Les réfugiés

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Learamn
Capitaine de la Garde du Roi du Rohan
Capitaine de la Garde du Roi du Rohan
Learamn

Nombre de messages : 702
Age : 21
Localisation : Albyor, Rhûn. ( et ça sent pas bon)
Rôle : Vagabond, Ex-Capitaine du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 25 ans
- -:

Les réfugiés - Page 2 Empty
Les réfugiés - Page 2 EmptyDim 8 Jan 2012 - 12:57

-Learamn, c'est terrible...Oui terrible, J'ai recompté... Oui recompté, nous sommes de nouveau 25....."

La peur s'empara alors de Learamn , son estomac se noua et ses membres se crispèrent .
Le jeune cavalier se tourna vers Eoric

-Cela veut dire que l'espion est passé à l'action , il faut prévenir Harding!

Learamn se tourna vers Fiona

-Veuillez m'excuser mademoiselle .

Learamn partit alors à toute vitesse , laissant Eoric et la jolie blonde seuls , si vraiment l'espion avait quitté le convoi c'est qu'il avait commencé à mettre son plan à l'oeuvre .
Courant comme il ne l'avait jamais fait auparavant , Learamn chercha partout dans la place forte , il trouva enfin Harding. Essoufflé , Learamn cria

-Harding ! Harding!

Lorsqu'il fut plus près de son supérieur , le jeune cavalier reprit son souffle et fit

-On a un problème ! Eoric a recompté nous ne sommes plus que 25 , l'espion est sorti du convoi , il est déjà passé à l'action.

Learamn guetta la réaction d'Harding.

"J’espère que maintenant il croira vraiment que j'agit de bonne foi."
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Gallen Mortensen
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
Gallen Mortensen

Nombre de messages : 1571
Age : 44
Localisation : Minas Thirith
Rôle : Vice Roi du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim
- -: 31 ans
- -:

Les réfugiés - Page 2 Empty
Les réfugiés - Page 2 EmptyMar 10 Jan 2012 - 20:52
Eogam s'était repris. Il toussa un bref instant pour reprendre constance. Puis il répondit d'un ton dur au jeune rohirrim

"Je sais Harding. J'y ai pens...."

Le capitaine de la garde d'Eomer , ne put finir sa phrase. Puisque tel un maelstrom, le jeune cavalier su Rohan Learamn intervint, affolé, criant à tue tête..

Le visage du capitaine vira au violet. Puis la gifle partit en un éclair. Un aller retour. le jeune rohirrim ne la vit pas arriver.Elle n'était pas violente mais humiliante

"Par les valars, un peu de tenue, quand je vous dis discrétion. Qu'est ce que bvous ne comprenez pas dans la phrase?? Il y a un espion..Alors vous savez ce que vous devez faire. Trouvez le, imbécile!!"

Se tournant vers Harding

"Tu as peut être raison, nous jouons un jeu trop dangereux. Transfère Dame Farma dans mes appartements et aide ce jeunot à trouver l'intrus. Moi je dois renforcer les défenses de la ville"


Eogam partit sans un regard pour les deux soldats.

----------------------------------------------------------------------------------------------------

Farma scrutait de ses yeux émeraude le jeune homme. Elle susurra

"Relstor, oui un vieux bougre pas facile"

Elle n'ajouta rien. Elle dit simplement juste avant de repartir dans ses appartements

"Jeune homme, vous êtes un cavalier du Rohan ne laissez personne, ni Homme, ni...Femme vous dire le contraire"

Etait ce une coïncidence ou l'épouse du maréchal Mortensen avait des doutes? Allez savoir.

La guérisseuse n'était plus dans le couloir, laissant Cassandre face à sa solitude et ses questions.

Farma rentra dans ses somptueux appartements, elle s'avança vers sa flasque de cristal rempli de jus de lavande. Eothain avait rempli justement le flacon il y a quelques heures à peine. La jeune rohirrim respira avec bonheur les senteurs rafraichissantes. elle lança vers Eothain boudant toujours au fond de la pièce.

"Arrête de bouder Eothain, il a l'air gentil ce jeune soldat. Cela pourrait être un compagnon pour toi"

Farma fixa sans vraiment le regarder l'horizon au travers de la large baie. Ce cavalier l'intriguait.

Elle prit une petite gorgé du liquide frais. Et immédiatement elle sut, ses talents de guérisseuse parlèrent, un poison violent avec ds herbes du Haradrim.

Elle laissa choir sa coupe ouvragée et elle hurla

"Eothain vite du sel et de l'eau je dois vomir on m'a empoisonné"

L'écuyer de Gallen était abasourdi, il restait sans réaction, mais Cassandre avait entendu le cri de l'épouse du Champion du Rohan. Serait elle plus prompte??

Farma elle, pensait uniquement à l'enfant qu'elle portait et si il mourrait ??


Les réfugiés - Page 2 Gallen10
Revenir en haut Aller en bas
Silence
Citoyen
Silence

Nombre de messages : 1209
Age : 34

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim
- -: 42 ans
- -:

Les réfugiés - Page 2 Empty
Les réfugiés - Page 2 EmptyJeu 12 Jan 2012 - 12:29
Les réfugiés - Page 2 Kurmo

- Excusez mon interruption… Je m’occuperais d’accompagner "le jeunot" à votre place.

Malgré l’insolence de cette soudaine apparition, Eogam et Harding ne firent aucun geste, contenant simplement leur agacement dans un forcement prononcé de leurs sourcils. Conscient de l’irritation crée par à son manque de manières, le jeune homme essaya de se corriger en s’expliquant :

- J’aimerais garder à l’œil le jeune cavalier, j’ai des raisons de douter de sa loyauté…

- Faîtes ce que vous avez à faire… Répondit calmement Eogam, bien que visiblement surpris par cette déclaration.

- Merci pour votre aval.

Le jeune homme se courba bien bas tout en reculant, dans une tentative de regagner une certaine constance. Il savait qu’il avait certains droits, mais en abuser pouvait non seulement nuire à sa réputation mais celle de ses employeurs, ce qui pouvait forcément se répercuter sur sa propre carrière.

Rejoignant ses deux molosses qui attendaient sagement à l’écart, le jeune homme désigna la direction que venait de prendre Learamn. Instinctivement, les chiens reniflèrent la piste afin de se familiariser avec l’odeur du cavalier. Il fallut peu de temps pour qu’ils arrivent auprès de lui.

- Salutations, Learamn, fils du Rohan. Je m’appel Kurmo, l’on m’a recommandé auprès de vous pour vous seconder dans votre enquête.

Le jeune homme qui venait se présenter à Learamn était assez similaire en âge et en corpulence mais les ressemblances s’arrêtaient là. Il portait une tunique de soldat Rohirrim légère, modifiée au niveau des jointures, sûrement pour améliorer la mobilité. Un manteau à capuche recouvrait le tout et son niveau d’usure laissait suggérer que l’homme se déplaçait principalement à pied. Cette impression était confortée par la présence de deux chiens de guerre qu’il tenait en laisse et don l’absence d’agitation laissait suggérer qu’il en était le maître. Un brassard gris barrait également le front de Kurmo, signe distinctif qui ne semblait pas entièrement anodin.

- Par où commençons nous ? Demanda Kurmo, d’un air détendu et beaucoup moins formel.

----------------

SUITE RP entre Learamn et moi ici : https://jeuderoles.forumactif.com/t5393-trouver-l-espionne


Dernière édition par Silence le Mar 17 Jan 2012 - 16:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Môrhïn
Bohémienne
Môrhïn

Nombre de messages : 336
Localisation : Dans un coin de ces terres....
Rôle : Danseuse, arnaqueuse et voleuse

~ GRIMOIRE ~
- -: Humaine
- -: 25 années
- -:

Les réfugiés - Page 2 Empty
Les réfugiés - Page 2 EmptyMar 17 Jan 2012 - 12:33
Les réfugiés - Page 2 448c4110

Un hurlement.
"Eothain vite du sel et de l'eau je dois vomir on m'a empoisonné"

Cassandre chavira de la chaise d’où elle surveillait en cerbère, l’accès aux appartements de la Dame d’Aldburg. Elle tomba lourdement sur ses fesses, et se releva d’un bond comme si le sol s’était retrouvé infesté de ronces, de chardons ou … d’araignées. Son sens du devoir fouettant ses sangs, elle pénétra tel un ouragan impétueux dans la chambre de Farma. La porte claqua, et elle se figea devant la scène, l’inquiétude peinte sur son visage efféminé.

Ni une ni deux, elle avisa du calice, abandonné sur le dallage, du liquide répandu, et du malheureux page pétrifié. Parant au plus pressé elle se planta devant Eothain dont la bouche s’arrondissait de stupeur. Elle l’attrapa par les épaules et le secoua violement, devenu pour un temps prunier en pleine saison des fruits.

- Rends-toi immédiatement auprès du Capitaine et ramène-le ! Explique-lui ! Dépêche-toi !

Au moins ce traitement de choc lui rendit tous ses esprits mais il ne pensa pas à contester les ordres de l’écuyer. La situation était trop grave pour une querelle stupide d’adolescent trop gâté aussi il s’exécuta immédiatement et se mit à courir dans les couloirs du château.

Quand à Cassandre, il se chargeait de trouver ce que sa Dame lui réclamait. Faisant preuve d’un minimum de réflexion, elle n’apporta pas la carafe d’eau dont il avait noté la présence dans les appartements des Mortensen, si on avait empoisonné la châtelaine et si son calice gisait sur le tapis de sa chambrée, elle pariait sur son contenu en tant que responsable de ce drame, aussi s’empara t’il d’un vase dont les fleurs odorantes embaumaient toute la pièce. Si ces lys gardaient bonne mine, leur eau serait certainement saine. Bien évidemment c’était un peu ragoutant mais efficace pour déclencher un vomissement. N’était ce pas l’objectif ?

Restait le sel…. Aux cuisines ils en auraient mais le temps qu’elle descende et qu’elle remonte, le poison s’il était fulgurant aurait fait son office. Usant de ses connaissances en artifices féminins, l’écuyer fouillait la coiffeuse de sa Dame

- Vous utilisez un onguent pour votre toilette?

La voix du jeune homme qui n’en était pas un, oublia de se teinter d’un timbre grave plus masculin, rompant instantanément le mystère de son sexe. Pourtant sous la précipitation, il ne s’en rendait même pas compte. Recherchant avec frénésie dans les tiroirs, il retira enfin une boite particulière qu’il souleva pour en vérifier le contenu. Les femmes de la noblesse rohirim avaient un petit penchant pour cet onguent, vendu par une apothicaire du Gouffre de Helm. La pâte malodorante constituée de gros sels et d’un mélange d’herbes des champs, utilisée durant les bains, elle possédait la propriété de rendre la peau plus douce et nette, plus fraiche et pimpante. Cette « crème » était devenue la petite coqueluche des femmes aisées, si bien que même la mère de Cassandre, pourtant peu portée sur ces choses là, en gardait précieusement un échantillon tout en louant son visage rajeunit par cette mixture.

A l’odeur, Cassandre sut instantanément que c’était ce qu’elle cherchait. L’eau du vase versée dans coupe propre du plateau, elle intégra la pâte jusqu’à sa dissolution et tendis le tout à la Dame Mortensen.
Revenir en haut Aller en bas
Nathanael
Espion de l'Arbre Blanc
Espion de l'Arbre Blanc
Nathanael

Nombre de messages : 983
Age : 30
Localisation : Pelargir
Rôle : Espion

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 34 ans
- -:

Les réfugiés - Page 2 Empty
Les réfugiés - Page 2 EmptyMar 24 Jan 2012 - 20:39
Les réfugiés - Page 2 Hardingva

Il toisa Learamn d’un air dédaigneux et eut un petit sourire satisfait. Intrépide mais stupide. Nul pardon pour les traîtres et les pleutres. Innocent ou complice, peu importait aux yeux de Harding. Cet étranger était la cause de leurs maux actuels et son incompétence le démangeait constamment. La paire de gifle que lui assena Eogam fut pour lui un grand soulagement. Mais les chaos de la fortune ne leur laissèrent pas de repos. Un nouveau visage apparut puis se détourna d’eux rapidement. Harding fronça les sourcils. Trop de silhouettes sans noms flottaient entre les murs d’Aldburg. Autant de coupables insoupçonnés.

Son devoir le rappela à l’ordre. Il fit un bref signe de tête envers le capitaine Eogam et partit de son pas précipité en direction des appartements de la femme du Maréchal. Il gardait constamment la main sur le pommeau de son épée, prêt à en découdre. Le moindre faux pas ne serait pas pardonné.

Il percuta de plein fouet un adolescent horrifié et tétanisé. Il portait la peur sur son visage tel un masque. Harding le saisit au collet et l’aida par là-même à se remettre debout. Une fureur noire teintait ses yeux d’ébène. Le jeune garçon balbutiait des sons et bégayait des mots sans fin. Il fallut plusieurs secousses à Harding pour obtenir de lui une phrase compréhensible.

- Parle par Morgoth, que t’arrive-t-il ?

L’adolescent roulait des yeux et sembla plus tétanisé encore mais le choc émotionnel eut l’effet escompté.

- Le capitaine … je dois voir le capitaine … Dame Farma … empoisonnée !

Une larme perla au coin de ses yeux et il peinait à reprendre ses appuis lorsque Harding le lâcha, comme assommé. Il ne se perdit pas en explications et se détourna pour prendre le chemin opposé à celui du soldat. Harding ne sut s’il avait voulu courir ou si ses jambes l’avaient porté d’elles-mêmes. Il fut rapidement aux portes de la chambre de Dame Farma. Le sang battait ses tempes et les bruits étaient assourdis autour de lui mais le tableau était clair. Le jeune écuyer d’Eogam portait aux lèvres de Farma une décoction aux couleurs suspectes. La femme du maréchal tenait fermement la coupe entre ses mains mais le mal était fait. Le sol était couvert d’eau et du verre saillait ici et là prêt à mordre la chair d’un pied-nu. La haine le gagna brutalement et d’un geste plein de rage il renversa une chaise. L’épée ne pouvait trancher le cuir de l’ennemi et il se sentit un instant inutile et désemparé. Il se rapprocha de la femme et du jeune garçon, fébrile et plein de rancœur.

- Que faire pour vous … aider ?

Il choisit son mot au dernier moment. « Soulager » faillit franchir ses lèvres. Il craignait le pire mais ne voulait pas paraître défaitiste sans avoir tout essayé. Néanmoins pourquoi prendre la peine de franchir de hauts murs si ce n’était pour tuer ? Il aida Dame Farma à gagner sa couche mais quel espoir avait-il vraiment de lui apporter quelque aide que ce soit. Ses mains tremblaient de toute la colère qu’il contenait en lui. Hogorwen paierait. Hogorwen mourrait. Il s’en faisait le serment.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.souffleur-de-reves.com/
Gallen Mortensen
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
Gallen Mortensen

Nombre de messages : 1571
Age : 44
Localisation : Minas Thirith
Rôle : Vice Roi du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim
- -: 31 ans
- -:

Les réfugiés - Page 2 Empty
Les réfugiés - Page 2 EmptyDim 29 Jan 2012 - 18:23
Les réfugiés - Page 2 Farma210

Dame Farma allongée dans sa couche, commençait à trembler. Ses dents claquaient . La fièvre montait. L'épouse du maréchal se concentrait pour ne pas perdre conscience. Elle devait rester lucide le plus longtemps possible pour déterminer la composition du poison.

Avec avidité elle but la coupe tendue. Immédiatement elle vomit. Mais le poison continuait d'agir. Maintenant sa tête tournait à toute vitesse, son environnement était blanc . Elle se récitait les différents poisons qu'elle connaissait.

La malicorne, non,....... Non, un poison sous forme de poudre, ...les senteurs du Harad....... Cherche Farma..... Cherche pour ton enfant..... Cherche pour ton Gallen.

Elle émit un râle de douleur. Son sang bouillonnait. Elle sut alors. Du poison de scorpion d'Harad mélangé au sang de crapaud des terres du nord .Mortel, mais elle connaissait la solution, son maitre elfe lui avait indiqué il y a bien longtemps maintenant.

Dans un ultime effort, elle serra le bras d'Harding et dans un souffle

"Je vais m'évanouir dans un instant. Vous devez faire l'antidote : un tiers..... de feuilles de gui, un tiers de jus de baie sauvage et un...tiers.... d'on...guent... elfe"

D'une main lourde elle indiqua son sac d'herbes posé contre une colonne d’albâtre.Les deux rohirrims entendirent un sanglot étranglé: Eothain qui se tenait la tête , désemparé.

Puis Farma s'effondra de nouveau, sourde aux injonctions de ses compagnons. Était ce déjà trop tard?


Les réfugiés - Page 2 Gallen10
Revenir en haut Aller en bas
Môrhïn
Bohémienne
Môrhïn

Nombre de messages : 336
Localisation : Dans un coin de ces terres....
Rôle : Danseuse, arnaqueuse et voleuse

~ GRIMOIRE ~
- -: Humaine
- -: 25 années
- -:

Les réfugiés - Page 2 Empty
Les réfugiés - Page 2 EmptyMar 31 Jan 2012 - 11:26
Les réfugiés - Page 2 448c4110

Cassandre était là. Devant ce lit où on avait déposé avec douceur, la châtelaine. Son teint pâle contrastait avec la sueur perlant sur son front, ses joues rougies se gonflaient frénétiquement à la recherche d’un souffle. L’écuyer, les yeux rivés sur la Dame, attentait, angoissait sans savoir que faire. A l’arrivée du soldat, il avait désigné le coupable de ce crime : l’eau légèrement trouble et citronnée, mais à présent il se sentait aussi inutile qu’impuissant.

"Je vais m'évanouir dans un instant. Vous devez faire l'antidote : un tiers..... de feuilles de gui, un tiers de jus de baie sauvage et un...tiers.... d'on...guent... elfe"

Cassandre entendit le gémissement du page. Il n’y avait rien à attendre de lui. Il suivit le doigt de la Dame, s’empara de son sac. D’un geste ample, elle déversa tout son contenu sur une table.

- Des feuilles de gui… des feuilles de gui… Murmurait-il en cherchant frénétiquement la plante parmi les petites bourses de feuilles séchées.

Ses cours d’herboristerie étaient lointains, et il se maudit un instant de ne pas avoir été plus assidus à ses leçons. A quoi est ce que ça ressemblait ? Sans leurs petites boules blanches, Cassandre se révélait incapable de trouver l’ingrédient. Elle se tourna vers le guerrier, presque affolé :

- Je trouve pas les feuilles de gui. Je sais pas à quoi elles ressemblent !

En tout cas ses doigts, loin de rester inactif se fermèrent sur un sachet contenant des baies violettes et un petit pot bien fermé qu’il supposait être le baume. Les petits fruits déposés au fond d’une coupe furent broyés avec le manche d’une dague. L’écuyer ajouta pour autant de l’étrange mixture nauséabonde du pot en priant pour ne s’être trompé. Rapidement, elle se teinta de rouge sombre, du jus des baies, alors qu’il manquait toujours le dernier ingrédient. Il se retourna vers Harding.

- Vous avez trouvé ?
Revenir en haut Aller en bas
Nathanael
Espion de l'Arbre Blanc
Espion de l'Arbre Blanc
Nathanael

Nombre de messages : 983
Age : 30
Localisation : Pelargir
Rôle : Espion

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 34 ans
- -:

Les réfugiés - Page 2 Empty
Les réfugiés - Page 2 EmptyVen 10 Fév 2012 - 17:58
Les réfugiés - Page 2 Hardingva

Sa fébrilité se mua en une force incommensurable. Les gestes précipités du jeune soldat l’agaçaient et son incompétence encore plus. Quant au page il s’occuperait ultérieurement de son sort. Il se leva brutalement de la couche de dame Farma pour chercher les feuilles manquantes. Sa mère lui avait légué quelques rudiments de médecine traditionnelle. Mais les feuilles de gui relevaient de la connaissance de n’importe quel enfant battant la campagne. Cette plante repoussait la peste transportée par les rats. Ou bien le garçon n’avait jamais mis les pieds dehors, ou bien il avait échappé aux crocs de la maladie, à la menace qu’elle représentait et aux légendes qu’elle laissait derrière elle.

Il arracha des mains du jeune soldat la petite sacoche et renversa son contenu sur une petite table basse. Inutile de minauder. Les petites feuilles, d’un vert sombre, apparurent sous le verre d’une petite fiole vide. Il s’en saisit et les donna vivement au nigaud dont il avait la charge. Il le laissa concevoir le remède … il savait reconnaître quelques plantes, mais il était incapable d’effectuer quelques dosages que ce soit. Son inaction le frappa de plein fouet alors que la femme du Maréchal mourrait devant leurs yeux. Il retourna s’asseoir auprès de Farma et se pencha en espérant sincèrement entendre battre son cœur. Sa poitrine se soulevait régulièrement mais il lui semblait que chaque mouvement se faisait de plus en plus attendre.

- Dépêche-toi !

Ses mots furent tout autant un ordre qu’une plainte. Si Farma mourrait ils perdaient leur dirigeant politique et le symbole de la résistance rohirrime. Quant au jeune guerrier, ses doutes se muaient interrogations qui l'inquiétaient.

HRP : plus ça va plus c'est cours, je m'en excuse, mais il est temps de faire avancer le sujet
Revenir en haut Aller en bas
http://www.souffleur-de-reves.com/
Gallen Mortensen
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
Gallen Mortensen

Nombre de messages : 1571
Age : 44
Localisation : Minas Thirith
Rôle : Vice Roi du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim
- -: 31 ans
- -:

Les réfugiés - Page 2 Empty
Les réfugiés - Page 2 EmptySam 11 Fév 2012 - 22:22
Les réfugiés - Page 2 Farma210

Farma émergea de son évanouissement fièvreux. D'une voix étonamment puissante elle interpella ses infirmiers de fortune.

"Oui, mélangez ces ingrédients"

Puis l'épouse du maréchal ressentit ue douleur fulgurante dans la poitrine. Sa main serra fort , très fort d'Harding.

Eothain sorti de sa léthargie coupable se rua à son tour aux coté de Dame Farma.Au préalable, il avait pris u pilon dans le sac d'onguents de la guérisseuse. Il s'escrimait à réaliser la décoction.

Le jeune écuyer avait les larmes aux yeux mais il était comme déchainé. Chaque pression de l'objet contondant était accompagné du NON rageur.

Un bref instant, Farma replongea dans l'inconscience. Mais Harding la réveilla. Et Cassandre réussit à faire ingurgiter la mixture à l'épouse du champion du Rohan.

Farma sembla se calmer légérement mais elle serrait régulièrement la main rugueuse du guerrier.

Eothain posa hésitant une question importante

"Mais qui est responsable de ce sacrilège ? Le maréchal le tuera!"




Les réfugiés - Page 2 Gallen10
Revenir en haut Aller en bas
Môrhïn
Bohémienne
Môrhïn

Nombre de messages : 336
Localisation : Dans un coin de ces terres....
Rôle : Danseuse, arnaqueuse et voleuse

~ GRIMOIRE ~
- -: Humaine
- -: 25 années
- -:

Les réfugiés - Page 2 Empty
Les réfugiés - Page 2 EmptyLun 27 Fév 2012 - 17:20
Les réfugiés - Page 2 448c4110


Qu’importe le QUI pour l’instant. Le maréchal pourrait toujours se venger dans un jour, un mois, des années…. Mais qu’adviendrait-il si en plus de perdre sa femme, il retrouvait une cité moribonde, empoissonnée, malade… Préparant avec un entrain frisant la démence le remède, le jeune Cassandre faisait chauffer son esprit sous les multiples questions qu’ils auraient tous du se poser. Comment et quand ?

Et même lorsqu’on fit glisser le mélange pâteux dans la bouche de la Châtelaine, elles le harcelaient avec constance. Pourtant, il n’osait ouvrir les lèvres de peur que le soldat lui assène quelques remarques incendiaires. Visiblement l’Etat de Dame Farma l’inquiétait de telle sorte, qu’il en oubliait le reste.

Cassandre se souvenait encore du calice, abandonné à même le sol, et sa première impression à ce sujet. Le pichet d’eau parfumée à la lavande, trônait toujours sur son plateau argenté, sur la commode. La jeune recrue, après avoir ramassé le récipient accusateur, s’approcha du meuble. Elle renifla le liquide mais seule l’odeur de fleurs chatouilla son odorat. Puis se retournant vers le page toujours larmoyant au chevet de sa Dame, elle lui demande si c’était là, ce que contenait le calice avant d’échapper aux mains de l’épouse du maréchal. Un « oui » timide, ponctué de sanglots renforça soudainement ses craintes.

- Dites…. Si c’est cette eau qui a empoisonné Dame Farma… et vu le regain de patrouille et de soldats en faction partout… je pense pas qu’on se soit introduit dans les cuisines pour glisser un poison dans son eau… en plus comment savoir que ça lui serait destiné…

Cassandre suivait son idée, s’appuyant sur ses connaissances du fonctionnement d’un logis seigneurial, puisque lui-même, en temps que femme noble, avait été éduquée à tenir les reines d’une Maison.

- Sauf si Dame Farma n’était pas explicitement ciblée. Généralement on puise de l’eau fraiche pour la Dame du Château… Et si… si on avait empoisonné les réserves pour rendre malade et tuer le plus grands nombres d’entre nous…. Comme pendant un siège par exemple ?
Revenir en haut Aller en bas
Gallen Mortensen
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
Gallen Mortensen

Nombre de messages : 1571
Age : 44
Localisation : Minas Thirith
Rôle : Vice Roi du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim
- -: 31 ans
- -:

Les réfugiés - Page 2 Empty
Les réfugiés - Page 2 EmptyJeu 1 Mar 2012 - 22:23
Les réfugiés - Page 2 Farma210

Les réponses de Cassandre restèrent sans réponses. Les heures passèrent. Eothain continuait à pleurnicher recroquevillé dans un coin. Harding avait toujours dans sa grande paluche la petite et élégante main frêle de Farma.

Cassandre et Harding se regardaient régulièrement, leurs inquiétudes transpiraient.L'épouse du champion du Rohan gémissait se retournant dans sa couche mais sa main toujours dans celle du rugueux guerrier.

La nuit passa ainsi, terrible et anxieuse.

Puis au petit matin, Farma gémit plus fort et se releva à moitié, elle vomit de nouveau. Elle avait repris des couleurs.

Elle s'effondra dans ses oreillers moelleux et d'albâtre.

Elle souffla un "Merci"

Puis elle se redressa

"Mes amis, il faut retirer toutes les liqueurs de lavande de toute la cité"

Puis à cet instant, un homme entra , exsangue , couvert de boue due à la neige fondue, Le Maréchal d'Aldburg.

Le temps sembla se figer un bref instant. Puis Eothain sanglotant se rua sur Gallen. Tout en pleurant il expliqua tout.

Le regard bleu cobalt de Gallen fixait Casasdre et Harding dont il avait entendu parler à Edoras.

Comme souvent le maréchal ébouriffa les cheveux d'Eothain d'un geste presque paternel.

D'une voix calme il ajouta

"Tout ira bien maintenant je suis là"

Puis il fixa Cassandre et Harding

"Merci à tous les deux"

Puis d'un ton n'acceptant pas la réplique il poursuivit

"Maintenant sortez tous je dois retrouver mon épouse"

Et d'un ton plus doux

"Je vous verrai plus tard"

--------------------------------------------------------------------------------------------------

Gallen resta un instant perplexe puis se rua vers Farma.

Elle caressa son visage couturé

"Mon Gallen"

"Tu as une mine affreuse"

Les yeux empli de larmes il lui répondit d'un rire nerveux

"Toi aussi"

Il l'embrassa fougueusement et se donnèrent l'un à l'autre.

---------------------------------------------------------------------------------------

Farma suivait de son doigt agile la cicatrice due à la chaine de ce taré de Balthazar ainsi que celle due à l'épée de Lammath.


Mais que t'est il arrivé mon Amour?

Gallen resta silencieux .

Farma lui expliqua alors l'épisode d'Orwen , sa prise de position pour le fils du souverain légitime en opposition au ordre de Gallen.

Le maréchal se leva à demi furieux.

Farma joua alors sa carte maitresse

"Mon amour j'attends ton enfant"

Le visage de Gallen se transfigura, en un déclic sa vie changeait.

Incapable de gronder son épouse, Galle ria à gorge déployé

"Ce n'est pas du jeu "


Farma accompagna son rire cristallin
--------------------------------------------------------------------------------------------------

Un peu plus tard, Farma murmura

"Gallen et si nous partions dans la nuit , seuls pour nous..... retrouver à trois...seuls" ??

Le rohirrim tourna son visage vers son épouse, il caressa sa joue gauche. Et si le bonheur était là ??...

Mais c'était impossible, la situation exigeait à Gallen d'agir: la combat pour le Rohan et contre l'Ordre. Il y a cinq ans il aurait pu mais pas aujourd'hui.Il devait combattre pour laisser un mode meilleur à son enfant.

Il embrassa Farma pour oublier ses doutes.

------------------------------------------------------------------------------------------------

Cassandre, Eothain et Harding s'étaient retrouvés dans le couloir éberlués. Puis un soldat échevelé arriva e courant

"Harding, vite on te cherche partout, Eoseld....Eoseld est à la porte... de la cité"

Eoseld le légendaire Eoseld, mais que se passait il encore? Et il fallait endiguer l'empoisonnement. Une sacrée journée en perspective pour nos héros
















Les réfugiés - Page 2 Gallen10
Revenir en haut Aller en bas
Nathanael
Espion de l'Arbre Blanc
Espion de l'Arbre Blanc
Nathanael

Nombre de messages : 983
Age : 30
Localisation : Pelargir
Rôle : Espion

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 34 ans
- -:

Les réfugiés - Page 2 Empty
Les réfugiés - Page 2 EmptyVen 23 Mar 2012 - 11:13
Les réfugiés - Page 2 Hardingva

L’ingénuité d’Eothain n’avait d’égal que l’amour qu’il portait à Dame Farma. Le jeune garçon livrait une lutte sans merci aux ingrédients pour qu’ils s’amalgament convenablement. La vie de la femme du Maréchal semblait suspendue par un filin d’espoir prêt à se rompre à tout instant. Harding sentait la force de son étreinte dans sa paume. Ses longs doigts fins perdaient leur chaleur, ses phalanges blanchissaient sous l’effort et la douleur. Puis l’étreinte se desserra doucement et il vit les yeux de Dame Farma se fermer sous le poids de l’inconscience. Il réagit brusquement. Il soutint le buste de Farma pour l’obliger à se tenir à demi-assise et d’une main ferme, un peu brutale, il lui tapota les joues afin qu’elle ne s’abandonne pas à la mort. Ces quelques secondes furent plus tendues que les précédentes mais la Rohirrime rouvrit les yeux, affaiblie. Cassandre fit son office. Rien ne se passa. Harding était tendu. Il s’attendait presque à ce que le remède guérisse immédiatement la moribonde. Mais il leur faudrait attendre encore, espérer et prier aussi sans doute. Eothain les ramena à une réalité plus concrète. Sa candeur et sa voix juvénile agacèrent Harding. Il répondit sèchement.

- Il faudrait toute une armée au Maréchal pour se venger et des années de guerre. Ce n’est pas notre problème pour le moment.

Il n’écouta que vaguement ensuite l’échange court entre Cassandre et le jeune garçon. Le petit soldat se posait les mêmes questions que lui. Eogam le savait, il l’avait déjà averti. Les citernes de la ville avaient pu être empoisonnées. Stratégiquement Hogorwen luttait de l’intérieur pour mettre fin au siège d’Aldburg avant qu’il n’ait à intervenir avec son armée personnelle. Mais s’il tuait tous les rohirrims il ne régnerait au final que sur un champ de désolation et une armée de mercenaires. Harding avait vu les hommes qui luttaient pour son nom, des chiens de guerre attirés par l’argent et le pouvoir. Ce n’étaient plus des Rohirrims. Il leva les yeux vers Cassandre et lui répondit avec un calme qui faisait froid dans le dos.

- A ce compte là j’espère que tu as rempli ta gourde avant l’arrivée des réfugiés.

Des années de campagne et de luttes acharnées lui avaient appris à toujours se méfier. Il était téméraire et assoiffé de vengeance mais il avait toujours suivi les conseils avisés de ses supérieurs, ceux qui avaient su le convaincre par leur expérience et non par leur verve élaborée. L’eau était capitale pour tout combattant et personne ne devait jamais pouvoir accéder à la gourde d’un soldat. Il était réaliste. Depuis le temps qu’ils étaient au près de Dame Farma des dizaines de soldats, d’hommes et de femmes avaient pu boire l’eau de la ville. Ils sauraient rapidement si d’autres personnes souffraient du même mal.

- Nous sommes en guerre, Aldburg est assiégée même si les hommes d’Hogorwen ne sont pas encore à nos portes. Eogam connait le risque que nous courrons.

Eogam soupçonnait lui aussi le risque d’épidémie, mais le géant blond avait-il prit ses précautions ? Il n’en savait rien. Il ne savait plus ce qui se passait à l’extérieur de la chambre de Dame Farma. Quelques fois il entendait des pas précipités dans les couloirs annexes mais jamais ni cor ni cri de guerre. Seule l’attente pesait sur eux.

Harding somnola toute la nuit mais le sommeil ne s’empara jamais de lui. Chaque mouvement, chaque son un peu trop fort l’extirpait de son maigre repos. Il sentit la main de Farma frémir dans la sienne avant même qu’elle ne gémisse de douleur. Il sursauta. Il craignit le dernier soupir, mais la femme du Maréchal semblait bien vivante. Il sourit faiblement devant le petit « merci » de cette grande dame. A peine s’était-elle redressée que déjà les affaires de la Cité l’inquiétaient. Mais Harding n’eut pas le temps de répondre, l’ordre de Dame Farma demeura néanmoins scellé dans son esprit. Il tourna la tête en entendant les gonds de la porte tourner sur eux-mêmes. Surpris il était prêt à dégainer avant de reconnaître, quoi que difficilement, le Maréchal du Rohan lui-même. Il se releva avec précipitation du lit, comme surpris en train de commettre une faute. Il se redressa, prêt à se mettre au garde à vous. Tous ses muscles se tendirent et il sentit la fatigue s’emparer de lui brutalement. Ses yeux étaient bouffis de fatigue mais il demeurait apte à répondre aux ordres. Il n’aimait pas obéir à ses supérieurs hiérarchiques mais la personnalité du Maréchal Mortensen était toute autre que militaire. Ils partageaient les mêmes valeurs. C’est ce qu’il espérait du moins.

Il quitta la chambre sans mot dire en compagnie de Cassandre et du petit Eothain. Il sentit de nouveau le poids de son épée de long de sa cuisse et cette sensation lui rappela qu’il combattrait bientôt. Il espérait presque l’arrivée des hommes d’Hogorwen pour donner libre court à toute sa haine. Fatigué il se sentit agressé par le soldat qui courrait au près d’eux. Le combat commençait-il déjà ? Un regain d’énergie se saisit de tout son corps et l’intérêt suivit de près quand il entendit les nouvelles. Il ne prit pas la peine de remercier le messager ni de s’inquiéter de la présence des deux jeunes soldats. Il s’élança dans les couloirs pour rejoindre les sommets des remparts de la cité.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.souffleur-de-reves.com/
Fendor
Roi de la Marche
Roi de la Marche
Fendor

Nombre de messages : 1043
Age : 29
Localisation : Isengard - Rohan
Rôle : Roi de la Marche

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim
- -: 12 ans
- -:

Les réfugiés - Page 2 Empty
Les réfugiés - Page 2 EmptyVen 28 Déc 2012 - 18:26
Les réfugiés - Page 2 Rihils11

Rihils, certainement le plus talentueux guérisseur du Rohan, et le plus célèbre, mettait au service de dame Farma l’ensemble de ses compétences afin de la guérir de l’empoisonnement qu’elle avait subi. La pauvre ne pouvait plus bouger. Mais consciente et pouvant parler, elle aidait autant que possible Rihils avec ses propres facultés de guérisseuse. Ils parlèrent ainsi un moment de son état, de ce qu’elle ressentait, de ce qu’elle avait vu, de ce qu’elle connaissait des poisons, tandis qu’on apportait à Rihils tout le matériel dont il pouvait avoir besoin et que disposait Aldburg au fur et à mesure qu’il le demandait. Un garçon du nom d’Eothain, à peine plus âgé que Fendor, lui servait d’assistant après avoir insisté pour se rendre utile.

Après avoir obtenu toutes les informations que dame Farma pouvait lui fournir, il prit le temps de réfléchir. Il fouillait dans son propre matériel de temps à autre, comme s’il cherchait quelque chose. Il pestait puis allait regarder dans ce qu’on lui avait apporté. On n’entendait rien d’autre que le bruit de ses recherches frénétiques et de ses grognements réguliers. Il hocha la tête une fois verticalement, puis une fois de gauche à droite et une autre fois à la verticale. Il avait pris une décision.

« Je vais devoir inciser au niveau du bras ma dame, il me faut récupérer un peu de sang pour l’analyser. Serrez les dents. »

Rihils prit un bistouri et incisa la peau du bras de haut en bas sur une courte portion mais assez profondément, en prenant garde à ne toucher ni veine ni ligament. Il mit au niveau du flux sanguin sortant un petit récipient en verre afin de le récolter. Pendant ce temps-là, il demanda à son jeune assistant de mouiller un linge propre et d’en préparer un autre sec qui servirait de bandage. Le garçon s’exécuta. Après avoir reçu le linge, il retira le récipient contenant assez de sang et nettoya la plaie. Il noua ensuite le linge sec autour de la plaie pour arrêter le saignement. Le guérisseur regarda le sang, le sentit puis posa son contenant sur sa petite table de travail et laissa reposer le contenu, ne cessant de l’observer tout ce temps. Puis quand le liquide se stabilisa, il le sentit à nouveau. Il trempa alors son index dans le sang et le fit rouler sous son pouce. Enfin, il lécha son doigt et laissa le liquide imprégner sa langue pour en ressentir le goût. Il se fit alors saliver, secoua tout le contenu de sa bouche et cracha. Il demanda de l’eau à Eothain qui lui apporta une louche dont se servit Rihils pour se rincer la bouche. Le guérisseur reprit alors le chemin de la réflexion et recommença à fouiller dans ses affaires et celles du château. On aura connu plus bavard comme guérisseur, mais il avait l’air de savoir ce qu’il faisait, même s’il arrivait qu’on en douta. Si depuis le début il travaillait à genoux, il se mit maintenant debout et s’approcha de dame Farma d’un air grave.

« Je ne puis vous garantir la survie de votre enfant. Je ne puis vous garantir votre propre survie. Mais je puis vous garantir que votre mal peut disparaître. Seulement le remède a autant de chance de vous sauver que de vous tuer. Et je vais devoir modifier la recette originale pour qu’il fasse son effet presqu’immédiatement, car vous ne survivriez pas plus longtemps. Sauf que cette modification va augmenter les risques. Êtes-vous consciente de tout cela, et êtes-vous consentante et prête à endurer mille souffrances ? Ce sera douloureux, sous tous les aspects.
- Je n’ai juste pas le choix. Je ne peux ni abandonner mon enfant, ni Gallen. »

Rihils acquiesça, il connaissait déjà la réponse mais se devait de la préparer, car la réussite de l’entreprise dépendrait autant du physique que du mental. Il récupéra alors dans son matériel un petit sac qu’il renversa délicatement sur son plan de travail. Il en sortit une multitude de champignons aussi divers que variés. Il en ôta un à un pour les remettre tout en douceur dans le sac. Il les manipulait avec autant de rapidité que de délicatesse. À la fin de l’opération, il ne resta plus qu’un champignon. Petit pied, chapeau moyen mais épais, gris avec des rayures blanches. C’était là ce qui devait sauver la dame d’Aldburg. Rihils prit un couteau à lame fine et coupa le pied d’un coup. Puis il découpa une à une, avec extrêmement de soin, chaque lame que contenait le chapeau. Il les disposa en tas et remit ce qu’il restait du champignon dans un petit sachet vide qu’il rangea dans ses affaires. Il prit un bocal en verre et le remplit d’eau à moitié. Il y ajouta les lames du champignon telles quelles. Il regarda dans le matériel qu’on lui avait apporté et ouvrit une malle contenant mille et une poudres. Après le temps passé à regarder à l’intérieur depuis le début, il trouva sans peine celle qu'il recherchait. Il en prit trois pincées qu’il versa dans le bocal, puis en ajouta une nouvelle après réflexion. Il referma le bocal avec un bouchon et le secoua d’un geste vif du poignet. Il le reposa et le rouvrit. Il demanda à son assistant de lui apporter une petite pince tandis que lui-même prenait un flacon vide et un nouveau linge propre. Une fois en possession de la pince, il s’en servit pour ôter les lames du bocal. Il reposa son outil, prit le bocal et le versa dans le linge propre qui s’imbiba du contenu. Il récupéra le linge et l’essora du mieux possible pour en faire ressortir le liquide dans le flacon vide. Cela terminé, il se rendit auprès de dame Farma et l’invita à boire.

« N’abandonnez pas face à la douleur, résistez-y et surmontez-la, ça ne durera que quelques minutes. Vous êtes forte. Buvez maintenant. »

Et elle but le liquide d’une traite. Une seconde, deux secondes…

« Aaarrrghhhh !!! »

Elle hurla de douleur, un cri tellement horrible qu’il dut secouer tout le château. Eothain se boucha les oreilles du mieux possible tandis que des larmes lui coulaient sans qu’il ne puisse rien y faire. Cassandre qui montait la garde dégaina son épée et en menaça le guérisseur qui se contenta de croiser les mains sur le ventre en regardant la dame du château se tordre de douleur. Rihils restait confiant, tant qu’elle criait, cela signifiait qu’elle était encore en vie, et qu’elle luttait toujours. Puis après quelques minutes qui eussent parues une éternité, la dame cessa de crier, de pleurer, de bouger. Rihils se porta auprès d’elle et lui prit son pouls au niveau du cou. Elle vivait. Elle avait survécu. Puis elle haleta et le guérisseur alla lui-même (le garçon étant encore sous le choc) lui chercher de l’eau, tandis que Cassandre rengainait son arme, rassuré de la savoir vivante. Après avoir bu, elle sentit en elle une terrible douleur. Non pas due au traitement, mais à la mort, une douleur que seule une mère peut ressentir, la mort de son enfant. Et elle pleura.

« Mon enfant est mort ! Il n’a pas survécu ! J’ai perdu mon enfant !
- Ses chances étaient très minces, le poison l’a atteint et il n’était pas assez fort pour y survivre, je suis désolé ma dame. »

Elle se tourna sur le côté et serra son ventre dans ses bras. Rihils avait la mine sombre. Mais il remarqua alors autre chose, et il pâlit.

« Veuillez plier les jambes, ma dame. Allez-y s’il vous plaît.
- Mais je suis en train de le faire.
- Oh. C’est ce que je craignais. »

Elle comprit elle aussi quand elle voyait le résultat de ses efforts. Ses jambes ne répondaient plus. Ni ses pieds. Tout le bas de son corps était paralysé. Et ses larmes cessèrent de couler. Elle se remit sur le dos et ne bougea plus. Sa douleur morale l’avait brisée. Perdre son enfant, puis l’usage de ses jambes, après avoir enduré une souffrance si grande pour sauver son bébé et elle-même, c’était plus qu’elle ne pouvait supporter. Rihils se tourna alors vers Eothain.

« Veille sur elle, donne-lui à manger aux heures normales – elle ne pourra pas le faire – et ne me dérange que si quelque chose se passe. Je dois consulter mes livres, j’ai entendu parler d’un remède qui pourrait la guérir, mais je ne connais pas les détails. Je crois qu’on peut le trouver au Rhun, c’est tout ce que je sais. Il me faut en savoir plus. Compris ? »

Le garçon hocha la tête, prêt à accomplir sa mission du mieux possible. Ce jeune avait de l’avenir. Le guérisseur prit tous les livres qu’il trouva et les emmena dans un coin où il tira une chaise et commença à lire. Il avait l'impression d'avoir échoué, même si en vérité elle ne serait même plus en vie avec un autre guérisseur. Il se devait maintenant de trouver un moyen de lui faire récupérer l'ensemble de ses facultés. C'était son devoir de guérisseur.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Les réfugiés - Page 2 Empty
Les réfugiés - Page 2 Empty
Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Minas Tirith ! :: - Les Terres du Milieu - :: Le Rohan :: Aldburg-
Sauter vers: