A l'auberge de Stock

Aller en bas 
Vonroïr
Chevalier de Dol Amroth
avatar

Nombre de messages : 13
Age : 31

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme
- -: 27 ans
- -:

Mar 23 Nov 2010 - 17:46
[ Suite d'une Chasse mouvementé ]

Ayaral et Firal était arrivé depuis quelque minutes à l'Auberge du Loup Blanc, qui était au beau milieu du petit village de Stock, situé lui-même juste derrière la barrière Est de la Comté. L'auberge n'accueillait généralement que des hobbits, c'est pourquoi, malgré le plafond haut et les aménagements faits pour les hommes, ces deux-là n'avait pas l'air très à l'aise. Et cela était tout à fait normal puisqu'ils étaient les seuls non demi-hommes à des lieux à la ronde. Tous les regards étaient tournés vers eux, mais la curiosité des hobbits commençaient à s'estomper. Ayaral avaient commandé deux pintes et c'est ainsi qu'ils discutaient depuis déjà un bon bout de temps, assis dans le coin le moins en vue de l'auberge, autour d'une petite table ronde.

¤¤¤


Ayaral avait suivi Firal sans trop d'encombres. Le trajet n'avait pas duré plus d'une heure et demi et ils avaient vite atteint la barrière. Ils l'avaient longé pour arriver à un portail fermé à clé. Ils avaient frappé, appelé, crié, mais en vain, personne n'étaient venu leur ouvrir malgré la fumée proche qu'ils avaient distingué au dessus de la robuste haie. Finalement, c'est à la Porte Est qu'ils arrivèrent et cette fois, les hobbits qui gardaient l'entrée ne purent se défiler. Malgré les regards suspicieux vers les deux étrangers, ils pénétrèrent en Comté et continuèrent jusqu'à Stock, selon le désir qu'Ayaral avait éprouvé.
Là, il n'avait pas été dur de trouver une auberge où se relaxer et c'est ainsi qu'ils étaient entrés au Loup Blanc, sous bien des regards étonnés, car les étrangers arrivaient rarement de la Porte Est mais plus généralement du Sud ou alors plus au Nord, de Bree. L'aubergiste les avaient servi puis abandonné à leur sort.

Ayaral se tourna vers Firal :

Alors comme ça, vous avez quitté la forêt noire pour cette contrée ? Mais cela est bien étrange. Qu'est-ce qui vous a poussé hors de votre pays natal ? Et puis vous ne vivez tout de même pas exclusivement de la chasse, n'est-ce-pas, où vous êtes vous installé ?

Ayaral ne semblait pas croire à une existence aussi rustre et pour lui, l'attachement à la terre natale était sensé être très fort. Il était dans l'incompréhension et souhaitait entendre son guide avant de le quitter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Firal
Chasseur
avatar

Nombre de messages : 12

~ GRIMOIRE ~
- -: humain
- -: 24 ans
- -:

Mer 24 Nov 2010 - 1:15
Le chemin avait continué à travers la forêt pour nous et nous étions finalement arrivé devant une des portes de la barrière. Malheureusement, les hobbits qui la gardaient semblaient très paresseux, car ils n'étaient même pas à leur poste. Pourtant, on pouvait sentir l'odeur de fumée dans l'air et un feu brûlait de l'autre côté de la barrière. Nous avons donc continué et ,cette fois-ci, les hobbits qui la gardaient était présent à l'autre porte. Nous avons donc continué jusqu'à Stock, j'étais déjà venu, mais je n'en voyais point l'utilité dans faire part. Nous avons donc continué à travers les petits chemins de Stock avec de grand champs vert autour jusqu'à un taverne appelé: Le loup blanc.

Cela me rappela une chasse que j'avais faite il y a de cela deux ans. Les arbres étaient blanc de neige et les vallées garnies d'un épais tapis blanc qui gelais les pieds si on y restait trop longtemps. J'avais alors trouvé à travers ces grandes plaines un animal plus qu'étrange, un grand et noble loup qui possédait un épais pelage blanc était seulement à quelques mètres de moi. Il devait être à un maximum de 10 mètres de moi et il me regardait avec des yeux pleins de respect. On aurait dit que celui-ci voyait en moi un de ses semblables. Le fière animal s'en alla alors en marchant calmement en laissant de grande trace dans la neige. J'aurais pu poursuivre la bête, mais je n'ai point bougé de l'endroit où j'étais. Était-ce cet instinct animal en moi qui suscitait tant de respect chez cet bête si extraordinaire. Ça je n'en ai aucune idée, mais depuis ce jour je vois la vie d'un autre oeil. La nature n'est plus un simple endroit à exploiter, mais aussi une grande source de vie. Les animaux qui étaient tués sans pitié sont devenu des bêtes tués avec le moins de souffrance possible. Ce loup... c'était un signe de la nature, elle m'offrait son respect et j'ai eu le réflexe de l'accepté en la respectant à mon tour. Je ne tue les enfants de la nature que pour subsister et ceux qui la maltraite doive se mesurer à moi.

Mais revenons en au présent, nous sommes entrés dans l'auberge et nous sommes assis devant une petite table où mon compagnon a fait venir deux pintes de bières. Il me posa une question, il voulait savoir pourquoi j'avais quitté ma terre natale. Je pris donc une gorgée du breuvage, m'essuyant par la suite la bouche sur la manche de ma chemise et lui dit:

-Nous ne choisissons pas toujours notre destiné tu vois, mes parents ont décidés que la forêt noire n'était pas un endroit convenable pour l'enfant naissant que j'étais et ils sont alors venu en Arnor, mais j'avoue vouloir un jour y retourné. Pas pour retrouver mes racines, mais pour rencontrer la faune de cette forêt qui semble si hostile aux dires de certain! Et oui, je vis complètement de la chasse, la nature toute la nourriture dont j'ai besoin!

Je repris alors la parole en lui demandant à mon tour:

- Et toi chevalier, tu viens du Gondor, mais tes racines sont du Nord. Pourquoi cette immigration vers le Sud? J'espère que tes parents n'étaient pas des oiseaux!

J'ai alors commencé à rire dans un éclat qui retentit à travers la salle faisant retourné en notre direction plus de visage qu'avant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vonroïr
Chevalier de Dol Amroth
avatar

Nombre de messages : 13
Age : 31

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme
- -: 27 ans
- -:

Dim 28 Nov 2010 - 17:50
Ayaral tenta de sourire, mais il ne cacha pas que la blague de Firal était de mauvais goût. Il le regarda avec de gros yeux comme pour lui dire d'où il la sortait celle-là. Enfin bon, il se reprit et lui répondit.

Je n'ai jamais connu mes parents.

L'atmosphère était devenu glaciale.

Mais ce n'est pas grave, je ne t'en veux pas trop. J'ai été découvert à l'ouest d'ici, près du port des Havres Gris et je me suis retrouvé au Sud par un concours de circonstances. C'est une famille de marchands de Dol Amroth en voyage qui m'a recueilli. Si ça se trouve, je suis originaire du Sud après tout. Mais personne ne le saura jamais je le crains. Je suis un voyageur solitaire qui vient chercher l'aventure, mais mon existence est d'un ennui. En m'engageant dans l'armée, je pensais passer mes heures dans des terres lointaines à batailler, mais je ne fais que rester dans l'enceinte d'un château sans jamais ne voir même les montagnes.

Il avala le peu de bière qu'il lui restait et appela l'aubergiste pour qu'il remplisse à nouveau leurs chope.

Mais en fait, tu ne m'as pas dit où tu habitais. A Bree ? Tharbad ? ...

Pendant ce temps, Ayaral réfléchissait à ce qu'il pourrait faire le lendemain car il ne savait où aller pour se procurer ses herbes, il allait encore vagabonder ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Firal
Chasseur
avatar

Nombre de messages : 12

~ GRIMOIRE ~
- -: humain
- -: 24 ans
- -:

Lun 29 Nov 2010 - 1:25
La réponse d'Ayaral m'avait mis un peu mal à l'aise, on envisageait peu ce genre de réponse quand on posait ce type de question. J'étais bouche-bé, je ne savais trouver les mots pour m'excuser, mais il ajouta qu'il me pardonnait. J'en fus soulagé, mais je devait tenter de tenir ma langue jusqu'à la fin de la conversation. J'avais tendance trop souvent à parler sans pensé et c'est ce qui m'avais incité à faire mon travail de chasseur sans compagnon, ni camarades. J'ai ,par la suite, appris qu'il a été découvert près d'une cité habité par les elfes. Finalement, était-il humain ou un elfe? Sûrement humain, mais j'ai jamais vu d'elfe de ma vie! Il a alors ajouté qu'il avait été adopté par une couple de marchand qui venait d'une cité du Gondor. Il s'était par la suite engagé dans l'armée du Gondor pour s'occuper, car il s'ennuyait et cherchait l'aventure.

Il fit signe au tavernier de lui remplir sa chope et je lui fis signe pour qu'il remplisse la mienne aussi. Il me demanda alors où j'habitais. Je lui répondis donc d'un air étonné:

-Et bien euh... tu vois je n'ai pas de maison, je dors là où je veux que ce soit dans la forêt ou dans les plaines. La forêt est mon amie et elle me protège des prédateurs nocturnes. Je ne m'embête pas d'un lieu d'habitation, je traîne ce qui m'est utile.

Je pris une pause puis je lui ai demandé:

- Tu trouves ton métier ennuyant? Ici en Arnor, le pays est plein d'aventure et d'action pour moi. Chaque jour est un nouveau défi, ces arbres et ces plaines c'est ma vie!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vonroïr
Chevalier de Dol Amroth
avatar

Nombre de messages : 13
Age : 31

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme
- -: 27 ans
- -:

Mer 1 Déc 2010 - 14:02
Ayaral écouta la question de Firal et haussa les épaules avant de lui déclarer.

Je ne sais pas ... Vois-tu, ton métier est bien trop différent. Tu vis dans la nature et tu y trouves tout ce dont tu as toujours rêvé car jamais tu ne la quittes. Mais quand le jour viendra où tu te retrouveras dans une ville, au milieu d'une grande bataille ou encore avec des seigneurs de renom, là tu ne sauras plus ce que tu veux. Tu ne sauras plus quel est ton idéal car en effet, les merveilles que tu t'es cachés toute ta vie t'apparaîtront au grand jour et tu voudras faire l’expérience de l'aventure. Si tu ne vis qu'à un endroit sans connaître les corruptions extérieures, tu vivras heureux, mais dès lors que tu sortiras de ton espace, tu regretteras de ne pas avoir poussé plus loin ton aventure.

Il marqua une pause afin de se remettre sur son banc.

Moi-même je parle avec expérience. J'ai fait de nombreuses études à Dol Amroth, je me suis cultivé. J'étais passionné par l'histoire des Terres du Milieu, les batailles, le commerce, ... en un mot tout ce que j’apprenais, je le buvais et je ne croyais qu'en cela. Il m'a sembler bon de m'engager dans l'armée sans pour autant arrêter mes études mais simplement pour découvrir le monde. Moi qui voulait faire l'expérience de la vie, j'ai pu voir jusqu'où l'homme s'abaisse et j'ai alors trouvé refuge dans la nature, comme toi, en simple rôdeur. Mais je me suis vite rendu compte que la ville est mon élément et qu'on ne peut vivre sans les autres.

Dans les yeux d'Ayaral, une lueur s'éteignait au fur et à mesure de son discours. Il cherchait le breuvage qui rassasiait et fuyait celui qui détruisait l'homme, le vice, l'hypocrisie, la vie mondaine, ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Firal
Chasseur
avatar

Nombre de messages : 12

~ GRIMOIRE ~
- -: humain
- -: 24 ans
- -:

Jeu 2 Déc 2010 - 1:48
Les dires qu'Ayaral était sensé, peut-être étais-je dans un monde un peu trop parfait, mais il ne fallait pas oublier que même la forêt contient bien des sources de corruptions. Il avait peut-être aussi raison pour le fait que je devrais essayer de vivre ''normalement'', mais j'étais sûr que mon coeur resterait là où il a toujours: dans la forêt. Je suis né et j'ai vécu la totalité de la vie dans les bois, mais les contacts extérieures ne me sont pas inconnus. Je suis déjà aller dans des petites villes comme Bree et cela me suffisait amplement. Dans la ville, lorsque ce n'est pas ses propres habitants qui conspire contre elle, ce sont les forces de l'extérieure qui essaient de prendre le pouvoir. Les hommes.... toujours entrain de comploter contre eux-mêmes! Tout ceux qui disent que les vilains ont été détruit avec Sauron, ils ont toujours été parmi nous. Nous sommes notre propre ennemi. Après quelques secondes de grand silence je lui répondis donc:

- Peut-être as-tu raison, mais peut-être as-tu tort sur certain points. Je ne suis pas à l'abri de la corruption dans la forêt loin de là. Même si je trouve la forêt plus sécurisante qu'une ville, il y a bien des créatures malfaisantes qui y rôdent parfois. Je ne chasses pas seulement des animaux de la nature...

J'ai alors pris une pause pour mieux organiser mes idées, puis j'ai continué en disant:

- Et pour mon ''isolement'', je t'avoues qu'un retour en ville ne me ferait aucun mal, mais je suis né dans la forêt et c'est là que j'y mourrai pour sûr.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une soirée à l'auberge (libre)
» Pas mal de stock de gaming à vendre ou échanger
» Chaudron Baveur (Auberge)
» L'auberge de la chatte ronronante
» L'auberge du Joyeux luron (PV)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Minas Tirith ! :: - Les Terres du Milieu - :: La Comté-
Sauter vers: