Les réfugiés

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Gallen Mortensen
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
Gallen Mortensen

Nombre de messages : 1571
Age : 44
Localisation : Minas Thirith
Rôle : Vice Roi du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim
- -: 31 ans
- -:

Les réfugiés Empty
Les réfugiés EmptyLun 14 Nov 2011 - 17:37
Une longue file apparut à l'horizon.

Eozir le jeune garde qui scrutait l'horizon eut la surprise de voir arriver une file de personnes venant d'Edoras. Le jeune homme déglutit. Affolé il interpelle son comparse

"Va chercher Eogam, on a une problème"

Le garde se renfrogna

"Hé il doit dormir à cette heure je ne vais pas le réveiller , t'es malade"

Il n'insista pas devant le visage congestionné par la fureur et l'angoisse du jeune sous officier

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Cassandre était tout heureuse d'avoir sa propre chambre. Ereintée par le vernissage complet de l'armure de feu le capitaine Eopur, elle se glissa dans ses draps propres. C'était sans compter sur les ronflements monstrueux provenant de la chambre mitoyenne. Eogam était plus bruyant d"une eored chargeant en rase campagne.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le jeune soldat ouvrit à la volée la porte de la chambre du capitaine de la garde d'Eomer. A une vitesse hallucinante au reagard de sa grande carcasse, Eogam fut debut, harnaché dans son armure. Il frappa lourdement dans la porte de la chambre de son écuyer.

Allez debout fainéant, équipe toi


--------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Eozir prit sur lui de déclancher l'alarme. Ils étaient attaqués c'était certain. Eogam arriva suivi de son écuyer sur les remparts, il hurla comme un marin au milieu de la tempête

"Arrêtez ce tintamarre, par les valars. Vous affolez les gens pour rien"

Mais le mal était fait, des hurlements de panique s'élevait de la ville.

De son oeil avisé Eogam les tristes mines qui étaient maintenant aux portes de la ville.

L'ent blond hurla à plein poumons

"Déclinez votre identité. Les portes de la cité sont fermées jusqu'à nouvel ordre"

Des jérémiades montèrent alors dans le nuit déclinante

"Ouvrez nous , il vont nous tuer, à l'aide..."

Eogam ne comprenait rien. d'un ton autoritaire il imposa le silence. Il demanda

"Avez vous un chef ??"

Tous répondirent en coeur

"Oui le valeureux cavalier du rohan Learamn"

les yeux d'Eogam s'étrecirent. D'une voix posée il interpella

"Qu'il s'avance, je garantis sa sécurité, qu'il nous explique tout ceci"
Dans un murmure il demanda à Eozir

"Va me chercher Harding"
Le sous officier heureux de se débarasser des responsabilités courrait déjà vers la salle commune dans laquelle le courageux rohirrim se reposait

Puis il se tourna vers cassandre

"Va me chercher dame Farma, j'ai besoin d'elle sur le champ"


Puis d'un ton peu améne il hurla de nouveau

"Alors il se présente ce cavalier du Rohan"


Les réfugiés Gallen10
Revenir en haut Aller en bas
Learamn
Capitaine de la Garde du Roi du Rohan
Capitaine de la Garde du Roi du Rohan
Learamn

Nombre de messages : 703
Age : 21
Localisation : Albyor, Rhûn. ( et ça sent pas bon)
Rôle : Vagabond, Ex-Capitaine du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 25 ans
- -:

Les réfugiés Empty
Les réfugiés EmptyLun 14 Nov 2011 - 21:05
Ils étaient arrivés à Aldburg en fin d'après midi , à l'horizon le soleil commençait à céder sa place à la lune. Learamn était resté à la queue du convoi lorsqu'ils arrivèrent à la forteresse. Une tumulte s'élevait

"Mais que se passe -t-il?"

-Déclinez votre identité. Les portes de la cité sont fermées jusqu'à nouvel ordre

cria un soldat blond sur les remparts.

-Ouvrez nous , il vont nous tuer, à l'aide... répondirent les familles éprouvées.

-Avez vous un chef ?dit alors le soldat.

-Oui le valeureux cavalier du rohan Learamn


"Ils en font de trop . Valeureux...valeureux..."

-Qu'il s'avance, je garantis sa sécurité, qu'il nous explique tout ceci

Sur le coup Learamn hésita.
"Ma sécurité est garantie il manquait plus qu'elle ne le soit pas"
Il faut dire que le cavalier éprouvé s'attendait à un autre accueil et puis un chef aussi jeune, 22 ans , ça ne faisait pas sérieux..


-Alors il se présente ce cavalier du Rohan

Alors , pris par son courage , le jeune homme s'avança chevauchant son magnifique cheval blanc : Ouragan. Learamn était droit et fier sur son destrier.

-je suis Learamn cavalier du Rohan. J'ai conduit ce convoi de femmes et enfant éprouvés jusqu'ici et sachez que pour rien au monde je ne les laisserez sans logis et couvert.
Revenir en haut Aller en bas
Gallen Mortensen
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
Gallen Mortensen

Nombre de messages : 1571
Age : 44
Localisation : Minas Thirith
Rôle : Vice Roi du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim
- -: 31 ans
- -:

Les réfugiés Empty
Les réfugiés EmptyLun 14 Nov 2011 - 21:36
Les paroles du jeune rohirrim restèrent en suspend un long instant.tous les regards se portèrent vers Eogam.

D'une voix calme mais habituée à être obéie, Le capitaine de la garde d'Eomer répondit au jeune cavalier . Contrairement à son habitude, Eogam détachait chaque syllabe pour être compris et entendu.


"Je suis Eogam, capitaine de la garde d'Eomer, commandant en chef avec Dame Farma de la place forte d'Aldburg en l'absence du Troisième maréchal de la marche est Gallen Mortensen"

Eogam avala sa salive et poursuivit

"Certes tu sembles bien motivé cavalier du Rohan. Très bien toi seul rentre. Certains propos ne peuvent être écoutés de tous"

Eogam descendit d'un pas alerte les escaliers et arrive devant la porte principal. D'un signe impérieux, les portes sont entre baillées.

Eogam s'avance et directement s'avance vers Léaraman . Eogam le domine de quinze bons centimètres il est coiffé de son casque doré.Le jeune homme aperçoit juste une ombre, le visage du colosse est invisible. Impressionnant !!

D'une voix atone, l'ent blond explique

"D'où viens tu cavalier du Rohan ? Aldburg est sous alerte. Tu es un soldat tu sais donc ce que cela veut dire. Nul ne sort nul ne rentre.Convaincs moi de vous laisser pénétrer dans l'enceinte d'Aldburg."

Eogam reste silencieux, imperturbable, il a dit ce qu'il avait à dire. C'est maintenant à Léaramn de le convaincre. Il attend ......


Les réfugiés Gallen10
Revenir en haut Aller en bas
Môrhïn
Bohémienne
Môrhïn

Nombre de messages : 336
Localisation : Dans un coin de ces terres....
Rôle : Danseuse, arnaqueuse et voleuse

~ GRIMOIRE ~
- -: Humaine
- -: 25 années
- -:

Les réfugiés Empty
Les réfugiés EmptyMer 16 Nov 2011 - 16:04
Cassandre avait passé une détestable première partie de nuit. Outre la kyrielle d’ampoules constellant ses mains abimées par la remise en état de l’armure, les innombrables courbatures ankylosant des muscles dont elle n’avait jusque là aucunement conscience de leur présence dans ses membres, la fatigue de jouer un rôle et la dureté de ce lit pour son corps endolori, elle avait le douteux privilège d’assister à un concerto de ronflements issus de la chambrée adjacente. Il lui semblait tout bonnement inhumain d’être capable d’émettre un tel vacarme rien qu’en dormant. Le projectile d’un trébuchet aurait pu percuter les murs de la caserne qu’il n’en aurait pas couvert l’infernal boucan.

C’est l’oreiller en guise de bonnet de nuit, les yeux rougis par le manque de sommeil, la mine grise et une grimace au coin des lèvres, qu’Eogam aurait découvert son écuyer s’il s’était donné la peine d’entrer. Dans sa grande délicatesse, il se contenta de tambouriner violement la porte, si bien qu’elle tremblait sur ses gonds.


« Allez ! Debout Fainéant, équipes toi ! »

Cassandre sauta hors de son lit. En quelques secondes, elle avait enfilé sa tunique, son pourpoint réglementaire de cuir, son pantalon de toile. Elle ajusta le fourreau de son épée, glissa carquois, flèches et arc sur son épaule et sortit de la chambre en moins de temps qu’il ne faut pour le dire. Il était temps … Eogam déjà bardé de son armure rutilante – un astiquage en règle qui avait demandé à Cassandre pas loin de deux heures – ne l’attendit pas davantage.

D’un pas précipité, ils arrivèrent sur les fortifications, devant l’officier en charge, au beau milieu d’un capharnaüm. La voix du Capitaine surmontait avec peine le bordel ambiant, mais rapidement les choses rentrèrent dans un ordre relatif. De ce qui suivit, Cassandre n’en fut que l’insipide spectatrice jusqu’à ce qu’elle reçut l’ordre d’aller chercher la Dame des lieux.

Hop… demi-tour et au pas de course, elle s’engouffra dans les couloirs, dévalant les escaliers comme si un nazgul la pourchassait. Les appartements seigneuriaux apparurent rapidement devant son nez. Elle frappa à la porte une première fois, sachant par avance que les domestiques s’étant retirés pour le nuit, Dame Farma ne se réveillerait probablement pas à quelques coups discrets contre la porte de son boudoir. Elle frappa une seconde fois, plus énergiquement. Rien. Elle entreprit alors d’entrer dans l’antichambre de la Dame malgré l’interdiction de cette pièce, sans une invitation de la châtelaine. C’était après tout un cas de force majeure, doublé d’un ordre du Capitaine Eogam. Tout y était sombre et silencieux. Dans la pénombre légèrement éclairée par les lampes du couloir.


- Dame Farma … Dame Farma… réveillez vous ! C’est urgent ! – criait elle tout en frappant la porte de la chambre
Revenir en haut Aller en bas
Learamn
Capitaine de la Garde du Roi du Rohan
Capitaine de la Garde du Roi du Rohan
Learamn

Nombre de messages : 703
Age : 21
Localisation : Albyor, Rhûn. ( et ça sent pas bon)
Rôle : Vagabond, Ex-Capitaine du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 25 ans
- -:

Les réfugiés Empty
Les réfugiés EmptyDim 20 Nov 2011 - 14:21
D'une voix forte le soldat blond s’identifia comme étant Eogam commandant en chef en l'absence du maréchal Mortensen. Puis il lui ordonna de rentrer seul dans la forteresse.

"Que me veut-il?"

Learamn ,ne voulant aucune embrouille , obéit. Il se retrouva devant le massif soldat qui lui faisait facilement deux têtes.

"Quel colosse!"

D'une voix qui se voulait autoritaire le soldat demanda au jeune cavalier de où il venait et en précisant que Aldburg est sous haute sécurité .

"Comment lui expliquer?"

Learamn se racla la gorge et dit


-Il y a de cela quatre ou cinq jours j'ai été convoqué à la caserne d'Edoras , là nous reçûmes un ordre effroyable, toute personne , homme femme et enfant , qui étaient partisans de l'ancien Rohan ou qu'ils avaient eu des contacts avec ce dernier devaient être arrêtés. Ma troupe s'arrêta devant la maison de l'ex-sergent Eorir , alors que les gardes royaux inspectaient la maison je me suis révolté et essayé de faire enfuir Eorir et sa famille , puis ,moi aussi , j'ai fui et dans le Riddermark je suis tombé sur ce convoi .
Ces bons gens me supplièrent de prendre le commandement et de les emmener dans un endroit sûr , je ne pouvais qu'accepter et je les ai amenés ici.


Puis Learamn guetta la réaction d'Eogam

Revenir en haut Aller en bas
Gallen Mortensen
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
Gallen Mortensen

Nombre de messages : 1571
Age : 44
Localisation : Minas Thirith
Rôle : Vice Roi du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim
- -: 31 ans
- -:

Les réfugiés Empty
Les réfugiés EmptyDim 20 Nov 2011 - 19:44
Le capitaine de la garde d'Eomer restait de marbre devant l'exposé du cavalier du Rohan,mais autour d'eux des murmures s'élevèrent rapidement. D'un regard courroucé Eogam intima à ses hommes de se taire.

Learamn put juste remarquer un haussement de sourcil blond et une moue dubitative..

La voix tonitruante de l'Ent blond s'éleva de nouveau

"Ainsi tu annonces que le souverain du Rohan a proclamé l'emprisonnement de son peuple. Ces accusations sont graves Cavalier du Rohan."

Eogam resta un instant perplexe

"Bon, on fait rentrer le convoi. Learamn tu répéteras tout ce ci à Dame Farma, qui dirige la place forte d'Aldburg.Ces personnes resteront sous surveillance pendant votre plaidoyer"

Allez hurla Eogam devant l'inaction des soldats. Le convoi entra donc lentement. Les lourdes portes se refermèrent dans un bruit mât .

Puis le regard impressionnant d'Eogam tomba de nouveau sur le jeune rohirrim.

"Remets moi tes armes, soldat pour t'entretenir avec Dame Farma. Tu n'es pas prisonnier mais tu ne seras libre de tes mouvements que si Dame Farma l'ordonne !!"

Learamn sentit deux gardes se rapprocher de lui. La tension montait d'un cran.

------------------------------------------------------------------------------------------------

La porte s'ouvrit en coup de vent. L'écuyer découvrit un jeune homme en habit de page, les yeux embrumés par le sommeil.

Eothain car c'est de lui qu'il s'agit s'appuyait contre la porte.

"Mais vous êtes fou, vous allez réveillé Dame Farma"

Il fallait excuser le jeune homme il n'était pas dans son état normal. Effectivement quand on tambourine sur une porte c'est souvent pour réveiller quelqu'un.

Dame Farma arriva sur le pan de la porte. La guerisseuse fait partie de ses femmes qui parait toujours rayonnante. Elle était vêtue d'une robe blanche et avait sur ses épaules un châle gris foncé.

De sa voix douce mais maitrisée l'épouse du maréchal fixa de ses yeux émeraudes le jeune rohirrim

"Ne sois pas idiot Eothain, il doit y avoir urgence!!"

Puis devant le silence de Cassandre elle le tance gentiment

"Ne restez pas là à bailler aux corneilles. Expliquez nous et menez nous à Eogam, mon ami "






Les réfugiés Gallen10
Revenir en haut Aller en bas
Nathanael
Espion de l'Arbre Blanc
Espion de l'Arbre Blanc
Nathanael

Nombre de messages : 985
Age : 30
Localisation : Pelargir
Rôle : Espion

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 34 ans
- -:

Les réfugiés Empty
Les réfugiés EmptyLun 21 Nov 2011 - 10:12
Les réfugiés Hardingva

Un bruit sourd et saccadé agita son sommeil. Les pas précipités d’un garde l’obligèrent à se lever brusquement de sa paillasse. Il rejeta nonchalamment les couvertures chaudes et confortables et sentit le froid nocturne embrasser sa chair. Il ceignit son épée et son uniforme militaire aux couleurs traditionnelles du Rohan et suivit le messager haletant de sueur. Les explications avaient été brèves :

- Eogam te demande !

Le son d’un cor rebondit contre les hauts murs de la citadelle. Harding accéléra le pas pour gagner rapidement les remparts et les portes. Le soldat qui l’accompagnait lui expliqua qu’une longue file sombre de silhouettes inconnues avait gagné l’entrée de la ville. Ami ou ennemi, nul ne savait … Si les hommes d’Hogorwen étaient parvenus jusque là et si précipitamment Orwen ne devait plus être de ce monde. Il limita les élucubrations maladives de son imagination et poursuivit sa course parmi les dédales de couloirs et d’escaliers de la caserne. La cour principale fourmillait de jeunes guerriers excités et d’hommes plus mûrs au regard assombri mais déterminé. Les chevaux piétinaient dans les écuries. Pourtant nul ordre n’imposa de porter les armes ou de défendre la ville. Tous attendaient …

Harding rejoignit les remparts alors que le silence gagnait les troupes. Des cris et des gloussements de femmes affolées faisaient encore vibrer les ruelles mais le vent étouffait les murmures des curieux et les questions des idiots. Le géant blond était aux portes, les soldats aux aguets. Il reconnut immédiatement dans l’obscurité la voix de son supérieur hiérarchique mais la seconde lui était totalement inconnue. Voix jeune, déterminée. Il n’entendit cependant rien de la brève conversation qui venait d’avoir lieu. Harding descendit un haut et étroit escalier pour rejoindre Eogam. Il fit signe au soldat qui l’avait accompagné qu’il pouvait se retirer. Plusieurs personnes attendaient derrière la porte. Des chuchotements lui indiquèrent que femmes et enfants suppliaient pour obtenir l’asile. Des bouches à nourrir mais nuls bras pour soutenir la ville. Etaient-ce réellement des femmes d’ailleurs ? La voix juvénile n’était-elle pas la fine bouche derrière laquelle se dissimulait la gueule béante et prête à mordre de leurs ennemis ?

Il écouta l’échange bref qui s’ensuivit entre le capitaine de la ville et le jeune guerrier. Il fit quelques pas pour se manifester alors que les premiers charriots pénétraient dans la cité. Les propos du soldat l’inquiétèrent. Aliénor vivait-elle toujours en paix ? Si Hogorwen poussait à la délation le lien serait rapidement fait entre la petite cuisinière et le soldat banni. Il espéra sincèrement que la jeune fille avait quitté la ville pour retrouver sa famille dans les campagnes du Riddermark. Ses pensées s’assombrirent. Il jeta un regard noir sur le jeune soldat, porteur de mauvaises nouvelles. Il se tourna ensuite vers Eogam dans l’attente d’un ordre. Sa rancœur et sa haine envers le despote du Rohan croissait encore.


Revenir en haut Aller en bas
http://www.souffleur-de-reves.com/
Learamn
Capitaine de la Garde du Roi du Rohan
Capitaine de la Garde du Roi du Rohan
Learamn

Nombre de messages : 703
Age : 21
Localisation : Albyor, Rhûn. ( et ça sent pas bon)
Rôle : Vagabond, Ex-Capitaine du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 25 ans
- -:

Les réfugiés Empty
Les réfugiés EmptyMar 22 Nov 2011 - 19:14
Learamn remarqua le haussement de sourcil du colosse et les murmures qui s'élevaient.

La voix tonitruante de l'Ent blond s'éleva de nouveau


-Ainsi tu annonces que le souverain du Rohan a proclamé l'emprisonnement de son peuple. Ces accusations sont graves Cavalier du Rohan.


"Il ne me croit pas? Pourtant c'est la vérité."

"Bon, on fait rentrer le convoi. Learamn tu répéteras tout ce ci à Dame Farma, qui dirige la place forte d'Aldburg.Ces personnes resteront sous surveillance pendant votre plaidoyer"

"Dame Farma ? Une femme au commandes?"

Learamn fut rassuré de voir le convoi rentrer , le sourire des civils éplorés mêlés à leurs amères pleurs . Learamn ne put s’empêcher de sentir un grand sentiment de fierté.


-Remets moi tes armes, soldat pour t'entretenir avec Dame Farma. Tu n'es pas prisonnier mais tu ne seras libre de tes mouvements que si Dame Farma l'ordonne !

"Mes armes ? Et si c'était un piège ?"

Learamn resta là a réfléchir jusqu'au moment où il aperçut brièvement deux gardes s'approcher .

"Mieux vaut ne pas rire avec eux"


Learamn prit un choix risqué qui allait lui coûter sûrement la vie si il se ratait . Il donnerait ses armes à Eogam , mais par pure précaution il garderait sa dague bien cachée sous sa chemise , juse au cas où.

-Je suis d'accord , voici mes armes.

Il tendit son épée à Eogam et décrocha son arc et son carquois d'Ouragan et les lui donna également. Il avait bien gardé sa dague sous sa ceinture.

-Maintenant conduisez moi chez cette honorable dame!


Revenir en haut Aller en bas
Môrhïn
Bohémienne
Môrhïn

Nombre de messages : 336
Localisation : Dans un coin de ces terres....
Rôle : Danseuse, arnaqueuse et voleuse

~ GRIMOIRE ~
- -: Humaine
- -: 25 années
- -:

Les réfugiés Empty
Les réfugiés EmptyMer 23 Nov 2011 - 14:01
Cassandre ouvrit la bouche pour répliquer à Eothain, toute l’importance de ce réveil brusque et débiter promptement les ordres de son Capitaine, lorsque Dame Farma enroulée dans son châle anthracite apparut au seuil de la porte. Malgré la simplicité de ses atours, elle respirait d’une autorité palpable quoiqu’emplie de douceur. Une main de fer dans un gant de velours. Ainsi l’avait décrit son père, un soir au coin du feu lors d’une discussion avec ses frères. Force était de reconnaitre qu’il avait, une fois de plus raison. Enfin en apparence.

- Ma Dame, le Capitaine Eogam vous fait querir sur le champ. L’alarme d’Alburg a sonné et une troupe de réfugiés, hommes, femmes, enfants, se masse à nos portes. Il m’a chargé de vous conduire jusqu’à lui.dit-elle d’un trait sans reprendre son souffle.

Puis avisant que la noble dame la suivait, elle emprunta en sens inverse le chemin parcourut pour venir jusqu’aux appartements du couple seigneurial. Il fut bref car Cassandre comme Farma était impatiente de retrouver le colosse blond, et elles forcèrent le rythme pour perdre le moins de temps possible.

C’est donc rapidement et légèrement essoufflées, qu’elles arrivèrent à hauteur du jeune rohiriim et d’Eogam.


- Capitaine….apostropha Cassandre alors qu’il leur tournait le dos - … Dame Farma … est ici.

Laissant les maitres de la Cité décider du sort de la troupe et des manœuvres à venir, elle se déplaça à droite de son supérieur, légérement en retrait mais prête à obéir aux moindres de ses ordres ou de ses gestes. Mais pour l’heure, elle se tenait coite, tenant sa langue et son impatience, écoutant avec avidité les motifs de cet « invasion ».

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Gallen Mortensen
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
Gallen Mortensen

Nombre de messages : 1571
Age : 44
Localisation : Minas Thirith
Rôle : Vice Roi du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim
- -: 31 ans
- -:

Les réfugiés Empty
Les réfugiés EmptyMer 23 Nov 2011 - 19:03
Les réfugiés Farma210

La tension était palpable. Les gardes qui entouraient Learamn avait des mines renfrognées. l'arrivée d'Harding n'arrange rien.Le regard noir du jeune guerrier semble sonner le glas de la troupe.

Eogam fixe le jeune homme la machoire serrée...

"J'espère bien que tu es d'accord Cavalier du Rohan puisque c'est un Ordre. l'honorable Dame comme tu l'appelle commande cette place forte donc je te conseille le respect"

Puis se tournant vers Harding

"Harding, tu as en charge la surveillance de Léaramn. Au moindre geste suspect..."

Le colosse blond ne finit pas sa phrase,le ton utilisé était assez explicite

Dame Farma arriva enfin, légèrement éssoufflée accompagnée par l'écuyer du capitaine Eogam.Bien que rendant trois bonnes têtes à l'ent Blond, Chacun pouvait conatater que les rennes du pouvoir était tenu par l'épouse du maréchal.

Elle effectua à son habitude un signe de tête respectueux vers chaque personne présente. puis ses yeux emeraude tombèrent sur le jeune homme....

"Alors ,j'ai été informée de l'infamie du roi Hogorwen, c'est donc vous qui avait amené ces personnes ici ??"

Mais avant que Learamn ne puisse répondre, Eoric le jeune homme qui avit accompagné Learamn, arriva echevelé, apeuré. Sans avoiir conscience des risques qu'il prenait, il interpella le jeune rohirrim.

Learamn, Learamn, hurla t'il...


Les Gardes se tendirent devant ces cris d'alerte. Il dégainèrent leurs épées.

D'un ton implacable, Farma leur ordonna de rengainer.

Le jeune homme essoufflé s'adressa directement à son chef sans se préoccuper des autres

"Nous étions 25 en quittant Edoras, j'en suis sûr.Je viens de recompter nous sommes 26 c'est impossible !!Je ne connais pas les personnes , je ne comprends pas"

Immédiatement Eogam rougit de fureur. Eoric sembal s'enfoncer dans la terre, apeuré .Le capitaine hurla

"Quoi, vous avez amené un espion ici bande d'idiots"

Déjà sa hache s'éleva

il beugla

"Harding !!"

Mais Dame Farma d'un ton calme et maitrisée intervent

"Stop, Capitaine, ne réagissons pas trop vite."

Elle prit son menton dans la main gauche, elle refléchissait à haute voix

Puis elle fixa de nouveau de ses prunelles claires Learamn

"Quelles sont vos explications Cavalier ??"

Puis sans hésiter elle poursuit

"Voilà ce que l'on va faire. Nous savons qu'il y a un espion, donc nous avons un avantage. Nous allons le démasquer et l'interroger"


Se rapprochant d'Eogam, levant son menton pour le fixer les yeux dans les yeux

"Forme une équipe pour cette mission"


Eogam s'était calmé, mais ses yeux lançaient encore des éclairs

[b]"Et bien le jeune Léaramn doit se faire pardonner donc il va chercher et trouver cet espion, Harding sera son ombre, il sera garant du bon déroulé de la mission"[/b]

Eogam eut un sourire malasain. Puis son regard tomba sur Cassandre

"Et Cassandre mon ecuyer complétera l'équipe , elle connait bien les lieux"

Farma conclut

"Excellent choix. Vous ne répondrez qu'au capitaine et moi même. mais avant de partir en mission, jeune Homme vos explications??"

De nouveau les yeux scrutateurs de Faram fixaient le pauvre Léaramn

HRP: Voilà j'ai bien extrapolé. je vous laisse répondre dans vos posts aux différents événements. dans un soucis de cohérence l'ordre des posts sera Léaramn, Nath et Mô. Tao tu interviens quand tu veux.... Au Plaisir Gallen HRP

Hrp: il ya référence à une série bien connue qui trouvera ??





Les réfugiés Gallen10
Revenir en haut Aller en bas
Learamn
Capitaine de la Garde du Roi du Rohan
Capitaine de la Garde du Roi du Rohan
Learamn

Nombre de messages : 703
Age : 21
Localisation : Albyor, Rhûn. ( et ça sent pas bon)
Rôle : Vagabond, Ex-Capitaine du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 25 ans
- -:

Les réfugiés Empty
Les réfugiés EmptyMer 23 Nov 2011 - 20:36
La tension était élevée dans la place forte

Eogam ordonna à un dénommé Harding de le surveiller Puis , tout à coup , comem pour sauver la situation deux femmes arrivèrent in peu essoufflées l'une des deux devaient être Dame Farma , ce fut finalement une belle femme blonde aux yeux verts qui parla

"Alors ,j'ai été informée de l'infamie du roi Hogorwen, c'est donc vous qui avait amené ces personnes ici ??"


Learamn n'eut pas le temps d'approuver que la voix d'Eoric retentit

Learamn, Learamn...

Learamn se retourna .

"Que se passe-t-il?"


-Nous étions 25 en quittant Edoras, j'en suis sûr.Je viens de recompter nous sommes 26 c'est impossible !!Je ne connais pas les personnes , je ne comprends pas"

"Quoi??? Ce n'est pas normal"

De suite Eogam les accusa d'avoir amené un espion ici et leva sa hache , Farma le rappela à l'ordre

"Un espion mais il n'y a que des femmes et des enfants"


"Quelles sont vos explications Cavalier ?? fit Farma


Puis sans hésiter elle poursuit

"Voilà ce que l'on va faire. Nous savons qu'il y a un espion, donc nous avons un avantage. Nous allons le démasquer et l'interroger"

Elle se rapprocha d'Eogam

"Forme une équipe pour cette mission"

Eogam s'était calmé, mais ses yeux lançaient encore des éclairs

"Et bien le jeune Léaramn doit se faire pardonner donc il va chercher et trouver cet espion, Harding sera son ombre, il sera garant du bon déroulé de la mission"

Eogam eut un sourire malasain et dit

"Et Cassandre mon ecuyer complétera l'équipe , elle connait bien les lieux"




"Excellent choix. Vous ne répondrez qu'au capitaine et moi même. mais avant de partir en mission, jeune Homme vos explications??"

Learamn détourna son regard de Cassandre et fit taire ses doux sentiments

"Des explications? Je n'en ai pas"


-Je ne sais pas , je vous assure qu'il n 'y a que des femmes et des enfants dans le convoi Je n'y suis pour rien

Si il y avait un espion il fallait le trouver


Dernière édition par Learamn le Jeu 24 Nov 2011 - 17:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Nathanael
Espion de l'Arbre Blanc
Espion de l'Arbre Blanc
Nathanael

Nombre de messages : 985
Age : 30
Localisation : Pelargir
Rôle : Espion

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 34 ans
- -:

Les réfugiés Empty
Les réfugiés EmptyMer 23 Nov 2011 - 22:56
HRP : il me semblait que Cassandre se faisait passer pour un écuyer et non une écuyère – n’est-on pas censé penser qu’il s’agit d’un jeune homme et non d’une femme ?



Les réfugiés Hardingva

Des reniflements sporadiques accompagnaient les plaintes de quelques vieilles femmes et d’enfants en bas âge. Un petit pleurait, toussant et crachant à chaque fois qu’il reprenait sa respiration. D’autres mioches roulaient des yeux ébahis devant les grandes murailles comme s’ils découvraient là un trésor perdu. Tous avaient l’air hagard et las. Ils se serraient les uns contre les autres ou s’agrippaient aux robes et aux frusques des adultes qui les accompagnaient. L’avenir du Rohan reposait sur leurs épaules … si fragiles. Les femmes quant à elles s’avançaient doucement parmi les soldats. Toutes avaient les épaules voutées et les traits tirés par la crainte et la fatigue. Nulle fierté ne brillait plus dans leur regard.

Harding détourna les yeux de ce triste tableau pour examiner avec plus d’attention le jeune soldat. Preux. Mais naïf. S’était-il assuré que les nouveaux venus ne trainaient pas avec eux une maladie quelconque qui risquerait de les exterminer de l’intérieur ? La guerre opposait parfois aux troupes des ennemis sans visage que les armes ne pouvaient repousser. La peste ferait sans doute plus de ravage parmi les combattants que n’importe quel siège.

Il salua poliment Dame Farma à son arrivée. Mais sa présence ne le soulagea pas. Il ne doutait pas de ses capacités à gérer cet inconvénient nocturne mais la situation n’était pas commune. Il aurait volontiers laissé femmes et enfants devant les portes jusqu’au petit jour pour examiner les charriots. La guerre ne tolère pas la pitié. Il tendit une oreille distraite aux propos échangés. Rien de substantiel, jusqu’à ce qu’un nouveau protagoniste mette tous ses sens en alerte. Il sortit sa hache de guerre avant même qu’Eogam ne hurle son nom. Il tenait fermement le manche de son arme, les doigts crispés et les muscles tendus, prêt à en découdre. Il était d’avis que chercher une aiguille dans une botte de foin était une perte de temps inutile. Mieux valait brûler la botte. Mais l’idée de bafouer l’honneur de femmes rohirrimes et d’outrager la candeur de jeunes innocents lui semblait intolérable. Les enfants avaient crié d’une même voix lorsqu’il avait sorti son arme. Les soldats de la ville avaient resserré le cercle qu’ils formaient autour des réfugiés, si bien qu’aucun d’entre eux ne pouvait se mouvoir sans être vu. Aucune fuite ne semblait possible.

Il se rapprocha de Learaman tandis que la femme du Champion du Rohan donnait ses ordres. Trop naïf … Et par sa faute quelque intrus avait outrepassé la vigilance des gardes. Il murmura entre ses dents.

- Je ne saurai être l’ombre d’un traître. Eogam et Dame Farma te font certes confiance mais je ne suis pas aussi dupe.

Il se garda d’exiger une fouille au corps du jeune rohirrim. Il saurait lui casser les côtes avant qu’il n’ait osé bouger le petit doigt de façon inconvenante. Il s’en ferait même un plaisir. Mais tuer Learamn n’aiderait pas à trouver le traître. Tous venaient d’Edoras. De la cité d’or à Aldburg il fallait plusieurs jours de marche. Il y avait plusieurs charriots. Quelques femmes et quelques enfants sur chacun d’eux. Vingt-cinq personnes, un chiffre trop faible selon lui pour qu’un nouveau venu se dissimule dans ce petit groupe, du moins sans aide. Les hommes étaient encore moins nombreux, deux ou trois, et pas un de nouveau semblait-il. L’espion était une espionne. Les charriots seraient fouillés, renversés s’il le fallait. Les femmes et les enfants devraient être dépouillés de tout instrument susceptible de devenir une arme. La nuit refermait sur le monde son emprise mesquine et menaçait d’emporter avec elle l’identité de la renégate.

Il attendait une réaction de la part de Learaman mais le jeune soldat était perplexe. Son visage s’était décomposé en une fresque livide où toutes couleurs avaient fui la toile. Il n’était pas du même avis que Dame Farma. Laisser ce jeune inconnu démasquer l’intru était dangereux. Ne pouvait-il pas être lui-même un complice ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.souffleur-de-reves.com/
Môrhïn
Bohémienne
Môrhïn

Nombre de messages : 336
Localisation : Dans un coin de ces terres....
Rôle : Danseuse, arnaqueuse et voleuse

~ GRIMOIRE ~
- -: Humaine
- -: 25 années
- -:

Les réfugiés Empty
Les réfugiés EmptyJeu 24 Nov 2011 - 12:11
HRP [Petit rappel nécessaire. Cassandre est une femme qui se fait passer pour un homme. Rien ne prouve, en apparence (sauf petits détails qui pourraient mettre le doute mais pas la compromettre véritablement et dont je fais mention dans les descriptions), qu’elle n’est pas l’adolescent qu’elle prétend. Puisque ça semble prêter à confusion j’écrirais dorénavant au masculin et je vais en changer son avatar. Donc pas de tendres sentiments, ou d’œillades charmées ou je ne sais quoi, à moins d’aimer les jeunes garçons !!]


Les réfugiés 448c4110

Cassandre, en retrait, écoutait sagement. Jamais il ne se serait permis d’ouvrir la bouche pour donner un quelconque avis. Ici son avis n’était ni sollicité, ni mit à contribution. Son rang s’était déchu à la fuite des terres familiales et à présent il n’était qu’un petit écuyer, sans grande valeur et facilement remplaçable. Un écuyer qui n’avait pas le droit à la parole dans cette conversation de la plus haute importance. Ceci ne l’empêchait pourtant pas d’avoir une opinion. Partagée d’ailleurs. D’un coté, les familles serrées les unes contre les autres dans cette horrible attente pesante d’angoisses et de menace attiraient sa compassion, sa pitié. D’un autre, l’éventualité d’une traitrise la rendait inflexible : dans le doute, tous devaient être jeté hors des murs de la cité.

Pourtant, la clémence faisait-elle apparemment partie de Dame Farma, qui ordonna tout autre chose. Découvrir le traitre parmi tout un tas d’inconnus ne serait pas aisé. Comment le reconnaitre ? Comment le confondre ? Et puis d’après les romans d’aventures qu’il avait lu – des romans dit roses, rappelons le – l’espion toujours aussi malin que retors ne se laissait pas prendre bêtement. Il avait toujours un plan finement préparé et souvent de nombreux complice.
Cassandre se pinçait les lèvres dubitativement lorsqu’il entendit Eogam prononcer son nom.


- Hein ? quoi ? Moi ? Pourquoi moi ?

Connaitre la ville…. Connaitre la ville c’était un grand mot. Il connaissait les principales artères, les bâtiments administratifs ou les dépendances militaires, le cœur de la cité où résidait Dame Farma… pour le reste cela restait approximatif. De toutes façons, il ne voyait pas pour quelles raisons une connaissance de la ville s’avérait nécessaire. Les réfugiés étaient sous leurs yeux, isolés et le traitre était parmi eux. Il suffisait de les laisser en isolement non ? De les parquer, de les garder jusqu’à ce que le coupable soit découvert.

- En tous cas, le traitre ne peut se cacher au milieu des enfants. Ils ont l’air affamés et épuisés. Si on les emmène à la cantine de la caserne, qu’on leur serve à manger et qu’on les fasse dormir dans les dortoirs des cantonnements, on pourra interroger sans contrainte les adultes. Et puis comme ça, si on trouve une personne isolée… sans sa famille, se sera hautement suspect. Il me semble que lorsqu’on fuit quelque chose ou quelqu’un, on emporte peu d’affaires avec soi, le strict nécessaire en vérité…. Mais on n’abandonne pas sa femme ou ses enfants ou ses parents. Pas sans une bonne raison. – dit-il naïvement, alors qu’il réfléchissait à voix haute sans vraiment en avoir conscience.

Ses regards quand à eux, filaient d’un réfugié à un autre, avant de s’arrêter sur Learamn le jeune rohirim qui pouvait très bien ne pas être ce qu’il paraissait. A son humble avis, il avait plus sa place dans le troupeau humain miséreux, que dans le rôle du berger. Son attention se retourna sur Harding dont il émanait une autorité mais aussi une expérience dont était dépourvu l’autre. Et puis…. Il était digne de confiance….lui !
Revenir en haut Aller en bas
Gallen Mortensen
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
Gallen Mortensen

Nombre de messages : 1571
Age : 44
Localisation : Minas Thirith
Rôle : Vice Roi du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim
- -: 31 ans
- -:

Les réfugiés Empty
Les réfugiés EmptyJeu 24 Nov 2011 - 18:13
Les réfugiés Farma210

Farma Mortensen et Le capitaine Eogam s'était retiré à quelques pas, il parlaient à voix basse mais la conversation semblait animée. Ils n'étaient pas d'accord.

Eogam faisait de grands gestes pour montrer son désaccord. Mais il baissa la tête, les arguments de Farma l'avaient emportés ou il se soumettait à l'autorité de l'épouse du maréchal.

Farma s'avança vers les réfugiés. Sa voix claire s'éleva. et elle s'adressa aux réfugiés:

"Compatriotes, vous êtes ici chez vous, rendez vous dans la salle commune dans laquelle un bon repas chaud vous sera offert. Ensuite les Hommes de l'intrépide capitaine Eogam vous prendront en charge. Vous êtes ici en terres du Rohan, du véritable Rohan"

Les réfugiés apeurés commencèrent à se diriger vers la caserne d'Aldburg.

Farma croisa les visages d'Harding et Cassandre,elle évita le regard de Léaramn elle murmura juste

"Je compte sur vous Rohirrims"

Eogam fixait le dos de la Dame d'Aldburg, furax. D'un ton n'acceptant pas la réplique il claqua des doigts et interpella Cassandre et Harding

Eogam calma son rythme cardiaque et commença. Learamn ne pouvait pas entendre leurs propos

"Bon voilà comment ce la va se passer. Les réfugiés seront libres de déplacement. Dame Farma s'en porte garante. C'est pour ne pas éveiller les soupçons du Rat. Mais vous llez le psiter et le trouver. Harding tu méneras les opérations. cassandre tu l'épauleras de ton mieux, tu connais la ville et ses recoins. Tous les oirs vous viendrez me faire un rapport. Par contre je n'ai aucune confiance en ce jeune rohirrim soit c'est lui le rat soit c'est un idéaliste naif. Survceillez le et Harding si tu dois agir, agis......Lorsque vous aurez trouver l'espion, vous l'amenerez dans lmes appartements et nous l'interrogerons nous même.... des questions??"

Puis Eogam héla Léaramn

"Allez Cavalier, tu travailles de concert avec ses deux soldats. Tu es sous les ordres d'Harding. Je te fais confiance. Ne me déçois pas"

Puis à grandes enjambées Eogalm quitte les lieux sans un regard an arrière.


HRP: Voilà à vous de jouer, décrivez en un post chacun votre "plan d'attaque", mon mp reste ouvert, on change l'ordre des posts. Nath en premier en tant que chef, Mô et Léaramn, Au plaisir HRP


Les réfugiés Gallen10
Revenir en haut Aller en bas
Nathanael
Espion de l'Arbre Blanc
Espion de l'Arbre Blanc
Nathanael

Nombre de messages : 985
Age : 30
Localisation : Pelargir
Rôle : Espion

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 34 ans
- -:

Les réfugiés Empty
Les réfugiés EmptyJeu 24 Nov 2011 - 19:48
Les réfugiés Hardingva

Qui ne dit mot consent… Harding gardait fermement le silence mais n’en pensait pas moins. Tout en gardant un œil sur Learamn il observa l’échange agité entre deux êtres antithétiques. Eogam ploya l’échine sous les douces caresses volubiles de la femme du Maréchal. Cette femme avait tout de l’Oblate dévouée à son peuple mais sa compassion et son empathie étaient des défauts féminins auxquels Harding ne se faisaient pas. Il écouta Farma parler puis cracha par terre. « Nourrissons l’ennemi mes frères, tendons la main pour nous faire mordre … ». Il était en colère. Il comprenait le stratagème de la Dame du Rohan mais ne l’approuvait pas. N’était-elle pas elle-même une probable cible ? La question lui trottait dans la tête depuis que l’espion avait été annoncé. Quelle pression plus efficace que de tuer le principal soutien du jeune Orwen ? La base la plus solide de toute la résistance s’écroulerait – colosse aux pieds d’argile. Il pensa un bref instant au prince et se demanda s’il était toujours en vie. Pensée fugace. Il tressaillit lorsque Farma leur adressa la parole. Il la désapprouvait mais ne pouvait demeurer insensible à ses attentions, d’autant plus qu’elle savait exciter son honneur par son habile verve.

Il fronça les sourcils lorsqu’Eogam claqua des doigts. Le capitaine surestimait son autorité et son emprise sur le jeune guerrier si bien que Harding ne prit pas tout de suite parti de le rejoindre. Il fit mine de surveiller quelques secondes les faits et gestes de Learaman et s’approcha avec toute la nonchalance dont il savait faire preuve du géant blond. La colère des hommes ne l’effrayait plus.

Il remit sa hache à son ceinturon et tendit une oreille attentive aux ordres nouveaux. Il tourna les yeux sur le jeune écuyer pour évaluer ses chances de réussite et y trouva une étrange lueur. Une curieuse fragilité agitait ce corps trop petit et trop maigre pour porter les armes. Mais sur le moment il attribua cette fébrilité à toute l’agitation qui devait occuper ses membres et son esprit. S’occuper d’une affaire d’espionnage devait mettre tous les sens de Cassandre en ébullition. Il se tourna sans discrétion vers Learamn lorsqu’Eogam le mentionna. Le jeune guerrier n’avait pas l’âme d’un assassin ou alors il était très habile. Mais son esprit le guidait plutôt vers la première solution. Quoique naïf Learamn n’avait cependant rien d’un innocent. La méfiance était de mise. Il l’interpella d’un signe de main pour qu’il se rapproche du petit groupe qu’Eogam venait de quitter.

Le temps que le jeune guerrier se rapproche moult questions traversèrent l’esprit de Harding. Il lui fallait à présent parler. Difficulté des plus hautes s’il en est pour un combattant plus voué aux combats qu’à la plaidoirie. Nul doute n’était lisible sur son visage mais quelques secondes passèrent avant qu’il ne prononce ses premiers mots.

- Il n’est plus question de valeurs ou d’honneur. Chaque frère peut-être un traître, et les plus faibles peuvent encore être les plus sournois. Octroyons la pitié à Dame Farma mais ne la laissons pas gagner nos cœurs.

Il avala sa salive tandis qu’il ordonnait méthodiquement le reste des ordres qu’il souhaitait transmettre. Le ton de sa voix était intransigeant et dur, trop peut-être, mais son regard ne laissait pas le droit à une revendication quelconque de se manifester.

- Cavalier, peu d’hommes t’ont accompagné et aucun visage nouveau ne semble t’avoir alerté. Nous devons donc chercher parmi les femmes et les enfants. Il faudra soupçonner en premier celles qui restent seules et les enfants qui n’ont pas de mère.

Il marqua une nouvelle pause pour épousseter du regard le petit groupe que l’on menait vers la salle commune de la caserne. Lui-même commençait à avoir faim après ce brusque réveil.

- Mais garce et vaurien savent se jouer des relations. Ne posez pas de questions, servez-les du mieux que vous pourrez et apportez leur votre aide, même si elle est de mauvaise foi. L’observation seule sera notre alliée.

Il se tourna vers Learamn.

- Continue de les épauler et de les soutenir. Ne sois pas faible mais fais toi le servant de leurs éventuelles déclarations. Le moindre mauvais pas te mènera sur le chemin de ma hache.

Puis il porta son attention sur Cassandre, être maigrelet mais qui pourrait sans doute avoir son rôle à jouer. Il fallait lui attribuer quelque rôle de toute façon et les plus faibles ne devaient pas être sous-estimés.

- Surveille chacun et chacune d’entre eux. L’enfant qui ne voudra pas rester avec les autres pour jouer ou se reposer est un suspect. La femme qui veut quitter sa couche pour se promener sous la lune est une suspecte. Ils dormiront tous ensemble le reste de la nuit et les nuits suivantes. Les forces qui te resteront le jour tu les useras pour m’aider à les surveiller encore dans leurs déplacements.

Il ne dit mot sur les risques menaçant qui pesaient sur Dame Farma. Son esprit lui jouait-il des tours ? Ou bien Nathanael lui avait-il donc raconté trop d’histoires aux complexes fils politiques ? Il ne prononça pas un son de plus et partit en direction des cuisines pour se restaurer et commencer à chercher le loup parmi les chiens.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.souffleur-de-reves.com/
Môrhïn
Bohémienne
Môrhïn

Nombre de messages : 336
Localisation : Dans un coin de ces terres....
Rôle : Danseuse, arnaqueuse et voleuse

~ GRIMOIRE ~
- -: Humaine
- -: 25 années
- -:

Les réfugiés Empty
Les réfugiés EmptyLun 28 Nov 2011 - 13:40
Les réfugiés 448c4110

Farma de Mortensen avait de nombreux défauts, mais la compassion et le sens des responsabilités n’en faisait pas partie. De quelques mots clairs et concis, elle invitait dans sa cité, les malheureux réfugiés. Malgré le traitre présent en leur sein, elle offrait couvert et gite, bienveillance et protection, sans tenir compte de la menace sous-jacente. Les sourcils broussailleux du Capitaine Eogam se fronçaient sous un visible mécontentement et lorsqu’il s’adressa à son écuyer et à Harding, ce fut d’une voix cassante n’admettant aucune insubordination. Cassandre se devrait d’épauler son compatriote plus expérimenté. A vrai dire il en fut soulagé, ne sachant pas vraiment par quel bout commencer cette enquête.

Si les indications du vétéran lui semblèrent vagues dans un premier temps, elles trouvèrent un écho dans son esprit imaginatif un peu trop rêveur. Quel meilleure façon de procéder que d’éveiller la confiance des réfugiés ? Il était petit, discret … et envisageait sérieusement de se mêler aux réfugiés pour mieux les surveiller. A quel endroit pourrait il mieux s’aviser des faits et gestes de chacuns qu’en partageant leur détresse, leurs repas, leurs nuits ? Il serait aux premières loges pour assister aux comportements suspects. Mais on se méfierait de lui, s’il se rendait ainsi vêtu, tout fringant et propre, fleurant bon la lavande et le savon. En revanche, s’il se faisait passer pour l’un d’entre eux… avec quelques guenilles, de la suie et de la boue, qui remarquerait que le groupe comptait à présent une tête de plus. Les gens du commun savaient rarement les chiffres, surtout au-delà de ceux que l’on additionne sur les doigts des mains. Qu’en était il des espions…. Ça Cassandre l’ignorait !

Seulement ce genre d’idée ne pouvait pas se mettre en place sans l’aval d’une autorité. Harding en l’occurrence. Il se dirigeait vers les cuisines, l’estomac tenaillé par la faim. Le jeune écuyer lui emboita le pas, puis accéléra légèrement pour se mettre à sa hauteur. D’une voix fluette aux accents sincères quoique naïfs, il lui expliqua son idée : le déguisement, l’infiltration, le partage de leur misère, la surveillance rapprochée, la façon dont il pourrait gagner leur confiance, et tout et tout.

Tout au long de son explication, ses grands yeux gris ne cessaient de fixer la pointe de ses bottes. Avait-il outrepassé ses fonctions d’écuyer en soumettant une pareille proposition à son supérieur, allait-il en subir la moquerie ou les réprimandes ? Le Vétéran trouverait-il cette alternative stupide, irréalisable ? Il n’osait reporter son regard sur la carrure musclée du guerrier, de crainte d’en affronter l’ire.
Revenir en haut Aller en bas
Learamn
Capitaine de la Garde du Roi du Rohan
Capitaine de la Garde du Roi du Rohan
Learamn

Nombre de messages : 703
Age : 21
Localisation : Albyor, Rhûn. ( et ça sent pas bon)
Rôle : Vagabond, Ex-Capitaine du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 25 ans
- -:

Les réfugiés Empty
Les réfugiés EmptyLun 28 Nov 2011 - 18:05
Learamn fut momentanément rassuré , Dame Farma avait laissée entrer le convoi.
Le capitaine Eogam le mit sous les ordres du dénommé Harding. Un homme tout aussi imposant. Il ordonna à Learamn d’intégrer le groupe et de ne faire comme si de rien n'était et espionner tout ce qu'il se passait.

"Une forme de traîtrise en somme... Une femme ... une femme qui était espionne"


Learamn ne pouvait surveiller tout le monde seul mais à qui faire confiance ici?
Aussitôt le visage d'Eoric apparut dans la tête du cavalier.

"Bien sûr Eoric , un homme de confiance!"

Learamn rentra dans le groupe des réfugiés et d'un signe de tête indiqua au fils de bijoutier de le suivre , ce dernier obéit.

-Qu'y a-t-il?

-On m'a chargé de surveiller le convoi mais je ne peux tout faire seul je te demande de m'aider , si vraiment un traître se cache il peut être potentiellement dangereux surveille tes arrières.

-Sans problèmes.

-Bon maintenant retournons au convoi.


Les deux jeunes hommes se dirigèrent vers les chariots.
Revenir en haut Aller en bas
Gallen Mortensen
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
Gallen Mortensen

Nombre de messages : 1571
Age : 44
Localisation : Minas Thirith
Rôle : Vice Roi du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim
- -: 31 ans
- -:

Les réfugiés Empty
Les réfugiés EmptyJeu 1 Déc 2011 - 20:43
Eoric suivit Learamn les yeux plissés. Le jeune rohirrim était concentré. Les deux hommes rattrapèrent Harding et Cassandre.

Devant le groupe , les réfugiés défilaient . Eoric risqua un regard vers le sévère Harding. Il se renfrogna devant la mine rugueuse du guerrier. Il fit un sourire timide vers Cassandre plus affable.

Puis soudainement, Eoric blêmit en un instant

Il se tourna vers Léaramn et lui murmura

"Cette femme, là bas , je la connais , elle est une fille de joie et elle connait Sando un des conseillers du roi Hogorwen"

Cassandre et Harding pouvaient entendre la conversation etouffée.

Il vira au pivoine devant le regard du cavalier du Rohan

"Heu je la connais parce que....."

Il retrouva une certaine assise après s'être raclé la gorge

"Elle se nomme Fiona"

La jeune femme avait les cheveux noirs jais, des vêtements simples et sales, elle semblait bien inoffensive. Mais la traitrise pouvait prendre bien des formes différentes...

HRP: ordre de posts: Nath, Mô et Léaramn


Les réfugiés Gallen10
Revenir en haut Aller en bas
Taorin
Emir du Harondor Libre
Emir du Harondor Libre
Taorin

Nombre de messages : 476
Age : 26
Localisation : Minas Tirith

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain (Haradrim)
- -: 36 ans
- -:

Les réfugiés Empty
Les réfugiés EmptyVen 2 Déc 2011 - 20:52
Lena soupira de soulagement lorsque les gardes d’Aldburg laissèrent enfin pénétrer les chariots dans la cité. Depuis plusieurs dizaines de minutes, déjà, les réfugiés étaient bloqués face aux imposantes murailles, paniquant. « Ils vont tous nous tuer ! » s’exclamaient plusieurs femmes en pleurs, brisées par la fuite. Lena les regardait sans mot dire, paraissant insensible aux remarques larmoyantes des autres individus du petit groupe. Bien sûr, certains essayaient de se redonner espoir, arguant que les soldats ne pouvaient refuser l’entrée à des réfugiés. Mais sans Learamn, le jeune cavalier du Rohan, ils ne parvenaient pas à calmer les mères et les enfants affolés.

Finalement, lorsque les portes s’ouvrirent, tout le monde pleura de joie : ils avaient enfin trouvé un havre de paix ! Enfin ! Lena imita ses compagnons de route, soulagée d’être enfin arrivée et de pouvoir rattraper son fiasco d’Edoras. Il le fallait, de toute façon. Elle ne pouvait se permettre d’échouer une nouvelle fois.

Une fois passées les portes, les réfugiés firent face aux soldats rohirrims, qui, amicaux, leur offrirent un peu de nourriture. Lena accepta gracieusement un quignon de pain rassis offert par un vieux garde, qui, sans doute, n’avait jamais connu le combat, puis s’esquiva discrètement. Elle devait retrouver l’agent en place. Et elle savait où le trouver.

En partant, la tueuse aperçu Learamn discuter avec d’autres soldats, l’air sérieux. Que se passait-il ? Se doutaient-ils de sa présence ? Non, c’était impossible. Personne ne pouvait reconnaitre en elle la tueuse ayant attaqué un officier rohirrim en plein cœur d’Edoras. La jeune femme haussa mentalement des épaules, et continua son chemin. Elle arriva enfin devant la porte de l’auberge. L’agent s’appelait Clegane.

La jeune femme ouvrit la lourde porte, et pénétra dans une salle sombre, aux murs noircis par la fumée des feux et des torches. Plusieurs clients étaient attablés, certains festoyant bruyamment, mais la plupart silencieux et penchés sur leurs choppes de bière. Lena s’approcha du comptoir, et demanda à l’aubergiste :

« Je cherche Clegane. On m’a dit que je pourrais le trouver ici. »

L’homme la regarda fixement quelques instants, puis lui fit signe de le suivre. Ils passèrent dans la réserve, et, une fois qu’elle fut entrée, l’homme ferma la porte.

« C’est moi » dit-il simplement. Lena hocha la tête, et répondit :
« Vous savez pourquoi je suis là. Il me faut du poison, à effet lent. Vous avez ça ? »

Clegane acquiesça, et se fouilla quelques temps au fond de la réserve, au milieu de sacs et de tonneaux. Il se releva finalement, une fiole à la main.

« Avec ça, vous pouvez empoisonner environ deux cent litres. Ceux qui en boiront mourront plusieurs heures après. »

Lena hocha la tête, puis prit la fiole. Ils ressortirent ensuite de la réserve, et Clegane la mena à sa chambre. Il lui apporta ensuite quelques habits appartenant à sa femme : une robe de lin toute simple mais propre et des sandales. Lena se changea rapidement, jetant ses haillons par terre : elle en était enfin débarrassée, pour son plus grand plaisir ! Elle ne pouvait pas se récurer comme elle l’aurait souhaité, mais au moins, elle portait enfin des vêtements propres.

La jeune femme sortit ensuite de l’auberge. Grâce aux indications de Clegane, elle trouva rapidement la poterne du « palais » d’Aldburg. Guère mieux qu’un manoir, c’était là qu’habitait la femme du général Mortensen. Sa prochaine cible.

Lena observa un long moment la porte, dissimulée dans une ruelle sombre. Personne ne montait la garde. C’était si facile ! Discrètement, la tueuse s’approcha, et déverrouilla la porte grâce à la clé que lui avait donnée Clegane. Ce dernier approvisionnait en effet le manoir, et disposait donc d’un accès aux réserves.

En une minute à peine, Lena avait remplie sa mission : le tonneau de boissons à la lavande de Dame Farma avait reçu l’ajout d’un mystérieux ingrédient mortel, et aucune trace ne subsistait de son passage.

Lena repartit en direction de l’auberge, abandonnant la fiole vide dans une ruelle déserte, sous un tas de détritus. En chemin, elle aperçut Learamn et d’autres soldats déambuler dans la ville : la jeune femme baissa la tête, et accéléra le pas…
Revenir en haut Aller en bas
Nathanael
Espion de l'Arbre Blanc
Espion de l'Arbre Blanc
Nathanael

Nombre de messages : 985
Age : 30
Localisation : Pelargir
Rôle : Espion

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 34 ans
- -:

Les réfugiés Empty
Les réfugiés EmptyVen 2 Déc 2011 - 21:58
HRP : mhhh … comment dire … Harding n’est pas un vétéran mais un jeune soldat qui doit encore faire ses preuves dans l’armée. Merci de ne pas me le vieillir trop tôt^^.

***

Les réfugiés Hardingva

Il s’était attablé dans le silence. Le jeune soldat inexpérimenté lui cassait déjà les oreilles. Il le laissa mariner un moment dans ses questions juteuses. Il s’évertuait à détacher soigneusement la chair d’un poulet mal cuit et trop sec qui lui donnait vaguement l’impression de mâcher de la paille. Les réfugiés avaient regardé le repas qu’on leur offrait comme un inestimable cadeau dont ils avaient bien vite déchiré l’emballage pour se jeter sur son contenu comme des chiens affamés. Il se dépêcha de terminer sa maigre pitance. Sa faim s’était muée en un indéfinissable point douloureux à l’estomac. Il redoutait quelque chose, son instinct de chien fou et impétueux le mettait en garde. Il se leva prestement et fit un signe à Cassandre pour que la jeune recrue le suive. Il s’arrêta dans son geste en entendant les propos d’Eoric. Une catin assassine… Probable. Il n’avait pas le temps de s’arrêter sur la question, il y avait plus urgent. Bien qu’il ne sache pas réellement ce qui le pressait ainsi – son statut et ses nouvelles charges peut-être. « Peuh, mettre un collier à un loup ne fait pas de lui un animal de compagnie… » On n’attachait pas un soldat comme Harding avec les cordes de la responsabilité.

Dos à Learaman il fit volte face et se rapprocha des deux rohirrims. Il lança un regard plein de dédain à Eoric et ne n’eut pas une attitude plus amicale envers Learamn.

- Gardez un œil sur cette catin si vous la croyez suspecte. Faites là parler, usez de tous les moyens dont vous avez à votre disposition. Vous semblez être déjà préparés à côtoyer cette faune-là…

Il n’y avait nulle réprobation dans le ton de sa voix, que du mépris. C’était donc des mendiants et des prostituées qu’on ramenait dans Aldburg. Il se faisait une idée plus haute du sens de l’honneur des rohhirims. S’abaisser aussi bas c’était renier les traditions ancestrales léguées par leurs pères.

Il s’éloigna de la table et des convives aussi sales que pauvres en poussant sans ménagement Cassandre pour qu’il le suive.

- Pas besoin de se déguiser pour faire bonne figure. L’espionne qui traîne ses jupes dans la cité doit être plus maline que ça. Et y a pas à tourner sept fois les possibilités dans sa tête, y a qu’une cible à viser ici. Tu sais où sont les appartements de Dame Farma. Vas-y et n’en bouge pas d’un pouce. Si je te vois traîner ailleurs que devant la porte de la femme du maréchal, Eogam devra s’arranger pour se trouver un autre écuyer …

Il avait saisi Cassandre par le col pour s’assurer qu’il s’était bien fait comprendre. Il espérait intercepter le traître avant qu’une de ses mauvaises intentions ne soit mise à l’œuvre. Eogam pensait-il comme lui ? La colère qu’il avait manifestée contre Farma n’avait-elle été que le pâle reflet d’une peur plus profondément enfouie ? Peu importait à présent. Il fallait débusquer le rat qui courrait dans les couloirs d’Aldburg avant qu’il ne sème la peste.

Il quitta son poste et se dirigea vers la pièce qui devait servir de salle de travail au capitaine Eogam. Il souhaitait lui confier ses soupçons les plus terribles afin que le pire soit évité. Dame Farma le prendrait-elle au sérieux ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.souffleur-de-reves.com/
Môrhïn
Bohémienne
Môrhïn

Nombre de messages : 336
Localisation : Dans un coin de ces terres....
Rôle : Danseuse, arnaqueuse et voleuse

~ GRIMOIRE ~
- -: Humaine
- -: 25 années
- -:

Les réfugiés Empty
Les réfugiés EmptyLun 5 Déc 2011 - 12:43
Les réfugiés 448c4110


- Pas besoin de se déguiser pour faire bonne figure. L’espionne qui traîne ses jupes dans la cité doit être plus maline que ça. Et y a pas à tourner sept fois les possibilités dans sa tête, y a qu’une cible à viser ici. Tu sais où sont les appartements de Dame Farma. Vas-y et n’en bouge pas d’un pouce. Si je te vois traîner ailleurs que devant la porte de la femme du maréchal, Eogam devra s’arranger pour se trouver un autre écuyer …

Cassandre, malmené par le col, faisait pâle figure. Ses joues livides avaient perdu toutes couleurs, et ses yeux s’écarquillaient devant la véhémence du soldat.

- Oui … j’y cours immédiatement … - bredouilla-t-il

Aussitôt libéré de cette poigne, il s’empressa de partir sans demander son reste. Il marchait en maugréant dans les couloirs, tête baissée, mâchoire contractée. Jamais plus il ouvrirait la bouche pour soumettre l’une de ses trop nombreuses réflexions. En fait, soyons clair, il était tout simplement vexé. A défaut d’obtenir l’approbation de son supérieur, il ne s’était pas une seule seconde imaginé, pris à partit par le col de sa chemise comme un vulgaire voyou. Son orgueil s’en trouvait fâché, et lui avec.

- Pfff … en plus ça sert à quoi de rester bêtement devant une porte ? Si l’espion est si malin que ça, il ne viendra pas dans la chambre de Dame Farma….

De ronchonnements en grognements, il se retrouva bientôt devant la porte des appartements de la Dame. Il frappa, entra et avisa encore de la présence du page de tout à l’heure. Avant que celui-ci ne proteste pour la deuxième fois de la nuit, Cassandre, d’un ton sans appel commanda :

- On m’a ordonné de surveiller les appartements de Dame Mortensen. Alors je vais m’installer ici, et je n’en bougerais pas.

Avisant que la maitresse des lieux était bien présente dans la suite seigneuriale, il prit une chaise et plaça juste à l’entrée du boudoir menant à la chambre de la jeune femme. L’unique accès pour l’atteindre physiquement du moins. Adossé plus ou moins confortablement, les yeux rivés sur la porte close, il montait la garde.

[HRP: désolée Nath, je l'imaginais plus vieux]
Revenir en haut Aller en bas
Learamn
Capitaine de la Garde du Roi du Rohan
Capitaine de la Garde du Roi du Rohan
Learamn

Nombre de messages : 703
Age : 21
Localisation : Albyor, Rhûn. ( et ça sent pas bon)
Rôle : Vagabond, Ex-Capitaine du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 25 ans
- -:

Les réfugiés Empty
Les réfugiés EmptyDim 11 Déc 2011 - 13:57
Learamn fut surpris de la déclaration d'Eoric. Il connaissait cette femme.
Learamn ne put s'empêcher de sourire en se demandant comment Eoric connaissait une fille de joie mais la question n'était point là.
Comme le cavalier pouvait s'y attendre Harding ne se montra pas courtois envers le jeune homme .
Learamn avait reçu l'ordre de faire parler cette Fiona mais comment la faire parler sans éveiller des soupçons.

Fatigué et lassé Learamn alla se reposer un bout de temps , la lune était haute dans le ciel et la nuit déjà bien entamé. Learamn alla déposer Ouragan à l'écrurie et se dirigea vers sa tente il prit une plume , de l'encre et son journal.

Aujourd'hui nous sommes arrivés à Aldburg , les gardes ne se sont pas montrés courtois nottament Eogam et Harding , mais Dame Farma, la commandante de la place forte , nous a laissé une chance.

AU même moment Eoric a découvert que nous étions une personne de trop dans le convoi. Eogam a soupçonné une espionne. J ' ai été affillié à une équipe chargé de la localiser je fais équipe avec Eoric , Harding et Cassandre.>>

Learamn s'endormit quelques minutes plus tard et il fit une fois de plus ce rêve qui revenait si souvent depuis sa fuite. Il revit le film de cette horrible nuit . Il se réveilla en sursaut.

Learamn s'assit sur le bord de sa couchette e réfléchit un moment.

"Il fait encore nuit et tout le monde dort c'est le moment propice pour interroger Fiona."

Il se dirigea vers la couchette d'Eoric et le réveilla ils se dirigèrent vers la jeune femme qui dormait. Learam ne voulait en aucun cas la brusquer. Il lui la secoua doucement pour la réveiller.
Puis il lui intima de le suivre. Fiona ne protesta pas .

Les trois personnes s’arrêtèrent derrière un baraquement. Learamn se tourna vers la femme.

-Nous faisons un recensement des personnes du convoi , nous travaillons jour et nuit car les gardes veulent le résultat au plus vite je vais faire simple.
Votre nom , ce qui vous a poussé à quitter Edoras , ce qui vous a pousser à rejoindre le convoi et vous diriger vers Aldburg


Les réfugiés 080514_dp_caspian

Revenir en haut Aller en bas
Gallen Mortensen
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
Gallen Mortensen

Nombre de messages : 1571
Age : 44
Localisation : Minas Thirith
Rôle : Vice Roi du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim
- -: 31 ans
- -:

Les réfugiés Empty
Les réfugiés EmptyLun 12 Déc 2011 - 20:00
Harding arriva comme une tornade dans la salle d'arme et couvrit une scène étonnante. Eogam respirait un voile. Rapidement le capitaine glissa l'étoffe dans son armure lors de l'arrivée du jeune rohirrim. Il avait été surpris. Harding en forçant sa mémoire reconnut le tissus brodé, il appartenait à la rôdeuse Marionel. Ainsi le rugueux officier faisait des cachotteries.

Eogam en rougit . Puis il se reprit et d'un ton tonitruant il hurla

"Oui Harding , qu'il y a t'il par les Valars ?"

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Cassandre était prêt à remplir sa mission avec abnégation. le jeune garçon qui l'avait accueilli il y a quelques instants, sorti , furieux.

Il se campa devant le soldat, les poings posés sur les hanches, voulant visiblement l'impressionner. Il poussa au paroxysme sa voix encore juvénile.

"Je suis Eothain, écuyer de Gallen Mortensen Maréchal de la marche est du Rohan. Il revient de mes attributions de protéger Dame Farma"

Puis Cassandre entendit la voix mélodieuse de Dame Farma

"Eothain, arrête de crier ainsi. Ce soldat doit avoir des ordres"

L'épouse de Gallen sortit de ses appartements et se campa devant les deux jeunes hommes.

"Très bien, cavalier du Rohan, tu dois me protéger , c'est une mission de confiance..."


Ses yeux émeraudes fixait Cassandre avec intensité

"Excusez Eothain, il se gonfle d'importance trop souvent"


Le jeune écuyer se renfrogna et repartit d'un pas énervé dans les appartements des Mortensen

D'une voix posée, Farma lui lança

"Je te déconseille de claquer la porte Eothain"

Farma posa de nouveau son regard inquisiteur sur Cassandre

"D'où viens tu Cavalier du Rohan ? Je ne t'ai jamais vu à Aldburg ".

D'un geste élégant, elle releva son châle gris mais toujours ses yeux fixaient Cassandre. Dame Farma attendait une réponse.

---------------------------------------------------------------------------------------------------

Fiona, la jolie blonde fixait Le cavalier de Rohan les yeux remplis de larmes..

"Mais enfin , Seigneur, vous avez vu il y a eu un massacre à Edoras, j'ai fui car un soldat a essayé de me..."

Puis la jeune femme enfouit son visage dans ses mains, éclatant en sanglots.

D'un geste brusque Eoric tira sur la manche gauche du cavalier du Rohan, il obligea Léaramn à s'écarter de la jeune rohirim. Le jeune bijoutier avait les yeux exorbités et la lèvre pendante

"Learamn, c'est terrible...Oui terrible, J'ai recompté... Oui recompté, nous sommes de nouveau 25....."

Eoric fixait désespéré Léaramn...


Les réfugiés Gallen10
Revenir en haut Aller en bas
Nathanael
Espion de l'Arbre Blanc
Espion de l'Arbre Blanc
Nathanael

Nombre de messages : 985
Age : 30
Localisation : Pelargir
Rôle : Espion

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 34 ans
- -:

Les réfugiés Empty
Les réfugiés EmptyMer 4 Jan 2012 - 18:37
Les réfugiés Hardingva

Son ardeur fut refroidie par le ton vociférant du capitaine. Il eut un instant d’hésitation, pris dans l’étau du doute et de la surprise. Le foulard défila devant ses yeux et son esprit sursauta le temps d’un souvenir lointain. Il se rappelait l’elfe, moribonde et prisonnière. Mais ses idées furent plus rapides et il y avait plus urgent. Il refoula instantanément tout questionnement et alla au plus pressé. Ses propos se perdirent dans un murmure rauque.

- Dame Farma …

Essoufflé et étonné de la situation à laquelle il venait de faire face il ne put prononcer distinctement tout d’abord de qu’il souhaitait dire. Il se reprit et prononça une nouvelle fois le nom de la femme du Maréchale.

- Dame Farma est … menacée.

Il cherchait ses mots. Il craignait d’inquiéter le capitaine tout en redoutant d’apparaître comme un imbécile. Il était fougueux et impétueux mais le capitaine n’avait-il pas deviné depuis longtemps que l’espionne représentait un danger imminent pour leur meneuse ? Des dispositions avaient peut-être déjà été prises pour la protéger sans que Harding ne fût convié à les mettre en œuvre. Il ne laissa néanmoins pas le temps à Eogam de parler ou de le questionner. Il exposa brièvement mais clairement ses pensées et ses craintes.

- Je ne vois pas d’autres raisons pour lesquelles une espionne de Hogorwen serait entrée à Aldburg. Ou alors pour vous tuer. Mais peu importe. Il n’y a ici que soldats et réfugiés, rien d’important, stratégiquement parlant. A moins que les citernes de la ville n’aient été empoisonnées. Mais s’il ne devait y avoir qu’une cible je ne vois ici que Dame Farma.

Il rapporta également les ordres qu’il avait donnés à Learamn et à Cassandre. Les nouveaux-venus seraient questionnés individuellement s’il le fallait afin de démasquer le traître parmi eux. Et les portes de Dame Farma étaient à présent gardées, mais n’était-il pas trop tard ? Il prit le risque de porter un jugement sur la femme du Maréchal. Il savait qu’un bon militaire devait respecter la hiérarchie et ses supérieurs, mais il n’avait que faire des ordres et des règlements militaires, contraignants et infantilisants.

- Dame Farma est juste avec chacun d’entre nous mais elle est trop douce et respecte beaucoup trop notre ennemi. Hogorwen ne porte aucune bonne intention à notre égard, il ne souhaite que notre perte.

Il respectait les femmes rohirrimes plus que tout, et Dame Farma était sans doute le meilleur exemple de force et de détermination. Pourtant il regrettait sa gentillesse et son affabilité trop marquée vis-à-vis de tous et de n’importe qui. En temps de guerre la méfiance était de mise, l’ami pouvait trop facilement se transformer en ennemi et la main tendue devenait quelques fois meurtrière.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.souffleur-de-reves.com/
Môrhïn
Bohémienne
Môrhïn

Nombre de messages : 336
Localisation : Dans un coin de ces terres....
Rôle : Danseuse, arnaqueuse et voleuse

~ GRIMOIRE ~
- -: Humaine
- -: 25 années
- -:

Les réfugiés Empty
Les réfugiés EmptySam 7 Jan 2012 - 9:48
Les réfugiés 448c4110



Eothain. Voilà un nom que Cassandre ne devrait dorénavant pas oublier. Il ne venait pas de s’en faire un ami, et au vu du regard brulant autant de honte que de colère que le page lui lança, il s’attendait à des représailles prochaines, loin des yeux de la Dame de céans. Le jeune apprenti soldat nota dans un coin de sa mémoire de l’éviter autant que possible durant les semaines à venir. Une résolution difficile à tenir, d’autant que leurs maitres respectifs se fréquentaient assidument pour des raisons aussi bien politiques et amicales. Enfin il ne coutait rien d’essayer.

- Très bien cavalier du Rohan, tu dois me protéger, c’est une mission de confiance…

Contrairement à ce que l’on pouvait s’attendre d’un adolescent dont on flatte l’égo, Cassandre ne bomba pas le torse, ne monta pas sur ses ergots avec l’air important ou fat. Il baissa doucement, presque timidement les yeux sur ses bottes souillées. A demi gêné par cet intérêt et cette soudaine considération. A demi fier, pour cette mission de confiance.

- Si fait. Mais je ne suis pas encore un cavalier, ma Dame, juste un simple écuyer.

Déjà un exploit au regard de son véritable statut, de son âge et surtout de son sexe, secret qu’il parvenait miraculeusement à préserver. Cependant Cassandre ne souhaitait pas demeurer écuyer trop longtemps, son objectif était et l’avait toujours été, d’obtenir le rang de Cavalier. Si être rabaisser continuellement par la soldatesque, subir silencieusement les entrainements rigoureux et épuisants ne présentaient que la première étape à l’accession de son ambition, il s’en accommoderait autant se faire que peu. Bien sûr, pour l’heure son bras restait faible pour manier l’épée mais il serait bientôt solide, Cassandre se l’était juré.

- Je ne suis pas ici depuis longtemps, ma Dame. Je viens du domaine du Seigneur Relstor d’Errahow.

Impossible que l’Epouse du Maréchal ne connaisse ce nom à défaut du personnage. En lui révélant cette information, il prenait le risque que la Dame établisse un quelconque rapprochement entre le visage rude du père aux prunelles du même gris que celui de sa descendance. Cependant, en donnant le nom d’un endroit qu’il connaissait parfaitement, il n’encourait pas les questions gênantes dont il ne connaissait pas la réponse. Le fief de son père n’avait aucun secret pour lui, il l’avait parcourut de long en large sur le dos de sa jument.

L’adolescent détourna le regard de ses bottes, pour le fixer sur la porte. Regarder un point fixe au loin, et prier que Farma n’ait eu vent de la fugue de la fille de Relstor quelques jours avant ses épousailles. Là encore, elle espérait que la Dame n’effectuerait aucune corrélation, d’autant plus qu’il n’était un secret pour personne qu’Errahow soutenait Horgowen, et que le futur gendre de Relstor, n’était autre qu’un neveu au second degré du souverain et l’un de ses bras droits.

- J’étais un garçon de ferme mais… je n’aime pas travailler la terre.

Pour une bonne raison, ce n’avait jamais été le cas. Ses mains quoique plus calleuses qu’avant, conservaient cette finesse aristocratique dont ses compagnons d’armes se moquaient fréquemment.

- Je ne voulais pas devenir fermier comme mes parents, et puis mes frères reprennent la ferme familiale. Il n’y a pas de place pour moi là bas.

L’histoire était convaincante, il le savait car maintes fois éprouvée, mais peut-être la sensibilité féminine relèverait dans cet amas de mensonges, la voix tremblotante de fausset du garçon, son regard fuyant, ses mains et son profil dangereusement efféminés. Pour sa part, Cassandre n’aimait pas mentir, à cette grande Dame, mais préserver son secret était plus important que tous les scrupules du monde. Il déterminait son avenir et il n’était aucunement question qu’il redevienne elle et subisse le sort qu’on lui réservait à Errahow ou pire, qu’il serve de levier sur sa famille.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Les réfugiés Empty
Les réfugiés Empty
Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Minas Tirith ! :: - Les Terres du Milieu - :: Le Rohan :: Aldburg-
Sauter vers: