Les guérisseuses font les plus mauvaises malades

Aller en bas 
Aelyn
Compagne du Vice-Roi du Rohan
Compagne du Vice-Roi du Rohan
Aelyn

Nombre de messages : 358
Age : 30
Localisation : En Rohan
Rôle : Fiancée du Vice-Roi du Riddermark - Guérisseuse

~ GRIMOIRE ~
- -: Humaine - Rohirrim
- -: 26 ans
- -:

Les guérisseuses font les plus mauvaises malades Empty
Les guérisseuses font les plus mauvaises malades EmptySam 1 Mar 2014 - 17:52
[Tu m'en voudras pas, Gallen, d'avoir piqué ton expression pour titrer le sujet ? x)]

Aelyn observa, désemparée, le désespoir de son amie. Tous ces horribles malheurs, elle ne méritait pas ça... Elle était si pâle, si malade, si perdue... C'était un crève-cœur de la voir ainsi, elle qui avait toujours été si forte et si fière.
Patiemment, la jeune guérisseuse d'Aldburg prit le temps de remettre en place chaque élément de ce récit décousu qui lui était compté, chassant au passage d'un coup de tête compréhensif le semblant d'indélicatesse de Farma. Elle n'avait peut-être plus d'époux mais sa famille ne manquait pas d'hommes pour illustrer ces propos, elle comprenait très bien.
Peu à peu, tandis qu'elle reconstituait le puzzle, elle saisissait ce qui s'était passé en ces lieux, la présence de l'oriental et la faible estime que les gens d'ici avaient de lui. Et était-ce cette fameuse empoisonneuse que la noble gondorienne était venue voir ? Pourquoi ferait-elle une chose pareille ?

Mais bientôt quelque chose l'inquiéta bien plus que ce que lui racontait l'épouse du Maréchal. Son débit de parole était de plus en plus rapide, sa voix de plus en plus aiguë, ses yeux se perdaient dans le vide. Pour la deuxième fois, elle réclama Gallen. Puis, pendant quelques secondes, elle ne sembla plus là, totalement perdue dans un ailleurs qu'elle était la seule à voir.
Aelyn ne parla pas, la laissant revenir d'elle-même au présent en caressant les mèches blondes au dessus du front de sa vis-à-vis, elle brûlait comme le feu d'une forge.

« - Pour notre malheur, nous vivons dans un royaume où les hommes aiment tant leur pays qu'ils en oublient parfois leurs épouses. Gallen aime le Riddermark, j'en suis sûre... Mais je suis persuadée qu'il t'aime bien plus encore... Hengest me disait qu'il n'y avait pas de bataille qu'il n'accepterait de faire si cela signifiait me protéger. Et que je brûle dans les flammes du Mordor si tu n'es pas la seule chose qui importe dans l'esprit du Maréchal à cet instant même ! »

Elle essaya d'être la plus convaincue possible. A vrai dire elle ne savait rien de ce qui se tramait ni à quoi pouvait bien songer le maréchal en abandonnant sa femme dans cet état, mais tout était bon pour réconforter Farma. Dans son état c'était la seule chose à faire. Apaiser son esprit et reposer son corps.

"Je suis lasse Aelyn, si fatiguée. Où sont Thorin mon père ? Mon enfant ?? Les as-tu vus ?"

La jeune femme écarquilla les yeux de surprise avant de se reprendre très vite. Elle baissa la tête pour dissimuler son expression impuissante. La fièvre. Le délire. Appeler son époux partit au loin était une chose, réclamer des morts comme on réclame les vivants en était une autre... Si seulement elle avait su, si elle n'était pas partit, elle aurait peut-être pu faire quelque chose !

Relevant la tête avec résolution, elle parla de sa voix la plus apaisante, comme on parlerait à un enfant malade :

« - Farma... Il... Il faut te reposer maintenant, d'accord ? Tu es épuisée, ça se voit. Nous discuterons quand tu auras repris un peu de force. »

D'un geste à la fois doux mais ferme, elle força Farma à basculer sur le lit, totalement allongée. Elle arrangea les oreillers et les draps pour qu'ils la soutiennent au mieux.

« - Je vais te préparer un remède, je ne reste pas loin. Tu as bien trop de fièvre, il faut absolument la faire baisser. Surtout tu ne bouges pas. Et inutile de protester, tu m'as veillée pendant cinq jours quand j'ai été malade l'année de mes 14 ans, mon premier hiver à Edoras où j'avais été presque terrassée par une fluxion de poitrine, je te dois bien un retour de faveur. J'avais été une malade aussi récalcitrante qu'une vieille mule, tu te souviens ? »

Sur ces mots elle se remit sur ses jambes gracieusement et se dirigea vers la cheminée. Elle aurait bien évidemment veillé sur son amie qu'elle ait ou non veillé sur elle par le passé, mais elle se disait qu'orienter les pensées de son amie vers des souvenirs plus lointains l'aiderait à reprendre pied dans la réalité sans la ramener à sa triste situation actuelle. Si seulement cela pouvait lui rappeler quelques bons moments qui chasseraient l'espace de quelques minutes ses sombres pensées.
Aelyn rajouta une buche au feu pour renforcer la chaleur de la pièce et fixa un petit récipient au crochet de l'âtre. Ensuite, elle entreprit de sortir un à un les ingrédients de sa sacoche de guérisseuse pour les poser sur une petite tablette toute proche. Elle jetait fréquemment des regards vers sa malade et, par respect pour la grande guérisseuse qu'était son amie, commença à préparer sa médication sous ses yeux. Ainsi Farma pourrait voir exactement ce qu'elle utilisait, les quantités et juger par elle-même de l'efficacité de sa préparation. Et, pour une victime d'empoissonnement, elle pensait que ce serait plus rassurant. Difficile de savoir ce qui avait le plus traumatisé l'épouse du Maréchal, autant lui prouver qu'avec elle, elle était en parfaite confiance.
Des herbes pour la paix de l'esprit, des racines soigneusement choisies pour la fièvre ainsi que du coquelicot et du pavot pour la douleur physique et le sommeil. Rien d'inconnue pour Farma.

Aelyn ressentait une peine immense pour son amie. Ainsi elle attendait un enfant. Elle n'était pas au courant, elle n'avait rien vu la dernière fois qu'elles s'étaient parlées. Mais le pire de tout était de l'avoir perdu dans ces conditions. De nombreuses femmes faisaient des fausses couches, c'était très dur, mais quand elles étaient provoquées par quelqu'un de mal intentionné, quand quelqu'un avait volontairement tué son bébé... Aelyn ne pouvait que comprendre la fureur meurtrière que Farma entretenait à l'égard de la femme enfermée dans les geôles d'Aldburg. Quelle horreur ! Et personne n'était donc là pour la soutenir ? Thorin mort, Gallen partit... Et pourquoi, par les plaines du Riddermark, le maréchal était-il partit en laissant sa femme dans un tel état ? Si il y avait une chose qu'elle considérait comme acquis c'était bien l'amour que le couple se portait, alors pourquoi ? C'était à n'y rien comprendre !
Et puis il y avait Rokh, malgré ce qu'elle en savait, elle n'arrivait pas bien à comprendre pourquoi, de tous les hommes qui chevauchent sur cette terre, Gallen avait choisi cet oriental précisément pour veiller sur la vie de son épouse. Et pour le faible aperçu qu'elle avait pu avoir quelques minutes plus tôt, l'entente entre ces deux-là était à la dernière limite de la cordialité. Sans compter le caractère sanguin et lunatique dont il avait fait preuve devant la porte.
Assaillit par de plus en plus de questions sans réponse, la jeune femme préféra mettre de côté ses interrogations pour le moment. La seule personne qui avait la solution de ce casse-tête n'était pour le moment pas en mesure de la lui expliquer de manière claire.

En continuant de surveiller son amie et son remède, elle attrapa le broc et la cuvette de toilette qu'elle trouva dans un autre coin de la chambre. Elle rempli la cuvette à moitié avec l'eau fraiche, ajouta quelques gouttes d'essences de lavande, de menthe poivrée et quelques autres pour faire bonne mesure. Puis revint auprès de son amie.

« - Il faut que je sache, depuis quand es-tu dans cet état ? Qui a prit soin de toi depuis ce temps ? Qui t'as soigné du poison ? A moins que mon jugement ce soit altéré au contact des elfes, ton garde du corps ne ressemble en rien à un guérisseur... » demanda-t-elle en passant délicatement un tissu imbibé sur le visage pâle.

Farma n'allait sans doute pas apprécier la sensation de l'eau parfumée sur son visage, avec une telle fièvre elle allait sans doute lui paraitre glacée, mais il fallait absolument faire baisser la température.
Revenir en haut Aller en bas
Gallen Mortensen
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
Gallen Mortensen

Nombre de messages : 1571
Age : 44
Localisation : Minas Thirith
Rôle : Vice Roi du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim
- -: 31 ans
- -:

Les guérisseuses font les plus mauvaises malades Empty
Les guérisseuses font les plus mauvaises malades EmptyLun 3 Mar 2014 - 16:10
HRP: No soucis Aelyn, au plaisir Gallen HRP


Etonnamment Farma se laissa aller sous les bons soins d'Aelyn. La belle blonde avait toujours été une amie chère de l'épouse du maréchal. Lorsqu'Aelyn parla du souvenir de sa fluxion de poitrine , Farma murmura juste

"Tu as toujours été la plus forte de nous deux , Aelyn "


Puis bien calée elle ajouta dans un sanglot

"Moi j'en ai assez d'être forte, encore et toujours "

Puis Farma partit dans un sommeil léger, très léger. Aelyn put ;le remarquer aux mouvements brusques et saccadés de la jeune femme; le nom de gGllen revenait souvent dans ses cauchemars.

Aelyn réchauffa la pièce ce qui sembla calmer la dame d'Aldburg. Puis comme le prévoyait Aelyn le parfum de lavande eut un effet sur Farma mais pas celui escompté.

La lavande était l'élément chimique qui avait en partie bloqué les méfaits du poison mortel. Mais c'est aussi parce que Farma appréciait la lavande qu'elle avait pris la boisson aromatisée.

Farma eut un mouvement vif contredisant son état de faiblesse apparent. Et les doigts de l'épouse de Gallen se refermèrent sur le cou gracile de son amie

Echevelée, Farma hurla

"Tu veux me tuer ainsi donc"

Cela dura un long moment. Puis Farma sembla reconnaitre Aelyn. Elle lacha prise.

Elle éclata en sanglots

"Désolé Aelyn, je ne sais pas ce qui m' a pris. Ma seule excuse est cette odeur de lavande"

Elle pleura longuement. Puis comme un cheveu sur la soupe Farma chanta une comptine apprise il y a longtemps , connue par tous les petits rohirrims.

C'était un air mutin, joyeux. Mais Farma le déclamait lentement d'une voix sombre. Une sorte de malaise se dégageait .....

Elle stoppa d'un coup , expliquant à Aelyn

"C'est mon père qui me l'a apprise"

Nouveau sanglot

Puis elle se releva à demi

"Je dois parler à mon peuple, il faut combattre l'ennemi, Gallen est en danger, MON GALLEN "

Puis elle s'effondre de nouveau dans son lit.

D'une voix trahissant son amertume elle continue

"J'ai proposé à Gallen de fuir tous les deux. Mais Monsieur préfère combattre à l'épée, être un aventurier, écumer les tavernes voire pire..."

Nouveau sanglot

"Mais pourquoi est ce que je parle de mon amour ainsi ?"

Elle se redresse de nouveau

"Aelyn j'ai mal à la tête. On dirait que l'on m'enfonce une aiguille dans le cerveau !! Aide moi "

Elle retombe de nouveau dans ses oreillers

Puis enfin Farma fixe de son regard doux Aelyn

"Cela fait environ une semaine et demie que j'ai été empoisonnée. Ce Rokh est un guerrier, il est originaire du Rhun. Et apparemment ce poison vient de sa contrée, il en connaissait un antidote :la lavande. l'assassin a fait une erreur il a mélangé l'antidote et le poison, mais la puissance du produit est restée en partie, provoquant..."

Farma ne put redire ce qu'Aelyn savait dorénavant.

L'épouse de Gallen prit alors tendrement la main d'Aelyn

"Tu seras toujours là mon amie n'est ce pas?"


Les guérisseuses font les plus mauvaises malades Gallen10
Revenir en haut Aller en bas
Aelyn
Compagne du Vice-Roi du Rohan
Compagne du Vice-Roi du Rohan
Aelyn

Nombre de messages : 358
Age : 30
Localisation : En Rohan
Rôle : Fiancée du Vice-Roi du Riddermark - Guérisseuse

~ GRIMOIRE ~
- -: Humaine - Rohirrim
- -: 26 ans
- -:

Les guérisseuses font les plus mauvaises malades Empty
Les guérisseuses font les plus mauvaises malades EmptyVen 7 Mar 2014 - 21:23
Aelyn étouffait. Elle ne comprenait pas.
Il lui fallut près d'une demi-seconde pour remarquer les mains de Farma qui se crispait convulsivement autour de son cou.
Les yeux fous de la femme du maréchal irradiaient d'un brasier de haine pourtant dissimulé derrière un voile opaque. Elle n'était plus ici, son esprit malade se débattait dans un monde onirique effrayant.

L'air commençait à manquer à la jeune veuve au point que ses yeux se remplir de larmes. Elle voulait appeler son amie, la ramener mais sa gorge écrasée ne lui permit d'émettre qu'un couinement surpris.
Au début elle tenta de se débattre, mais elle avait si peur de blesser l'autre femme que sa manœuvre ne fut pas très efficace, au contraire. Chacun de ses mouvements ne faisait qu'inciter Farma à resserrer sa prise. Comment une femme, si mal en point et si faible, quelques instants plus tôt, pouvait déployer une telle force à présent ? Résignée, Aelyn cessa de lutter, c'était encore le meilleur moyen de faire revenir l'esprit de Farma. Une soumission et une absence de réaction totale. Elle espérait que ce stratagème marcherait sans quoi elle se verrait obligée de se défendre avec plus de force, dût-elle l'assommer !

Heureusement pour les deux femmes, au bout d'un temps qui parut une éternité pour Aelyn, Farma lâcha prise et reprit ses esprits. Ses excuses furent en partie étouffées par la toux violente qui secoua la guérisseuse itinérante alors qu'elle retrouvait son souffle.
Elle papillonna des yeux dans l'espoir que tout cela n'avait été qu'une mauvaise illusion.
En vérité, elle avait attendu de son retour au pays un peu de bonheur et de joie... Au lieu de ça, cette journée prenait de plus en plus des airs de cauchemar sans fin : sa maison, la nouvelle de la maladie de Farma, l'altercation avec Rokh et maintenant son amie qui tentait de la tuer dans un accès de démence tout ça pour une odeur de lavande. Elle n'y comprenait rien.

Quand elle eut retrouvée son air et calmé sa monté d'adrénaline, Aelyn voulu consoler son amie qui pleurait désormais à chaudes larmes, totalement épuisée mentalement et émotionnellement. Et brusquement, sans que rien ne le laisse présager, Farma commença à chantonner une comptine sur un air morne, presque morbide. Aelyn fronça les sourcils. A présent, elle était réellement et définitivement inquiète. Cette folie était au delà de ses compétences, elle se sentait totalement impuissante.
Puis de nouveau Gallen, un autre cri, une autre phase de délire. Le tel flot de rancœur qu'elle déversait sur son époux absent fit grimacer Aelyn. Mais que s'était-il passé ici ? Avec plus de fermeté, la jeune femme obligea sa consœur à se rallonger.

« - Farma, calmes-toi s'il te plait... Les huiles que j'ai mis dans l'eau calmeront ton mal de tête je te le promets, mais il faut que tu te calmes, que tu te reposes... » supplia-t-elle lentement.

"Cela fait environ une semaine et demie que j'ai été empoisonnée. Ce Rokh est un guerrier, il est originaire du Rhun. Et apparemment ce poison vient de sa contrée, il en connaissait un antidote : la lavande. L'assassin a fait une erreur il a mélangé l'antidote et le poison, mais la puissance du produit est restée en partie, provoquant..."

Elle souffla doucement.

« - N'y a-t-il donc aucun remède définitif ? »

Elle serra la main de Farma dans la sienne. Une demi-seconde, elle pensa à sa maison à reconstruire aux autres personnes qui avaient besoin de son aide, à tout ce qu'elle devait faire. Et puis elle décida que finalement ça n'avait pas d'importance, elle trouverait des solutions. Il y avait plus important.

« - Je ne te laisserais pas tomber, je te le promets. »

Elles restèrent ainsi plusieurs minutes. Gardant la main de Farma dans la sienne, la guérisseuse se servit de la gauche pour continuer de caresser le front de l'épouse du maréchal avec son chiffon d'eau fraiche. Elle la regarda osciller entre l'inconscience et l'éveil.
Elle finit par se lever pour finir son remède. Elle fit vite et, quelques secondes plus tard, elle revint avec un bol fumant rempli de liquide ambré. Une odeur agréable s'en dégageait bien que le goût, elle le savait, soit un peu amer malgré la cuillère de miel qu'elle avait rajouté au dernier moment.

« - Tiens, bois tout. Tu t'endormiras rapidement mais ne t'inquiètes pas, je ne te quitte pas. Je resterais tout à côté, je serais là à ton réveil. »

Sur ces mots elle tendit le récipient à son amie et la regarda boire. Elle l'observa jusqu'à ce qu'elle sombre dans un de ces sommeils sans rêve que ce genre de préparation seule autorisait.
Elle profita de ce sommeil pour vérifier l'état de sa fièvre, son pouls et de répertorier tous les symptômes physiques sans danger. Elle ne tenait pas spécialement à voir Farma lui sauter à la gorge une seconde fois.
Après avoir fait toutes les vérifications qu'elle pouvait faire. Elle s'installa sur chaise près du lit, déplaça une tablette et entreprit de ranger, trier et faire l'inventaire de ses remèdes et de son matériel. L'autre femme allait dormir une heure, peut-être deux. Et si elles avaient de la chance, la fièvre sera tombée à son réveil. Peut-être pas pour longtemps mais au moins gagnerait-elle un répit de lucidité.

Toutes les 10 minutes, elle vérifiait l'état de son amie avant de retourner à ses occupations. Et elle pensa beaucoup... jusqu'à ce que Farma se réveille.
Revenir en haut Aller en bas
Gallen Mortensen
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
Gallen Mortensen

Nombre de messages : 1571
Age : 44
Localisation : Minas Thirith
Rôle : Vice Roi du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim
- -: 31 ans
- -:

Les guérisseuses font les plus mauvaises malades Empty
Les guérisseuses font les plus mauvaises malades EmptyDim 16 Mar 2014 - 22:25
Farma dormit deux longues heures. Son premier repos réparateur depuis longtemps. Son someil fut parsemé de cauchemars.

Elle s'éveilla alors en s'étirant le plus possible. Ses jambes lui faisaient atrocement mal.Elle était trempée de sueur.....

Avec lenteur elle passa sa main gauche sur ses yeux brûlants.

Puis elle demanda de l'eau fraîche. Elle déglutit lorsque le liquide parcourut son œsophage.

D'une voix faible elle demanda une fois encore pardon à son amie pour son geste de violence.

Elle se redressa

Puis instantanément elle se tint la tête

"Aelyn je ne comprends pas , ma tête va exploser !! J'aimerais mourir "

Puis elle se calma elle fixa un long moment le mur silencieuse.

Elle demanda

"Aelyn, avec tous les malheurs que tu as vécus , n'as tu jamais envisagé de mourir? Comment as tu fait pour survivre?"

Elle écouta avec attention la réponse de son amie.

Elle expliqua

"Tu sais que c'est bientôt l'anniversaire de Gallen"

Puis comme si rien n'était elle continua

"A t-on vérifier les sources d'eau potable de la ville?"

"A t on renforcer les défenses de la ville ?"

Puis après un temps de slence

"T'ai je dit que c'est bientôt l'anniversaire de Gallen ?"


Puis de nouveau

"La reconstruction se déroule bien ??"

"Et tes fils , Aelyn ?"

Mais ou est donc Gallen? Je souffre et il n'est pas là cet hypocrite ......comme toujours. Il est sûrement encore en train de sauver le Rohan tandis que je me morfonds

Une nouvelle douleur ardente dans la tête fit tressaillir l'épouse du Maréchal.

Nouveau silence

"Mon père...."

[b]
Sanglots de Farma[/b]


"Ce Rokh il faut le surveiller, mais c'est un puissant guerrier"

Puis de nouveau

"T'ai je dit que c'est bientôt l'anniversaire de Gallen ??"






Les guérisseuses font les plus mauvaises malades Gallen10
Revenir en haut Aller en bas
Aelyn
Compagne du Vice-Roi du Rohan
Compagne du Vice-Roi du Rohan
Aelyn

Nombre de messages : 358
Age : 30
Localisation : En Rohan
Rôle : Fiancée du Vice-Roi du Riddermark - Guérisseuse

~ GRIMOIRE ~
- -: Humaine - Rohirrim
- -: 26 ans
- -:

Les guérisseuses font les plus mauvaises malades Empty
Les guérisseuses font les plus mauvaises malades EmptySam 22 Mar 2014 - 0:57
Deux longues heures passèrent mais, malgré son sommeil, l'état de Farma ne s'améliorait pas. Aelyn avait d'abord cru à une crise de délire comme celles qu'une fièvre trop forte ou une fatigue extrême pouvait occasionner. Mais son remède ne fonctionnait pas. Normalement ce mélange particulier n'aurait pas dû permettre à son amie de rêver, or elle semblait en proie à de terribles cauchemars, par intermittence, depuis qu'elle avait fermé les yeux. Jamais la plus jeune des femmes n'aurait cru cela possible. Sa résistance aux sédatifs était effrayante mais difficile de savoir si c'était dû au poison, au remède, à une immunité naturelle ou forcée. Tout ce que la veuve pouvait faire était d'éponger le front de l'autre femme et espérer que son esprit reviendrait avec son réveil.
Au bout d'une heure, elle fut tentée de changer les draps trempés de sueurs mais chaque fois qu'elle touchait ou effleurait Farma, celle-ci s'agitait de terreur ou de douleur. Elle n'insista pas.

Aux premières secondes de son réveil, Aelyn crut que son amie avait reprit ses esprits. Elle réclama de l'eau de manière cohérente, essaya même de s'étirer bien que ce geste semblait la faire souffrir. Elle s'excusa même une nouvelle fois de son attitude. Tout avait l'air d'être revenu à la normal... Jusqu'à ce qu'elle se relève. Aussitôt elle gémit en se tenant la tête. Aelyn répondit d'une voix terriblement peinée :

« - Je suis désolée Farma, vraiment désolée... Je ne peux rien te donner pour ta douleur avant une heure au moins. Tu devrais encore être sous l'effet de mon remède, c'était le plus puissant que je connaisse qui puisse être utilisé sans danger. »

Elle passa une main dans ses cheveux, l'odeur de lavande y était encore incrustée. Elle n'avait jamais aimé cette odeur bizarrement. Elle réfléchissait, tentait de trouver des pistes, des solutions, mais son cerveau était désespérément vide. Elle aurait donné beaucoup pour retourner dans la bibliothèque de Limeclair, fouiller les ouvrages précieux et y trouver une solution. Pourquoi donc les rohirrim étaient-ils aussi réfractaires aux livres ?! Pour la première fois de sa vie, cette manie de son peuple de préférer la culture orale lui paru comme un terrible handicap. Si seulement... Elle ne s'était jamais sentit si impuissante et inutile depuis bien des années. Elle avait déjà subit des échecs bien sûr, on ne pouvait pas sauver tout le monde ni avoir tout le savoir des elfes, mais cette frustration et cette angoisse qui l'habitaient la consumaient. Elle avait toujours du mal à garder son calme et son objectivité quand il s'agissait d'un proche. Alors la jeune veuve se força à respirer profondément mais fut interrompu dans sa réflexion par une question inattendue :

"Aelyn, avec tous les malheurs que tu as vécus, n'as tu jamais envisagé de mourir? Comment as tu fait pour survivre ?"

Aelyn se pétrifia sur place. Un long silence s'installa. Elle aurait voulu que Farma ne prononce pas ces mots. Que pouvait-elle bien lui dire ? Que pouvait-elle répondre à ça ? Lui parler de ses enfants à elle qui avait perdu son bébé ? Lui parler de tout les membres de sa famille encore vivants à elle qui avait perdu son père ? Ce serait inutilement cruel... ainsi choisit-elle ses mots avec beaucoup de précaution. Machinalement, elle fit rouler son pendentif d'émeraude entre ses doigts.

« - Non... Jamais... Je... Les premières heures peut-être, je ne m'en souviens pas bien... Les jours qui ont suivi je n'étais plus moi-même, mes souvenirs sont très flous et je n'arrivais pas à penser, comme si mon esprit était vide totalement... Je vivais une seconde après l'autre. Mais quand j'ai repris mes esprits, il me restait bien trop de choses importantes. Ceux qui sont encore là ont besoin de nous... même s'ils nous font croire que non. » se hâta-t-elle de préciser.

Et la crise reprit, Farma enchaina les questions et les affirmations sans lien entre elles à une vitesse folle, sautant du coq à l'âne comme si tout était cohérent dans sa tête puis reprenait... Une phrase revenait perpétuellement : l'anniversaire de Gallen. Cette fois ce fut trop pour la pauvre Aelyn. Sa respiration trembla. Une énorme boule se forma douloureusement dans sa gorge. Son amie parlait comme une vieille femme sénile, changeait d'humeur et de discours aussi vite que tourne le vent sur les plaines du Riddermark. Et Aelyn avait envie de pleurer, pleurer la douleur de son amie et sa propre impuissance. Elle cacha son visage grimaçant sous une cascade de cheveux en baissant la tête. Elle ne devait pas craquer maintenant, surtout pas. L'air de la chambre était oppressant, elle mourrait d'envie de courir dehors pour hurler et respirer de l'air frais. C'était une sensation horrible...
Elle lutta contre elle-même et parla d'une voix qui se voulait posée, mais elle ne réussit pas totalement à masquer l'accent de désespoir qui la faisait trembler. Attaquant sur le point le plus récurrent des paroles de Farma, elle demanda :

« - Ah bon ? Quel âge va-t-il avoir ? Qu'avais-tu prévu pour son anniversaire ? »

Si elle pouvait au moins l'obliger à focaliser son esprit sur un seul sujet, peut-être réussirait-elle à la calmer un peu... ou la faire exploser, elle ne savait vraiment pas comment s'y prendre. Elle était au point de rupture, chaque seconde pouvait être le moment où le barrage cèderait et c'était effrayant. Aelyn se serait sentie plus en sécurité dans l'œil d'un cyclone.

En son for intérieur, la jeune femme se promit de parler à ce Rokh. Malgré les sentiments mitigés qu'il lui inspirait et son instabilité, il semblait être le seul en ces lieux à savoir ce qu'il en retournait vraiment. D'après son amie, il était celui qui connaissait le poison et le seul à vraiment pouvoir la renseigner sur ces effets. Il était la clé de cette énigme... ou du moins un indice capital. Il fallait qu'elle comprenne.
Revenir en haut Aller en bas
Gallen Mortensen
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
Gallen Mortensen

Nombre de messages : 1571
Age : 44
Localisation : Minas Thirith
Rôle : Vice Roi du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim
- -: 31 ans
- -:

Les guérisseuses font les plus mauvaises malades Empty
Les guérisseuses font les plus mauvaises malades EmptyMer 2 Avr 2014 - 13:37
Farma resta prostrée une nouvelle heure , fixant le plafond. Elle reprit sa comptine, toujours aussi lentement et une lenteur effrayante.

Elle tourna son visage vers son amie

"Aelyn, tu sais j'ai toujours su que je mourrai vieille et heureuse mais maintenant .... et toi ?"

Puis suite à la réponse de son amie, elle poursuivit d'un air plus guilleret voire joyeux

"J'aimerai voir tes enfants Aelyn, ils sont tellement gentils"

Qu'allait faire Aelyn ? Farma était bien instable !! N'est ce pas dangereux de la laisser avec ses fils ?

Farma semblait supplier Aelyn et une nouvelle fois elle expliqua

"Sais tu que c'est bientôt l'anniversaire de Gallen ?!!"


Les guérisseuses font les plus mauvaises malades Gallen10
Revenir en haut Aller en bas
Aelyn
Compagne du Vice-Roi du Rohan
Compagne du Vice-Roi du Rohan
Aelyn

Nombre de messages : 358
Age : 30
Localisation : En Rohan
Rôle : Fiancée du Vice-Roi du Riddermark - Guérisseuse

~ GRIMOIRE ~
- -: Humaine - Rohirrim
- -: 26 ans
- -:

Les guérisseuses font les plus mauvaises malades Empty
Les guérisseuses font les plus mauvaises malades EmptySam 12 Avr 2014 - 0:56
[Voilà. Encore désolée pour le retard !!!]

Finalement sa question fut totalement ignorée par une Farma retournée dans son étrange monde onirique. La comptine effrayante fredonnée d'un air morne finit par tirer des frissons d'horreur à la plus jeune des deux femmes. Cette mélodie morbide allait hanter ses cauchemars plusieurs nuits durant, elle en était persuadée.

"Aelyn, tu sais j'ai toujours su que je mourrai vieille et heureuse mais maintenant .... et toi ?"

Etrangement, plutôt que d'être attristée par ces mots, Aelyn sentit monter en elle une vague de colère qu'elle ne parvenait pas à comprendre. Ce que sous entendait Farma à demi-mot la révoltait au plus profond d'elle. Vivement, elle saisit les épaules l'autre femme et braqua ses yeux déterminés dans les siens. Son ton était ferme, comme elle l'aurait utilisé pour gronder l'un de ses fils, sans hausser le ton. Elle luttait pour ne pas la secouer.

« - Farma... Tu es juste malade ! Juste malade ! Tu vas guérir ! Tu aurais pu mourir en buvant ce poison, mais non ! Tu as survécu ! Ça n'a donc aucune importance pour toi ?! C'est ça qui compte pourtant ! Tu ne peux pas abandonner maintenant, pas après avoir survécu à tout ça ! Pas après avoir supporté tout ça ! Il suffit juste de trouver le bon remède au mal qui te ronge encore. Ce n'est qu'une question de temps, Farma. Juste un peu de temps... Tu es vivante, par tous les Mearas ! Vi-van-te ! Tu vivras encore, des années et des années, et tu seras heureuse, j'en suis sûre !... Ma chère amie, fais-moi confiance, n'abandonnes surtout pas ! Pour rien au monde ! »

La dernière phrase résonnait comme une supplique, juste au moment où la voix de la jeune femme manqua de céder. Aelyn dû prendre une nouvelle et profonde inspiration. Et Farma changea encore de sujet, le ton presque enjoué.

"J'aimerai voir tes enfants Aelyn, ils sont tellement gentils"

Les paupières de la jeune guérisseuse papillonnèrent. Avait-elle vraiment bien entendu ? Farma lui demandait de voir ses fils ? Alors qu'elle avait manqué de la tuer quelques heures auparavant ? Alors qu'elle délirait et agissait comme la possédée d'un sombre sortilège ? Jamais ! C'était un risque bien trop grand, elle ne le permettrait pas. Elle ne pouvait infliger ça à Eofyr et Eogast, ils avaient déjà suffisamment vu d'horreur pour cette année. Mais comment annoncer cette décision à Farma ? Elle ne pouvait pas simplement lui dire qu'elle refusait. Elle ne voulait pas blesser son amie alors que celle-ci était à peine consciente de son propre état. Aelyn avala sa salive, passa sa langue sur ses lèvres sèches, maltraita sa chair de ses dents et détourna son regard vers la fenêtre le temps de réfléchir à une réponse. Mais celle-ci tarda à venir, son esprit était vide. Elle ne pouvait se résoudre à mentir effrontément. Finalement, elle serra le poing sur le tissu de sa robe, contre sa cuisse, pour se donner du courage, et parla d'une voix douce :

« - C'est impossible pour le moment, Farma. Je ne sais même où ils sont maintenant, ils courent la cité avec leurs amis je pense. Ils ont tellement de choses à raconter, leur séjour chez les elfes, c'est pas rien... » elle eut ce petit rire amusé qu'ont les mères en parlant des frasques de leurs bambins. « Et puis, tu es guérisseuse comme moi, et tu sais comme moi que les visites ne sont pas conseillées tant que ton état ne s'est pas stabilisé un peu... autant pour toi que pour eux. Tu n'aimerais pas qu'ils te voient dans cet état, pas vrai ? »

La Farma qu'elle avait toujours connue, si fièrement rohirrim, n'aurait jamais supporté de s'exposer si faible volontairement si rien ne l'y contraignait. Et pour un patient dans le même état elle aurait purement et simplement interdit les visites. C'était malheureusement un autre symptôme de la maladie qui gangrénait insidieusement son esprit.

« - Ecoutes, dans les prochains jours, si tu te sens mieux, je les ferais venir avec moi, c'est promis. » jura-t-elle malgré tout.

Ce délai lui laissera surtout le temps de trouver quelqu'un de confiance pour assister à la rencontre et protéger ses fils si son amie venait à refaire une crise. Car, malgré tout, elle ne se sentait pas la méchanceté de refuser définitivement une faveur à cette femme qu'elle avait toujours aimé et admiré, une de ses plus vieilles et plus proches amies, alors que celle-ci avait le plus besoin de ça. Surtout pas quand elle lui lançait un regard si suppliant.

« - Promis ! » insista-t-elle.

Et de nouveau Farma changea :

"Sais tu que c'est bientôt l'anniversaire de Gallen ?!!"

Rien à faire. Toujours la même rengaine. Elle se demandait bien ce qu'avait de particulier l'anniversaire du Maréchal pour obséder à ce point les pensées de Farma. Il y avait quelque chose qu'elle ne comprenait pas... A vrai dire, il y avait beaucoup de choses qu'elle ne comprenait pas. Et cette répétition, sans cesse, la mettait de plus en plus mal à l'aise. Mais avec cette patience qui la caractérisait tant, elle entreprit de répondre comme si de rien n'était, un léger sourire aux lèvres. Elle avait mal à la mâchoire et aux joues à force de lutter pour conserver ce sourire qui n'était en rien le reflet de ses propres émotions. Intérieurement, elle mourrait d'envie de hurler et de pleurer, tellement que c'en était douloureux.

« - Oui Farma, tu me l'as dis tout à l'heure. Mais tu refuses de me révéler son âge, je croyais que seules les femmes avaient le privilège d'un tel secret. Pourquoi cela t'inquiètes-t-il tant mon amie ? »
Revenir en haut Aller en bas
Gallen Mortensen
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
Vice Roi du Rohan - Champion Rohirrim
Gallen Mortensen

Nombre de messages : 1571
Age : 44
Localisation : Minas Thirith
Rôle : Vice Roi du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim
- -: 31 ans
- -:

Les guérisseuses font les plus mauvaises malades Empty
Les guérisseuses font les plus mauvaises malades EmptyMar 22 Avr 2014 - 11:30
Farma fixait avec attention son amie. Mais Aelyn peut remarquer avec son expérience que les pupilles de la jeune femme était à peine plus grosse que des pointes d'aiguille; étrange et inquiétant.

L'épouse du maréchal se laissa retomber dans ses oreillers moelleux presque comme une petite fille boudeuse.

d'ailleurs ses propos un peu incohérents rajoutèrent à cette sensation étrange

"Tu ne m'aimes pas Aelyn !!"

Puis rebelote Farma fixa le plafond et récita à nouveau dans un ton toujours aussi sinistre sa comptine enfantine.

Puis comme piquée par une abeille elle se redressa

"18 ans, Non, .... 48 ans"

Puis elle se tient la tête

"Aelyn je ne sais plus l'âge de mon époux"

Elle leva de nouveau son visage de porcelaine vers Aelyn; sa raison semblait être revenue , mais hélas mais

J'ai perdu mon enfant, quelqu'un doit payer et Gallen est responsable de cette mort

Farma semblait déterminée, cette fois sa voix ne tremblait plus, elle fixait son amie en attente d'une réponse ou d'autre chose allez savoir.


Les guérisseuses font les plus mauvaises malades Gallen10
Revenir en haut Aller en bas
Aelyn
Compagne du Vice-Roi du Rohan
Compagne du Vice-Roi du Rohan
Aelyn

Nombre de messages : 358
Age : 30
Localisation : En Rohan
Rôle : Fiancée du Vice-Roi du Riddermark - Guérisseuse

~ GRIMOIRE ~
- -: Humaine - Rohirrim
- -: 26 ans
- -:

Les guérisseuses font les plus mauvaises malades Empty
Les guérisseuses font les plus mauvaises malades EmptyMar 29 Avr 2014 - 1:22
Aelyn était horrifiée. De plus en plus horrifiée. Les yeux de Farma ressemblaient à des pierres colorées plaquées dans les yeux de marbre d'une statue. Ses pupilles étaient à peine visibles, tout juste un point d'encre, un minuscule dard d'abeille dans les orbes d'un vert intense et bien trop brillant. Ce myosis extrême n'était que l'un des symptômes d'un esprit en feu. C'était comme regarder impuissant une maison brûler en sachant qu'il y a quelqu'un à l'intérieur qui hurle et qui appelle...  ou un cheval emballé qui menace à chaque instant de jeter son cavalier à bas. La jeune femme avait déjà vu ce phénomène auparavant, chez un homme intoxiqué au pavot par une mauvaise préparation médicinale préparée par sa femme. Et il n'avait pas survécu. La guérisseuse eut des sueurs froides. Avait-elle bien dosé sa préparation ? Oui. Oui, elle savait qu'elle n'avait pas fait d'erreurs. Ça faisait longtemps qu'elle ne faisait plus de telles erreurs dans ses mélanges et qu'elle savait s'en prémunir. Mais c'était encore plus inquiétant pour l'état de son amie. Son cerveau ne tiendrait pas longtemps à un tel régime et à une telle température.

"Tu ne m'aimes pas Aelyn !!"

Que répondre à ça ? Elle avait beau savoir que ce n'était qu'un délire, une réaction causée par l'empoisonnement, la jeune femme se prit cette réflexion en plein cœur. Cela aurait été moins douloureux de se faire étrangler de nouveau.

« - C'est faux, murmura-t-elle le regard blessé. C'est faux et tu le sais. »

Puis de nouveau, l'épouse du maréchal se perdit dans des élucubrations décousues, sur l'âge de son époux cette fois-ci. Aelyn aurait voulu lui dire qu'elle n'avait pas à s'inquiéter de ses problèmes d'humeur ou de mémoire, qu'elle n'avait pas à s'inquiéter de son attitude ou de ses sombres pensées, que les choses allaient s'arranger. Mais plus les heures passaient, plus la jeune femme doutait que cela fut possible. Elle jeta plusieurs coups d'œil frénétiques vers la porte. Elle devait parler de ce poison à l'oriental au plus vite, elle devait absolument savoir tout ce qu'il y avait à savoir sur ce maudit breuvage. Cet homme-là, allait-il seulement accepter de partager ses connaissances avec elle ? Et tant bien même elle pourrait sortir de cette pièce, elle ne pouvait pas laisser Farma dans cet état ou elle risquerait de la retrouver morte à son retour, blessée ou pire dans un de ses délires, victime d'une poussée de fièvre ou d'une violente hallucination. Et si elle passait cette porte, l'autre femme garderait-elle le souvenir de son passage ? Elle redoutait qu'à tout moment son amie ne la fixe, le regard vide, en lui demandant qui elle était. Et cette chanson ! Cette horrible chanson qu'elle fredonnait sans cesse ! Si elle pouvait se taire !
Aelyn, fille de Windhelm, qui avait vécu les évènements terribles d'Edoras et la Nuit des Lances Noires, qui avait défié l'autorité du Roi Hogorwen et soignée une elfe mourrante après l'avoir arrachée aux cachots de la capitale. Cette Aelyn là, manquait de trembler de terreur face aux réactions de son amie de jeunesse. Mais sa loyauté et son devoir étaient plus forts, elle ne pouvait pas l'abandonner malgré son envie de fuir à toutes jambes. De nouveau, elle prit le temps de respirer calmement, profondément. Elle ne devait surtout pas laisser la folie de Farma la gagner et paniquer. Ce serait la pire des choses.

La noble gondorienne qu'elle avait rencontré plus tôt sur le pas de la porte avait semblé étonnée de l'attitude de Farma, pourtant encore cohérente à ce moment-là. Cela ne pouvait signifier qu'une chose, cette dégringolade mentale était quelque chose de neuf et de très brusque. Et elle était sûre de n'avoir entendu aucun bruit de couloir concernant des crises de démence, preuve de plus si le besoin était... Et les choses empirèrent encore si c'était possible.

" J'ai perdu mon enfant, quelqu'un doit payer et Gallen est responsable de cette mort. "

Épuisée et à bout de nerfs, Aelyn se sentit à nouveau submergée par la colère. Trop c'était trop ! Prise d'une brusque inspiration - et en soit d'une idée totalement saugrenue - elle saisit à deux mains le bac d'eau glacée et le vida d'un coup sur le visage de son amie. Sa tante Elwyn disait parfois "si rien d'autre ne marche, aux grands maux, les grands remèdes". Celui-ci était radical mais elle n'avait plus d'idées, ni d'alternatives et encore moins de solutions. Debout au dessus du lit de son amie, elle regarda la cascade d'eau asperger Farma, ses vêtements et ses draps, dégouliner de ses cheveux, de ses bras et goutter sur le sol de pierre. Elle avait du mal à croire ce qu'elle venait de faire. Sans perdre une seconde pourtant, elle reposa le récipient et saisit fermement la tête de Farma entre ses paumes, l'obligeant à la regarder dans les yeux et contrant toute tentative de fuite. Les mots étaient durs quand ils sortirent de sa bouche. Elle ne s'adressait plus à cette patiente en pleine folie, elle s'adressait à la fière épouse du Maréchal qui était enfouit quelque part dans cet esprit enfiévré et qui semblait avoir abandonné toute idée de reprendre le dessus.

« - Maintenant ça suffit Farma ! Il faut que tu reviennes à toi ! Maintenant ! Fais un effort ! Je sais que tu peux le faire. La Farma que je connais ne peut pas laisser le poison prendre le contrôle de son esprit ainsi. Allez ! C'est ce poison et lui seul qui est le meurtrier de ton enfant ! C'est lui que tu dois combattre, alors tu vas te battre et tu vas gagner ! Tu m'entends Farma ! Tu vas te battre maintenant ! »

Sa prise sur l'autre femme était comme un étau. Cette fois-ci, elle devait maitriser la situation. Elle ne voulait pas regarder son amie se noyer dans ses propres ténèbres sans l'obliger à refaire surface. Elle continuait à encourager d'une voix ferme, sans lâcher sa prise, sans lâcher son regard. Elle était déterminée. Elle aurait voulu murmurer des paroles apaisantes ou la bercer dans ses bras tant elle lui semblait fragile, mais ce n'était pas une bonne chose à faire, les quelques heures précédentes le lui avait prouvé. C'était sa dernière alternative et elle comptait bien utiliser cette carte jusqu'au bout en priant que ce soit la bonne.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Les guérisseuses font les plus mauvaises malades Empty
Les guérisseuses font les plus mauvaises malades Empty
Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Minas Tirith ! :: - Les Terres du Milieu - :: Le Rohan :: Aldburg-
Sauter vers: