Mort d'un brave

Aller en bas 
Elen-Palantir
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 62

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme
- -: 37 ans
- -:

Lun 21 Jan 2008 - 0:36
Eorl devait passer par la vieille forêt. Il devait tout d'abord retourner à Bree pour éclaicir certaines choses. Il était au trot lorsque un bruit le fit arrêter.
Il retourna sa tête. Rien. Il la retourna de l'autre côté. Toujours rien. Il poursuivit sa route d'un air inquiet. Il regarda au-dessus de lui. Une lourde branche lui tomba sur la tête et Eorl fut assomé. Un homme sauvage, surement un du Dunderland sauta de l'arbre. C'est lui qui avait fait tomber la branche. Le cheval d'Eorl partit au galop en henissant de peur. Quelque part vers le sud.


- Groupf! Groubanatour!

Il saisit son coutelas. Il en planta le cou du gondorien. Il en était fini de lui.
L'homme sauvage repartit dans les arbres, à la reherche de nouvelle proie. Son cheval retourna en Gondor.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elen-Palantir
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 62

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme
- -: 37 ans
- -:

Dim 10 Aoû 2008 - 12:54
Non, la lame ne toucha pas l'artère. Elle se planta entre la trachée et l'œsophage. Du sang coulait abondamment sur son cou. Pourquoi n'avait-il pas appris à se soigner? Ses talents de médecin étaient très rudimentaires, se limitant à de simples plaies ou contusions. Il se dit qu'attendre était la meilleure chose. Il n'entendait rien. Sa vue se brouiller. Il tombait dans le coma. Un chanson gaie s'éleva alors dans les bosquets. Etait-ce la voix de Namò? Non.
Mais Eorl n'était pas dans la meilleure posture pour différencier la réalité de l'irréel. Aussi, la voix gaie venait d'un homme reconnaissable par la vivacité des couleurs de son costume. Une chemise bleu vif et des bottes jaunes, et un chapeau rouge. L'homme s'approcha d'Eorl. Il baissa la tête. Il retira le poignard, arrachant un cri à Eorl. Ce dernier n'était heureusement pas empoisonné, et sa côte de maille avait beaucoup pris. Bombadil sortit un mouchoir et quelques herbes de sa poche. En quelques heures, il avait sauvé l'homme. Il le déposa sur un lit de feuilles touffu. Il déposa quelques morceaux de cram.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !
» Jusqu'a mort s'ensuive... (Linoël, Idryl, Luna, Sanzo, Shrys
» Jeune artiste kidnappé , blessé par balle et laissé pour mort à Cité Soleil
» Menaces de mort contre Wyclef Jean.
» Article intéressant sur la mort Mireille D. Bertin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Minas Tirith ! :: - Les Terres du Milieu - :: La Comté-
Sauter vers: