Duel en duo...pour la joie des foules.

Aller en bas 
Forlong
Tribun Militaire d'Arnor
Tribun Militaire d'Arnor
avatar

Nombre de messages : 2982
Age : 25
Localisation : Rhûdaur
Rôle : Vieux loup au service du Royaume du Nord

~ GRIMOIRE ~
- -: Dunadan d'Arnor
- -: Quarante Ans
- -:

Lun 14 Avr 2008 - 20:52
Geralt apprit avec calme sa classification au prochain tour. Il etait tout de meme un bretteur, bien plus doue que ces barbares puants qui se disaient gladiateurs.
Mais une grimace de mepris s'afficha sur son visage fin lorsqu'il entendit que le prochain combat allait se passer en duo.
Geralt n'aimait pas travailler en tandem. C'etait un homme solitaire, trop assure de sa propre superiorite pour admettre qu'un autre homme soit digne de combattre a ses cotes.
Cependant il comprenait que tout seul il ne passerait pas au prochain tour.
Et il aimait les couleurs criardes des vetements de son partenaire.

Il but un dernier verre de vin, puis sortit par la grille ouverte. Encore une fois, le soleil l'aveugla pendant un moment, et encore une fois, il inspira l'air rempli de l'odeur de sang et de sueur, camouflee par celle de l'encens et des epices.



Son compagnon etait a ses cotes, un grand homme puissant, Geralt esperait seulement que cette montagne de muscle avait un cervelet plus grand que celui d'un pigeon.

De l'autre cote de l'arene, leurs deux adversaires sortaient eux aussi.
Une brute avec une massue, et un suderon avec un sabre.

Les deux duos se correspondaient bien... mais lequel vaincrait? Geralt ne doutait pas. Il allait etre le vainqueur. Il etait toujours le vainqueur.

Il dit a son compagnon, priant dans son esprit que ce dernier le comprenne:

-Eh, Sacag! Surveilles mes arrieres!

Lorsqu'il avancait rapidement a travers l'arene, il sentait la chaleur du sable sous ses pieds. La foule encourageait ses favoris, et attendait le sang. Le sang et le combat. Le plebs etait tellement simpliste...
Mais il aura ce qu'il desirait.

Geralt accelera son pas, et courait a present dans la direction de Saldrail.
Il sauta. Ce moment ou ses pieds quitterent le sol, sa lame levee au dessus de sa tete, un moment de perfection. L'eclait du soleil rouge de Rhun sur sa lame elfique. L'air chaud dans ses poumons. Les odeurs de l'Est dans ses narines.
Il atterit. Mais son adversaire etait rapide. Les deux sabres se toucherent, une etincelle brilla dans l'air chaud.

Geralt recula rapidement, en se mettant a une distance sauve.
Il lanca dans la direction de Saldrail:

-Tu n'es pas un incapable total, je vois...ce sera un plaisir de voir ton sang sur le sable de l'arene.

Il sourit, en fermant a moitie son oeil unique.
Il contourna son adversaire, afin de ne pas avoir le soleil dans les yeux, et en mettant Saldrail dans une position ou il devait subir ce desavantage.

Rapidement, il attaqua a nouveau. Une lutte commenca entre les deux bretteurs. Il esperait que Sacag protegeait ses arrieres, il n'aimerait pas ressentir sur sa nuque la respiration puante de Grahouf...

Sa lame elfique atteint la peau du bras de son adversaire, laissant une trace rouge sur sa manche.
Les spectateurs criaient. La premiere goutte de sang tomba sur le sable...



Membre des Orange Brothers aka The Good Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3167
Age : 26

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Mar 15 Avr 2008 - 10:10
Le suderon au sabre fit son entrée sur le sable brûlant de l'arène de Kryam, accompagné des cris rageurs de la foule que le soleil ardent de Khand et ce combat à mort rendaient hystérique. Saldraïl, alors qu'il avançait d'un pas lent mais décidé jusqu'au centre de l'arène, revoyait en pensée les instants fugaces où il attaquait les caravanes de nomades, en plein milieu du désert, avec le désir puissant de s'emparer de leur or. Dans ces moments-là, seuls comptaient la vélocité, la précision des attaques dans l'obscurité, et le courage implacable qui semait le terreur parmi les victimes. Ces trois qualités le rendait presque invinsible lors de ses intrusions.

Et aujourd'hui, tout comme alors, un terrible combat allait se dérouler, sans nul doute le plus risqué de toute son expérience avec un sabre. Mais en ce jour, les caravanes de marchands n'étaient plus, et ces deux ennemis qui se tenaient devant lui demeuraient son seul but. L'obscurité protectrice de la nuit et la faible lueur de la Lune avaient disparues, et au lieu de cela, un soleil de plomb serait venu frapper le visage de Saldraïl si son voile n'avait pas stoppé les rayons du vaisseau céleste. Aujourd'hui, l'homme du désert ne se battait plus pour l'or, seulement pour un Royaume qui se trouvait en son coeur, en le coeur de chacun, et pour l'honneur incommensurable de remporter ce grand Tournoi de Gladiateurs. Il devait le faire!

Mais avec lui, un barbare du nom de Grahouf combattrait, au déplaisir du voyageur solitaire; lui aussi préférait attaquer seul.

Déjà Geralt, le bretteur, s'avançait vers lui, et en un saut, il fut sur lui. Les deux lames effilées s'entrechoquèrent en un éclair, et les deux combattants se regardèrent dans les yeux une fraction de seconde. Geralt put alors voir, de sous le masque, le regard noir des yeux brillants de l'homme du désert. Le bretteur lança une nouvelle attaque, et le sang coula du bras du suderon. Mais ce coup reçu ne fit que réveiller un sursaut d'orgeuil et une rage décuplée du suderon à l'égard de Geralt. La haine le rendit féroce, et personne ne lui avait jamais résisté dans cet état d'esprit.

Le ton était donné...

Même le soleil rouge dans les yeux de Saldraïl n'y fit rien... D'une roulade fulgurante, il vint se placer à côté du bretteur, et, se rélevant dans le même mouvement, il prit son sabre à deux mains et esquissa une attaque de front. De toutes ses forces il frappa, mais le sabre fut stoppé par la lame Elfique de Geralt, et les deux adversaires restèrent comme cela à forcer, à tenter de prendre le dessus sur l'autre. Regardant le bretteur par dessus les lames, Saldraïl répondit à sa provocation:

"Sache que ce plaisir sera réciproque, et que nul être sur le sable de cette arène n'est un incapable total!"

Le suderon lâcha prise pour mieux contre-attaquer, cette fois de côté. Les réflexes innés de Geralt n'y purent rien: le tranchant du sabre de Saldraïl traversa même les gants de cuir... Le sang issu de la légère blessure coula, rouge, sur le sable. Un grondement vint des tribunes, et l'homme du désert enchaîna... Son autre main vola droit dans les dents de Geralt, qui recula avec un cri, manquant s'étaler sur le sol. Sa main gantée se porta à sa bouche... une canine ensanglanté tomba à terre, et un filet de sang coula le long de la lèvre du bretteur.

Saldraïl lança un regard du coin de l'oeil vers Grahouf, son "coéquipié"... Mais celui-ci, s'avançant, poussa violemment le suderon dans le dos; il tomba à genou.

*Ce barbare sait-il au moins diserner ses amis de ses ennemis... pensa Saldraïl.*

Et d'une voix forte:

"Grahouf! Ne vois-tu pas qu'un seul adversaire me suffit? Occupe-toi de Sacag, fait-lui manger la poussière! A mort!"

Et la foule, comme un seul homme, reprit les dernières paroles de Saldraïl:

"A mort! A mort! A mort!"




The Half Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nârwel Rusk-Iâr
Agent de l'Arbre Blanc
Agent de l'Arbre Blanc
avatar

Nombre de messages : 606
Age : 28

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme de Gondor
- -: 57 ans Grisonnant
- -:

Mar 15 Avr 2008 - 11:15



Sacag ne porta pas plus d'attention à Geralt qu'il ne lui en accorda. L'idée d'un combat en équipe ne le choqua pas. Deux corps à broyer lui suffirait à satisfaire sa soif de violence, et celle du public. Ils savaient tout deux ce qu'ils avaient à faire. Lui avait été elevé pour ça, élever pour ces jours de sang, ces jours de fête, ces jours de mort. Ces jours étaient sa vie.

Le soleil était de plomb, et quelques vapeurs s'échappaient des grilles qui bordaient l'arène. Quand ils pénètrèrent dans l'arène, Sacag crut voir leurs reflets s'avancer de l'autre côté de l'arène. Un bretteur et une brute.

En un instant Geralt avait répartit les rôles. Et alors que les deux bretteurs virevoltaient, allant d'étincelles en larme sanglantes, les deux géants s'affrontèrent du regard. Et quand l'autre s'avança en écartant son partenaire, Sacag l'attendit.

Entre eux deux se tenait encore Geralt qui esquiva d'un geste ample la masse de celui que la foule nommait Grahouf. Désormais, ils étaient face à face.

Il y'eut un choc effroyable.

Sacag n'avait pas bougé, seul sa main avait esquissé un geste lent et puissant. L'autre se tenait devant lui, étonné de voir que l'enchaîné qu'était Sacag venait de stopper l'énorme massue qu'il avait lever contre lui. Alors que tout semblait se figer, Sacag sentit les os de sa main se broyer, et un mince filet de sang coula entre les deux brutes, le sang de Sacag.

Rugissant Sacag lança sa tête en avant. L'autre recula, quelque peu sonné par le choc.

Il entendit le fracas des lames de Geralt et de ce Sadraïl, soudain, il se crut prit de folie. La lame de Sadraïl s'était arrêté à quelques centimètre de son coeur. Geralt l'avait sauvé d'une mort certaine. Et aussi soudainement qu'ils s'étaient rapprochés les deux bretteurs s'éloignèrent, acclamés et adorés par la foule.

Il se retourna vers Grahouf, qui semblait comprendre ce qui venait de lui arriver. Sacag n'avait qu'un glaive, et il aurait été instinctif et naturel d'éventré sur le champs ce colosse. Mais finalement, l'enchainé assoifé de sang frappa du plat de sa lame le ventre de son adversaire. La brutalité de choc éclata au milieu des cris des spectateurs qui trépignant d'impatience, attendant la suite.

Grahouf tomba à genoux, et le tonnerre gronda quand il jeta un regard malfaisant vers Sacag, qui venait de le faire chuter de très haut. Sacag aurait pu en finir maintenant, mais il se contenta de lever les bras vers la foule. Alors il se détourna de Grahouf, en se dirigeant vers Sadraïl et Geralt il se dit que l'humiliation avait un goût un peu plus goûtu que celui du sang.

"Deux contre un !!"

Avec un sourire dément, Koliäm regardait sa brute avec plaisir, mais la rage l'envahie quand SA brute ne porta aucun coup fatal. Alors que Sacag jetait un coup d'oeil à son coéquipier il se levat et remplit ses poumons de l'air sec qui emplissait l'arène.

"Achève le!! Retourne le tuer!!"

Mais ce fut une grossière erreur de croire que Sacag et Geralt avaient pris l'avantage.


Dernière édition par Nârwel Rusc-Iâr le Lun 12 Mai 2008 - 11:11, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3167
Age : 26

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Jeu 8 Mai 2008 - 14:23

Loin en contrebas, sur le sable de l'arène, le combat faisait rage dans une chaleur abominable...

...En haut, sur les gradins, la température n'était que de bien peu moins étouffante, et, dans le vacarme des foules de Khand hurlant pour soutenir leur champion ou canaliser leur envie implacable de sang, le silence de Baladouine, le petit aventurier Hobbit, contrastait avec toute cette excitation.

Pourquoi donc cet être de la paisible Comté des semi-hommes se retrouvait-il en ce lieu, à espérer la victoire de Grahouf, le barbare assoiffé de sang? N'aurait-il pas préféré rester en paix dans le pays des siens, et prendre le thé dans un gentil trou sous une colline verdoyante? Personne ne le savait... peut-être lui-même l'ignorait-il encore. Quand on prend la route qui descend de chez soi, Dieu sait ou cela peut nous mener... le cheminement de cet étrange semi-homme en était le poignant témoignage.

Or donc, Baladouine restait accoudé à la balustrade, au premier rang des gradins, fixant de sous ses arcades avancées et ses sourcils fournis les faits et gestes du gladiateur pour lequel il était "interprête": Grahouf bousculait, Grahouf frappait de sa lourde massue, Grahouf hurlait de rage et demeurait plongé dans une transe meurtrière... mais Grahouf ne savait point reconnaître ses adversaires de ses amis, ou peut-être s'en prenait-il à Saldraïl en toute connaissance de cause.

Déjà, le suderon fut poussé dans le dos par ce barbare sans grande cervelle, mais à la surprise de toutes les âmes assemblées dans les tribunes, Grahouf éleva son imposante et destructrice massue dans les airs, bien au-dessus de la tête voilée de Saldraïl. Celui-ci roula à terre comme il le put avant que l'arme contondante ne vienne frapper le sol sablonneux dans un bruit sourd. Le sable vola tout autour, et un trou imposant fut visible lorsque les pics de cette masse furent retirés du sol.

Le Hobbit demeurait interdit et consterné, et le fut encore plus lorsqu'il vit six homme encapuchonnés et armés de lances faire leur entrée par une petite ouverture donnant sur le sable. Il s'agissait des hommes de main de l'oganisateur du tournoi. L'un d'eux leva le poing...

"Nous vous sommons d'abaisser vos armes et de cesser le combat!" cria-t-il aux quatre gladiateurs.


Saldraïl s'éloigna du géant aux muscles d'acier et fit exactement ce qu'on lui ordonnait... Il ne fallait pas rigoler avec ces homme, et il le savait fort bien. Geralt agit de même, suivi avec plus de lenteur et de remord par Sacag... mais Grahouf continua de brandir son arme, menaçant du poing et du regard les six solides gaillards. C'en était assez, il était véritablement incontrôlable. Pour le plus grand malheur du petit Hobbit, il vit les six longues lances de bois sombre pointer vers son champion et l'encercler.

"Reconnaître ses coéquipiers est salutaire, et manquer au règlement du tournoi l'est bien moins! reprit l'homme masqué. Vous êtes disqualifié, Grahouf, pour tentative de blessure sur le dénommé Saldraïl. Quittez les lieux, si vous voulez éviter de sentir la pointe de nos javelots!"

Il n'avait pas vraiment le choix... les fers de lances étaient aigus. Aussi lança-t-il sa masse à terre dans un grand cri de colère qui fit frémir jusqu'aux plus lointains spectateurs, et continuant de jeter des regards menaçants aux six hommes. Escorté jusqu'à la sortie, il disparut finalement dans un ultime hurlement de rage et de dépit. Baladouine le Hobbit pleura amèrement... que devenait son existance sans cette victoire tant espérée. Ses larmes tombèrent comme des perles d'argent sur le bois grossier des gradins. Peut-être que cette cuisante désillusion le remettrait sur le droit chemin et le ferait revenir à la raison... à l'Eriador... à la Comté... Qui sait?

Pendant ce temps qui parut durer des siècles, Saldraïl scrutait le regard de ses ennemis, de ce bretteur et de cette brute, calme et nullement déconcerté par cet évènement. La massue maintenant inutile de Grahouf se trouvait entre eux, laissée à cet endroit par négligence. Enfin, la grille derrière lui se leva dans un fracas assourdissant, et un nouveau grondement vint des mille bouches de la foule. Le malheur des uns faisait le bonheur des autres... un nouveau gladiateur s'avançait, encore invisible dans l'obscurité du tunnel...




The Half Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hasharin
Maître Assassin
avatar

Nombre de messages : 664
Age : 24
Localisation : Antre des Ombres
Rôle : Hîr-Dae au sein de la Guilde des Ombres, et maître assassin

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme d'Harad
- -: 39 étés
- -:

Lun 12 Mai 2008 - 11:51
La grille s’ouvrit lentement, centimètres après centimètres...

Les spectateurs exhultaient, mais Waylander resta un instant dans l'ombre après qu’elle se soit tout à fait ouverte, afin de faire durer ce suspens insoutenable. Toute la foule attendait avec une impatience atroce que l’assassin pose les pieds sur le sable rouge et brûlant de l’Arène. Enfin... enfin il entra dans le champs de vision de l'ensemble des personnes serrées les unes contre les autres dans les hauts gradins... La foule se tut d’un seul coup comme par respect ou par crainte…

Un homme vint, vêtu tout de noir et de couleurs sombres, tenant dans la main un sabre. Ses pas feutrés résonnaient tout de même avec force au sein de cet édifice devenu silencieux, et lui-même pouvait entendre les battements de son coeur comme s'il s'agissait d'un tambour. Il avançait dignement, et sûrement, fixant d'un calme déconcertant ses ennemis, un à un, prêt à en découdre. Venant se placer aux côtés de son équipié, ce sabreur, suderon lui aussi, Waylander déclara d’une voix monotone :

-Voila ton nouveau partenaire, digne et sûr ce coup-ci. On fait ce combat pour le Harad. Frère…

La détermination se voyait dans ses yeux, et il en fut de même dans ceux de Saldraïl, bien qu'ils demeuraient invisibles sous son sombre et mystérieux voile. Eux... les deux Hommes du Sud... les deux guerriers du désert... ils seraient unis jusqu'au bout, dans la victoire ou dans la mort. Leurs deux sabres effilés brillants côte à côte sous le soleil ardent de Khand en témoignaient.

Un son clair de cor annonça la reprise du combat... La foule, qui pendant un temps avait été aussi muette qu'un amoncellement de cadavres, se mit tout à coup en ébulition. Le combat à mort reprenait... leur envie insatiable de sang et de hauts faits reprenait le dessus.

Sans attendre, Waylander chargea sabre en l’air un certain Geralt, un borgne, un bretteur, avec un sabre également. L’assassin frappa de côté mais son ennemi para facilement, trop expérimenté pour faillir à ce gendre de coup, et contre-attaqua en retour... Waylander dut reculer à regret de quelques pas, piqué au vif dans son orgueil. Il se replaça face à son adversaire, sabre en garde, une famme couvant dans ses yeux et attendit que l'autre charge... Celui-ci le fit, en effet, il mordit à l'hameçon. Waylander s’accroupit pour éviter le coup, tactique depuis longtemps imaginé dans son esprit, et tenta de faucher son adversaire d'un cruel et fulgurant coup de katana, mais il ne réussit qu’à couper le tissu pourpre de la cape de Geralt. La foule poussa un grand cri de dépit...

Le bretteur posa sa vision sur le lambeau de tissu déchiré de sa belle cape et jeta un regard méprisant à l’assassin de son oeil unique. Ce dernier s’était relevé, et encore une fois, inlassablement, il chargea son adversaire, mais beaucoup plus rapidement dorénavant, il attaquait non plus comme un Haradrim, mais comme un Assassin haradrim. Waylander donna un coup rapide comme l'éclair sur le flanc gauche de Geralt puis rapidement il pivota sur ses pieds et frappa comme une furie de l’autre côté!

Mais chaque coup était paré, chaque attaque, détournée... chaque ruse était dejouée. Waylander ne trouvait décidément pas la faille...

Saldraïl, lui, quoique désormais uni avec son compatriote d'Harad, n'osait s'attaquer de nouveau au bretteur, qu'il venait de combattre quelque instant plus tôt. Lui, l'errant solitaire, l'homme des sables au visage masqué... il n'avait pas l'expérience du combat en équipe, et son seule vrai allié demeurait encore et toujours son fidèle sabre. Alors il se tint légèrement en retrait du duel, courant de ça, de là, essayant de faire en sorte que Sacag ne s'approche pas de Waylander. Peut-être Saldraïl interviendrait-il si les choses tournaient mal, mais pas tout de suite...

L’assassin, quant à lui, laissa courir un instant son regard sur le sol par endroit ensanglanté l’Arène et repéra ce qu’il cherchait… Il se dirigea vers le bretteur et commença à porter une multitude de petits coups subtils et précis, qui servaient simplement à faire reculer Geralt, et quand le moment fut venu, Waylander envoya un puissant coup de pied dans le bas-ventre de l’homme.

C'était quitte ou double... soit Waylander voyait sa jambe se faire détacher de son corps par la lame Elfique du bretteur, soit le coup touchait au but, causant grande souffrance... Ce fut heureusement la seconde hypothèse qui se vérifia. Geralt recula dans un cri étoufé... trébucha sur la terrible masse restée sur le sable chaud... et s'écroula enfin de tout son long, le soleil de Khand illuminant plus que jamais son visage. Alors l’assassin leva son sabre, une dernière fois, espérait-il, et s’apprêtait à achever son adversaire, le premier de ses deux aversaire, lorsqu’il entendit un crissement de pas sur le sable derrière lui...


Les Ombres,Invité, attendent ta venue dans leurs repaires ici et . Tu trouveras ce dont tu as besoins...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/watch?v=4xjPODksI08
Forlong
Tribun Militaire d'Arnor
Tribun Militaire d'Arnor
avatar

Nombre de messages : 2982
Age : 25
Localisation : Rhûdaur
Rôle : Vieux loup au service du Royaume du Nord

~ GRIMOIRE ~
- -: Dunadan d'Arnor
- -: Quarante Ans
- -:

Ven 16 Mai 2008 - 14:40
Le poing de Saldrail frappa contre les levres de Geralt, et un jet de sang accompagne d'une dent tomba de la bouche du bretteur borgne.

Geralt ne ressentait pas la douleur. Non. Il sentait le gout sale du sang dans sa bouche, ce qui l'excita encore plus. Il etait temps de voir le sang de Saldrail sur le sable.

Il s'appreta a infliger un coup a son adversaire, son sabre coupa l'air, quand soudain une autre lame le bloqua en plein vol.

Le bretteur regarda surpris, et vit devant lui Waylander. Il fronca ses sourcils. Etant trop occupe a combattre Saldrail il n'avait pas remarque le changement parmis les adversaires.

Peu importe. Il para le prochain coup de Waylander, en interposant sa lame elfique sur la trajectoire du sabre de l'homme du desert.

Le bretteur ne s'attendait pas a un coup de pied de la part de son ennemi, et tomba sur le sable chaud de l'arene, le souffle coupe, ne pouvant pas respirer. Son katana elfique se trouvait par terre, tout juste hors de portee de sa main...

Le temps semblait ralentir...Au dessus de lui il voyait Waylander. Les yeux de Geralt enregistraient des details sans importance; un reflet du soleil dans le sabre de son adversaire, la couleur de ses yeux, une tache de sang sur ses vetements noirs... Il ferma les yeux.

Un sourire amer s'afficha sur les levres de Geralt. A quoi ressemble la mort?
Un baiser froid sur les levres du mourrant? Ou une flamme brulant son corps? Une lumiere aveuglante? Ou une tache noire couvrant tout ce qui se trouve autour? Bientot il le saura...

Tout ces pensees traverserent la tete de Geralt, pendant ces quelques secondes qui semblaient durer des siecles.


Soudain, il entendit des pieds sur le sable, le bruit sourd d'un coup, et un cri de douleur. Il rouvrit ses yeux. Waylander avait disparu de son champ de vision, et sa place fut prise par son coequipier, Sacag.

Geralt se releva rapidement, prenant son katana en main. Ce fut comme un reveil d'un sommeil profond. Mais l'acier froid de son arme lui ramena la conscience.

Il jetta un coup d'oeil attentif autour de lui. Waylander se trouvait quelques metres plus loin, couche sur le sol, le visage couvert de sang de son nez brise par le coup de Sacag.

Un reflet de soleil dans l'acier attira soudain le regard du bretteur. Il sauta en avant. Son katana se heurta contre le sabre de Saldrail qui visait le cou de Sacag. Tout de suite, il fit un pas sur la gauche, ce qui causa une perte d'equilibre chez le suderon. Tenant son katana a deux mains, le bretteur passa a l'attaque, infligeant des coups en diagonale, au niveau du cou de Saldrail. L'haradrim fut oblige a se defendre. Un changement de trajectoire soudain de la lame elfique de Geralt perca les defences de son adversaire, laissant une longue blessure sur son bras.
Le bretteur borgne s'eloigna a une distance sauve avec quelques pas en arriere. Il etait a present hors portee du sabre du suderon, et se trouvait dos a dos avec son coequipier. Il lui murmura:

Il lui dit tout bas:

-Merci...Sacag. Je crois que pour gagner nous devons combattre ensemble.

Apparemment cette grande brute n'etait pas si bete que ca. Meme si Geralt preferai combattre seul, il devait admettre que les talents de Sacag etaient forts utils.


La foule criait, et regardait le combat avec attention.
Cette lutte mortelle ressemblait a un jeu pour les spectateurs, qui, caches du soleil brulant et proteges de l'odeur du sang et de la sueur par des pots d'encens brulant situes dans les tribunes, regardaient ce combat avec une satisfaction cruelle et primitive.



Membre des Orange Brothers aka The Good Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3167
Age : 26

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Sam 17 Mai 2008 - 14:32

Jamais...

Jamais au cours de son expérience des combats dans le désert Saldraïl n'avait versé une seule goutte de sang, jamais une lame n'avait touché sa peau... jamais un ennemi n'avait percé ses défenses... Un borgne l'avait pourtant fait aujourd'hui, avait piqué l'homme du désert au vif et éveillé son courroux!

Il faut dire que lors de ses attaques de nuit sur les camps des nomades, la furtivité et la fulgurance des enchaînements du suderon lui évitaient bien des ennuis, et provoquaient le plus souvent la fuite des malheureuse victimes... ou leur mort rapide...

Mais ici, en ce lieu, dans l'Arène de Khand, il s'agissait bel et bien d'un combat loyal, et non d'une traître embuscade dans l'obscurité. Ce fut pour cette raison, mais aussi à cause de l'incroyable adresse du bretteur adverse, que le sang de Saldraïl traversa ses habits sombres pour venir tâcher de rouge le sable fin de Kryam.

Saldraïl n'eut pas besoin de plus amples réflexions pour que son orgueil reprenne le dessus: un bras meurtri pour la première fois... un confrère Haradrim allongé au sol, le visage en sang lui aussi... Il lui pressait de venger ses affronts, de prendre des vies en échange de ces mauvais coups! Pour le Harad, pour la victoire! Le sang de ses adversaires coulerait à nouveau!

Heureusement, Geralt s'était bien gardé de se jeter sur lui pour l'achever, ayant préféré échanger un mot ou deux avec son coéquipié athlétique... Sans cela, les choses auraient pu tourner autrement... nul ne sait ce qu'il serait advenu dans ce cas. Nul ne le saura jamais d'ailleurs...

Maintenant, plongé dans une fureur folle, Saldraïl serra ses doigts sur la poignée de son katana et se précipita sur ses deux adversaires maintenant dos à dos.

"Tenez bon, vieux frère!" cria-il pour Waylander...

Mais l'autre, malgré sa figure ensanglantée, commençait déjà de se réléver, lentement mais courageusement. Cependant, avant que son coéquipié ne fut sur ses jambes, Saldraïl avait chargé, droit sur Geralt, les yeux fixés sur sa lame Elfique... Cette fois il l'aurait! Cette fois son sabre de Harad vaincrait l'épée du pays des Elfes.

Cinq mètres... trois mètres... un mètre maintenant le séparait de celui qui l'avait blessé, quand tout à coup survint une chose à laquelle le suderon ne s'attendait pas... Un glaive puissant et une montagne de muscles vinrent jouer les troubles-fêtes, et un coup dévastateur du poing de Sacag à la gorge de Saldraïl le fit chavirer sur le sable. Il se releva tout de même, et ce aussi rapidement que le permettait cette secousse et sa tête qui lui tournait; mais cette sensation passa bien vite...

Le sabre du Sud et le large glaive se rencontrèrent pour la première fois, tandis qu'une lame Elfique vint se joindre à la bataille. Deux contre un! La situation empirait, et Saldraïl devait jouer de toutes ses ruses et de son agilité pour éviter de goûter une seconde fois au fil froid d'une lame adverse. Il voulut hurler, prévenir son coéquipier, l'appeler en renfort... mais il n'avait pas connaissance de son nom, et son orgueil lui empêchait de crier "à l'aide!" ou quelque chose de ce genre devant les foules ici assemblée.

Eloignant le bretteur borgne d'un coup de sabre assez puissant pour lui arracher un cri, le suderon prit Sacag pour victime, lui bloquant son glaive à terre après un habile jeu d'épée. Une seule chose... un seul objet vint à l'esprit de Saldraïl: son poignard, synonyme de mort.

Il le saisit avec difficulté à sa ceinture... l'éleva dans les airs... Mais une pensée vint en son esprit, celle de l'absurdité de tout ce tournoi, de l'absurdité de s'entretuer, entre hommes, entre frères... Pourquoi toute cette haine, pourquoi toujours cette envie de sang? Hélas! Le monde était basé sur cela, sur la puissance par les armes, sur la guerre. Sans toute cette violence, ces quatres hommes auraient vécu en paix, dans une famille... Cette pensée troubla l'esprit du sabreur pendant un temps court et subtil, avant de disparaître totalement. Mais cette petite seconde perdue faillit causer sa ruine.

Bon nombre d'actions étaient survenues pendant ce temps d'hésitation... La force physique de Sacag avait réussi à libérer son glaive et à déséquilibré Saldraïl, Geralt le bretteur revenait dans le combat à grand pas, et le pauvre Waylander trouvait finalement les ressources, la force, et le courage de faire de même...

Avec un cri, l'assassin vint prêter main forte à son "compatriote". De nouveau, un combat à quatre débutait... Le sort en était incertain, et à chaque coup d'épée porté, à chaque revirement de situation, la fortune pouvait sourire à l'une ou l'autre des équipes. Le sort de ces hommes demeurait suspendu à un fil... la foule le savait bien, et le murmure perspectible à chaque estocade en était la preuve formelle...




The Half Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nârwel Rusk-Iâr
Agent de l'Arbre Blanc
Agent de l'Arbre Blanc
avatar

Nombre de messages : 606
Age : 28

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme de Gondor
- -: 57 ans Grisonnant
- -:

Sam 17 Mai 2008 - 17:08



Alors que Geralt attaquait aussi rapidement que file une flèche les gestes de Sacag étaient plus lents et usaient leur adversaire. Pourtant en défault Sadraïl surbsistait, et avec brio même. Alors qu'il avait de nouveau frôler l'égorgement Sacag entendit l'autre, le nouveau venu. Evitant à Geralt l'attaque traitre de la lame de l'homme Sacag s'interposa et dans une gerbe d'étincelle stoppa Waylander.

Poussant de toutes ses forces Sacag réussit même à repousser la lame vers son propriétaire. Il le dominait d'une bonne tête, la grande taille de l'enchaîné allait jouer en sa faveur, et l'attaque viendrait du bas.

Le genou cogna contre l'estomac du Haradrim, le jettant face contre terre. Emporté par l'élan Sacag enfonça sa lame dans la chair. Mais il ne trouva que le sable maudit de l'arène. Waylanderse tenait devant lui quelques mètre plus loin. D'un regard de travers Sacag comprit avec une seconde de retard ce qui s'était passé. Même sonné, l'homme restait vif.

Et même audacieux. Il croulait sous les coups du sabre de Harad déferlait sur lui tel une tempête, entaillant son corps en de multiples endroits. Les seuls coups qu'ils réussit à parer était ceux qui l'auraient tués. Decidement, lui aussi jouait sur l'endurance de ses victimes.

Dans les tribunes Koliäm se delectait de chacune des gouttes de sang offerte à l'arène. C'était bien, bientôt si Sacag gagnait il acheterai peut être l'arène. Ce genre d'affaire lui irait bien, cela valait bien son actuelle condition aussi apreciable soit elle.

Il ne tiendrait plus longtemps. Derrière lui Geralt et Sadraïl se livraient un duel sans merci. D'un geste puissant l'homme de Koliäm lança sa main broyée dans le menton de Waylander qui l'évita de justesse.

Sentant son compagnon de fortune dans son dos il s'empara de son bras libre.

"On tourne!!"

Il se laissa basculer vers Sadraïl qui évitait le dernier coup de Geralt. Alors que se dernier se jetait sur Waylander, le glaive de Sacag fusa vers la poitrine de Sadraïl, un coup comme seul une montagne pouvait en arreter. Pourtant la longue lame de son ennemi s'interposa, encore. Mais ce n'est pas la lame de Sacag qui gouta le sang. Presque immobile sous la force du choc, Sadraïl ne put empêcher sa lame de marquer définitivement le bras qui la portait.

Une lame passa derrière lui. Une douleur atroce. Puis se fut comme si le monde s'écroulait. Sacag se laissa tomber au sol, sous son genou une fontaine de sang jaillissait. Le peuple éxultait la mort de ces minables héros.

Sacag roulait sur le côté pour eviter les coups de Sadraïl, ou était-ce Waylander, après tout ils avaient tout les deux une façon de combattre très semblable. Mais bientôt sa jambe lui refusa le prochain mouvement. Il vit l'acier approcher.

Un dernier éclat, une dernière chance. Il se jeta au coup de son bourreau, et à la force des ses bras le plaqua au sol, dans le sable, là où il suffoquerait.

La foule hurlait mais il ne l'entendait plus. Il ne sentait plus qu'une chose, les battements du coeur de sa victime. Qui était-ce, il n'aurait su le dire. Sa vue se brouillait, mais son etreinte ne faiblissait pas. Son sang filait, et la rage restait. Où était passé Geralt, que faisait-il? Et l'autre? Bon dieu que faisait-il ?!

Pourquoi ces porcs souriants criaient- ils à chaque coups, sentaient-ils le souffle de la mort comme lui? Comme Geralt, comme Sadraïl, comme Waylander, comme eux, les Gladiateurs.


Dernière édition par Nârwel Rusc-Iâr le Dim 25 Mai 2008 - 21:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hasharin
Maître Assassin
avatar

Nombre de messages : 664
Age : 24
Localisation : Antre des Ombres
Rôle : Hîr-Dae au sein de la Guilde des Ombres, et maître assassin

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme d'Harad
- -: 39 étés
- -:

Dim 18 Mai 2008 - 21:13
Waylander eut vraiment du mal à comprendre ce qui c'était passé...

Il était prêt à achever Geralt, à le faire taire à jamais, à voir son visage à plat contre le sable de l'arène... et maintenant c'était lui-même, le suderon, qui se trouvait affalé contre terre, avec un nez brisé qui saignait abondamment. L'assassin se releva enfin, difficilement, quoique avec une soif de vengeance indescriptible... puis il se saisit de nouveau de son sabre qui était tombé lors de sa chute effroyable. Et il partit aider son frère d'arme, l'autre Haradrim à la lame courbe, Saldraïl, qui se battait seul contre les deux adversaires réunis; un filet de sang coulait de son bras, même si la blessure demeurait cachée sous ses sombres habits.

Waylander fit quelques pas, difficiles tant il souffrait, vers cette grande brute, pas tout à fait dénuée de cervelle cependant. Il l'attaqua derechef, mais Sacag renvoya l'assassin sur le sable brûlant et rougi par le sang. La colline de muscle qu'était Sacag fut trop lente... force et rapidité ne se côtoient que très rarement, et tel n'était pas le cas chez cette brute.

L'assassin Haradrim était de nouveau sur ces pieds, commençant à donner des dizaines de petits coups, les uns après les autres, sans aucune trêve. Cela était bien, ils entamaient la chair et visaient à fatiguer et affaiblir sa victime. La tactique était bonne, à défaut d'être élégante... Mais en un rien de temps, les deux adversaires avaient échangé leur place, et Waylander se retrouva à nouveau face au borgne que les spectateurs nommaient Geralt. Il attaqua à maintes reprises... attaqua encore et encore... sans discontinuer, mais, coup après coup, parade après parade, l'arme elfique et son talentueux possesseur parvinrent à éviter le terrible katana de l'assassin.

Le combat changea encore de configuration lorsque les deux sabreurs, dans la fureur des coups, tournèrent sans vraiment le vouloir... Waylander se retrouva tout à coup dans le dos de la grande brute qui lui avait "bousillé" le nez... Maudite soit-elle! L'assassin arrêta talentueusement une attaque de Geralt, et repoussa de toute ses forces et la rage au coeur le bretteur, qui recula de quelques pas, de quelques précieux mètres.

La fortune avait tourné! La chance avait changé de camp! Ce répit permit à l'assassin de dégainer son fidèle poignard, tout en tournant sur lui-même grâce à de grandes capacités martiales, pour venir finalement l'enfoncer sans trembler sous le genou droit de Sacag, qui s'appretait, lui, à trancher le bras du compagnon Haradrim.

En effet, Saldraïl, qui avait combattu fièrement aux côtés de son équipié, lui devait à présent la vie, ou tout du moins la chance d'avoir son corps en entier, de ne pas s'être fait amputé d'un membre.

Mais l'assassin n'eut pas le temps de retirer la lame des muscles noueux dans lequels elle avait pénétré; il se reconcentra sur son combat. Son adversaire, quant à lui, se dirigeait déja sur le confrère de Waylander. Ce dernier porta donc son esprit et ses pensées sur l'homme à terre, qui, dans le sable collant sur son visage en sueur, parait les coups, à la limite de l'épuisement. La jambe de Sacag saignait abondamment, mais le dernier coup de l'assassin fut paré, malheureusement, et la brute tendit son bras... réussit à attraper de sa large main le cou de l'Haradrim... il s'était fait avoir en fin de compte. Dans son étreinte, il mettait toute sa force et toute sa rage. Le soufle coupé, voyant la mort lui tendre les bras, l'assassin, frappa du poing à plusieurs reprises le visage de Sacag, dans un élan de désespoir.

Mais celui-ci ne lachait pas prise...

- Saldraïl... fit Waylander en un son à peine discernable. Cela semblait vraiment son dernier souffle.


Les Ombres,Invité, attendent ta venue dans leurs repaires ici et . Tu trouveras ce dont tu as besoins...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/watch?v=4xjPODksI08
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3167
Age : 26

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Jeu 26 Juin 2008 - 10:55

S'attardant un peu trop à contempler cet horrible spectacle, Saldraïl sentit tout à coup une lame traverser les habits sombres récouvrant son dos, pénétrer dans sa poitrine, presque au niveau du coeur, et s'enfoncer en un rien de temps, traversant l'épaisseur de son corps. La lame Elfique de Geralt pointa de l'autre côté sous le regard impuissant de l'homme du désert...

Le sabre se retira soudain avec rage, arrachant un cri de douleur à Saldraïl, lui coupant la respiration. D'un ultime revers de son arme il tenta de venger sa mort prochaine, mais déjà le bretteur ennemi partait achever le pauvre coéquipié. Le coup s'égara dans le vide... Saldraïl perdit l'équilibre, bascula, avant de s'étendre de tout son long. Son visage, presque découvert à présent, se retrouva face vers le ciel, ses yeux regardèrent une dernière fois la lumière du soleil, la foule en délire; ses oreilles purent discerner le son immonde provenant de son "compatriote" plaqué au sol. Lui aussi ne tarderait pas à rendre l'âme.

Les gradins devinrent floux, le soleil perdit de son éclat, les cris de la foule devinrent sourds et lointains, il n'entendit plus son compagnon...

Son âme s'égarait déjà...

** * **

Noir...

Tout était noir et obscur...

Il se sentit comme transporté, quittant son corps...

Sa vision revint... il aperçut des rivages blanc, une lointaines contrée verdoyante... une tour haute et incommensurable de nacre... il entendit des chants de voix étranges en language inconnu. Non, ce pays n'était pas pour lui... Il avait tué trop d'innocents pour cela.

Une vaverne lugubre... un sombre palais... Mandos. Là au moins, tous les hommes étaient égaux... car tous étaient mort. Leurs labeurs s'achevaient, ils attendaient leur jugement.


** * **


Tout cela simplement pour avoir voulu l'honneur d'être vainqueur. Mais qu'était-ce, "l'honneur"? Le coeur des Hommes demeurait bien étrange.

Le sien s'arrêta de battre. Beaucoup d'agitation pour pas grand chose...

Il avait échoué. Leurs adversaires les avaient vaincus, ils étaient les plus forts...



C'en était fini...




The Half Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Duel en duo...pour la joie des foules.
» [Recherche] Pokémon pour Duel Diligent
» [FB] L'ivrogne et le médecin - Duel au sommet [PV Arthy]
» Pendaison de crémaillère. Joie. [PV Clyde] [Terminé]
» Michel Martelly prêt à démissionner pour ... livrer un duel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Minas Tirith ! :: - Les Terres du Milieu - :: Les Royaumes Orientaux :: Khand :: Cité-Forteresse de Kryam :: L'Arène-
Sauter vers: