa grande réflexion font d’elle une excellente éleveuse et guerrière parmi son peuple. Elle a bouleversé beaucoup des habitudes ancestrales de son clan en modifiant notamment les lieux de campement lors de leurs grands déplacements. Après de longs mois de désapprobation et de médisances, les éleveurs ne purent que constater avec étonnement qu’ils perdaient moins de faons et que les bêtes étaient moins souvent malades. Elle anticipe avec beaucoup de précaution chacun de leur déplacement et n’hésite pas, seule, à devancer leur caravane pour s’assurer qu’aucune danger ne viendra entraver leur route. C’est également elle qui a permis au vieux chaman excentrique de rester parmi eux au décès de sa mère, pressentant avec justesse que ce vieux fou pourrait leur être utile. [/justify]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.souffleur-de-reves.com/
Contenu sponsorisé




Zoom sur les Lossoths et la Baie de Forochel Empty
Zoom sur les Lossoths et la Baie de Forochel Empty
Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Minas Tirith ! :: - Communauté - :: Contexte :: Zooms-
Sauter vers: