Le Retour du Guerrier

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Hirzigan Erezel
Mercenaire du Harad
Mercenaire du Harad
avatar

Nombre de messages : 81
Localisation : Terre du Milieu
Rôle : Mercenaire - Banni du Harad - "Vipère" de la Loge des Passeurs d'Etoiles de Minas Tirith

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme de l'Harad
- -: 25
- -:

Dim 10 Oct 2010 - 15:25
Le voyage avait été long et particulièrement dangereux... Cela n'était pas dû aux bandits, car le jeune Hirzigan savait comment y faire avec les rebuts du désert et des autre contrées, le plus dur avait été d'affronter le désert avec ses deux compagnons, la chaleur était supportable pour le haradrim qui avait passé la majeure partie de sa vie dans cet endroit, mais les deux autres avaient eu plus de mal à s'adapter à cette situation, le soleil les avaient accablés et de tout les ennemis que les trois compères avaient rencontrés celui ci était le pire, puissant et fourbe, s'attaquant indirectement aux hommes. Aussi étonnant que cela puisse paraitre les montures avaient bien tenu le coup, Hirzigan était fier d'elles, on voyait que c'étaient des chevaux du Harad, ils consommaient peu d'eau et connaissaient la vie du désert ainsi que sa dureté.

Hirzigan se retrouvait à présent devant la porte de Minas Tirith qu'il n'avait pas vu depuis des mois, il ne pouvait s'empêcher de contempler à nouveau la beauté de l'ouvrage qu'il admirait, comme auparavant, il était sidéré par l'attention qui avait été porté aux détails qui magnifiaient l'ensemble de la porte de Minas Tirith, il avait pourtant déjà vu cette merveille mais il ne pouvait détacher ses yeux de cette merveille, ainsi il passa près d'une dizaine de minutes à observer tout ceci, puis il se retourna vers ses compagnons, enfin...son compagnon, car en effet Aziel le rôdeur d'Arnor les avaient laissés peu de temps avant qu'ils arrivent ici prétextant qu'il devait partir à la recherche de quelque chose, Tarkandil quand à lui était resté aux côtés du guerrier haradrim, il avait eu de prime abord du mal à s'adapter aux conditions du Harad, puis il s'était habitué grâce aux conseils du haradrim.

Autour d'eux le flot ininterrompu de marchands, de voyageurs, de soldats et de tant d'autres gens accompagnés de leurs montures se pressaient pour entre dans l'imposante Cité Blanche, Hirzigan, d'un bref signe de tête, invita son ami à venir le rejoindre afin qu'ils pénètrent dans la capitale du Gondor, Hirzigan réajusta son chèche afin de se protéger et dans une moindre mesure masquer son visage, après tout ce qu'il avait vécu il savait que se méfier des autres n'était pas un mal...

Une fois que les deux compères furent à l'intérieur de la cité, Hirzigan se tourna vers l'elfe:


« Ami Elfe, nous voici arrivé à l'intérieur de Minas Tirith, je propose que nous fassions une pause afin de nous racheter des provisions, des armes, de l'équipement et d'autres choses que j'aurais pu oublier... De plus si vous avez quelque chose de particulier à entreprendre ici vous pouvez bien entendu le faire... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tarkandil
Mercenaire Elfe
Mercenaire Elfe
avatar

Nombre de messages : 104
Age : 26
Localisation : Fondcombe
Rôle : Elfe mercenaire archer

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe
- -: 1426
- -:

Dim 10 Oct 2010 - 15:47
Après avoir longé les Monts de l'Ombre pendant des semaines, le groupe de voyageurs était arrivé aux frontières sud du Gondor. Aziel les avait quittés là, tandis qu'Hirzigan et Tarkandil avaient poursuivi leur route vers le nord, en direction de la Cité Blanche. L'Elfe avait été heureux de retrouver un peu de verdure, après tout ce temps passé dans le désert aride du Harad. Il n'était définitivement pas fait pour vivre dans un pays chaud : il préférait la fraicheur des grandes forêts du nord. Quoiqu'il en soit, il avait tenu le coup ainsi que son cheval, grâce aux instructions du jeune Hirzigan qui était lui-même un Haradrim.

Les deux mercenaires arrivèrent devant les hautes murailles de Minas Tirith et ne purent s'empêcher de s'arrêter un moment pour les admirer. Certains marchands ou paysans leur jetaient des regards curieux alors qu'ils passaient autour d'eux en allant soit vers la cité, soit en s'en éloignant. Hirzigan se remit à avancer vers la Grande Porte et fit signe à Tarkandil de le suivre. L'Elfe admira un instant de plus la Tour Blanche du Gondor, tout en haut de la cité, avant de faire avancer son cheval vers l'entrée. Il écouta ce qu'Hirzigan lui dit avant de répondre :

"Eh bien, je ne serais point contre quelque rafraichissement après un si long voyage ! De plus, mon carquois est pratiquement vide, et je ne puis entreprendre de voyage sans l'avoir rechargé. Que serait-un archer sans ses flèches ? Un musicien dont la lyre n'aurait qu'une seule corde ? Il me faut également des provisions et quelques autres affaires nécessaires aux longs voyages. J'ignore quelle sera notre prochaine mission, mais j'imagine que nous devrions nous reposer avant celle-ci."


Après ce discours, il adressa un sourire au jeune Haradrim en entrant dans l'enceinte de la cité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hirzigan Erezel
Mercenaire du Harad
Mercenaire du Harad
avatar

Nombre de messages : 81
Localisation : Terre du Milieu
Rôle : Mercenaire - Banni du Harad - "Vipère" de la Loge des Passeurs d'Etoiles de Minas Tirith

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme de l'Harad
- -: 25
- -:

Lun 11 Oct 2010 - 14:21
Le jeune haradrim parut songeur, puis après quelques minutes de réflexions il fixa l'elfe et lui proposa:

« Et bien voila ce que nous allons faire: nous allons nous séparer afin de faire nos emplettes chacun de notre côtés, ainsi nous ne nous gênerons pas l'un l'autre, puis une fois tout ceci fait il suffira que nous retrouvions ici d'où nous trouverons un endroit où nous pourrons passer la nuit, enfin une fois tout ceci accomplit nous n'aurons plus qu'à repartir vers de nouvelles aventures... »

Un vague soupçon de tristesse passa de nouveau sur ses traits, ils n'avaient trouvé aucun indice concernant Sera sur leur route... Et plus le temps passait et plus le haradrim se disait que sa quête serait sans fin, il aurait surement besoin d'une vie d'elfe pour pouvoir avoir l'espoir de la retrouver en vie, un sourire sans joie se forma quand il pensa non sans ironie qu'il avait justement une vie d'elfe à ses côtés. Il se reprit puis poursuivit:

« Retrouvons nous ici même vers disons... 18h peu de temps avant la tombée de la nuit de cette façon nous n'aurons plus qu'à chercher une taverne ou une auberge... Prenez garde à vous dans ces ruelles messire elfe! Et prenez garde à votre bourse! J'imagine que vous devez être au courant que ces rues sont remplies autant d'honnêtes hommes que de malandrins! »

Il salua Tarkandil avec un sourire puis disparut dans la foule des badauds à la recherche du magasin le plus proche...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tarkandil
Mercenaire Elfe
Mercenaire Elfe
avatar

Nombre de messages : 104
Age : 26
Localisation : Fondcombe
Rôle : Elfe mercenaire archer

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe
- -: 1426
- -:

Lun 11 Oct 2010 - 19:28
Tarkandil approuva le plan exposé par Hirzigan puis le salua à son tour et s'éloigna dans les rues de la cité. Il était toujours à cheval et avait ramené son capuchon sur sa tête. Le délai avant de retrouver le jeune Haradrim lui laissait le temps de faire tous les achats qu'il voulait et de passer un peu de temps à se reposer dans un endroit tranquille. La vie active des Humains le surprenait toujours et il se demandait souvent comment ils faisaient pour vivre tranquillement et souffler de temps à autre. Il se rappela que les Hommes n'étaient pas immortels et que, donc, ils n'avaient pas vraiment le temps de profiter de la vie comme le faisaient les Elfes.

Les Elfes ... qu'il avait quittés il y a des mois pour venir dans le Sud. Tarkandil rêvait de retourner à Fondcombe et d'y demeurer pendant un moment avant de reprendre sa vie nomade. Il aimait le calme de ce lieu mythique mais sa situation présente, dans la Cité des Rois, n'était pas des plus difficiles. Sortant de sa rêverie, l'Elfe se rendit compte qu'il était arrivé devant une échoppe d'arcs, dans une ruelle comportant plusieurs boutiques.

Il descendit gracieusement de cheval et mena sa monture devant une fontaine, où il l'attacha solidement pour la laisser se désaltérer tandis qu'il irait se réapprovisionner dans le magasin. Enveloppé de sa cape rouge, il se dirigea vers la porte et entra.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hirzigan Erezel
Mercenaire du Harad
Mercenaire du Harad
avatar

Nombre de messages : 81
Localisation : Terre du Milieu
Rôle : Mercenaire - Banni du Harad - "Vipère" de la Loge des Passeurs d'Etoiles de Minas Tirith

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme de l'Harad
- -: 25
- -:

Mer 13 Oct 2010 - 2:06
Hirzigan revenait au point de rendez-vous alors que la nuit s'apprêtait à tomber...

Il avait des courbatures un peu partout mais il n'était pas peu fier de lui, en effet il avait été faire ses emplettes un peu partout afin de s'armer pour les prochaines aventures qui l'attendait il s'était tout d'abord arrêté chez l'Archer de Minas Tirith auquel il avait acheté un carquois neuf en écorce de Mallorn lui permettant de transporter une centaine de flèches (1000£), il avait aussi racheté autant de flèches de son pays que son carquois pouvait en contenir (2500£), puis il avait laissé son arc afin que l'artisan archer puisse apporter quelques améliorations à son arme, Hirzigan avait opté pour des pointes défensives (300£) et l'application de la Puissance de Rauros (1200£) sur son arc, le maitre artisan lui avait alors assuré que cela lui permettrait de traverser les armures les plus efficaces!

Hirzigan avait continué son chemin jusqu'au forgeron afin de s'acheter un ensemble de cuir comprenant une cotte de maille en cuir qu'il avait spécialement fait faire par l'armurier (300£), des gantelets en cuir (100£), des jambières de la même matière (150£) ainsi que des protège-bras (100£) et épaulières (100£), le maitre forgeron avait alors exigé de lui qu'il paye un peu plus pour l'effort déployé rien que pour lui (700£), il avait ajouté qu'il pourrait récupérer sa commande le soir même.

Enfin le haradrim s'était décidé à passer par une salle d'entrainement où un maitre d'armes pourrait lui apprendre plus de subtilités par rapport à sa maitrise du combat... Ainsi il se perfectionna dans l'art de maitriser ses cimeterres (1000£) puis il apprit à tirer à l'arc de nuit (600£) ainsi que la technique nommée Tir de raids (800£), il était ressortit usé et fatigué et il espérait que Tarkandil serait prompt à le rejoindre afin qu'il puisse aller déguster quelques spécialités de la Cité Blanche dans une auberge bien accueillante.

Une fois arc et armure récupérée il arriva au point de rendez-vous et attendit l'elfe qui, visiblement, n'était pas encore arrivé. Hirzigan espérait qu'il ne fût rien arrivé de grave à son ami et qu'il serait bientôt à ses côtés...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tarkandil
Mercenaire Elfe
Mercenaire Elfe
avatar

Nombre de messages : 104
Age : 26
Localisation : Fondcombe
Rôle : Elfe mercenaire archer

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe
- -: 1426
- -:

Mer 13 Oct 2010 - 22:26
Cela faisait à peu près dix minutes que le jeune Hirzigan était revenu au point de rendez-vous lorsque Tarkandil arriva à son tour. Il n'avait plus son cheval qu'il avait déposé à l'écurie - il irait le rechercher quand il en aurait besoin. Son carquois était à nouveau rempli de flèches, sa dague de Numenor et ses autres poignards étaient rangés à sa ceinture et il tenait son arc à la main. Sa cape rouge voletait dans son sillage et l'Elfe avait toujours son capuchon sur la tête. Il tenait une sorte de baluchon qui laissait penser qu'il avait fait quelques provisions pour un nouveau voyage. Sa bourse avait été allégée de ces achats mais il avait encore suffisamment de ressources financières pour pouvoir survivre.

Apercevant le Haradrim, il lui adressa un sourire bienveillant et écarta les bras :

"Mae govannen, mon ami !! Je suis heureux de voir que vous avez mené vos emplettes avec succès, bien que je n'en doutasse point. Ce serait à présent de bon gré que j'irai trouver quelque auberge où festoyer et prendre un peu de repos. Qu'en dites-vous, messire Haradrim ? Avez-vous quelque affaire à accomplir avant de s'en aller quérir la pitance et le gîte chez un brave aubergiste ?"


L'arc dans une main, le baluchon dans l'autre, Tarkandil attendit la réponse du Haradrim en appréciant un courant d'air agréable sur son visage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hirzigan Erezel
Mercenaire du Harad
Mercenaire du Harad
avatar

Nombre de messages : 81
Localisation : Terre du Milieu
Rôle : Mercenaire - Banni du Harad - "Vipère" de la Loge des Passeurs d'Etoiles de Minas Tirith

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme de l'Harad
- -: 25
- -:

Mar 26 Oct 2010 - 12:39
Hirzigan dut attendre peut-être une dizaine de minutes avant que Tarkandil l'elfe refasse son apparition, un fin sourire se forma sur le visage du haradrim, il prit l'elfe dans ses bras, ce geste était un geste d'amitié rare, surtout au Harad. Le mercenaire recula au bout de quelques secondes et prit la parole:

« Et bien mon ami! Voilà une bien belle idée que celle là! Je dois avouer que mon ventre réclame quelque chose de consistant afin de pouvoir me sustenter. Et une gorgée de n'importe quelle boisson ne me fera pas de mal! Et effectivement une bonne nuit de sommeil nous ferait du bien! Nous avons beaucoup chevauché et je dois avouer que passer tout l'après midi dans cette grande ville contribue à augmenter la fatigue, la faim et la soif.
Allons-y dans ce cas! »

Ils firent la route ensemble, à la recherche d'une auberge, ce qui ne manquait pas vraiment dans cette ville, seulement Hirzigan préférait trouver un établissement où on la qualité du service ne laissait pas à désirer et où il ne serait pas dérangé par des importuns. Finalement ils trouvèrent l'établissement en question: une bicoque à l'allure grandiose, bien entretenue aussi bien à l'extérieur qu'à l'intérieur, une fois arrivés à l'intérieur ils s'installèrent et Hirzigan commanda une bonne pièce de viande, accompagnés de quelques légumes et d'une chope de bière de Minas Tirith. Le haradrim se tourna vers Tarkandil une fois que celui-ci eut commandé puis il se décida à l'interroger:


« Ami Elfe, racontez m'en un peu plus sur vous, sur votre histoire sur ces terres! Je ne connais que très peu de choses sur vos contrées et je dois avouer que la curiosité me ronge quant à tout ceci...
Oh! J'ai failli oublier! Quels age avez vous ami? Si bien entendu cela n'est pas impoli de vous le mander... »

Ses yeux étincelaient de curiosité, la commande venait d'être déposé sur la table mais avant qu'il ne commence à manger il se devait de poser une autre question:


« Avez-vous déjà aperçu lors de votre vie -que je suppose longue- un Mumâk? 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tarkandil
Mercenaire Elfe
Mercenaire Elfe
avatar

Nombre de messages : 104
Age : 26
Localisation : Fondcombe
Rôle : Elfe mercenaire archer

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe
- -: 1426
- -:

Mar 26 Oct 2010 - 21:49
Tarkandil fut surpris de l'accolade de l'humain : les hommes du sud n'avaient pas pour réputation de serrer dans leurs bras des Elfes tous les jours. Cependant, il se laissa faire, avant de suivre Hirzigan vers une auberge. Il en trouvèrent à l'allure rassurante et décidèrent de s'y arrêter.

Assis à une table, l'Elfe commanda une assiette de salade ainsi que des pommes de terre et une entrecôte, le tout accompagné d'une chope de bière. Devant l'air étonné du Haradrim, il jugea bon de s'expliquer :

"Il arrive aux Elfes de manger de la viande, lorsqu'il n'ont pas eu de véritable repas depuis trop longtemps. C'est donc ce que je fais, même si en général je n'en mange pas."


Tout en parlant, il avait souri : il se sentait bien, dans cette auberge, et son ami semblait être dans le même cas. Le Haradrim lui posa alors des questions sur sa vie, son histoire, son passé. Les Elfes aimaient raconter des histoires, et Tarkandil n'échappait pas à cette coutume. Il attrapa son carquois et fouilla parmi ses flèches jusqu'à en retirer une, noire et d'un style totalement différent des autres flèches elfiques. Levant la flèche noire à auteur d'oeil, il reporta son attention sur Hirzigan et se lança dans une explication :

"Vous voyez ? Ceci, c'est une flèche d'orque. Vous devez vous demander comment elle s'est retrouvée en ma possession et pourquoi je la garde. C'est une histoire qui remonte à très longtemps, il y a de nombreux siècles. Je faisais route vers la Cité Blanche depuis Fondcombe en compagnie de deux de mes amis. En chemin, nous nous fîmes attaquer par des Orques, beaucoup plus nombreux que nous. Je me réfugiai dans un arbre pour tenter d'abattre le plus possible d'ennemis, mais l'impensable se produisit : l'un de mes traits frappa l'un de mes amis, tandis que les Orques massacraient le deuxième. Et ils me frappèrent à l'épaule avec ce trait. Chutant de l'arbre, je feignis la mort jusqu'au départ des Orques. En me relevant, j'enlevai la flèche et la nettoyai. Je décidai alors de la garder en souvenir pour ne pas oublier quel Mal il faut combattre ..."

Au fur et à mesure qu'il parlait, Tarkandil avait le regard de plus en plus évasif, comme si l'horreur de cette scène refaisait surface tout à coup. Il se rappela que l'humain n'avait pas demandé un récit d'un moment précis de sa vie, mais plutôt un résumé général, et il revint dans ce sens :

"Plus généralement, je passerai la barre des 1500 ans dans quelques décennies, et je m'évertue à lutter pour le Bien, où que je sois. Je ne pense pas que vous ayez vécu à cette époque, mais lors de la Guerre de l'Anneau qui s'est terminée par la chute de Sauron le Terrible, j'ai moi-même combattu dans la Forêt Noire, en compagnie des Elfes Sylvains menés par Thranduil. Nous avons tenu bon face aux assauts des Orques de Dol Guldur et du Mordor. Et depuis que la guerre est finie, je voyage en Terre du Milieu. J'ai une préférence pour les forêts du Nord, avec de grands arbres verts à perte de vue. Je vais parfois me reposer à Imladris - Fondcombe pour les hommes - car cela me permet de faire la paix avec moi-même, de me ressourcer et de m'apaiser. Et comme je n'étais pas à la grande bataille de Minas Tirith, je n'ai jamais vu de Mumâk de ma longue vie. J'ai déjà entendu l'Elfe Legolas les décrire avec une sorte de fascination."

Tarkandil remercia le serveur pour sa commande et jugea opportun de ranger sa flèche pour mieux manger. Il espérait avoir répondu aux interrogations du jeune Haradrim et ce fut à son tour de poser des questions :

"Et qu'en est-il de votre vie ? Je la sais bien plus courte que la mienne, mais je l'imagine toute aussi passionnante. Me trompé-je ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hirzigan Erezel
Mercenaire du Harad
Mercenaire du Harad
avatar

Nombre de messages : 81
Localisation : Terre du Milieu
Rôle : Mercenaire - Banni du Harad - "Vipère" de la Loge des Passeurs d'Etoiles de Minas Tirith

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme de l'Harad
- -: 25
- -:

Dim 7 Nov 2010 - 16:28

« Vous mangez de la viande, Maître Elfe? »

Hirzigan fit des yeux ronds lorsqu'il vit que l'elfe commanda de la viande, étonné, un sourire apparut, les elfes étaient décidément pleins de surprises! Il aimait bien Tarkandil qui décidément était très sympathique, celui-ci commença à lui conter son histoire, en réponse à la demande du Haradrim, il sortit un flèche noire de son carquois et la montra au jeune mercenaire, celui-ci examina attentivement la pièce, comme fasciné par l'histoire qu'elle recelait, le pauvre Tarkandil avait vécu bien des malheurs lui aussi, dans l'esprit du Haradrim celui-ci avait eu une vie bien comme il faut, calme et sans problèmes, mais il fallait croire que ce n'était pas le cas... Le pauvre avait même tué un de ses compères, tandis qu'un autre était mort sous ses yeux, quel destin plus terrible que celui-là? Hirzigan pouvait comprendre l'état de choc qu'avait pu avoir l'elfe, tuer son ami devait être quelque chose de terrible et malgré tout ce qu'il avait vécu l'Haradrim savait que si cela lui arrivait alors il serait aussi choqué que l'elfe, après réflexion il se dit que finalement vivre autant d'années pouvait amener plus de problèmes qu'autre choses... Tristesse, mort, désillusions, l'elfe devait avoir eu son lot de toutes ces choses... Hirzigan ne l'enviait pas finalement, vivre plus longtemps c'était s'exposer au malheur pour un temps considérable...

Hirzigan avait un peu d'admiration pour l'elfe qui subissait tout ceci sans broncher, lui-même n'avait cessé de se désoler sur sa situation jusqu'ici, il devait être plus fort, il le savait, tenir mentalement était un exigence de sa nouvelle vie... Garder son sang-froid...

L'elfe lui parla de la Guerre de l'Anneau, lui apprenant qu'il en avait fait partie, combattant dans la Forêt Noir à Dol Guldur contre les orques, le mercenaire du Harad n'avait jamais vu d'orques de sa vie, il se demandait ce que ces derniers valaient en combat mais se garda de lui en parler, tant d'amis de l'elfe avait dû périr au combat contre eux, ce n'était pas très respectueux de demander ce genre de choses...
L'elfe lui confessa qu'il n'avait jamais vu de mumâk de sa vie, Hirzigan prit un air complice et lui confia:


« Je n'en ai moi même jamais vu non plus, mais je rêve d'en voir un, certains haradrims disent que ce n'est que légende, que cela n'a jamais existé mais au vu de ce que vous venez de dire il est difficile d'admettre qu'ils n'ont pas existé... Si même les elfes en ont entendu parler alors il est difficile de démentir leurs existences... Un jour Ami Elfe je trouverais ces Mûmakil... De telles bêtes me fascinent... »

L'Elfe le questionna alors sur sa vie à lui, le jeune humain ne répondit tout d'abord pas, il préféra se concentrer sur ce repas qu'il avait tant attendu, après qu'un silence se soit installé sur la table alors que les deux compagnons mangeaient, Hirzigan se décida à prendre la parole:

« Je suis fils de marchand nomade, si ma vie s'était passée comme prévue, j'aurais alors fini ma vie en tant que marchand comme j'y étais destiné... Mais hélas la vie est pleine de surprises, de remous... Alors que j'étais partis en éclaireur pour installer notre bivouac de la nuit, ma famille, mes amis, tous... Ils furent attaqués, tués, violés, capturés par des esclavagistes, des hommes en noirs... Depuis ce jour j'ai fais le serment de me venger... »

Il ouvrit la paume de sa main gauche, exhibant avec une grimace la cicatrice que El'Harah avait laissé sur sa chair, il soupira puis reprit:

« Ceci est la preuve de mon engagement, la douleur que je ressens me rappelle chaque jour ce que je dois faire et pourquoi je le fais... Puis comme vous le savez Ami Elfe, je recherche actuellement mon amie d'enfance, que j'ai retrouvé sur ma route, Shera Habaagni, elle est le seule lien qui me reste avec mon histoire passée et je dois la tirer des griffes des esclavagistes... »

Il termina son repas et se cala dans sa chaise, il tendait l'oreille afin d'écouter les conversations, l'auberge semblait calme, respectable. Alors qu'il s'apprêtait à prendre de nouveaux la parole il fut interrompu par un homme ivre qui hurlait à tue-tête, le visage du Haradrim changea du tout au tout, passant de la bienveillance à la froideur. L'homme en question commençait à harceler une serveuse et ça le Haradrim ne pouvait le tolérer, son sang ne fit qu'un tour, il ne prit même pas le temps de s'excuser lorsqu'il quitta la table, armes à la ceinture, il s'approcha du porc enivré, il tapota l'épaule de l'homme qui se retourna et le mercenaire lui décocha un coup de poing qui l'envoya voler contre le mur, ses copains réagirent aussitôt et se jetèrent sur l'Haradrim, le plaquant à terre et le gratifiant de coups. Hirzigan serrait les dents, ne sachant s'il devait se servir de ses armes ou pas...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tarkandil
Mercenaire Elfe
Mercenaire Elfe
avatar

Nombre de messages : 104
Age : 26
Localisation : Fondcombe
Rôle : Elfe mercenaire archer

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe
- -: 1426
- -:

Dim 7 Nov 2010 - 21:44
Après avoir raconté son histoire à Hirzigan, Tarkandil avait commencé à manger tranquillement en écoutant son ami. Ce dernier parlait de son rêve de voir un jour de véritables Mûmakil mais également de sa famille assassinée par des brigands. Ce n'était pas très réjouissant, surtout pour un humain car sa vie était courte et il n'y avait pas beaucoup de temps pour essayer de s'en remettre. La vie d'Elfe était plus avantageuse de ce côté-là.

Tarkandil termina son repas et adressa un sourire amical à Hirzigan. Ce dernier était sur le point de parler mais il fut distrait par quelques ivrognes un peu plus loin. Ceux-ci, des chopes de bière à la main, parlaient bruyamment et importunaient à leur façon une malheureuse serveuse. Dégoûté par ces individus, l'Elfe ne remarqua que trop tard qu'Hirzigan s'était levé d'un bond et avait fondu sur les ivrognes.

Se levant à sa suite, Tarkandil tenta de le rappeler à la raison :

"Attendez, messire, il ne sert à rien de se mêler à ces querelles d'ivrognes !!!"

Mais cela n'eut aucun effet sur le jeune Haradrim, qui décocha un bon coup de poing dans le figure du principal responsable du bruit, déclenchant la fureur immédiate de tous les autres. Ils se jetèrent sur Hirzigan et commencèrent à le tabasser. Tarkandil se décida à intervenir et alla tirer l'un des hommes par les épaules en tentant de le raisonner :

"Allons, allons, braves gens, laissez cet individu en paix !!! Mais laissez-le, vous dis-je !!!"

"Eh, tu causes bizarre toi ... T'es pas d'chez nous, hein ?!!" répondit l'autre.

"Cela n'a aucune importance, messire, lâchez ce jeune homme !!" s'exclama Tarkandil.

"Ouais ben t'arrêtes de causer bizarre et après on en r'cause, hein ? Fous-moi la paix et lâche-moi ou j'te casse la gueule !!!!"

"Espèce de rustre imbibé d'alcool !!" lança l'Elfe, outré par le langage de l'ivrogne.

"AH OUAIS ???!!!" rugit l'autre.

L'homme tenta d'asséner un coup à Tarkandil, mais celui-ci fit un bond en arrière. Il ne pouvait pas faire grand chose pour Hirzigan, car son interlocuteur venait de rallier à lui quatre ou cinq autres ivrognes pour en découdre avec l'Elfe.

"Messire, posez cette chaise !! Posez cette chaise !!! J'ai dit posez, pas lancez !!!"
s'écria l'Elfe avant de se baisser derrière une table.

L'aubergiste, quelque peu désemparé, restait derrière son comptoir en hurlant pour ramener le calme, mais cela ne suffisait pas. Il se rua alors vers la porte d'entrer et se mit à hurler au dehors :

"A LA GARDE !!!!!!!!!! A LA GAAAAAAAAAAAAAAARDE !!!!!!!!!!!!!!!!!!!! BAGARRE DANS MON AUBEEEEEEEEEEEEEEERGE !!!!!!!!!"


Tarkandil ne savait pas de quel côté voir les choses : soit il était positif et pensait que la garde allait les sauver des ivrognes, soit il était négatif et pensait que la garde allait l'arrêter ainsi qu'Hirzigan pour être la cause de ce chaos.

L'Elfe tentait d'éviter le combat en s'éloignant des ivrognes, mais ceux-ci le poursuivaient en renversant tables, chaises et clients. Pendant ce temps, Hirzigan était toujours aux prises avec les autres. Tarkandil ne voulait pas faire usage de ses armes car il ne voulait tuer personne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daix
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 175
Age : 22
Localisation : Vieille-Tombe.
Rôle : Assassin

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 25 ans
- -:

Mer 17 Nov 2010 - 19:55
L'auberge dans laquelle Tell et Daix devaient retrouver les hommes qu' Etelion leur avait recommandé était seulement a quelques rues de l'endroit où l'assassin avait quitté Lenay, et où il avait tué Chôbag. A mesure qu'ils s'approchaient, Daix sentit son estomac se noué. Il appréhendait cette rencontre. Il n'avait jamais commandé, ni même dirigé officiellement quelqu'un. Il venait tout juste d'être recruté et voila que déjà, il devait accomplir sa première mission - son altercation avec Chôbag ayant pris un tournant purement personnel et, de plus, l'assassin n'était même pas sûr que ce dernier ait quelque chose à voir avec les Passeurs ou l'Ordre de la Couronne de Fer. Il espérait qu'il la mènerait à bien, son désir de changer et de devenir quelqu'un de -presque- bien ( ou au moins un minimum respectable ) augmentant à chaque pas. Il entendait la respiration lente de Tell a ses cotés. Il ne le connaissait pas vraiment encore, mais il sentait que leurs destins seraient liés encore un moment, de plus, c'était peut être grâce à lui que Daix et Lenay était encore en vie. Sa présence avait quelque chose de rassurant : la solitude n'était pas une alliée dans ce genre de mission de recrutement, surtout pour un débutant en la matière. En effet, se retrouver seul devant deux inconnus qui pouvaient avoir la lame facile ne plaisait guère à Daix, et être accompagné ôtait un peu le malaise qui nouait ses entrailles.

Bientôt, ils arrivèrent devant l'auberge. La grande porte était proche et la rue, bondée. Rester immobile dans cette rivière de monde revenait a se faire emporter par le courant. Ainsi, Daix et Tell prirent l'initiative de rentrer directement dans l'auberge, tel deux hommes aléatoires venant boire une bonne bière. C'était imprudent certes, de ne pas analyser le lieu avant de passer a l'action, mais ils ne pouvaient se le permettre avec la mare de monde qui inondait la rue à cette heure matinale. Ils devaient passer inaperçus.
Le chaos qui régnait à l'intérieur de l'auberge leur facilitèrent la tâche.
Une bagarre générale détruisait l'établissement : Daix dut se baisser rapidement pour ne pas recevoir un poing en pleine face alors qu'il venait à peine d'ouvrir la porte ; l'aubergiste criait des paroles inintelligibles sous le vacarne environnent tandis que des ivrognes se défoulaient sur un pauvre homme mis à terre, que l'assassin peinait à voir. Il fit signe à Tell de le rejoindre vers l'un des coins de la taverne où ils pourraient être tranquille à observer la scène. Pour l'instant, il était hors de question de se jeter dans la masse sans savoir qui étaient leurs correspondants.

- Quelle ambiance ici. Nous ne pourrons rester fort longtemps, dépêchons nous de retrouver nos p'tits copains et tirons nous d'ici, ça empeste l'alcool. Honnêtement, cela m'étonnerait que Tarkandil et Hirzigan, comme tu me les as nommé, fassent partis de ces fous de la boisson, ou alors, je préférerait qu'on les oublis.

Daix remarqua que seulement une poignée de personne sortait du lot des alcooliques enragés : Un homme mystérieux, surement un rôdeur, assit au fond de l'auberge, l'air de rien, comme s'il s'amusait de la situation ; le patron de l'auberge, que l'assassin trouvait relativement obèse, qui s'était planqué derrière son comptoir après avoir appelé à la garde ; Un elfe, apparemment fuyant, qui avait été acculé à l'un des coins de la pièce, dans une situation plutôt critique ; un vieil homme qui paraissait terrorisé et enfin, le pauvre homme qui s'était retrouvé à terre, entouré par des gorilles aussi sobre qu'un nain qui aurait eu un seau de bière pour ses cent ans.

- Mmh, cela risque d'être bien plus compliqué que prévu, pas vrai ? Je propose d'attendre un peu... pour l'instant, seul l'elfe et l'espèce de rôdeur là-bas, me paraissent avoir un potentiel de Passeur : le vieillard et le patron ne pouvant faire l'affaire... un sac d'os cassé et un mumakil, je ne pense pas qu'ils soient vraiment apte à sauver la terre du milieu... néanmoins, si c'est eux, nous n'auront pas trop a nous casser la tête pour trouver le nom du deuxième. Peut être que le mec en train de se faire péter les dents à terre pourrait convenir aussi. J'ai beaucoup de mal a le voir, avec la barrière d'alcool dressé devant lui. Qu'en penses-tu Tell ?

Daix chuchota ces mots, mais cela lui parut bien inutile, avec le bruit qu'il y avait, il y avait peu de chance que quelqu'un entende quoi que ce soit à leur conversation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Etelion
Pair du Royaume d'Arnor
avatar

Nombre de messages : 951
Age : 26
Localisation : Assis au pied d'un chêne.
Rôle : Fumeur d'herbe à pipe.

~ GRIMOIRE ~
- -: Hobbit
- -: 39
- -:

Sam 20 Nov 2010 - 16:47
Tell était un homme trés peu bavard et ce, depuis sa plus tendre enfance. Ce n'est pas qu'il n'aimait pas tenir une conversation, ni qu'il ne trouvait pas les mots pour s'exprimer. Simplement, il détestait parler pour ne rien dire. Evidemment, il lui arrivait, lorsqu'il était en compagnie de personnes de confiance, d'essayer de faire de l'humour. Il en aurait bien fait à ce moment, aux côtés de Daix, mais les idées ne lui venaient pas. En réalité, il était trop concentré sur la mission que lui avait assigné le hobbit, qui était l'équivalent de son supérieur au sein de la Loge des Passeurs d'Etoiles. Hirzigan et Tarkandil... Pour le premier, le nom avait une consonnance haradrime. En revanche, pour le second, il n'en avait pas la moindre idée. n aurait pû trouver ce nom en Arnor, au Gondor, et dans d'autres contrées humaines. Tant pis, il fallait se baser sur le premier. Un haradrim devrait avoir un teint de peau légèrement plus foncé que les bougres et autres boit-sans-soif trainant dans la taverne. Au milieu de la bagarre, il était difficile d'identifier un homme.

Tell se décida à agir. Il s'avança dans la salle, où les ivrognes se battaient et frappaient un . homme à terre, enleva sa capuche, ce qui laissa apparaitre ses cheveux blonds ébouriffés. Ses yeux gris clairs parcouraient la grande salle de gauche à droite. Il n'avait pas d'armes sur lui et il ésperait ne pas en avoir besoin mais, visiblement, les hommes ivres s'attaquaient à tout ce qui était à portée de bras. Voila des hommes qui n'étaient plus doués de raison. Le messager continua son avancée dans le chahut. Il avait beau chercher, il ne voyait pas qui pouvaient être les deux hommes qu'ils recherchaient, Daix et lui. L'assassin, toujours à ses côtés, parlait alors que Tell gardait son silence. A la dernière question, Pigeon répondit simplement:

- Celui au sol ?

Il arrêta de marcher pour se concentrer sur cet homme. Plusieurs poivreaux étaient en train de le frapper alors qu'il était encore à terre. Entre deux mouvements de pieds, Tell aperçut rapidement le visage de l'homme en question. Soit il était bien bronzé, soit il venait de loin, du sud. Du Harad...

- Il y a des chances pour que ce soit notre homme. Si c'est bien lui, Hirzigan, peut être pourra t-il nous aider pour trouver le dénommé Tarkandil. Avec un peu de chance... Bref, je pense qu'il serait bien d'aller l'aider avant qu'il se fasse casser les deux jambes.

Sans attendre l'avis de Daix, Tell se dirigea vers le petit groupe. Ils étaient trois à le ruer de coups. Dans la salle, une vingtaine de personnes étaient engagés dans la rixe. Dès qu'il fut à la hauteur des trois ivrognes, il tapota sur l'épaule d'un d'eux avec insistance. Quand celui-ci se retourna, Tell lui demanda de cesser de frapper son ami. Pour seule réponse, il eut un coup de poing dans la machoire. Il tomba à terre et se releva le plus rapidement possible. Il avait vraiment mal à la machoire, mais elle n'était pas cassée. Le messager avait pour horreur qu'on le frappe au visage. Il retapota sur l'épaule de celui qui l'avait tapé et, quand l'homme en question tourna à nouveau la tête, Tell le frappa de toutes ses forces au niveau du nez. Un craquement indélicat avait pû etre entendu par ceux qui n'étaient pas loin. L'homme s'éffondra au sol à son tour, se tenant le nez cassé, les mains pleines de sang. Apparemment, il n'avait pas bu assez d'alcool pour ne plus sentir la douleur.
Il restait deux hommes saouls dont il fallait s'occuper, et le passeur ésperait que son confrère allait l'aider rapidement...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://r27.imgfast.net/users/3215/16/77/31/avatars/911-61.jpg
Hirzigan Erezel
Mercenaire du Harad
Mercenaire du Harad
avatar

Nombre de messages : 81
Localisation : Terre du Milieu
Rôle : Mercenaire - Banni du Harad - "Vipère" de la Loge des Passeurs d'Etoiles de Minas Tirith

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme de l'Harad
- -: 25
- -:

Sam 20 Nov 2010 - 18:46


Les coups pleuvaient sur le pauvre haradrim qui subissaient sans broncher, canalisant sa douleur pour ne pas faire le plaisir à ces hommes de l'entendre couiner. Il vit un des hommes voler dans un autre coin de l'auberge tandis que son nez était en sang. Cela lui offrit une accalmie plus qu'appréciable dont il se servit, se redressant d'un mouvement souple il chopa par le col l'un des hommes qui s'étaient acharnés sur lui et le plaqua contre une poutre, il lui cracha au visage et son genoux vint dans une rencontre dure et brutale dans les parties génitales de l'homme, qui japit de douleur.
Il lui colla un dernier coup dans les parties pour faire bon effet puis ne put s'empêcher de le ponctuer par un de ses commentaires:


« Ne jamais énerver un haradrim 'foiré! Vu que j'ai laissé ma marque j'imagine que tu pourras t'en souvenir maintenant! En tout cas tu te souviendras de moi j'en suis certain!! »


Règle n°1: Ne jamais énerver un haradrim, les fils du Sud avaient le sang chaud par nature, si vous aviez le malheur de provoquer le courroux d'un haradrim il y avait intérêt a se barrer vite fait!
Hirzigan allait se retourner quand l'autre soulard lui sauta dessus, passant ses bras autour du cou dans le but évident d'étrangler, l'haradrim étouffait mais il ne voulait pas mourir, il avait trop de choses à accomplir pour cela.
Il recula violemment et l'alcoolo se retrouva frappé par une autre poutre. L'autre continuait à l'étouffer mais le haradrim entreprit un violent va-et-vient pour lui briser le dos, au bout d'un moment qui parut une éternité au haradrim il lâcha prise, Hirzigan se retourna aussitôt, le plaquant à son tour d'une main contre la poutre et se saisissant de son poignard 'El'Harah' de son autre main. Le poignard vint se poser sur la gorge de l'homme:


« Fils de garce! Je vais te trancher la gorge comme le sale pourceau que tu es! Présente tes excuses à cette servante! »


L'autre resta silencieux et Hirzigan réitéra son ordre mais en hurlant ce qui laissa un grand silence dans l'auberge:

« FAIS TES EXCUSES A CETTE SERVANTE FILS DE GARCE! IMMONDE POURCEAU! FIENTE HUMAINE! »


L'autre commença à s'uriner dessus, il chuchotait des paroles incompréhensibles, le mercenaire resserra sa prise et le poignard laissa quelques gouttes de sang se déverser lentement de la gorge de l'homme. Finalement, en larmes mais subitement dessoulé il cria:

« J'VOUS D'MANDE PARDON!!! »


Le mercenaire le lâcha et l'homme s'effondra en larmes, le regard noir du haradrim scruta la pièce à la recherche de l'elfe, il le repéra aux prises avec d'autres hommes soûls qui s'étaient arrêtés de le pourchasser, Hirzigan récupéra ses effets dans le silence de l'auberge, s'approcha de l'aubergiste et lui remit 10.000£ en remboursement, il vint à la rencontre de l'elfe tandis que les autres s'éloignaient de lui à mesure de sa progression.
Il s'inclina légèrement face à l'elfe:


« Venez messire Tarkandil! Voici vos affaires, n'importunons pas plus ces braves gens... »


Et sur ces mots les deux mercenaires quittèrent la pièce sans un mot.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tarkandil
Mercenaire Elfe
Mercenaire Elfe
avatar

Nombre de messages : 104
Age : 26
Localisation : Fondcombe
Rôle : Elfe mercenaire archer

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe
- -: 1426
- -:

Sam 20 Nov 2010 - 21:12
Pendant tout le temps qu'avait duré la bagarre, Tarkandil avait tenté de résister à la tentation de se servir de son arc et de ses flèches, mais la raison l'avait emporté : on ne tuait pas un groupe d'ivrognes dans une auberge de Minas Tirith simplement parce qu'ils semaient la pagaille. Par conséquent, l'Elfe avait choisi d'éviter le combat rapproché avec ces hommes imbibés d'alcool. Il remarqua que deux personnes entraient dans l'auberge et restaient à l'écart du chaos, avant de s'en mêler pour aider Hirzigan. Bientôt, celui-ci se remit sur ses pieds et se débarrassa de ses assaillants. Pendant qu'il menaçait l'un des hommes, Tarkandil lui posa une question depuis l'endroit où il se trouvait :

"Tout va bien, messire Hirzigan ?"


Toutefois, le Haradrim ne sembla pas l'entendre. L'Elfe se rendit alors compte que quelqu'un tentait de lui faire les poches. Aussi vif que l'éclair, il réagit d'un coup de poing dans les côtes du voleur. Celui-ci avait tenté de lui dérober sa dague de Numenor, et Tarkandil appuya violemment sur la tête de l'homme pour l'enfoncer dans une assiette de purée. Le relevant par les cheveux, il lui adressa la parole avec mépris :

"Cet artefact n'est nullement digne d'un porc tel que toi, alors ne t'avise pas d'y retoucher !!"

L'homme couvert de purée sembla émettre un grognement et Tarkandil lui lâcha les cheveux. Tel un pantin, le voleur malchanceux s'écroula au sol et se mit à ronfler bruyamment. L'Elfe lui jeta un regard surpris et l'enjamba pour rejoindre Hirzigan. Il ramena sa cape autour de lui et remit se capuche sur sa tête avant de suivre Hirzigan dehors.

"Je ne sais pas si nous avons bien fait de pénétrer dans cette auberge, cher ami, elle nous a causé plus d'ennuis qu'autre chose ..."
commenta Tarkandil, songeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daix
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 175
Age : 22
Localisation : Vieille-Tombe.
Rôle : Assassin

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 25 ans
- -:

Lun 22 Nov 2010 - 22:17
Apparemment, Etelion pensait réellement que l'homme à terre était le dénommé Hirzigan. Juste après avoir fait part de ces suspicions à Daix, le messager se décida de l'aider sans plus attendre. De toute façon, cela parraissait inévitable et comme Tell l'avait fait remarqué, " autant aller l'aider avant qu'il ne se fasse casser les deux jambes ". C'est vrai que pour devenir Passeur, deux jambes valides pouvaient être plus ou moins importantes, pensa l'assassin. Ce dernier s'apprêtait à se lancer dans la bagarre lorsqu'il vit Tell demander à l'ivrogne d'arrêter de taper leur "ami".

- Je ne pense pas que ça sera bien efficace... ouille, tu vois, je t'l'avais dit. Il faut toujours écouter Daix pour éviter de se prendre des patates dans la tronche.

L'assassin eut néanmoins un sourire satisfait lorsqu'il entendit le nez de l'homme, qui avait envoyé Tell à terre durant un court laps de temps, craquer violemment. Le messager avait une répartie... assez frappante. Loup se décida alors de s'occuper des deux autres singes qui menaçaient a présent son compagnon, mais l'un de ces primates fut castrer par l'homme qu'il avait frappé peu de temps auparavant, tandis que l'autre qui avait essayé d'étrangler l'Haradrim juste après se pissait dessus tandis qu'il se faisait humilier devant tous les clients de l'auberge, un couteau sous la gorge. La scène était plutôt amusante à voir. Cet Hirzigan, car c'était lui, Daix en était maintenant sur, avait d'avoir un sens de l'humour totalement décapant, et son petit côté " fou de la lame " le faisait ressemblait à Daix. Et cela faisait plaisir à l'assassin, bien entendu. Néanmoins, il fut vite déçut lorsqu'il vit la bourse qu'il donna à l'aubergiste. " Trop gentil ! ".

L'elfe quant à lui, semblait bien connaître l'Haradrim. Daix l'entendit lui crier quelque chose, mais il ne parvint pas à discerner assez de mots pour que sa phrase ait un sens à ses oreilles. Ce dernier avait également empêcher un ivrogne, que l'assassin n'avait pas remarquer, qui faisait les poches à l'Haradrim. L'elfe semblait avoir un sens de l'honneur conséquent, et paraissait également assez agressif, ou au moins, Daix se doutait fortement qu'il savait se battre.

Ces recrues avaient au moins fait une bonne première impression à Daix, mais il doutait que cela était suffisant pour les faire devenir Passeurs. Leur motivation devait également être importante.

- Bien. Suivons-les, je pense qu'il serait bête de perdre des personnes comme cela.

Sur ces mots, l'assassin et son compagnon sortir de l'auberge et se mirent à la recherche des deux jeunes personnes qui venaient tout juste de sortir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Etelion
Pair du Royaume d'Arnor
avatar

Nombre de messages : 951
Age : 26
Localisation : Assis au pied d'un chêne.
Rôle : Fumeur d'herbe à pipe.

~ GRIMOIRE ~
- -: Hobbit
- -: 39
- -:

Lun 22 Nov 2010 - 23:52
L'elfe et le haradrim étaient sortis de l'auberge sans adresser un mot au messager et à l'assassin. Pourtant, Tell en était sûr, l'elfe l'avait remarqué quand il alla aider son compagnon. Les deux inconnus avaient agis d'une manière qui allait tout à fait au grand blond. Avec honneur, force, et verve. Les mots prononcés étaient tous justifiés. Ca aussi, ça plaisit beaucoup à Tell. Lui qui n'aimait pas les longs discours, préférant l'action - même si sa spécialité restait l'observation.

Aprés ce triste spectacle de combat d'ivrognes, l'auberge était redevenue à peu prés calme. L'aubergiste fut bien vite consolé en voyant la bourse bien remplie qui lui avait été donnée pour réparation. Visiblement, Daix avait aimé la scène. Un sourire aux lèvres, il avait jaugé les deux recrues potentielles. Et, pour l'instant, il paraissait relativement satisfait. Tout comme l'était Tell. D'un geste rapide, il remit sa capuche et sortit pour retrouver l'elfe et son compagnon. La rue était bondée de monde et les pas d'une petite garnison de soldats se faisaient entendre sur les pavés blancs de la capitale gondorienne. Il fallait déguerpir rapidement. Mieux vaut prévenir que guérir, comme le dit le dicton. Etant donné que Daix et Tell avait déjà retourné une auberge sens dessus dessous quelques heures plus tôt, il était préferable qu'aucun soldat ne les croise prés du lieu de la nouvelle bagarre.

Au milieu de tout ces gens agités, il aurait pu s'avérer difficile de retrouver deux hommes. Heureusement que les deux Passeurs ne s'étaient pas attardés à l'intérieur, sans quoi ils n'auraient jamais retrouvé la trace des supposés Tarkandil et Hirzigan. Ils étaient à une centaine de mètres devant eux, marchant tranquillement, comme si de rien n'était. Evidemment, le visage tuméfié du haradrim ne passait pas inaperçu. Sa couleur de peau non plus, dans cette région où le peuple était clair de peau. En moins de cinq minutes, les deux surprenant personnages furent rattrapés. Daix d'un côté, Tell de l'autre, ils abordèrent l'elfe et le haradrim.

- Bonjour à vous deux. Pour l'instant, appelez moi Pigeon. Nous avons, mon ami et moi, quelque chose à vous proposer. Votre sens de l'honneur nous a rassuré dans notre choix. Ah, avant toute chose... Vous êtes bien Hirzigan et Tarkandil ? Un elfe et un haradrim, ça ne passe pas vraiment inaperçu par ici. C'est pas comme si il y en avait tous les jours dans les rues de la cité blanche. Notre proposition concerne directement la survie des peuples libres de la Terre du Milieu. Nous voulons vous demander d'y contribuer mais devons d'abord nous assurer de quelques petites choses... Acceptez-vous d'aller dans un endroit plus discret et moins fréquenté pour discuter des choses à tête reposée ?

Attendant la réponse aux multiples questions, Tell regarda Daix, cherchant à connaitre son avis sur la question. Visiblement, il n'avait rien à ajouter sur l'immédiat. Peut-être communiquera t-il plus tard, lorsque la situation sera plus propice à la discussion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://r27.imgfast.net/users/3215/16/77/31/avatars/911-61.jpg
Tarkandil
Mercenaire Elfe
Mercenaire Elfe
avatar

Nombre de messages : 104
Age : 26
Localisation : Fondcombe
Rôle : Elfe mercenaire archer

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe
- -: 1426
- -:

Mar 23 Nov 2010 - 19:59
Cela faisait quelques minutes que Tarkandil et Hirzigan avaient quitté l'auberge et qu'ils marchaient tranquillement dans les rues de la Cité Blanche lorsqu'ils furent abordés par deux hommes qu'ils ne connaissaient pas. Méfiant, l'Elfe se tint prêt à réagir en cas de nécessité. Mais il sembla que les deux nouveaux venus n'avaient pas de volonté belliqueuse. L'un d'eux prit la parole en ces termes :

"Bonjour à vous deux. Pour l'instant, appelez moi Pigeon. Nous avons, mon ami et moi, quelque chose à vous proposer. Votre sens de l'honneur nous a rassuré dans notre choix. Ah, avant toute chose... Vous êtes bien Hirzigan et Tarkandil ? Un elfe et un haradrim, ça ne passe pas vraiment inaperçu par ici. C'est pas comme si il y en avait tous les jours dans les rues de la cité blanche. Notre proposition concerne directement la survie des peuples libres de la Terre du Milieu. Nous voulons vous demander d'y contribuer mais devons d'abord nous assurer de quelques petites choses... Acceptez-vous d'aller dans un endroit plus discret et moins fréquenté pour discuter des choses à tête reposée ?"

Tarkandil décida de répondre le premier :

"Bien le bonjour, messire Pigeon !! Vous pouvez en être sûrs, nous sommes bien Tarkandil, pour ma part, et Hirzigan, pour celle de mon ami. Il est vrai que l'on n'associe pas souvent les Elfes aux Peuples du Sud, et encore moins à Minas Tirith. En ce qui concerne votre proposition, elle paraît quelque peu vague, aussi serais-je intéressé d'en entendre davantage. Pour ce qui est de se rendre dans un endroit moins fréquenté, je pense que cela ne pose pas de soucis à condition que ce ne soit pas un piège destiné à je ne sais quel méfait. Quoi qu'il en soit, j'accepte de vous suivre. J'imagine qu'il en va de même pour vous, Hirzigan ?"

Il termina sa réponse en se tournant vers le Haradrim avec un air interrogateur. L'Elfe avait toujours sa cape enroulée autour de lui, ce qui dissimulait à la vue des autres que sa main s'était resserrée sur la poignée de sa dague de Numenor, juste au cas où ce serait nécessaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hirzigan Erezel
Mercenaire du Harad
Mercenaire du Harad
avatar

Nombre de messages : 81
Localisation : Terre du Milieu
Rôle : Mercenaire - Banni du Harad - "Vipère" de la Loge des Passeurs d'Etoiles de Minas Tirith

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme de l'Harad
- -: 25
- -:

Mer 24 Nov 2010 - 20:30

Hirzigan et Tarkandil caracolaient dans les rues de Minas Tirith peu après les évènements de l'auberge, le haradrim se massaient les parties les plus douloureuses de son corps ce qui se résumait à peu près à l'ensemble de son corps. Il ne pipait mot, préférant s'enfermer dans le silence et la réflexion, tout à l'heure il avait bien cru qu'il allait y passer mais grâce soit rendue aux Valar il avait survécu, il n'empêche que cela avait provoqué une drôle de sensation en lui. Et puis la même obsession autour de Shera le tourmentait, il ne savait pas trop quoi faire, aucune piste ne s'offrait à lui... C'est alors que deux hommes vinrent à eux, le mercenaire haradrim resta de prime abord interdit tandis que l'un des deux prit la parole. Il parlait de la survie des peuples de la Terre du Milieu. Interloqué, le banni cacha quand même cette curiosité derrière de la méfiance. Lorsque Tarkandil lui demanda s'il pouvaient les suivre l'homme du Harad posa sa main sur l'un de ses cimeterres et grogna son approbation. Ils suivirent les étrangers sans mots dire. Hirzigan essayait de préparer mentalement un plan à la va-vite pour éviter que les deux autres les surprennent. Après tout personne ne savait s'ils étaient bon ou mauvais, peut-être avaient-ils l'intention de les détrousser ou autre chose dans le genre.

Malgré le fait qu'il soit bien amoché depuis son passage à tabac dans l'auberge, il n'avait pas l'intention de se laisser avoir par n'importe qui. Sur le chemin il glissa quelques mots dans un murmure à l'elfe:


« A la moindre menace, on s'casse. »


Prudence est mère de sureté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Etelion
Pair du Royaume d'Arnor
avatar

Nombre de messages : 951
Age : 26
Localisation : Assis au pied d'un chêne.
Rôle : Fumeur d'herbe à pipe.

~ GRIMOIRE ~
- -: Hobbit
- -: 39
- -:

Ven 26 Nov 2010 - 16:59
Comme l'avait affirmé l'elfe, Tell et Daix étaient bien en présence des dénommés Tarkandil et Hirzigan. C'était déjà ça. Maintenant, le plus dur restait à faire pour le jeune messager. Il devrait expliquer aux deux recrues potentielles ce qu'était la Loge, ainsi que l'Ordre de la Couronne de Fer, sans lacher d'informations trop importantes. Etelion, son supérieur au sein de la Loge, lui faisait confiance pour cette tâche. Il ne pouvait donc en aucun cas mal l'accomplir.
Il triait les informations qui pourraient être dévoilées et celles qui devaient être tues. La tâche ne serait pas facilement accomplie... Chacune d'entre elles en cachaient une autre. Finalement, Tell se décida à expliquer les choses franchement à l'elfe et au haradrim. Leur agissement quelques minutes plus tôt l'avait rassuré sur la place qu'avait la notion d'honneur dans leur coeur. En ajoutant à cela ce que les sources d'Etelion lui avaient rapporté sur ces deux personnages atypiques, Pigeon pensait qu'ils étaient dignes de confiance. Esperons qu'il ne se trompait pas dans ce jugement.
Dès qu'ils furent tous les quatre éloignés des rues les plus fréquentées, ils continuèrent à marcher jusqu'à arriver dans une petite cour carrée assez sombre et accessible depuis deux venelles étroites. En plein milieu de celle-ci, un sorte de pot de fleur géant autour duquel avait été installé un banc, en carré. La végétation était mal entretenue, mais l'endroit était assez agréable. Là, Tell prit la parole, tranchant le silence qui s'était installé quelques secondes plus tôt, aprés les dernieres paroles d'Hirzigan.
- Ici, nous serons bien. Daix, si ça ne te dérange pas, je me lance dans les explications.
Daix acquiessa de la tête, aprés quoi le messager continua.
- Premièrement, il me semble important de nous excuser sur la façon peu conventionnelle dont nous vous avons abordé. Le moment ne permettait simplement pas de faire autrement. J'éspere que cela ne vous a cependant pas dérangé. Deuxièmement, ce que je vais vous dire, vous ne l'aurez certainement jamais entendu ailleurs. Tout simplement parce que beaucoup de choses se passent, sur les terres du milieu, sans que la population n'en ait vent. Commençons par le commencement. L'Ordre de la Couronne de Fer, est-ce que ça vous parle ? Non, j'imagine que non. Cet Ordre est purement malsaine. Nous ne savons pas qui la compose exactement, mais nous avons plusieurs pistes. Des actes relativement terrifiants ont eu lieu à plusieurs endroits des terres du milieu. Au départ, nous pensions qu'ils n'y avait aucun lien eutre eux. Or, nous avons découvert que la plupart d'entre eux étaient des étapes, en quelques sortes. D'un vaste complot visant à renverser le bon fonctionnement des Peuples Libres. Et quand je dis ça... Je vous laisse imaginer le pire. Bref, vous aurez des détails plus tard, en fonction de votre réponse. Il y a quelques temps de ça, rien ne se dressait face à cette organisation. Jusqu'à ce qu'une autre organisation fut créée dans le secret absolu. Installée dans toutes les régions des terres du milieu, celle-ci se nomme globalement la Loge des Passeurs d'Etoiles. Elle a pour but de contrer les offensives de l'OCF dans le secret. Chaque membre ne connait qu'une infime partie de l'ensemble des Loges. Une Loge a été établie à Minas Tirith. Notre supérieur, Mangouste, nous a demandé, à Loup et moi, d'aller à votre rencontre. Il est persuadé que vous seriez des recrues intéressantes. Donc, on en arrive à la question fatidique... Vous sentez-vous concerné par le sort des Terres du Milieu ? Êtes vous prêts à lutter pour la liberté des peuples ? Voulez vous rentrez dans nos rangs ?
Il n'avait pas pu faire plus court ni mieux détaillé. Il avait dit ce qu'il avait à dire. Maintenant, il suffisait d'attendre la réaction et la réponse de Tarkandil et de son compagnon. Tell croisait mentalement les doigts pour que la réponse soit positive. Deux nouvelles recrues de cette qualité, ça ne se voyait pas tous les jours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://r27.imgfast.net/users/3215/16/77/31/avatars/911-61.jpg
Tarkandil
Mercenaire Elfe
Mercenaire Elfe
avatar

Nombre de messages : 104
Age : 26
Localisation : Fondcombe
Rôle : Elfe mercenaire archer

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe
- -: 1426
- -:

Mer 1 Déc 2010 - 16:23
Tarkandil écouta avec attention ce que leur expliqua le nouveau venu et, lorsque ce dernier eut terminé, il réfléchit pendant un instant avant de répondre :

"Une organisation qui combat les forces du Mal, cela semble alléchant ... Mais vous n'avez pas précisé la nature de vos actions secrètes. Si elles sont secrètes, j'imagine que ce ne sont pas des combats, des batailles, ou autres termes militaires; alors peut-être s'agit-il de sabotages, prises d'otages ou assassinats de membres de l'Ordre de la Couronne de Fer ? Ou encore quelques autres types d'actions auxquels je n'aurais point songé ... Et cette menace, est-elle aussi terrible que le Seigneur des Ténèbres qui régna jadis dans le noir pays de Mordor ?"

Il s'interrompit un instant, comme s'il élaborait dans sa tête ce qu'il allait ensuite exprimer.

"Pour ce qui est de vouloir le Bien des Peuples Libres, cela va de soi : c'est ce que je m'évertue à faire depuis des siècles. Mais ici, en quoi cela consiste-t'il ? Quelle sera notre tâche, si nous acceptons de rejoindre vos rangs. Quoiqu'à en juger par vos explications quelque peu vagues ainsi que vos noms de code, il m'apparaît assez clairement que l'on vous a demandé de ne pas trop en révéler. En tout cas, je ne peux radicalement pas m'opposer à cette idée d'organisation secrète qui lutte secrètement pour la survie des Peuples Libres. Je pense donc accepter votre proposition, et je vous serais reconnaissant d'apporter quelques précisions dans vos explications - si vous le pouvez."

Tout en parlant, il avait observé tour à tour les deux hommes, il les scrutait comme pour voir leur esprit. Un Elfe ne se laissait pas embrigader très facilement dans une organisation dont il ne sait que très peu de choses. Il se demandait également si son ami Hirzigan accepterait de s'exprimer davantage qu'il ne l'avait fait dernièrement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daix
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 175
Age : 22
Localisation : Vieille-Tombe.
Rôle : Assassin

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 25 ans
- -:

Sam 4 Déc 2010 - 21:48
Daix trouvait cela étrange de se trouver à la place du recruteur, alors qu'il n'y avait même pas une semaine, c'était lui qui se trouvait en face, réfléchissant à son avenir, à ce que cette aventure lui apporterait. Aux changements qui s'étaient opérés en lui à ce moment-là. Peut être l'une des deux personnes en face de lui ressentait-elle cela aussi. L'impression que, par un simple accord, sa vie changeait, son âme changeait, sa raison de vivre changeait, sa façon de voir le monde. Se retrouver à la place de celui qui avait le pouvoir de changer tout ça était jouissif. Il posa son regard gris glacial sur Tarkandil, qui était juste en face de lui. Il dégageait la grâce elfique, c'était certain et ses mots étaient sans mensonges, honnêtes. De toute manière, l'assassin n'était même pas sûr que les elfes puissent mentir : il les voyait comme les êtres ultimes, purs, la création parfaite. Peut être que cette vision était dû au fait que celle qui avait pris son cœur était une elfe, il n'en savait rien. Il ne pouvait s'empêcher de voir un peu de Lenay derrière les traits elfiques de son interlocuteur. Et cela le déstabilisait légèrement.

- Les missions qu'on pourra vous confier, enfin pour ma part, seront surement de l'ordre de l'assassinat, de l'espionnage, du sabotage, en bref, rien de bien plaisant ni de... très morale, soit. J'espère donc que cela ne vous répugne pas. Tuer peut s'avérer frustrant. Tuer quand on ne connait pas la cause pour laquelle on se bat l'est encore plus. Or, la raison pour laquelle je me suis engagé était aussi clair que celle qui semble vous motivez. C'est une cause noble certes, et vous avez l'air d'êtres des atouts importants. C'est de vous que l'on a besoin dans Minas Thirit, ainsi, avant d'aller plus loin, j'aurais envie de vous dire ceci : la fin justifie les moyens. Je n'ai pas pour habitude d'être doux dans mon métier, ni d'avoir pitié. J'espère qu'il en sera de même pour vous.

Daix se tut un instant, laissant les deux recrues potentiel ingurgiter ce qu'il venait de dire. Il n'essayait aucunement de les décourager, seulement de savoir si ils étaient près à tout, même si l'assassin espérait que le "tout" ne serait pas trop radical. Pendant ce temps de silence, il commanda quatre choppes de bière au serveur qui avait l'air de s'ennuyer profondément : le nombre de client était particulièrement ridicule dans cette taverne. Au moins, ils n'auront pas de problèmes sur ce point-là.

- Pouvons-nous vous faire confiance ? Réfléchissez bien à la réponse que vous me allais me donner. Après il sera trop tard pour faire demi-tour : votre engagement sera clos et validé par un pacte de sang, effectué sous le regard des Valars. Inviolable, moralement, du moins...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hirzigan Erezel
Mercenaire du Harad
Mercenaire du Harad
avatar

Nombre de messages : 81
Localisation : Terre du Milieu
Rôle : Mercenaire - Banni du Harad - "Vipère" de la Loge des Passeurs d'Etoiles de Minas Tirith

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme de l'Harad
- -: 25
- -:

Dim 5 Déc 2010 - 2:04

Hirzigan avait écouté tout ceci sans broncher, ainsi certains tentaient de détruire la Terre du Milieu mais par l'intérieur... La politique n'était pas vraiment le domaine de prédilection de l'haradrim, s'ajoutait à cela qu'accepter l'exposait à un monde d'ombres, de dagues dans le noir et de poisons. Enfin ce genre d'objectifs faisaient passer les siens en second plan, ce qui voulait dire que Shera ne pouvait donc plus compter sur lui, il soupira, songeant qu'il était dégueulasse de l'abandonner ainsi. Il réfléchit un moment puis il trouva au contraire dans cette opportunité un moyen de parvenir à ses fins. La chair tuméfié de son visage rendait son regard encore plus dur qu'à l'accoutumée, il ne cacha pas son scepticisme et prit la parole, son accent haradrim ponctuant chacun de ses mots:

« Je veux bien aider la Terre du Milieu et les peuples qui la composent, mais il faudra qu'elle m'aide en retour. J'ai moi-même des aspirations et des buts, disons que nous pouvons trouver un profit mutuel dans tout ceci... Si vous acceptez ça et si vous ne m'obligez pas à faire des actes que je jugerait mauvais alors aucun problème: vous pouvez comptez sur moi. Cela vous convient? »


Et joignant le geste à la parole il tendit sa main à Etelion afin qu'ils concluent cette affaire. Certes il pouvait sembler paraître peu suspicieux mais lorsqu'il eût réalisé que cette association lui apporterait le coup de pouce dont il avait besoin pour parvenir à ses fins. En ce qui concernait l'Elfe il ne se faisait pas de soucis, le profond sens de justice qu'il avait observé chez cet être le mènerait dans cette ''Loge des Passeurs d'Étoiles''. A bien y réfléchir Hirzigan était content d'avoir pour compagnon cet elfe qui était très sympathique, enjoué et doté d'un respect n'ayant d'égal que son sens de l'humour parfois particulier. Un petit sourire vint se former à l'issue de cette réflexion, il serait regrettable qu'il vienne à se séparer de l'elfe qui était à présent son compère le plus fidèle.
Son regard s'attarda sur le Loup, il décida de répondre à ce dernier:


« Tant que ces assassinats ne seront pas moralement douteux je ne vois aucun problème à tuer... Je ne m'attaquerais pas aux femme désarmés ou aux enfants voilà tout... Qu'on se le dise... »


Il défiait légèrement le Loup du regard, mais c'était plutôt comme si il invitait les deux à lui proposer de tuer des cibles qu'il refusait d'emblée de toucher, rien que pour leur montrer ce qu'il adviendrait en ce cas. Hirzigan était capable de tuer, même de sang-froid, mais pas des personnes qu'il jugeait innocentes, il avait des valeurs et il en tirait un certain orgueil d'ailleurs.
Son visage fier affrontait celui du Loup, ne cillant pas, puis il se permit d'ajouter, afin de clore le sujet:


« En ce qui me concerne j'accepte vos conditions, si vous acceptez les miennes. »


Un léger sourire vint se former, un sourire bienveillant respirant la gentillesse et la franchise, le haradrim n'était pas mauvais, il aimait à se croire bon. Peut-être était-ce de la vanité ou peut-être pas... Seul le futur le dirait.
Il patienta, maintenant qu'il avait accepté de rejoindre cette ''Loge des Passeurs d'Étoiles'' si cette dernière respectait son code d'honneur.


Dernière édition par Hirzigan le Jeu 9 Déc 2010 - 11:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tarkandil
Mercenaire Elfe
Mercenaire Elfe
avatar

Nombre de messages : 104
Age : 26
Localisation : Fondcombe
Rôle : Elfe mercenaire archer

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe
- -: 1426
- -:

Lun 6 Déc 2010 - 18:48
Après que Daix et Hirzigan eurent parler, Tarkandil croisa brièvement le regard de l'homme surnommé Pigeon, et il décida de reprendre la parole :

"Certes, s'il ne s'agit point de ravir la vie à de pauvres innocents, je pense me joindre à votre organisation. J'ai déjà pris de nombreuses vies, bien que la plupart étaient des Orques, mais je peux aussi tuer toute créature qui voudrait nuire à l'équilibre naturel de la vie sur cette Terre. Les Valar m'ont toujours aidé, alors je ne vois pas pourquoi il en serait autrement maintenant. Les Elfes sont des êtres de confiance lorsqu'il s'agit de défendre le Bien, cela vous le savez certainement. Vous pouvez donc compter sur moi."


Il adressa un sourire bienveillant aux deux recruteurs et attendit leur réponse, tandis qu'il se tenait à côté d'Hirzigan. L'endroit était relativement peu fréquenté, mais Tarkandil avait mis de côté sa suspicion et sa main relâché sa dague, sous sa cape. A présent, il continuait de fixer tour à tour ses interlocuteurs avec un regard perçant, presque inquisiteur. Pour ne pas les tromper sur ses intentions, il y ajouta un nouveau sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daix
Citoyen
avatar

Nombre de messages : 175
Age : 22
Localisation : Vieille-Tombe.
Rôle : Assassin

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 25 ans
- -:

Lun 6 Déc 2010 - 22:24
Il est était étonnant de voir la différence entre les deux personnages qui faisaient face à Daix. Quand l'un semblait enclin à aider la terre du milieu sans aucune hésitation, l'autre parraissait plus réticent. On voyait bien que, comme l'assassin, la Terre du milieu lui était comme secondaire. Il avait d'autre chose a accomplir, à réaliser ou à finir. C'était parfaitement compréhensible, mais Loup ne pouvait prendre le risque d'impliquer la loge dans une affaire qui ne la concernait pas, et qui pourront lui apporter des ennuis. Il allait falloir jouer serrer, ruser, pour le convaincre de rejoindre la loge sans broncher.

- Écoutez, vous comprendrez parfaitement que je ne peux impliqué la loge et les Passeurs dans vos affaires personnels. Nous n'avons pas pour aspiration d'aider les gens en retour. Néanmoins, peut être pourrais-je m'engager personnellement, mais uniquement lorsque tout cela sera finit. Peut être aussi que vous trouverez un moyen d'arranger vos soucis sans notre aide, tout en étant Passeur. J'ai moi-même... réaliser un souhait grâce aux Passeurs, sans me douter que cela serait possible, sans même l'avoir envisagé. Peut être que vos intérêts et ceux des Passeurs seront semblables. Si ce n'est pas le cas, je m'engage a vous filer un coup de main, dans la mesure du possible... et uniquement si vous nous rejoignez. Quant aux assassinats, ou autre d'ailleurs, les gens que vous devrez tuer seront tous, sauf innocent, que ce soit bien clair et à moins que l'Ordre de la couronne de Fer ai soudainement décidé de recruter des gosses, je ne pense pas que nous devrons en tuer, du moins je l'espère. A propos des femmes, sachez que la rose cache toujours des épines et donc méfiez-vous. J'ai connu des femmes aussi malsaine que les pires hommes que j'ai put affronter, c'est vous dire.

Les deux recrues avait le sourire aux lèvres, des sourires francs, sans mensonge. Ils avaient l'air enclin a les rejoindre, même si Daix avait toujours des doutes pour Hirzigan. Viendraient-ils quand même en sachant que ses buts personnels risquaient d'en être perturbés ? Rien n'était moins sur. L'assassin pris un rouleau de parchemin et, comme l'avait fait Etelion il y a encore quelque jour, commença a rédiger rapidement le contrat d'engagement pour Tarkandil qui ne semblait émettre aucune opposition, en attendant la réponse de l'Haradrim pour rédiger le sien. Il nota le maximum de choses qu'il arrivait à se rappeler, utilisant les mêmes mots, les mêmes formules a peu de choses près que le Hobbit. De toute façon, le réel engagement se soldait par un pacte de sang, non en lisant un bout de parchemin. Comme le hobbit autrefois, il attribua un pseudonyme à l'elfe. Comme le hobbit autrefois, il laissa l'espace vide attendant une partie de leur sang, signe qu'il acceptait de se porter garant du pseudo choisit et qu'il acceptait de faire partit de la loge de Minas Thirit et ainsi, de devenir Passeur D'étoile devant Loup et Pigeon. "Colombe". La pureté, mélangée à la sagesse des elfes. Cela lui allait parfaitement, d'après le peu que Daix connaissait du personnage. Il tendit le contrat à l'intéressé pour qu'il puisse la lire, et se tourna vers Hirzigan.

- Comme je l'ai déjà dit, c'est devant les valars que vous deviendrez Passeurs. Vous n'aurez pas à nous trahir, le serment est inviolable. Que choisissez-vous, Haradrim ? L'intérêt personnel, ou celui de la Terre du milieu ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hirzigan Erezel
Mercenaire du Harad
Mercenaire du Harad
avatar

Nombre de messages : 81
Localisation : Terre du Milieu
Rôle : Mercenaire - Banni du Harad - "Vipère" de la Loge des Passeurs d'Etoiles de Minas Tirith

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme de l'Harad
- -: 25
- -:

Jeu 9 Déc 2010 - 11:20
Hirzigan ravala sa fierté et ses doutes. Pour le moment il y avait peu d'espoir de retrouver Shera, il n'avait aucune indications de où elle pourrait être, seulement quelques bribes de racontars de ci delà, rien de bien sérieux. Il ne pouvait la retrouver, il le savait,il choisit de se donner à cette Loge des Passeurs d'Étoiles.Pourquoi? Actuellement elle offrait quelque chose, la seule chose qui avait un sens après la traque de ceux qui détenaient Shera, c'était protéger les faibles, et ce groupe si étrange lui offrait l'opportunité de faire ce genre de choses à un niveau bien plus élevé, changer les choses de manières directes. Les actes qu'il pourrait accomplir auraient surement une conséquence directe. Il accepterait donc. Tout en se promettant de rester vigilant sur cette association, il n'avait pas envie de se retrouver piégé dans un nid de vipères. Il aiderait la Terre du Milieu. Tel était sa décision.
Les accents haradrims s'élevèrent à nouveau:



« La Terre du Milieu. »


La voix troubla le silence qui s'était formé et il semblait que même les bruits omniprésents de la rue s'étaient tu alors que les mots s'étaient déversés, révélant ainsi les intentions de celui qui fût un mercenaires, le regard ferme, sévère et on ne peut plus sérieux, il reprit:


« Je jure que tant qu'il restera un souffle dans mes poumons et de la force dans mes bras, mes cimeterres se lèveront afin de défendre la Loge des Passeurs d'Étoiles contre les scélérats et les chiens.L'Ordre de la Couronne de Fer trouvera en moi un ennemi des plus farouches et des plus obstinés. Vous avez ma parole. La parole d'Hirzigan Erezel du Harad. »


Et il abaissa sa tête en signe de respect, montrant ainsi sont acceptation des conditions de son intégration de manière humble. Il n'avait pourtant pas oublié ce qu'avait proposé Loup, il revint donc à lui et dit:


« Très bien, votre aide sera surement la bienvenue, si un jour je pourrais reprendre la traque de ces porcs, je ferais appel à vous si le besoin s'en fait ressentir. »


Un pâle sourire éclaira son visage. Ainsi se scellait son destin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le Retour du Guerrier
» Pétition pour Retour Titid en Haiti
» Retour aux bercailles [Qui veut]
» L'homme est de retour ...
» Thornac, le Nain guerrier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Minas Tirith ! :: - Minas Tirith et Gondor - :: Les Ruelles du Premier Cercle-
Sauter vers: