[Ruelles] Petite Mendiante

Aller en bas 
Omar Baligh Wahid El'Abib
Marchand d'Esclaves
avatar

Nombre de messages : 91
Age : 32

~ GRIMOIRE ~
- -: Haradrim
- -: Fin de la trentaine
- -:

Jeu 12 Fév 2009 - 0:56


Depuis plus d'une semaine, elle errait sans but dans les ruelles d'Umbar... Seule. Elle avait faim, elle avait soif, elle avait sommeil.

Pourtant elle n'osait dormir, elle avait entendu ses parents dire une fois que les rats affamés n'hésitaient pas à attaquer les mendiants pendant leur sommeil pour leur dévorer le nez, les oreilles, ou même les orteils... Elle en avait même fait un cauchemar une fois ! De plus la nuit était si froide... Elle avait peur de mourir si elle s'arrêtait de marcher un seul instant...

Elle passait ainsi la majeure partie de la nuit à déambuler dans les ruelles ténébreuses, sursautant aux moindres bruits : celui d'un rat, d'un chat, d'un ivrogne, ou même aux cris des mouettes. Elle fouillait les tas d'immondices à la recherche de la moindre miette de pain, ou du moindre morceau de viande encore comestible. Une fois même, elle s'était faite attaquée par un chat, lorsqu'elle avait trouvé les restes de sardines à demi mangées dans la ruelle juxtaposant une auberge. Depuis cette mésaventure, elle frissonnait chaque fois qu'elle croisait le terrifiant regard de l'une de ces créatures nocturnes. Elle n'avait jamais osé remettre les pieds dans cette ruelle...

Elle ne vivait pas, elle survivait... Comment en était-elle arrivée là ? Comment cette petite fille était-elle devenue une mendiante, une vagabonde, une paria ?

Elle le savait, d'ailleurs ces images tournaient sans cesse dans sa tête, et l'empêchaient de dormir lorsque la fatigue la dévorait...

Les bruits de combats, les cris, les flammes... La guerre.

Elle ne comprenait pas tout, il y avait eu une terrible bataille dans les rues d'Umbar, des maisons avaient brulées, il y avait eu des cris de colère, de douleur, d'agonie...

Elle avait été réveillée en sursaut par papa et maman, qui malgré l'heure tardive étaient habillés... Papa l'avait saisie si violemment qu'elle avait cru qu'il allait la battre, qu'avait-elle fait de mal ? Puis elle avait entendu son souffle rendu irrégulier par la panique, et elle avait senti l'odeur de la fumée, l'odeur du feu.

La maison était en feu.

Tout est ensuite très confus dans sa tête, une partie du toit en flamme s'était écroulé sur eux... Elle se souviendrait toute sa vie des cris d'agonie de sa maman en train de bruler vive, les jambes brisées et coincés sous une poutre incandescente. Mais papa n'avait pas eu le choix, il avait couru dans les flammes avec sa petite fille jetée sur son épaule.

Le feu s'était propagé si vite, mais papa était fort, il avait été marin toute sa vie, il descendit les marches quatre par quatre, et bientôt ils furent sortis de la fournaise.

Sur le pavé de la rue, il la déposa au sol et se retourna vers les ruines de sa vie... Il avait travaillé si dur pour rendre maman heureuse et lui offrir cette belle maison... Il avait travaillé toute sa vie pour tout cela, et maintenant il ne restait plus rien...

Soudain, il fut pris d'une quinte de toux rauque, ses yeux se révulsèrent, s'injectèrent de sang... Il tomba à genou, tituba encore un instant, et vomi tout ce qu'il avait dans l'estomac... Dans d'impressionnantes convulsions il tomba enfin au sol et mourut sur le pavé rendu tiède par le brasier. Était-ce la fumée du feu qui l'avait tué ? Ou le choc de voir sa vie détruite ? Peut-être sa santé avait été fragilisée par toutes ces difficiles années en mer ?

La petite fille n'en savait rien, et elle ne pouvait le savoir... Elle fit un dernier câlin à son papa... Et comme tous les enfants, elle comprenait malgré elle à ce moment la gravité et l'irréversibilité de la situation. C'était la première fois qu'elle était face à la mort, et elle avait prise toute sa vie.

Alors elle avait fuit. Fuit pour oublier, fuit pour survive, fuit pour échapper à ceux qui lui avaient tout pris... Qui étaient-il ? Elle n'en avait aucun idée... Pourquoi sa maison ? Pourquoi son papa et sa maman ?

Tout cela s'enferma profondément en elle, et jamais une seule larme ne coula sur sa juvénile joue, jamais.


En repensant à tout cela, elle n'avait pas vu l'ombre d'approcher d'elle. Lorsqu'elle la remarqua enfin, elle sursauta, et fit volte face, prêt à prendre ses jambes à son cou. En face d'elle se tenait un homme, le visage souriant...

Il avait l'air gentil... C'était la première personne qui lui avait sourit depuis, depuis...

Il lui parla d'une voix calme et douce :

« Et bien ma petite mendiante... Ce n'est pas un endroit pour une si jolie enfant ! Que fait-tu là ? Tu as faim, tu as soif ? »

Elle ne pouvait qu'acquiescer, timidement, mais toujours sur ses gardes... Mais pourtant il n'avait pas l'air méchant ce monsieur...

« Donne moi ta main petite, je vais te ramener chez moi... J'ai une grande maison, tu pourrais y manger, y boire et t'y reposer... Qu'en dit-tu ? »

Elle avait traversée tellement d'épreuve... Une main tendue... Comment refuser...

Elle lui donna sa main, qu'il saisit avec délicatesse mais force.


Elle n'avait même pas huit ans


« Au fait petite, je m'appelle Omar Baligh Wahid, mais tu peux m'appeller Omar pour le moment... Tu verras, tu seras bien chez moi... Je te trouverai de nouveaux parents... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Ruelles] Petite Mendiante
» Une petite détour aux sources [ PV - Hentaï ]
» Petite histoire aux grandes aventures :D
» Une petite histoire ... pour se remonter le moral !
» ROXANNE petite caniche parfaite 9 ans CCDM (30) ADOPTEE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Minas Tirith ! :: - Les Terres du Milieu - :: Terres du Sud :: Les Havres d'Umbar-
Sauter vers: