Ferwyn fille de Eord [Jeune égarée]

Aller en bas 
Ferwyn fille d'Eord
Vagabonde
Vagabonde
avatar

Nombre de messages : 12
Localisation : Perdue dans les terres brunes
Rôle : Aucun

~ GRIMOIRE ~
- -: Humaine
- -: 14 ans
- -:

Dim 6 Sep 2015 - 18:58
Nom/Prénom : Ferwyn fille de Eord

Âge : quatorze ans

Sexe : féminin

Race : humaine

Particularité : à cela il serait aisé de répondre "rien". C'est probablement ce que tu ferrais. Mais ce serrait un mensonge éhonté. Ni plus ni moins. Tu te juge normale, tu ne pense pas être particulièrement belle... Et pour toi la seule chose qui pourrait te faire sortir du lot est ta malchance. Celle qui a dicté les dernières étapes de ta vie. L'observateur extérieur, pourtant, notera ton aisance dans les mouvements, deviner la femme que tu deviendrait lorsque tes formes auraient achevé de se développer et que tu aurais perdu tes rondeurs enfantines... Il aurait également relevé cette lueur de désespoir au fond de ton regard... Ce petit air de folie désespérée et de renoncement presque dérangeant sur un visage aussi jeune.

Alignement : bon.

Rôle : Voilà une question bien inhabituelle que tu ne t'es encore jamais vraiment posé. Jusqu'à présent tu étais juste toi, la fille de tes parents, vivant ta vie tranquillement en donnant quelques coups de patte ça et là. Il faudra bien que tu trouve quelque chose.

Équipement : Lorsqu'il est question d'équipement... Fait-on référence a tes possessions ? En ce cas il est aisé de les résumer :
- 14£ dans une bourse en cuir fin.
- Un couteau au manche de bouleau finement sculpté de motifs végétaux. Ainsi que son étuis de cuir assez simple permettant de l’accrocher a ta ceinture.
- Des vêtements tenant désormais plus de la guenille que d'autre chose... Même si les broderies qu'on devine encore sous la crasse laissent deviner une prime qualités notable. Voire même une pointe de coquetterie.
- De petites boucles d'oreilles en argent en forme de fleur.
- Un pendentif constitué d'une cage d'argent ciselé contenant des écorces d'agrumes et pendu a une chaînette d'argent.
- Une poignée de framboises.

Description physique : Décrire ? Il y a plusieurs manières de procéder... D'une part ce a quoi tu pense ressembler... Mais l'information n'est, au fond, guère pertinente... Ce a quoi tu ressemble en règle générale... Ou ce a quoi tu ressemble actuellement. Commençons par ce dernier point : tu es actuellement... crasseuse. Imprégnée de poussière, de sueur mais surtout de sang. Sur ton visage les larmes ont creusé un sillon sous tes yeux.

Tu porte une robe déchirée en plusieurs endroits entre autres par une course effrénée a travers les broussailles. Les manches comme le bas en ont été arrachés pour servir de bandages tant et si bien qu'elle s'arrête désormais a tes genoux. Détonants avec cet accoutrement ton pendentif et tes boucles d'oreilles brillent là ou tout le reste a perdu son éclat. Enfin, tu tiens ton bras gauche près de toi, craignant de lui demander de trop grands efforts... Un regard permet sans peine d'y voir la large trace noire laissée par une masse.

De manière plus générale tu est une jeune adolescente qu'on qualifierait sans peine de "mignonne", peut-être de "jolie" mais bien moins aisément de "belle". Même si par ailleurs on commence a discerner des formes moins enfantines, ton visage conserve encore tout des rondeurs de l'enfance. Globalement, même si ta peau n'est pas aussi blanche que celle de ton père c'est a ce dernier que tu ressemble le plus, n'ayant que très peu des traits haradrims de ta mère. Tes yeux marrons son assez clairs et laissent transparaître ces émotions que tu es bien en peine de contenir, et ta chevelure blonde tend de plus en plus vers le brun a mesure que tu vieillis. En règle générale tu préfère la tenir fermement attachée a l'aide d'une pince ou d'un bout de ficelle pour éviter qu'elle ne vienne te déranger.

Dans la caravane tu aimais essayer, en vain, d'imiter les manières des Elfes si impressionnants par le grâce... Et pour toi l'idéal de beauté que tu aimerais atteindre et bien loin hors de portée. Bien maladroite tu n'as pas la moindre idée de comment tirer parti de tes propres atouts en la matière. Oh. N'exagérons cependant rien : tu sais t'apprêter pour la scène mais a définitivement conscience que si les vêtements d'amuseurs sont jolis ils ne sont pas ce qu'on fait de mieux pour la vie de tous les jours.

Description mentale : gamine. Oui, hier encore tu n'étais rien d'autre qu'une gamine ayant fêté ses quatorze ans deux mois plus tôt. Tu vivais ta vie dans le petit cirque ambulant qu'avaient rejoint tes parents. Le monde se limitait a l'admiration de ces étranges elfes qui composaient une large majorité des membres de la troupe, aux corvées quotidienne dont la plus rébarbative était sans nul doute l'entretient des cages... Et aux entraînements avec les acrobates. Ah oui... déjouer les farces des garçons aussi. Insupportables qu'ils n'en peuvent plus a toujours vouloir placer les filles dans les situations les plus embarrassantes possibles... Ou simplement a rechercher la plus grosse bêtise possible. Comment pouvaient-ils être aussi gamins alors même qu'Adron (le plus âgé du lot) avait plus d'un an de plus que toi ? Et pourquoi fallait-il absolument qu'ils embarquent ton petit frère dans leurs mauvais coups ? Une volontés délibérée de le corrompre avant qu'il n’atteigne le terme de sa première décennie a n'en pas douter.

Mais voila... Il y avait eu la nuit dernière. Il y avait eu cette journée. Même ces imbéciles te manquaient. Même le temps passé a récurer le vomi de hyène dans une cage te manquait. Pour que tout ceci n'ai pas eu lieu tu aurais été prête a manger de cette horreur... Mais rien n'y faisait. Rien n'y ferrait. Plus jamais.

Tu ne le sais pas encore mais il te faudra du temps pour t'en remettre, pour ne plus pleurer aussi facilement... Mais bien vite tu t'habituera a certaines de tes nouvelles contraintes. Sans un mot. Sans te plaindre. A quoi bon après tout ? Il n'y a plus de parents auprès desquels réclamer réparation pour les injustices du monde. Et puis tu le sais parfaitement : le monde n'est pas juste. Il ne t'aurais pas fait ça sinon. Mais a quoi bon lui en vouloir ? Ca n'a pas de sens d'en vouloir a la pluie de mouiller. Mais on peut fabriquer un parapluie. On peut se sécher a la chaleur d'un feu. On peut se défendre.

Se venger ? Reste a savoir si ça vaut vraiment le coup... Pour ta part tu n'en sais rien. Se venger signifie également prendre des risques... Et tu as autre chose a faire pour le moment. Tu as des gens a protéger. Pourtant, tu pense que si l’occasion se présente tu te fera un plaisir de te laisser aller a ce doux plaisir. Longuement. Peut-être en commençant par jouer de la flûte a côté d'eux... Pour vexant que ce soit ça avait l'air de fonctionner plutôt bien comme torture.

Quand a les tuer... Tu n'a éprouvé aucun soulagement en tuant ce monstre. Rien. Tout s'est fait dans un brouillard rouge... Tu ne regrette pas : il le méritait milles fois. Mais a quoi bon ? Qu'es-ce que ça t'a apporté au final ? Rien d'autre que cette confuse sensation de souillure... Tu es sale et pas seulement physiquement. Un bain n'y ferra rien. Jamais.

Il ne te reste plus grand chose maintenant. Mais il est hors de question que tu les lâche que tu les laisse partir. Que ce soit Iridiel ou Alentil tu entend bien les garder en vie. Les protéger comme Iridiel l'avait fait pour vous pendant la folie. Comme elle continuait a le faire en donnant quelques conseils depuis son lit de feuillage. Aussi forte et aussi volontaire qu'elle. Oui. Et puis... Alentil. Le pire des garçons. Pourquoi avait-il fallu que ce soit lui qui s'en tire ? Mais bon... Il n'y était pour rien. Et lui aussi avait tout perdu. Inutile de lui en tenir rigueur... Du moment que tu ne lui avoue pas que tu l'avais toujours trouvé, somme toute, plutôt mignon malgré son caractère de monstre... et il jouait pas si mal pour son âge... Il vas bien falloir qu'il grandisse et se montre un peu plus fiable sinon vous ne pourrez jamais sauver Iridiel. Tu as besoin de personnes sur qui compter pour ne pas t'effondrer. Pour ne pas abandonner.

Histoire : De ton histoire au final tu ne connais que peu de détails. Oh... Naturellement tu peux raconter factuellement ce qui s'est déroulé autour de toi. Mais au delà des plus simples apparences ? Que dire ? Tu n'en sais rien et n'en a que faire. A quoi bon savoir pourquoi quelque chose a eu lieu ? Tout ce qui importe au final est que cela se soit déroulé de cette manière et pas d'une autre. A quoi bon chercher des excuses a un monde qui n'en demande pas ? Quand aux ficelles... Tu n'es pas a même de les tirer pour l'heure. A quoi bon t'en préoccuper ?

Tu es née en Arnor, dans un bled dont tu ignore jusqu'au nom... Ce n'était pas vraiment le genre de détails que tes parents allaient relever. En revanche tu sais que le jours de ta naissance il pleuvait averse. Pour le coup ta mère, fille du désert du genre a s'émerveiller devant la moindre goûte de pluie t'en a longuement parler. Malgré bientôt seize ans depuis qu'un éleveur un peu trop souriant du point de vue parental l'avait ravie a son pays natal elle ne se lassait jamais d'admirer l'eau du ciel.

Pour ta part tes premières années se sont assurée que s'il était un lieu dont tu te sente originaire il s'agisse bien des routes. Ni le verdoyant Rohan on ton père a grandi ni le brûlant Harad ou tes parents se sont rencontrés ne sont tes foyers. La roulotte, les cages des animaux exotiques en un mot la ménagerie : voilà une maison te correspondant.

Deux ans plus tôt suite a une altercation plutôt violente entre tes parents et certains membres de la caravane avait entraîné un déménagement vers un autre groupe nomade... Puis un autre... Et ainsi de suite pendant un peu plus d'un an avant qu'ils parviennent enfin a trouver leur place dans un cirque ambulant dirigé par un petit groupe d'elfes.

Les premiers temps tu avais regretté tes amis de l'ancien temps mais la glace ne dura guère devant le chaleureux accueil qui vous fut réservé. Leur manière de vivre était totalement différente. Tellement plus... paisible. Les tentions entre les adultes y étaient tellement moins fortes. Et surtout les enfants (uniquement humains sans que tu sache réellement pourquoi) partageaient des jeux bien moins... désagréables. Oui : ils se chamaillaient, se bâtaient et rivalisaient pour ressembler aux adultes... Quelques mois plus tard ta mère vous avaient d'ailleurs annoncé qu'elle aurait bientôt un nouvel enfant.

Puis tout avait dégénéré. En quelques heures. Le bivouac avait été installé en bord de route. Vous continuiez tranquillement votre voyage vers le Sud a travers les Terres Brunes... La période est calme. Aucun visiteur ne vous accompagne actuellement et une partie de la caravane s'est séparée de vous pour diverses raisons. Ils devraient vous rejoindre d'ici quelques semaines, bien avant que vous n'atteignez la citée blanche au train d'escargot ou vous avancez. Bien avant même que vous ne rencontriez un village suffisamment important pour que votre simple passage n'y soit pas un événement.

Ce soir là (hier soir) tu t’entraînais comme a ton habitude avec Iridiel... Elle avait tendu une corde entre deux arbres a un mètre du sol pour te faire répéter quelques débuts de chorégraphies. En soi, un mètre du sol ou dix, tu avais fini par l'intégrer ne changeaient pas grand chose. Sauf pour le spectacle. Et toi... Bah... tu ne t'en tirais pas si mal que ça ? C'était tout nouveau pour toi. Avant de rejoindre cette caravane ton rôle s'était limité a soutenir tes parents que ce soit en aidant a s'occuper des bêtes ou pour les tâches ménagères mais ici tu t'es découvert une nouvelle occasion lorsque, à force de te voir l'observer pendant ses entraînements, Iridiel t'avais demandé si tu souhaitais essayer.

En quelques mois tu avais appris a marcher sur les mains, a faire la roue et tu commençais a pouvoir te passer de ton balancier quand tu marchait sur la corde... Tu avais aussi appris toute une série de figure a effectuer avec un partenaire pour te porter... Et tu t'essayais désespérément a des figures plus complexes. Un véritable bonheur.

Rien ne t'avait préparé a ça... L'odeur du ragoût commençait a te détourner peu a peu de tes exercices en charmant ton estomac lorsque les premiers cris fusèrent... Dans ton esprit tout est confus. Vous courez avec Iridiel vers les roulottes pour voir ce qui se passe et découvrez la scène... Des hommes accompagnés de quelques Orques attaquent... Se retrouvant opposés a bien plus forte partie qu'ils ne s'y étaient attendus ils se battaient pour tuer et non pour capturer... Un orque chargea.

Tu resta quelques instants bouche bée en voyant Iridiel, d'un geste, projeter le bâton de marche qui l'accompagnait tout le temps dans la gorge de l'orque, le laissant suffoquant. Plus loin Galir venait de projeter un couteau de cuisine en travers de la gorge d'un homme situé a près de dix mètres... Un cri monta dans ta gorge sans parvenir a en sortir lorsque tu vit qui était aux pieds de l'homme.

- Ma... Mam...

Le monde était devenu fou ! Tu avais des visions ! Il n'y avait pas d'autres explications... Pas d'autres possibilités... Cette tête... Ce corps ce ne pouvait pas être Shara... ce ne pouvait pas être ta mère... Sans réfléchir tu te précipite vers elle, pour voir si elle vas bien. Ca ne doit pas être grand chose. Ce sang ne doit pas être le sien...

- Ferwyn !

Le cri paniqué de ton père t'arrête, tu le cherche désespérément du regard et le trouve... Il se précipite vers toi, te prend dans ses bras... A quelques pas de là le combat d'Iridiel la fait disparaitre quelques instants derrière une roulotte.

- Merci tu vas bien... Ecoute moi. Il faut que tu t'enfuie ! Cache toi. Ne les laisse pas te prendre...

- Et toi ? Et maman ?

- Je vais m'occuper de maman. T'en fait pas je...


Un homme au visage déformé par la haine vous charge avec un gourdin. Eord se redresse et lui oppose le pique qu'il utilise d'habitude pour impressionner les fauves... Le combat n'est pas bien long : le premier coup que porte le bandit est parré in-extremis par ton pauvre père... Lors du deuxième un craquement sinistre précède de peu le hurlement de douleur du saltimbanque lorsque le gourdin heurte son épaule... Le troisième le laisse tomber au sol, le nez enfoncé dans le visage.

Dans un hurlement tu te précipite vers le meurtrier... Dans ta folie, c'est a peine si tu sent le coup qu'il te porte au bras : tu es trop proche de lui et il ne parvient pas a manier convenablement son arme alors que tu lui plante de toute tes force la lame de ton couteau dans le ventre. Il ne s'agit pas d'une arme... Mais, a l'exemple de ton père, tu le garde toujours aiguisé, qu'il puisse te servir d'outil en toute circonstance....

Au dessus de toi l'homme te donne encore quelques coups sans grande conviction alors qu'il s’affaisse alors que tu le larde, encore et encore en hurlant... Cette douleur n'est rien comparé a celle qui enserre ton âme et ton coeur...

Un peu plus tard tu te débat faiblement lorsqu'une main te prend et t'emporte au loin... Tout est flou... Tout est fou. Le monde a sombré dans la folie... La seule chose a laquelle tu peux encore te raccrocher c'est ce couteau bien inutile... Que ne donnerait-tu pas pour avoir une vraie arme...

Lorsque tu te réveille tu es au bord d'un ruisseau à un endroit que tu ne connais pas... Iridiel est là devant toi, grimaçant de douleur alors qu'elle essaie tant bien que mal de nettoyer elle-même ses plaies. Alen dort a quelques pas son luth défoncé dans les bras. Il n'y a personne d'autre. Timide tu t'approche.

- Iridiel ?

- Ah... Te revoilà. Tu peux m'aider ?


Sa voix elle-même laisse transparaître l’état d'épuisement dans lequel elle se trouve... Tu l'aide de ton mieux, grimaçant toi-même lorsque tu bouge trop ton bras... Une partie de vos vêtements sont sacrifiés pour servir de bandages... Et bientôt l'elfe se laisse aller.

Pour ta part tu n'ajoute rien... Tu regarde autour de toi. Tu te remémore la veille et tu commence a pleurer. Sans un son. Les larmes coulent simplement sans que tu puisse les retenir... Mais tu sais bien que tu n'as pas le temps pour ça.

Sans but tu marche un peu aux alentours... La douleur dans ton bras te rappelle que tes souvenirs ne sont pas un mauvais rêve... L’état d'Iridiel lui-même est évocateur. Il n'y a rien a faire mais si tu es là c'est que ces deux là t'on sauvée. Si tu peux les aider a ton tour... De l'autre côté du ruisseau, un buisson attire ton attention : des framboises. Tu les ramasse et en grignote une ou deux en revenant. Impossible de dire si elles sont bonnes ou non : elles ont le goût salé des larmes. Les plus belles tu les met de côté sur un cailloux puis tu les ramènent auprès des deux autres.

Tu attend, incapable de décider quoi faire.

Plus tard tu découvre qu'Alen ne parle plus... Mais sous les instructions fiévreuses de l'elfe et en conjugant vos efforts vous parvennez a lui confectionner un brancard a peu près honnête, vous permettant de la déplacer. Il faut aller a l'Ouest. Sur les berges de l'Anduin. Là bas vous trouverez peut-être de l'aide...

~~~~~

Comment trouves-tu le forum ? : esthétiquement tout a fait sympathique. En dehors de ça il faudra le cotoyer un peu pour juger.
Comment as-tu connu le forum ? : un vieil ami m'en a parlé.


Dernière édition par Ferwyn fille d'Eord le Lun 7 Sep 2015 - 20:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Learamn
Capitaine de la Garde du Roi du Rohan
Capitaine de la Garde du Roi du Rohan
avatar

Nombre de messages : 524
Age : 18
Localisation : Rohan, Edoras. ( et en mauvais état )
Rôle : Capitaine du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 25 ans
- -:

Lun 7 Sep 2015 - 13:42
Salut à toi et bienvenue sur le forum , j'espère que tu te plairas chez les fous chez les génies.

Alors , ta fiche est sympathique et franchement agréable à lire , la narration à la deuxième personne est rafraîchissante , on n'a pas l'habitude de ça et c'est plutôt bien amené. Du coup je me demandais si tu comptais continuer avec ce type d'écriture en rp ou non?

Un personnage bien équilibré je trouve et très réaliste ce qui est plutôt un bon point . Je dois juste avouer que l'idée d'un cirque ambulant tenu par les elfes m'avait fait un petit peu tiqué au début , c'est inattendu , mais en y réfléchissant bien pourquoi pas ?

La fin de l'histoire permet d'entrevoir une petite ouverture de ce que seront vos prochains rps et c'est une bonne chose , on pourra en discuter plus en détails .

En tout cas je valide ta fiche , tu n'as plus qu'à faire une demande de métier dans le sujet approprié et à poster si tu le désire une proposition de quête si tu veux l'ouvrir à d'autres joueurs . Dans le cas contraire prend contact avec un coloré pour qu'il puisse vous MJter , toi et Alentil . Personnellement je veux bien m'en occuper mais je dois juste vous dire que ces derniers temps je suis un peu bousculé et que je ne serai pas forcément le plus rapide à répondre.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ferwyn fille d'Eord
Vagabonde
Vagabonde
avatar

Nombre de messages : 12
Localisation : Perdue dans les terres brunes
Rôle : Aucun

~ GRIMOIRE ~
- -: Humaine
- -: 14 ans
- -:

Lun 7 Sep 2015 - 14:06
C'était bien au programme de rester sur ce style Smile

Merci bien en tout cas... Et ce sera peut-être plus marrant de s'en remettre a un joueur. On ira a la pèche au coloré si jamais.

EDIT : en ce qui concerne le métier y'a moyen de rester a "rien" tant qu'on a aucune raison de trouver de quoi manger ?


Dernière édition par Ferwyn fille d'Eord le Lun 7 Sep 2015 - 20:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Learamn
Capitaine de la Garde du Roi du Rohan
Capitaine de la Garde du Roi du Rohan
avatar

Nombre de messages : 524
Age : 18
Localisation : Rohan, Edoras. ( et en mauvais état )
Rôle : Capitaine du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 25 ans
- -:

Lun 7 Sep 2015 - 19:36
Je comprend que tu ne veuille pas forcément adopter un "métier " vu l'histoire de ton personnage mais en cherchant il y en a qui correspondrait.

Tu peux par exemple demander à être "vagabond" ce qui est plus approprié que "citoyen ".



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Unacoli Amazushi ou la jeune fille qui pensait comme un garçon. [100%]
» Le dortoir des filles de première année
» La fille au ruban et le garçon mystérieux
» Une ravissante jeune fille (j'ai enlevé le "Tu parles" parce que je me faisais frapper ^^)
» Arneval Malicia, jeune fille pas si pur [terminée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Minas Tirith ! :: - Communauté - :: Registres :: Créer Vos Personnages-
Sauter vers: