Rébellion sur les rives du lac

Aller en bas 
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3167
Age : 26

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Mer 20 Mai 2009 - 8:49
Après avoir réglé quelques détails de dernière minute avec les Masques, Frehïn jeta un regard circulaire dans l'obscurité afin d'apercevoir les deux autres représentants de sa race, les trouva de ses yeux de lynx, et se hâta d'aller les rejoindre, conformément au plan.

Mais à l'instant où les différents groupes allaient se séparer à l'intérieur d'Esgaroth, une grande clameur s'éleva autour d'eux: ils entendirent des cris et des bruits de pas précipités, des cliquetis d'épées sorties des fourreaux et des arcs chanter. L'armée régulière du Comte n'avait pas été prise à l'improviste; ils avaient dû prévoir cette arrivée et préparer une embuscade.

"Ce sont bien eux, ce sont les Masques! entendait-on dans l'obscurité. Encerclez-les!"

Des dizaines d'hommes en armure furent rapidement visibles à la lueur de l'astre lunaire, sortant de derrière les maisons et les diverses constructions de bois. Ce fut bientôt fait, les Masques et leurs alliés étaient acculés contre la grande porte qui venait d'être refermée derrière eux, de l'extérieur. Leurs adversaires ne manquaient pas de ruse...

"Jetez vos armes à terre, beugla une voix, et placez vos mains derrière la tête! Il ne vous sera fait aucun mal si vous coopérez. Baradur et ses collaborateurs sont dans nos geôles, votre tentative de prise de pouvoir a échoué!"

Kivan rit intérieurement. Voilà que, dans leur arrogance, leurs adversaires lui fournissait la localisation des Gardes de la Flèche Noire... et ils espéraient de surcroît leur reddition! Quels idiots...

"Très bien, nous nous rendrons une fois que nous aurons gagné la bataille! railla Kivan. Masques, percez leurs lignes et courez vers l'auberge du Repos Éternel!"

C'était une diversion. Bien entendu, nul n'irait à l'auberge. Mais tous les
soldats du Comte savaient que dans les caves de l'établissement était caché le grand trésor d'Esgaroth. C'était un peu gros, mais cela pouvait marcher: il fallait à tout prix garantir un accès à peu près libre vers le château pour l'infiltration.

Les Masques ne se le firent pas redire à deux fois. Ils chargèrent le
cercle de leurs ennemis malgré leur infériorité numérique. Les estocades commencèrent, carreaux et flèches volèrent en tous sens. Même les deux jumeau Naugrim sortirent leurs haches pour se tailler un chemin en direction des habitations sur les berges du lac.

C'était une belle pagaille, un beau foutoir. Kivan rallia Sirion, Erco, puis Xzar et Montaron pour essayer de profiter de la mêlée et disparaître dans la nuit.




The Half Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erco Skaline
Ambassadeur du Rohan à Dale
Ambassadeur du Rohan à Dale
avatar

Nombre de messages : 1111
Age : 24
Rôle : Seigneur d'Esgaroth

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim, descendant d'Eaden
- -: 31 ans
- -:

Mer 20 Mai 2009 - 11:32
Lorsqu'une voix beugla qu'ils étaient entourés et qu'ils devaient déposer les armes, Erco lâcha un juron. Il avait donc été trahis, mais par qui? Baradur? Non, c'était lui d'après ce qu'il avait comprit le chef de ce projet. Un de ces fidèles? possible, enfaite tous pouvait être soupçonner d'une simple marchand au conspirateur. Décidément, la tuerie était à la mode ces temps.
Le chevalier rejoignit au plus vite Kivan, sachant que c'était avec lui qu'il allait devoir exécuter le Comte et tous ceux qui se mettront en travers de leur route.
Le chef des Masque ordonna à ses troupes d'aller directement à l'auberge du Repos Eternel. Ce nom ne lui était pas inconnu, mais qu'était-il vraiment? Il ne venait pas de ce coin, il n'avait même jamais mit les pieds dans cette région.

la bataille commença alors, les Masques chargèrent les troupes régulières sans plus attendre. Seul l'habitude des combats permis à Erco de comprendre que cette auberge étsait importante à Esgaroth et que les masques faisaient diversion en faisant croire qu'ils y allaient, ce qu'ils ne ferraient sans doute pas...

Le rohirrim chuchota à Kivan:

-On entre comment maintenant? Par le lac?

Le chevalier Skaline espérait de tout son être qu'ils ne devraient pas passer par le lac car il portait son armure qui ne lui paraissait plus lourde, mais il savait qu'elle l'était en vrais et que nager avec était peine perdue.
il aurait tellement voulu pouvoir consulter une carte de la ville et de ses alentours pour connaître un peu la région, au-cas ou la fuite soit nécessaire....
Ça avait commencer....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirion Ibn-Lahad
Pair du Royaume d'Arnor - Surnommé le Fantôme
Pair du Royaume d'Arnor - Surnommé le Fantôme
avatar

Nombre de messages : 1574
Age : 25
Localisation : Arnor

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme du Sud (Khand)
- -: 34 ans
- -:

Mer 20 Mai 2009 - 21:23
La Compagnie pénétra dans Esgaroth avec furtivité et discrétion mais apparemment cela n'avait pas suffit. A l'instant où tous étaient sur le point d'aller en direction de leurs différents objectifs, des hommes en armes les encerclèrent et refermèrent les portes de la ville derrière eux. Skaline laissa filer un juron mais Sirion resta silencieux devant ce rebondissement -comme à chaque fois- même si là, cette péripétie allait peut-être causer la fin de leur plan.

C'est alors que Kivan cria ses ordres et les Masques démarrèrent le combat et se frayèrent un chemin parmi les soldats du Tyran. Avant de courir pour accomplir sa mission et suivre le chevalier, Kivan et ses deux acolytes, Sirion fit un mouvement rapide, son manteau s'ouvrit, son bras droit se tendit et le soldat qui avait parlé à Kivan auparavant s'écroula... un carreau dans la gorge.

Désormais les cinq hommes allaient devoir se débrouiller tout seuls, les autres Masques étant aux prises avec les soldats et les Nains à leur mission. L'escouade se mit à courir à grands pas et se dirigeait à présent vers le Chateau du Comte, pendant leur course le Fantôme pensa à quelque chose, il en fit aussitôt part aux autres :

- Je pense qu'il nous faut délivrer Baradur et ses hommes, ils vont être d'une importance capitale. Kivan, penses-tu que Xzar et Montaron pouraient s'en charger ? Pendant ce temps, on rentrera dans le chateau du bougre...

Les conq hommes tournèrent sur leur droite et lorsque la vue fut à nouveau dégagée, Sirion reprit :

- Comment a-t-il su pour notre infiltration ? Quelqu'un a du nous donner contre un beau pactole ! Quoiqu'il en soit, il nous faut agir vite et ne pas mettre de gants à présent, on fonce !

Plus facile à dire qu'à faire mais désormais agir vite était nécessaire s'ils ne voulaient pas que tout rate...




« Œil pour œil, dent pour dent. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://laplumedunvoyageur.fr
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3167
Age : 26

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Jeu 21 Mai 2009 - 14:04
Les trois Nains réussirent tant bien que mal à sortir du cercle de leurs ennemis dans la fureur des combats. Leur petite taille avait compensé leur démarche gauche et lourde; ainsi ils avaient pu esquiver, contourner, éviter les soldats, et leur donner quelques coups de hache bien placés aux moments opportuns pour retrouver une liberté de mouvement à peu près normale. Trop occupés à combattre les Masques, les militaires d'Esgaroth ne s'étaient pas souciés de la disparition des petites personnes.

Les représentant du peuple de Khazad-dûm tâchèrent alors de trouver un
endroit convenable, parmi les habitations, où ils pourraient avoir une ligne de mire sur le château tout en pouvant alerter rapidement la population si le cor de Kivan retentissait. Ils se placèrent au croisement de ce qui ressemblait à des rues, et Frehïn parla:

- Si l'appel est lancé, nous devrons faire se soulever la population. Bèledin, vous irez par cette rue, Fréor, par celle-ci, et moi je prendrai ce chemin.

Il pointa alternativement son doigt ganté au Nord, puis à l'Est, puis au Sud pour indiquer les directions.

- Nous serons plus prompts et efficaces si nous nous séparons.

I
ls restèrent ainsi, l'oreille aux aguets, pendant de longues minutes. Mais nulle sonnerie de cor ne venait à eux. Pas encore en tout cas...




The Half Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bèledin
Garde de Khazad
Garde de Khazad
avatar

Nombre de messages : 63
Age : 22
Localisation : ~ Là où il n'y a pas d'elfe, mais où il y a du gobelin à tuer... ~
Rôle : ~ Garde du Khazad ~

~ GRIMOIRE ~
- -: ~ Nain, Boucles Noires ~
- -: ~ Au moins 150 étés sous les paupières... ~
- -:

Jeu 21 Mai 2009 - 14:59
J'essayais de me frayer un chemin, tout en restant caché. À la tête du petit groupe de nains que nous étions, je réussissais tant bien que mal à sortir du cercle qu'avaient formés les soldats du comte. Enfin, ce n'était plus trop un cercle à présent, mais en tout cas la violence qui régnait à l'intérieur était effrayante. Les masques se battaient sans pitié, et n'hésitait pas à trancher quelques têtes, s'il le fallait. J'avais plutôt pour habitude de voir (et biensure de boire) de la bière couler à flot, mais là, non. Et la bière n'était pas rousse, c'était bien du sang. Celui-ci coulait à même vitesse qu'un torrent, et noyait les cadavres sur allongés sur le sol...

Une fois assez loin du carnage, nous partîmes nous cacher derrière une bâtisse, où mon compagnon Fréhïn, nous donna des instructions. Nous devions rester très concentrés, et tendre l'oreille pour entendre le cor de Kivan s'il y avait le moindre problème. Seulement, au lieu du cor du chef de masques, nous entendions les cris de souffrance des soldats du comte, dû à la douleur d'un membre que l'on leur a ôté. Ou pouvait également entendre le bruit du sang qui jaillissait, ou bien des lames coupant des têtes qui roulaient sur le sol...

Mais passons. Ceci n'était qu'un détail, mais la rue que Fréhïn m'avait attribuée me terrifiait, à cause de la sombre clarté, et de la longueur infinie de celle-ci. Des gens, qui entendaient le boucan que les masques provoquaient, sortaient de chez eux, et essayaient de voir ce qu'il se passait. Malheureusement pour eux, la lumière de la pleine lune (et mes petits yeux) n'était assez intense pour y voir quelques choses.

Le combat avait l'air de bien se déroulait, j'aurais parié que les masques avait un certain avantage. Pas forcément très grand, mais quand même...

Une question me trottait dans la tête depuis déjà un moment (et dans celle de tous à mon avis), mais je n'osais pas déconcentrer mes coéquipiers. Mais je lança quand même :


- A votre avis, qui est-ce qui aurait pu nous cafter? Une saloperie de mouchard, avide d'argent à tous les coups. Rah, y'a vraiment que des cons sur cette terre ou quoi ? Aucun honneur, aucun respect, ils mériteraient la mort ces pourritures.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3167
Age : 26

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Jeu 21 Mai 2009 - 18:33
Il est vrai que Frehïn et Fréor avaient été pour le moins surpris lorsque les troupes régulières avaient encerclé leur groupe et refermé les portes derrière eux. Ils avaient été informés de la venue des Masques, cela était évident, mais la vrai question était de savoir par qui. Ce fut Frehïn qui le premier se risqua à quelques conjectures:

- Alors là, mon cher Bèledin, j'ai beaucoup d'idées mais je ne sais laquelle est la bonne, si toutefois elles ne sont pas toutes fausses. Soit ce Sirion a laisser échapper des informations, volontairement ou non, lors de sa première venue dans cette ville. Soit l'un des Masques a trahis les siens, on ne sait jamais avec ces mercenaires que seul l'argent et l'or intéressent. Je ne pourrai affirmer qu'aucun d'entre eux n'a quitté le groupe depuis notre départ, ils sont trop nombreux et se ressemblent tous avec leurs tatouages sur la figure... ils portent d'ailleurs bien leur nom. Ou peut-être est-ce ce chevalier errant que nous avons rencontré. Nous avait-il repéré, avait-il rallié Esgaroth pour signaler notre présence avant qu'il ne se présente à nous. Qui sait, rien n'est à rejeter...

Fréor hochait frénétiquement la tête à chaque phrase de son frère.

- Tu devrais devenir enquêteur professionnel, frérot! Imaginer tout ça, c'est vraiment impressionnant. J'opterais plutôt pour une trahison d'un des Masques, car j'ai assez confiance en Sirion, et ce Skaline ne me semble pas mauvais. Ou peut-être que les Elfes de Mirkwood ont alertés les autorités d'Esgaroth...Ou encore que toute cette affaire a été fomentée par l'Ordre de la Flèche Noire, qu'ils sont toujours à la solde du Comte et n'ont d'autres buts que d'en finir avec les Masques de la Pierrelune. Vous ne vous rappelez pas les paroles de Kivan? Il a dit que lui et Baradur entretenaient des rapports tendus dans le passé...

S
on jumeau rit...

- Je ne sais qui de nous deux a la plus grande imagination, en fin de compte. Qu'en pensez-vous, Bèledin? Pour quelle hypothèse penchez-vous?

A
utour d'eux, les volets s'ouvraient et les villageois sortaient des maisons, curieux. Les plus courageux s'avançaient même un peu dans les rues pour tenter de discerner la source du brouhaha.

M
ais toujours pas de cor.




The Half Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bèledin
Garde de Khazad
Garde de Khazad
avatar

Nombre de messages : 63
Age : 22
Localisation : ~ Là où il n'y a pas d'elfe, mais où il y a du gobelin à tuer... ~
Rôle : ~ Garde du Khazad ~

~ GRIMOIRE ~
- -: ~ Nain, Boucles Noires ~
- -: ~ Au moins 150 étés sous les paupières... ~
- -:

Jeu 21 Mai 2009 - 20:45
Soudain, lorsque j'entendis les paroles de Fréor, j'en étais sûr... J'avais fait une grosse bêtise en parlant de notre mission à Angrod !

- Mais oui c'est çà !! C'est cet enfoiré d'oreilles pointues qui nous a balancé ! Pff … Aucune dignité ces nigauds tireurs de flèches, et encore moins leurs seigneurs à la noix...

J'étais hors de moi... Je savais que j'aurais dû lui casser la figure à ce provocateur professionnel. Voilà pourquoi il nous avait laissé partir sans rien avoir eut à débourser. Enfin, çà ne m'étonnais pas pour autant, c'était un elfe après tout. Je ne pouvais pas lui en vouloir d'être, tout comme ses confrères, nul, idiot, avide de popularité, vaniteux, et attardé mental... Je ne pensais pas moins de lui... C'est la seule manière qu'il avait trouvé pour me, enfin nous, punir ? Lamentable... J'aurais fait dix fois pire à sa place... M'enfin, comme je le disais, c'est un elfe aussi, çà peut être compréhensible...

Mais maintenant il fallait trouver une solution pour empêcher que tout Esgaroth soit au courant de notre coup d'état... Enfin, si l'on peut appeler çà ainsi. Je cherchais dans ma petite tête presque vide, ce que nous pouvions faire pour réparer les dégâts... Non, vraiment, je ne voyais pas...

Enfin si, je voyais les gens qui sortaient de leurs demeures pour observer ce qu'il se passait, mais je ne trouvait rien qui aurait pu arranger la situation. Sur l'instant, à part l'agacement des grincements et cliquetis d'épées, tout mon corps était envahi par la colère. De telle sorte, que j'avais une envie surprenante de rejoindre les masques et de me défouler un peu en tranchant quelques bras et têtes.

Soudain je poussa un crie de haine, oui, de haine envers ce chef elfe qui ne méritait pas son poste, et couru rejoindre les masques hache levée. Je n'avais jamais couru aussi vite de ma vie... Malheureusement pour nous, enfin surtout pour moi, je nous avais fait repérer, mais je n'abandonnais pas, et vins faire goûter le tranchant de ma louloute au soldats du comte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3167
Age : 26

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Ven 22 Mai 2009 - 13:51
Les deux autres Naugrim écoutèrent l'avis de Bèledin tout en essayant de ne pas faire cas des regards fixés sur eux. Il était indéniable qu'ils ne passaient pas inaperçus: un seul Nain vivait à Esgaroth en temps normal, c'était le tenancier de la Cabane du Dragon, célèbre commerce sur les rives du lac. En dehors de cela, quelques petits barbus venaient de temps à autres d'Erebor, envoyés pour livrer quelque message au Comte lorsque les oiseaux venaient à manquer... Mais trois Nains dehors en pleine nuit, c'était du jamais vu.

- Les Elfes! s'exclama Frehïn. Je les avais complètement oubliés! C'est bien possible, car ils nous ont laissé partir un peu trop rapidement et bien trop facilement. Ce serait bien digne d'eux: ne pas se salir les mains et laisser les autres faire le bouleau. Mais nous ne pouvons en être sûr à cent pour cent. Si toutefois cette conjecture était véridique, j'espère seulement que ce petit tour du Seigneur Angrod n'est pas dû à votre comportement envers lui, Bèledin...

Frehïn regretta d'avoir prononcé ces dernières paroles, qui ne pouvaient que raviver le courroux du garde du Khazad. Pourtant, nulle réplique ne vint.

- Bèledin? Non d'un chien où est-ce qu'il est?

Les deux frères se retournèrent, et virent alors pourquoi personne ne répondait... Bèledin avait pris la poudre d'escampette.

- Bèledin! Bèledin revenez! Va le chercher et ramène-le là. Je reste ici au cas où le cor de Kivan se fasse entendre.

Fréor partit au pas de course vers la bataille, criant et soufflant. Lorsqu'il s'engouffra dans la mêlée, il manqua de glisser tant le sol était maculé de sang. Des corps gisaient inertes, mais le Nain ne pouvait voir s'il s'agissait principalement de Masques ou d'ennemis. Soudain, il vit un barbe grise s'agiter devant lui, et une hache s'élever dans les airs. Bèledin était aux prises avec un soldat de la garnison.

- Bèledin, que faites-vous? Revenez! Nous avons une mission à accomp...

Le pauvre Fréor dut couper sa phrase et jouer de sa propre hache pour ne pas rejoindre les corps morts à ses pieds.




The Half Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bèledin
Garde de Khazad
Garde de Khazad
avatar

Nombre de messages : 63
Age : 22
Localisation : ~ Là où il n'y a pas d'elfe, mais où il y a du gobelin à tuer... ~
Rôle : ~ Garde du Khazad ~

~ GRIMOIRE ~
- -: ~ Nain, Boucles Noires ~
- -: ~ Au moins 150 étés sous les paupières... ~
- -:

Ven 22 Mai 2009 - 14:55
Je ne m'avais jamais autant amusé qu'avant. Ma louloute était toute salie par le sang des soldats du comte. J'entendais une voix, très peu mais je l'entendais, qui m'appelait. Je me retournai, et vis le visage de Fréor, qui n'avait pas l'air enchanté de devoir se battre, pour pouvoir m'atteindre. Il me criait des phrases que je ne comprenais pas. C'est vrai, il faut dire que j'étais aussi tellement concentré sur le combat, que je n'entendais rien à part le bruit de ma hache tranchant les armures des miliciens. Rien qu'en me voyant combattre, on pouvait de suite voir que j'avais une assez bonne maitrise des armes de combats rapprochés.

Mon armure commençait à tirer vers le rouge, et mon front était à la fois imbibé de sueur, mais aussi du sang de mes adversaires, qui jaillissait sur ma figure. J'esquissais toujours un petit cri avant de les achever, pour une simple satisfaction personnelle. Entre les Yaaah, les Arrgghhh, et les Yaahhiiiaaaaa , Fréor n'arrivait pas à placer une phrase entre deux coups.

Soudain, je m'arrêta, le regarda, et essaya de comprendre ce qu'il voulait me dire. Malheureusement, à cet instant, un cavalier du comte me donna à coup d'épée dans la jambe, mon point faible...
Je lança un cri perçant et très strident, que j'en aurais même parié que Kivan et les autres l'auraient entendu. Ma jambe était très peu protégé, c'était donc là que je redoutais le plus que l'on me touche. Ma jambe saignait une à vitesse croissante, mais je ne baissais pas les bras, je me releva difficilement, pris ma hache à deux mains, puis trancha la gorge de l'homme qui m'avait blessé. Il tomba sur le sol, et agonisait. Je fis presque de même...

Je rampa, avec l'aide de Fréor, jusqu'au pieds de Fréhïn, et m'allongea sur l'herbe humide. Je respirais fort, et rapidement... Je fermais les yeux et me sentais mal. Ma jambe me faisait atrocement mal. Et biensure, c'est encore à moi que l'on devait cet exploit... Pfff je m'en voulais, et me traitais d'idiot dans ma tête... Depuis le début je ne faisais que leur compliquer la tâche... J'espèrais au moins ne pas mourir ici, se serait trop bête à ce stade de la mission...

Les frères me regardaient avec de la de peine et de l'inquiétude pour ma blessure, malgré ce que j'avais fait... Il étaient de vrais amis, je les aimais...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3167
Age : 26

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Ven 22 Mai 2009 - 18:49
- Ah Bèledin, Bèledin, qu'allons-nous faire maintenant? Vous saignez à gros bouillons et ce maudit cor risque de retentir d'un moment à l'autre!

Tout en parlant, Frehïn avait sorti un petit sac de toile souple, sa réserve personnelle de nourriture. Ce n'était pourtant pas pour casser la croûte, mais plutôt pour confectionner un bandage provisoire, en attendant de pouvoir en faire un meilleur. Il vida ses victuailles dans le sac de son frère - qui ne s'en plaint pas - et déchira la toile, qu'il enroula autour de la jambe de son compatriote.

L'étoffe prit un teinte rouge et fut bientôt imbibée de sang, mais petit à petit l'hémorragie se stoppa un peu.

- Vous vous en tirerez pour cette fois, mon ami, déclara Frehïn avec le sourire. Mais tâchez de ne plus faire de bêtises. C'était courageux, je ne le nie pas, mais nous servirons mieux si nous nous en tenons à la tâche dont nous a chargé Kivan.

L
a blessure de Bèledin n'allait toutefois pas rendre les choses plus faciles.

- Voyons si vous pouvez vous relever, proposa Fréor d'un ton amical.

Il passa son bras sous l'épaule du blessé et tira vers le haut pour aider son ami à se relever, s'il le pouvait. Visiblement, il avait du mal, son visage grimaçant montrant bien la douleur qu'il éprouvait.

- Si vous n'y arrivez pas, Fréor restera auprès de vous pour vous défendre si la situation devenait mauvaise, pendant que j'irai accomplir notre mission. Mais ce serait bien plus facile à trois que tout seul...

Sous le regard anxieux de Frehïn, son jumeau tentait tant bien que mal de relever Bèledin, mais ce n'était pas gagné.




The Half Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bèledin
Garde de Khazad
Garde de Khazad
avatar

Nombre de messages : 63
Age : 22
Localisation : ~ Là où il n'y a pas d'elfe, mais où il y a du gobelin à tuer... ~
Rôle : ~ Garde du Khazad ~

~ GRIMOIRE ~
- -: ~ Nain, Boucles Noires ~
- -: ~ Au moins 150 étés sous les paupières... ~
- -:

Sam 23 Mai 2009 - 12:13
Je ne pouvais cacher que j'avais terriblement mal à ma jambe droite, et encore plus quand j'essayais de me relever. Fréor, comme l'aurait fait tout bon nain, m'aidait à marcher. Au loin, dans une rue, je vis un tas de grosses branches d'arbres qui avaient étés surement coupées la veille. Je demanda à Fréor s'il pouvait m'accompagner jusque là bas. C'est assez loin, et si le cor retentissait, nous ne serions pas prêt pour prévenir la population d'Esgaroth.

Quoi qu'il en soit, avec la bonté qu'il possède, Fréor accepta. Il me disait de rester là, et lui irait chercher le bâton seul, en courant. Il se mit à partir pour une assez longue route...

Pendant ce temps, je regardais le combat, qui, j'avais l'impression, n'en finissait jamais... D'ailleurs, le jour commençait à ce lever, cela devait faire un peu plus d'un heure que nous étions là... Toujours pas de cor, ni de nouvelle de nos amis d'ailleurs. Je commençait à être inquiet, pour eux. Et pour la quête aussi biensure. Je m'interrogeais aussi sur l'identité du voleur de la hache que nous recherchions.

Le temps paraissait long, Fréor n'était toujours pas revenu, et Fréhïn fermait les yeux et tendait l'oreille pour entendre le moindre bourdonnement de cor.


- Fréhïn, mon ami, penses-tu que nous arriverons à finir notre quête ? La reddition du comte va-t-elle apporter ses fruits ? Et la hache que nous recherchons, va-t-elle nous apporter quelque chose que nous attendons ? Pensez-vous que ces choses là vont nous changer la vie ? Moi je pense que non. Cela peut, en effet aider et faire plaisir des gens, mais personnellement je ne crois pas que cette hache m'apportera grand choses... Même si faire du bien autour de moi ne me dérange pas. Quoi qu'il en soit, j'espère que toi et ton frère nous resterons toujours amis... Car je tient énormément à vous, vous m'avez soutenu et beaucoup aidé depuis le début...

En prononçant ces mots, je montrai une petite part de ma sensibilité intérieure. Fréhïn ouvra les yeux, et vu dans mon regard, quelques larmes de joie (et aussi de douleur).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3167
Age : 26

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Lun 25 Mai 2009 - 18:41
- Qui sait, répondit Frehïn, qui sait si tout ce que nous faisons portera ses fruits. Nous sommes obligés d'attendre ici sans rien faire pendant que nos compagnons se battent et jouent un rôle actif dans cette rébellion. Et toujours pas de sonnerie de cor...

C'est à ce moment précis que revint Fréor, essoufflé et en sueur. Il avait traversé tout Esgaroth pour couper, de sa hache, une branche de hêtre adaptée à la taille des Nains pour faire office de bâton, soutenir Bèledin, et soulager sa jambe blessée. Le jumeau était vraiment un brave Naugrim.

- Tenez, mon ami, je pouvais bien faire cela, de toute façon cela fait une demi-heure que nous attendons dans ce maudit endroit, à regarder la population autour de nous et à attendre une sonnerie de cor qui ne viendra jam...

Un bruit clair et sonore se fit soudain entendre en provenance des hauteurs du château du Comte. Un peu plus prêt d'eux, les Masques redoublèrent de violence dans leur combat pour se ruer le plus vite possible en direction de la forteresse. Kivan avait sans doute des ennuis.

Frehïn réagit au quart-de-tour:

- Voilà qui t'as fait mentir, frérot! Bon alors on s'en tient à ce que nous avons dit. Moi je pars par là, au Sud, Fréor par ici à l'Est, et vous Bèledin, au Nord, par cette rue-ci. Allons, il faut soulever la population!

Et il disparut dans la nuit, courant vers les habitations. Fréor, lui, fut moins prompt et plus attentionné que son frère:

- Arriverez-vous à marcher seul, Bèledin, ou bien préférez-vous alerter les habitants les plus proches et rester dans le coin pendant que j'irai au château?




The Half Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bèledin
Garde de Khazad
Garde de Khazad
avatar

Nombre de messages : 63
Age : 22
Localisation : ~ Là où il n'y a pas d'elfe, mais où il y a du gobelin à tuer... ~
Rôle : ~ Garde du Khazad ~

~ GRIMOIRE ~
- -: ~ Nain, Boucles Noires ~
- -: ~ Au moins 150 étés sous les paupières... ~
- -:

Mer 27 Mai 2009 - 14:45
J'étais assis confortablement sur l'herbe, malgré l'atroce douleur à ma jambe, lorsque Fréor me ramena un bâton sur lequel je pouvais m'appuyer.

- Tenez, mon ami, je pouvais bien faire cela, de toute façon cela fait une demi-heure que nous attendons dans ce maudit endroit, à regarder la population autour de nous et à attendre une sonnerie de cor qui ne viendra jam...

Le nain fut coupé par le son d'un cor. C'était surement celui de Kivan ! Lorsque le bruit retentit, les Masques s'empressèrent de tuer la totalité des soldats du comte, pour aller secourir Kivan et le reste de la compagnie. Ils étaient surement en danger, ou alors avaient besoin d'aide pour la suite de la reddition.

C'est alors que Frehïn prit les choses en main...

- Bon alors on s'en tient à ce que nous avons dit. Moi je pars par là, au Sud, Fréor par ici à l'Est, et vous Bèledin, au Nord, par cette rue-ci. Allons, il faut soulever la population!

Frehïn était déjà parti dans la rue dont il devait s'occuper, avant que je puisse lui dise que je ne pourrais pas faire toute une rue seul, avec mon bâton qui semblait fragile, et qui pouvait casser à n'importe quel moment. Heureusement que Fréor avait vu la tête que je faisais lorsqu'il m'avait assigné la rue :

- Arriverez-vous à marcher seul, Bèledin, ou bien préférez-vous alerter les habitants les plus proches et rester dans le coin pendant que j'irai au château?

- Eh bien, mon cher Fréor, je ne suis pas certain de pouvoir me déplacer comme je le voudrais avec ce bâton. Je vais faire de mon mieux... Lui répondais-je.

Je prit sur moi et fonça prévenir la population. Fréor ne comprenait pas ma réaction. J'étais très lunatique, je l'avoue... Je toquais à chaque porte que je trouvais, j'alertais toute la ville. Certains étaient hystériques, et partaient avec leurs marteaux, leurs faux, combattre le comte. Mais d'autres étaient effrayés par ma puanteur et ma vulgarité. Oui, on pouvait m'entendre du bout de la rue, balancer des insultes à tout va. Ma jambe me faisait vraiment mal, et ce bâton ne supportait pas trop mon poids (à vrai dire, personne ne supporterait mon poids !).

Soudain, je remarquais que j'étais allé plus loin que là où je le devais, et semblais m'être perdu. Roh! Il n'y avait que moi pour me mettre dans des situations comme celles-ci...

- Euuuuuh... Fréooooor ?! Freeeeehïn ??!! Où êtes-vous ? (ou devrais-je dire plutôt : où suis-je ? …)

La nuit assombrissait la clarté de la lune. La brume envahissait les petites ruelles où je me trouvais, et je perdis vite mon sens de l'orientation (qui n'était déjà pas fameux le jour, alors imaginez...). Je ne savais plus où j'allais, et par où j'étais passé...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3167
Age : 26

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Sam 30 Mai 2009 - 10:30
Malgré leur infériorité numérique initiale, les Masques avaient maintenant pris l'avantage sur les soldats inexpérimentés de l'armée régulière du Comte, d'autant plus que les mercenaires de la Pierrelune disposaient tout de même d'une certaine connaissance du terrain, étant originaires de la cité lacustre. Bientôt, les derniers survivants s'éparpillèrent, fuyant une mort qu'ils ne pouvaient éviter en combattant.

Bil le semi-Elfe et le grand Valygar, les plus fidèles hommes de main de Kivan restés à l'extérieur, menèrent alors les Masques en directions du château, traversèrent la cour où leurs pas bruyants provoquèrent le caquètement des poules réveillées au milieu de la nuit. Une petite dizaine de soldats fidèles au tyran était en train d'enfoncer la porte de la forteresse, maintenue fermée, tant bien que mal et fort courageusement, par Reor, Montaron, et Xzar. Ces derniers n'auraient pas tenu bien plus longtemps sans l'arrivée des renforts. Kivan, en intelligent capitaine et fin tacticien, avait sonné du cor à point nommé...

** * **
Frehïn prenait sa nouvelle tâche très à cœur. Parti vers la limite méridionale d'Esgaroth, il se démenait comme un lion, frappant aux portes, hélant les curieux, les haranguant à prendre les armes et à partir en groupe vers le château du Comte. Lorsqu'ils comprirent ce qui se passait, certains habitants semblèrent prendre conscience de la rareté du moment et de l'opportunité qui ne se présenterait pas deux fois: en finir avec le Maître tyrannique était souvent revenu dans leurs rêves les plus profonds.

Pourtant, les réactions des riverains étaient diverses... si certains courraient chercher une fourche, une faux, un marteau, un couteau, tentant d'organiser la révolte tant attendue, d'autres - les plus nombreux - restaient impassibles, ou rentraient vivement dans les maisons, verrouillant leur porte d'entrée à double tour de peur des représailles. Il est vrai que se lever contre les autorités en effrayait plus d'un. D'autre encore, bien qu'ils fussent rares, mettaient discrètement en garde leurs voisins contre cette rébellion, rappelant les lois de la ville et disant que seuls les plus fidèles aux dirigeants ne seraient pas châtiés.

Cet état d'esprit fut encore plus flagrant dans le quartier des quais, où était Frehïn. Là-bas, les gens vivaient mieux qu'ailleurs, profitant des recettes du commerce fluvial malgré les taxes et se contentant de l'essor que le Comte, il faut bien le dire, avait donné à ce secteur d'activité. Ici, on ne souhaitait guère le changement, ou du moins ne voulait-on pas l'admettre, surtout lorsqu'il était synonyme de risques. Les rebelles furent par conséquent bien rares sur les promontoires.

Mais tous les efforts des trois Nains n'étaient, finalement, guère utiles, car Kivan avait obtenu ce qu'il voulait: l'arrivée des Masques dans la cour du château, et l'assurance que lui et ses quelques compagnons ne serraient pas dérangés dans les étages du grand bâtiment.

T
out était à présent entre les mains des sept hommes montés dans les tours, tout dépendait de la durée de vie du tyran d'Esgaroth.




The Half Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Salut des rives de la Loire à Nantes
» Dragons saison 4 : Par delà les rives [Avec spoilers] (2016) DreamWorks
» Dragons saison 4 : Par delà les rives [Avec spoilers] (2016) DreamWorks
» la chapelle St Jean
» Des livres où on parle de "rébellion"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Minas Tirith ! :: - Les Terres du Milieu - :: Le Rhovanion :: Royaume de Dale :: Esgaroth-
Sauter vers: