La fuite du tyran

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3161
Age : 25

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Jeu 21 Mai 2009 - 9:09
Kivan se risqua à un petit coup d'œil en arrière. On ne les suivait pas de près, mais il avait cru voir des silhouettes en armure sortir de la mêlée. Les avait-on finalement repérés?

"Vite, pressons, chuchota-t-il nerveusement. Non, nous ne passons pas par le lac, mais par la terre ferme. Il y a une porte là-bas. Avec un peu de chance, elle ne sera pas trop défendue, ils avaient peut-être un peu trop confiance en leur embuscade et pensaient sans doute que le cercle serait imperméable..."

Des bruits de poursuite s'élevèrent derrière eux: pas rapides et lourds, cris, cliquetis des pièces d'armures. Leur escapade n'était en effet plus secrète. Ils arrivèrent finalement devant la grande porte de la cour du château. Deux gardes tentèrent bien inconsidérément de leur barrer la route. Xzar et Montaron prirent les devants et s'occupèrent des gêneurs: une épée tournoya une dague siffla, Kivan, Sirion et Erco n'eurent pas même besoin de ralentir.

Ils traversèrent la grande cour tels des ombres dans la nuit, et arrivèrent devant une porte plus petite, celle qui donnait accès à l'intérieur même du castel. Verrouillée, il fallut plusieurs ruades à Kivan pour faire sauter le loquet. Le chef des Masques se retourna une nouvelle fois...

La dizaine de poursuivant fit irruption dans la cour pavée.

"Vite, à l'intérieur!" cria Kivan.

Il entra, suivi du chevalier et du mercenaire, puis des deux autres Masques. Ces derniers refermèrent alors la porte juste à temps, puis, l'un la bloquant, l'autre amassa en vitesse quelques objets derrière elle pour la bloquer: une table basse et une poutre qui traînaient vers l'entrée firent l'affaire.

"Xzar et Montaron resterons ici pour bloquer cette porte, nous n'avons pas le choix. Ils pourront tenir assez longtemps je pense, mais hâtons-nous de trouver Baradur par nous-même, descendons aux cachots."

Il est vrai que Kivan aurait préféré pouvoir monter de suite vers les étages, comme l'avait suggéré Sirion, mais les évènements en avaient voulu autrement. Et, maintenant qu'ils n'étaient plus que trois, ils devaient rester groupés.

Toutefois, même dans la précipitation de trouver les Gardes de la Flèche Noire, Kivan ne pouvait chasser de son esprit les paroles du mercenaire de Khand... Qui donc les avaient trahis, et pourquoi?




The Half Cop


Dernière édition par Hadhod Croix-de-Fer le Jeu 21 Mai 2009 - 14:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erco Skaline
Ambassadeur du Rohan à Dale
Ambassadeur du Rohan à Dale
avatar

Nombre de messages : 1111
Age : 23
Rôle : Seigneur d'Esgaroth

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim, descendant d'Eaden
- -: 31 ans
- -:

Jeu 21 Mai 2009 - 13:58
C'était partit. Erco allait s'élancer sur les deux gardes, mais les deux masques furent plus rapide et sans doute plus efficace qu'il ne l'aurait été. Un deux coups deux corps gisaient à terre déversant leur sang sur la terre humide. Le commando se précipita dedans et les deux mercenaires masqués bloquèrent la porte. Des coups retentirent contre et elle s'ébranla. Kivan laissa ses deux hommes de rester-là pour tenir ce couloir aussi longtemps que possible. Sirion, Kivan et Erco devront aller trouver et libérer les hommes de l'Ordres de la Flèches Noir. Le rohirrim savait que maintenant tout retour en arrière était impossible, ils étaient dans le palais du Comte...Ils leurs faillaient trouver de l'aide au plus vite car bientôt tout l'édifice saura qu'ils y a un groupe ennemi dedans.
Le Chevalier tout en descendant les escaliers, rangea son arc et sa flèche, pour dégainé Amdir. Elle semblait si belle, la marque de sa brisure était presque indéchiffrable. Son nom, gravé dans la lame, brillait d'un éclat rougeâtre à la lumière des torches. En passant, il en décrocha une d'un mur, on ne sait jamais, ce qui peut arriver...
Dans cette recherche effrénée, Erco ne cessait de penser comme le complot avait-il été découverts. Même s'il n'était qu'un pion récent, il essayait de comprendre. Mais il savait une chose, il risquait de se faire accuser, à faux titre, et la seul solution de montrer le contraire était de se battre du mieux qu'il le pouvait, comme à son habitude.
Soudain, il fut prix d'un doute flagrant, qui le fit frémir. Si c'était un piège, si cette porte avait été peu gardée exprès pour qu'il y aille, si les amené aux cachots étaient le plan du Comte, si il y avait une compagnie en bas à les attendre, arme en main tous serait perdu. C'était trop facile, un Comte, surtout si c'est un tyran, s'entoure de personne intelligente...
Pourtant, il tût sa crainte, car elle était fondée que sur des "si" et la probabilité qu'il aille envisager la bonne solution était faible.
Il lâcha quand-même entre deux enjambées sans y prêter attention:

-Restons vigilant, c'est peut-être un piège....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3161
Age : 25

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Jeu 21 Mai 2009 - 18:13

Kivan avait encoché une flèche dans son arc court, pointant l'arme devant lui dans sa descente de l'escalier en colimaçons, prêt à lâcher son trait mortel sur tout individu armé qui croiserait sa route. Malgré la raideur des marches, les trois compagnons tentaient d'allier du mieux possible rapidité et discrétion, pourtant malgré tous leurs efforts des échos de leurs pas retentissaient entre les murs pierreux, dérangeant les araignées dans leurs toiles.

Ils descendirent ainsi pendant encore une minute puis ralentirent légèrement la cadence...

"Vous avez raison, Erco, mieux vaut être prudent à l'approche de la fin de l'escalier. Il commence à faire froid, les caves et les geôles doivent être toutes proches."


E
t elles l'étaient, en effet. Lorsque les trois hommes sentirent un sol plat et unis sous leurs pieds, ils purent voir à la lumière chevrotante des torches de nombreuses cellules, certaines n'étant que des renfoncements dont les barreaux prenaient des reflets orangés, d'autre étant de vraies prisons avec de solides portes de bois renforcées de fer forgé.

Ces sinistres cellules constituaient les bords d'un salle circulaire, à l'extrémité de laquelle partait un tunnel, à l'opposé de Kivan, Erco, et Sirion. Mais sur les parois de ce corridor étaient également aménagés des cachots.

Soudain, ils entendirent des bruits de cliquetis et de pas de l'autre côté du couloir, et leurs yeux se portèrent vers l'endroit qui était source des sons. Ils purent alors voir un homme costaud à la peau crasseuse, à la démarche lente et pataude, fuir dans la direction opposée, avant de disparaître un instant plus tard, empruntant, semblait-il, une bifurcation des galeries.

"Qu'un de vous le rattrape et le ramène! cria Kivan à ses acolytes. Ce doit être le gardien des clefs! L'autre reste avec moi pour trouver Baradur."

Le chef des Masques passa alors de cellule en cellule, regardant à travers les barreaux ou par les orifices des portes, pour chercher ceux qu'ils désiraient trouver. Pendant ce temps, Erco ou Sirion partait à la poursuite du gardien... ainsi les pertes de temps étaient minimales.




The Half Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirion Ibn-Lahad
Pair du Royaume d'Arnor - Surnommé le Fantôme
Pair du Royaume d'Arnor - Surnommé le Fantôme
avatar

Nombre de messages : 1574
Age : 25
Localisation : Arnor

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme du Sud (Khand)
- -: 34 ans
- -:

Jeu 21 Mai 2009 - 18:43
Enfin ils étaient arrivés aux gêoles du chateau. L'air y était pesant et lourd et malgré cela, le froid avait envahi ces lieux reculés. Les trois hommes avançèrent de quelques pas et découvrirent bientôt l'ensemble de la salle circulaire où ils étaient. Sirion n'aimait pas les prisons, sa dernière visite dans l'une d'elles au Khand l'avait dégouté à vie et Himling en était la cause.

Une silhouette fut aperçue à l'autre bout de la pièce et elle disparut bientôt en tournant sur un côté. Kivan ordonna que quelqu'un aille à sa recherche pour le ramener à tout prix, Sirion décida alors de s'en charger : ses jambes étaient engourdies et il voulait se mouvoir comme au bon vieux temps. Il se mit donc à la poursuite du soi-disant gardien des clefs, l'arbalète à la main.

- Retrouvez Baradur, je me charge de lui.

Aussi rapide que le vent Sirion s'engouffra dans le couloir leur faisant face et suivit la même trajectoire que sa proie. Il continua quelques instants puis se retrouva dans une nouvelle salle où des cellules étaient encore une fois présentes. Il s'agissait sûrement des prisons principales, le Gardien était encore sans doute ici, la salle étant assez grande pour se cacher...

Malgré le peu de temps où les trois hommes avaient vu le gardien, il leur avait paru assez costaud et grand. Il fallait donc se méfier, un coup bien placé et Sirion serait hors-jeu momentanément voir pour toujours. Le Fantôme resserra sa main autour de la poignée de son arme à carreaux et progressa lentement dans la pièce scrutant chaque recoin, le gardien ne lui échapperait pas...




« Œil pour œil, dent pour dent. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://laplumedunvoyageur.fr
Erco Skaline
Ambassadeur du Rohan à Dale
Ambassadeur du Rohan à Dale
avatar

Nombre de messages : 1111
Age : 23
Rôle : Seigneur d'Esgaroth

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim, descendant d'Eaden
- -: 31 ans
- -:

Jeu 21 Mai 2009 - 20:17
Erco allait s'élancer quand la voix de Sirion cria qu'il s'en occupait et avant qu'Erco ne puisse protester le mercenaire était déjà loin. Ses pas résonnèrent entre les murs vétustes. Le rohirrim ne perdit pas un instant et alla trouver la première porte. Il ouvrit l'orifice et regarda dedans. Il faisait sombre, et il faillit ne pas voir la personne qui était étendu par terre, seul son habit blanc permit au chevalier de le voir.
Il se retourna et demanda à Kivan aussi doucement qu'il le pouvait, mais assez fort pour que le chef puisse l'entendre:

-Kivan!..Tes chevaliers de la Flèches Noires sont ressemble à quoi?

Le prisonnier dût entendre ce qu'Erco demandait car il se releva d'un bon et s'écria:

-Qui êtes-vous? Et pourquoi cherchez vous l'ordre de la Flèches Noires?


Le Chevalier se retourna vivement et répliqua précipitamment:

-Parce qu'on a une partie de l'armée de ce putai* de Comte derrière nous....Donc si tu sais ou est Baradur, n'hésite pas!


Ce qu'Erco ne savait pas c'est qu'il avait à faire à l'un des membres de cette ordre: Galarïn. celui-ci répondit sans hésiter:

-Baradur doit être au fond....

Le rohirrims tourna une nouvelle fois et dit à Kivan.

-Va voir au fond, c'est là qu'il est.Faisant volte face pour répondre à GalarïnOn va vous libérez

D'un geste leste, le chevalier dégaina son poignard qu'il introduisit dans la serrure dans l'espoir de réussir à faire marcher de mécanisme. S'il n'arrivait pas, il devrait attendre Sirion en ayant en tête la possibilité qu'il échoue. Tout en graillant de son poignard la serrure, il se présenta:

-On me nomme Erco Skaline, chevalier des peuples Libres. Et vous?

Ce n'était pas le temps des présentation, mais de un il n'avait rien de mieux à faire et de deux ça faisait passer le temps plus vite.

Hrp had', j'espère que sa te va que j'aille trouver Galarïn et que je l'aille fait parler un peu....hrp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3161
Age : 25

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Ven 22 Mai 2009 - 13:27
[Hrp: Mais tu as très bien fait, bonne initiative. La liste complète des membres de la Flèche Noire est ICI... 5 et 6ème posts]

La chance était enfin avec eux. Ils venaient de trouver l'un de ceux qu'ils cherchaient, et cela par pure chance. Les membres de la Flèche Noire devaient être enfermés chacun dans une cellule différente, ce qui n'aiderait par contre pas leurs recherches. Mais il n'était pas nécessaire de les trouver tous: il suffisait de libérer Baradur, car ce dernier savait beaucoup de choses sur le château et le Comte. Et le temps pressait...

K
ivan s'approcha de la porte et glissa son oeil par l'ouverture, puis répondit à Erco avant que le prisonnier ait pu parler:

"Il s'appelle Galarïn, mais cela n'a que peu d'importance. Vous dites que Baradur est sûrement au fond des geôles?"

"C'est la place qu'ils réservent aux détenus les plus importants." déclara le jeune homme, heureux de parler au chef des Masques malgré leur ancienne inimitié.

"Très bien, alors j'y vais. Erco, restez là, et fouillez les cellules proches. Si Sirion revient avec les clefs libérez notre allié!"

E
t il partit vers le fond des couloirs, là où les torches se faisaient plus rares et les ténèbres plus profondes. Il saisit justement un flambeau et continua de regarder dans chaque cachot, espérant apercevoir le visage grave du Capitaine Baradur...

Il ne vit que le crâne chauve de Reor, qui fut bien incapable de livrer plus de détails que Galarïn. Kivan sortit alors un petit couteau de sous ses habits et prodigua une petite entaille dans le bois de la porte infranchissable. Ainsi, il retrouverait facilement celle-ci si Sirion venait en possession des précieuses clefs...

** * **
Le gardien n'avait cessé de se retourner dans sa fuite, et, voyant qu'il se trouvait dans la prison principale et que son détrousseur n'avait pas passé le tournant précédant, il tenta un coup de poker.

Il chercha des yeux une cellule vide, y entra, et parvint à refermer la porte à clef en passant le bras à travers l'espace qui séparait deux barreaux. Et de fait, la porte n'était constituée que de tiges d'acier. Maintenant il se trouvait en sécurité: même si son poursuivant l'apercevait, il ne pourrait pas l'atteindre. Sauf si...

"Merde..."

Le pauvre homme se rendit compte de sa bêtise. Dans sa fuite, il n'avait pas eu le temps de voir si Sirion possédait ou non une arme de tir. Si c'était le cas, cela s'annonçait fort mal pour lui...




The Half Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirion Ibn-Lahad
Pair du Royaume d'Arnor - Surnommé le Fantôme
Pair du Royaume d'Arnor - Surnommé le Fantôme
avatar

Nombre de messages : 1574
Age : 25
Localisation : Arnor

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme du Sud (Khand)
- -: 34 ans
- -:

Ven 22 Mai 2009 - 14:10
Sirion était donc arrivé dans les prisons principales et le mercenaire scrutait chaque recoin de la salle, certaines cellules étaient vides, d'autres contenaient des squelettes et d'autres encore avaient en leur sein un ou deux prisonniers. La pièce était sombre et seuls deux flambeaux illuminaient l'entrée de l'endroit, Sirion se saisit de l'une d'elles et reprit son avancée dans le lieu obscur.

Regardant derrière chaque barreau, le Fantôme espérait retrouver au plus vite ce gardien des clefs pour continuer la mission le plus promptement possible. C'est alors qu'il remarqua dans l'une des cellules une silhouette singulière qui était recroquevillée au fond de sa cage. Sirion tendit son bras pour l'éclairer et reconnut alors le fameux gardien des clefs. Un sourire s'esquissa sur le visage du khandéen puis s'adressa avec ironie à sa proie :

- Tu voulais savoir comment vivaient les prisonniers ici ? Tu sembles t'être rendu compte que ce n'est pas un palais luxueux, hein ?

Puis tendant son autre bras à travers les barreaux avec son arbalète entre les doigts, il continua :

- Envoie les clefs ou alors ta carcasse restera pour l'téernité ici, rongée par les rats. Allez donne-moi ce trousseau de clefs. Maintenant ou meurs.

L'homme tressaillit, sa bêtise était à la hauteur de la situation. Tenant plus à la vie qu'à son malheureux trousseau de clefs, il les envoya vers le mercenaire après quelques minutes de réflexion tout de même. Avec son pied, Sirion ramena son trophée en dehors de la cellule puis accrocha son flambeau à un anneau près des barreaux. Il ramassa le trousseau, tout en gardant son arbalète à la main. Il était sur le point de repartir :

- Hé ! Libérez moi, je vous ai donné ce que vous vouliez nan ?! Pitié !

Sirion pivota sa tête sur le côté et parla à l'encontre du gardien :

- On verra ça quand le coeur de ton Maître ne battra plus.

Puis il s'en retourna par là où il était venu, il courut à nouveau dans les couloirs en espérant retrouver au plus vite ses deux compagnons. De retour à leur point de départ, Sirion ne trouva que le chevalier Skaline en train d'ouvrir une cellule du mieux qu'il pouvait avec une dague :

- Avec une clef ça serait p'tete mieux Chevalier nan ?

Le mercenaire lui lança alors le trousseau afin qu'il se charge d'ouvrir les celulles voulues. Retrouver les Flèches Noires avait déjà débuté...

- Mais où est Kivan ? demanda Sirion à Erco.




« Œil pour œil, dent pour dent. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://laplumedunvoyageur.fr
Erco Skaline
Ambassadeur du Rohan à Dale
Ambassadeur du Rohan à Dale
avatar

Nombre de messages : 1111
Age : 23
Rôle : Seigneur d'Esgaroth

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim, descendant d'Eaden
- -: 31 ans
- -:

Ven 22 Mai 2009 - 18:18
Erco fut surpris d'entendre Sirion arriver si vite. D'habitude les geôliers avaient une certaines maîtrise des armes de corps à corps en cas ou les prisonniers réussiraient à s'échapper. Mais apparemment le mercenaire avait sut se montrer convaincant et c'était mieux ainsi.
Le Fantôme railla sur sa façon d'ouvrir les portes, mais le chevalier ne répondit rien, il avait d'autre chat à fouetter. Il attrapa la trousseau de clés et en essaya une au hasard, il en réessaya deux pour enfin tomber sur la bonne. le mécanisme de la serrure cliquetiqua et la porte s'ouvrit d'une simple poussée. Galarïn sortit de sa cellule et remercia les deux hommes.
Le rohirrim lui tendit son poignard et ajouta:

-Prenez-le, en attendant de trouver d'autre arme. Et aidez-nous à trouver le reste de votre ordre.

Il se précipitait déjà vers une autre cellule. Bientôt, il entendit Galarïn crié:

-Y a Seodoc ici!

Le chevalier Skaline jeta le trousseau de clés à travers les cachots et passa à une autre cellule. Bientôt le dénommé Seodoc fut libre et s'activa à son tour à la recherche. Mais il y avait une seul chose qui risquait de poser problème: les armes.
Erco demanda donc:

-Il n'y a pas une pièce ou l'on entrepose les prisent au détenus? Car là, on en manque sérieusement....

Soudain, Erco se rendit compte qu'il n'avait pas répondu à la question de Sirion. Il lui expliqua donc, comme si de rien n'était.

-Kivan est au fond, il cherche Baradur. Et j'espère qu'il le trouvera vite, car cette humidité et cette aire infecte me mettent sur les nerfs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3161
Age : 25

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Ven 22 Mai 2009 - 18:31
A peine Erco avait-il fini sa phrase que des pas rapides et feutrés se firent entendre, et qu'apparut la silhouette du chef des Masques, son visage éclairé par la torche qu'il tenait en main et par un sourire non dissimulé.

"Je suis là. dit-il le plus naturellement du monde avant d'ajouter: et j'ai trouvé le gibier."

Sauf qu'en l'occurrence, il ne fallait pas tuer ce "gibier" mais plutôt le libérer, si c'était bien de Baradur que parlait Kivan.

"Joli travail, ce sera bien plus facile clefs en main!"

Le jeune Galarïn était libéré de son cachot, et il ne manqua pas de remercier ses sauveurs, même s'il garda un peu plus de distance avec Kivan qu'avec les deux autres. Seodoc retrouva également sa liberté.

"Venez, ordonna le mercenaire, j'ai identifié la cellule d'un autre Garde de l'Ordre de la Flèche Noire tout à l'heure: j'ai fait une marque sur la porte avec mon couteau. Je crois bien que c'est Reor, d'ailleurs, mais il a beaucoup maigri depuis la dernière fois que je l'ai vu."

L
a captivité n'avait sans doute pas du être facile à vivre, et il s'avéra que le sympathique Reor avait un aspect bien moins encourageant que Galarïn et Seodoc. Kivan lui donna par conséquent un peu d'eau de sa gourde; hélas il ne disposait d'aucune nourriture solide dans l'immédiat...

Le mercenaire de la Pierrelune emmena alors ses cinq compagnons au plus profond de ces geôles sordides, pensant à tous ces malheureux prisonniers qu'il libérerait sans exception si la mission était couronnée de succès. Pourtant ce ne serait pas à lui de prendre une telle décision, mais plutôt à celui qu'ils allaient voir.

L
e couloir que le petit groupe traversait aboutissait à un cul-de-sac, et face à eux se trouvait une porte qui semblait plus petite, plus solide, et plus renfoncée dans le mur de pierre que les autres. Un orifice minuscule avait été ménagé pour permettre au gardien d'y jeter un œil de temps à autre, ce qui avait permis à Kivan d'identifier le prisonnier.

"Donnez-moi ces clefs, Erco."

Kivan les essaya presque toutes avant de trouver la bonne - et pour cause, elles se ressemblaient toutes. Il tourna vers la droite et un déclic retentit, puis il poussa, de sa main libre, la porte vers l'intérieur. Apparut un homme aux longs cheveux châtains, au visage grave et sévère, affaibli et aminci par son enfermement mais non moins déterminé.

"Baradur..."






The Half Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erco Skaline
Ambassadeur du Rohan à Dale
Ambassadeur du Rohan à Dale
avatar

Nombre de messages : 1111
Age : 23
Rôle : Seigneur d'Esgaroth

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim, descendant d'Eaden
- -: 31 ans
- -:

Sam 23 Mai 2009 - 14:35
Bientôt, ils eurent déjà libéré trois des huit chevaliers de l'Ordre de la Flèche Noire. Seodox, Reor et Galarïn. Alors que Kivan cherchait toujours au fond, le chevalier Skaline inspectait les alentour cherchant une pièce ou des armes seraient entreposées. Il ne voyait rien qui ressemblait à u meuble pour entreposé les armes ou à une pièce pour cette effet. Soudain Kivan l'appela et lui demanda les clés. Il avait trouvé Baradur. Enfin une bonne nouvelle.
le Rohirrim accourra aussi vite qu'il put et manqua de glisser. Il donna les clés au chef des mercenaires et attendit que la porte s'ouvre. il était pressé de voir à quoi ressemblait ce Baradur.
Il sortit enfin avec une barbe de quelques jours, le visage creusé, sans doute par le manque de nourriture et de soleil. Les cheveux sale et long. Pourtant, Erco vit dans ces yeux une détermination de fer et il comprit que l'homme qu'il avait devant lui était prêt à tout pour abattre ce Comte.
Kivan prononça le nom du capitaine des chevalier, puis un silence s'installa. Seul la respiration du commando perçait l'aire humide des cachots. Erco ne put se taire une seconde de plus et dit:

-Il serait peut-être temps de se préoccuper des armes, car nous n'en avons même pas assez pour équiper le tiers de vos chevalier, maître Baradur. Et vous, qui connaissez cet édifice mieux que quiconque, pourriez sans doute nous mener à une armurerie ou à toute autre endroit qui s'en rapproche...


Il se tut attendant la réponse de Baradur ou de toute autre personne. Le temps jouait contre eux, du moins c'était l'avis du chevalier Skaline, car il savait que plus ils restaient dans ces cachots, plus ils laissaient du temps au Comte de s'organiser. Et s'ils rencontraient ne serais-ce qu'une résistance de plus de vingt hommes, leurs victoires en seraient compromise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirion Ibn-Lahad
Pair du Royaume d'Arnor - Surnommé le Fantôme
Pair du Royaume d'Arnor - Surnommé le Fantôme
avatar

Nombre de messages : 1574
Age : 25
Localisation : Arnor

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme du Sud (Khand)
- -: 34 ans
- -:

Sam 23 Mai 2009 - 18:24
Lorsque la porte de la cellule s'ouvrit, un soulagement put se faire sentir dans l'esprit des libérateurs. Baradur se tenait face à eux, certes diminué physiquement, mais avec le même regard que lors de sa rencontre avec Sirion. Ce dernier fit un signe de tête à l'encontre du Capitaine mais ne s'attarda pas à en bavardarge inutile et après que le chevalier Skaline ait posé sa question, le Fantôme prit la parole :

- Une fois les armes trouvées et l'Ordre de la Flèche Noire libérés, nous devrons trouver le Comte, comme nous l'avions convenu lors de notre première rencontre Baradur.

Puis le mercenaire se saisit des clefs et après quelques essais contre une autre porte, il parvint finalement à libérer Yrudïn qu'il avait également rencontré il y a quelques semaines chez la vieille femme.

Malgré cela, une question trottait dans l'esprit de Sirion, une question importante et à laquelle Baradur et les autres gardes sauraient sans doute trouver une réponse :

- Dites moi Messieurs ... qui nous a trahi ? Qui a dévoilé notre plan au Tyran ? Une taupe ou quelqu'un a-t-il été acheté ?

Durant un instant, Sirion avait pensé justement à la femme qui l'avait accueilli chez elle mais cette idée quitta vite son esprit. Comment cette vieille si simple aurait pu les trahir ? Non ça ne pouvait pas être elle...mais qui ?




« Œil pour œil, dent pour dent. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://laplumedunvoyageur.fr
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3161
Age : 25

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Dim 24 Mai 2009 - 11:04
Baradur sortit vivement de sa prison, rassemblant ses esprits pour continuer du mieux que possible cette opération.

"Nous devons en effet nous procurez des armes, acquiesça-t-il, pour moi et mes hommes. Nos détenteurs ont jugé bon d'enlever les nôtres... Mais dites-moi, dans quelle situation sommes-nous exactement?"

Kivan lui fit alors un très court résumé de ce qui venait de se passer jusqu'alors: le guet-apens, la tâche des trois Nains, l'infiltration, la résistance de Xzar et Montaron à la porte. Le Capitaine de la Flèche Noire en savait désormais assez pour agir en conséquence...

"Qui nous a trahis... mon coeur me dit que nous le saurons avant la fin, déclara-t-il. Mais nous ne pouvons nous attarder en conjectures, le temps est notre plus grand ennemi. Allons-y, remontons vers les étages, nous trouverons des épées en chemin, il y a des réserves dissimulées ça et là. Nous reviendrons libérer le reste de mes hommes plus tard, lorsque la tête du Comte sera plantée sur un pieux pour le plaisir de ses corbeaux. "

Ils étaient donc huit à partir à la recherche du tyran: Sirion et Erco, Kivan et son ancien ennemi Baradur, ainsi que les quatre Chevaliers de l'Ordre: Galarïn et son père Yrudïn, Seodoc, et Reor. Le petit groupe remonta vivement les escaliers que trois seulement avaient descendus à l'aller, et ils arrivèrent dans le hall. Là peinaient toujours les deux Masques, Xzar et Montaron, mais la porte semblait en mauvais état, prête à se fendre en son milieu. Baradur prit les choses en main:

"Reor, aidez ces hommes! Le danger sera égal là-haut ou ici, et comme cela vous n'aurez pas à courir davantage! Les autres, montez avec moi! La chambre du Comte se trouve quatre étages au-dessus de nos têtes."


R
eor exécuta les ordres et tenta tant bien que mal de tenir la porte avec les deux autres. La petite compagnie, comprenant à présent sept membres, emprunta les escaliers qui menaient vers les étages supérieurs... et vers leur but.




The Half Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erco Skaline
Ambassadeur du Rohan à Dale
Ambassadeur du Rohan à Dale
avatar

Nombre de messages : 1111
Age : 23
Rôle : Seigneur d'Esgaroth

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim, descendant d'Eaden
- -: 31 ans
- -:

Dim 24 Mai 2009 - 12:36
Kivan résuma la situation au Baradur. Erco reconnut en le chef de l'Ordre de la Flèche Noire, un personne méthodique et déterminé. C'était ce genre de caractère qu'aimait le rohirrim. Les huit rebelles s'élancèrent en avant, avec Kivan, Sirion et Erco en premier, vu qu'ils avaient les armes.
Ils débouchèrent dans une grande pièce. Les deux hommes tenaient toujours la porte, amsi elle était un mauvais état. Elle n'allait pas tenir encore longtemps. Baradur laissa Reor pour aider les deux Masques. Puis le groupe repartit. Toujours dans les mêmes ordres.
Le chevalier Skaline ne savait pas ou était placé la chambre du Comte, mais une chose était sûr: si cette porte venait à être enfoncée et le chevalier de la Flèche Noire et les deux Masques tués. Le commando serait alors prit entre deux feu et n'avait alors quasiment aucune chance de s'en sortir vivant...
Mais ils ne pouvaient plus revenir en arrière, il fallait avancer ou mourir.
Ils empruntèrent donc les escaliers et avancèrent d'un bon pas.
Erco tenait fermement Amdir prêt à s'en servir si le besoin s'en faisait sentir.
Des bruits retendirent en bas, sûrement la porte qui venait de subir un dégât plus important que les précédent. Soudain, un grincement brisa l'aire. Ce son venait de l'étage juste au-dessus d'eux...Cela pouvait être une simple porte, le bruit que fait une épée en étant dégainé ou simplement un raclement entre deux objets anodins....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirion Ibn-Lahad
Pair du Royaume d'Arnor - Surnommé le Fantôme
Pair du Royaume d'Arnor - Surnommé le Fantôme
avatar

Nombre de messages : 1574
Age : 25
Localisation : Arnor

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme du Sud (Khand)
- -: 34 ans
- -:

Dim 24 Mai 2009 - 21:10
L'escouade d'hommes reprit alors sa course effrénée à la recherche du Comte. Ils gravissaient marche après marche les escaliers qui les menaient à leur objtectif. D'après les mots qu'avait prononcé Baradur, le capitaine ne semblait pas vouloir trainer le tyran en justice...il accomplirait plutôt sa propre justice avec son épée. Cette idée plaisait à Sirion : brève et bien faite.

C'est alors que tous entendirent un bruit qui les stoppa momentanément, surpris par ce son étrange, puis le groupe continua et accélera même afin d'arriver le plus vite possible à la source de ce bruit si suspect. A présent le Fantôme avait Lorhiss dans une main et son arbalète dans l'autre, prêt à toute eventualité le mercenaire khandéen sentait son poul augmenter au fur et à mesure de l'ascension.

L'Intenable comme l'avaient appelé beaucoup de gens dans sa contrée se rapprochait de son but le plus immédiat : Himling le Fourbe. Toutes les pensées du mercenaire étaient rivées sur lui, il ne le raterait pas et toucherait le sol avec un carreau entre les deux yeux.

Enfin ils arrivèrent à l'étage voulu, le couloir était finement décoré mais en devenait dégoutant tant l'atmosphère y était pesante. Tous étaient prêts à dégainer leurs armes si ça n'était pas déjà fait et la tension était telle qu'un silence régna durant quelques instants. Finalement Sirion prit la parole :

- Bon qu'est-ce qu'on attend ?

Ses dentes se serrèrent et ses mains se cramponèrent fermement à ses deux armes. La dernière ligne droite serait sûrement la plus éprouvante...




« Œil pour œil, dent pour dent. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://laplumedunvoyageur.fr
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3161
Age : 25

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Lun 25 Mai 2009 - 19:05
Ils poursuivaient leur ascension des dizaines et des dizaines de marches similaires de cet escalier interminable, montant de plus en plus haut dans les étages du château d'Esgaroth.

"Nous approchons de la chambre du Comte, prévint Baradur, soyez prudents. Je pense que les bruits venaient de là, cette pièce doit être bien gardée..."

Lui et les autres guerriers de la Flèche Noire étaient maintenant pourvus de longues épées, trouvées dans un petit renfoncement dans le mur. Peut-être n'étaient-elles pas très équilibrées, ni très aiguisées, mais elles feraient tout de même l'affaire.

A
droite d'eux, était ménagée une petite meurtrière, qui donnait sur le lac et une partie des quais. Par l'interstice, un pâle rayon de lune venait éclairer une ou deux marches, sa lumière froide et blanche contrastant avec la lueur rouge, chaude et chatoyante, des flambeaux maintenus sur les parois intérieurs. Cette mince ouverture donna une idée à Kivan:

"Je vais sonner du cor, dit-il. Tout d'abord parce que s'il nous arrive quelque chose dans cette chambre, je n'en aurais plus l'occasion; ensuite parce que de toute façon nous avons été aperçus et que l'effet de surprise a presque disparu; et enfin parce que Xzar, Montaron et Reor ne tiendront pas éternellement la porte seuls."

Il est vrai que quelques renforts ne seraient pas du luxe pour les trois courageux restés en bas. Quoi qu'il en soit, le chef des Masques n'attendit aucune réponse et exécuta ses desseins. Ce fut bientôt fait, et dans tout Esgaroth on dut entendre son puissant coup de corne.

Le groupe arriva enfin à l'étage qui les intéressait, et ce fut à ce moment précis que le Capitaine de l'Ordre de la Flèche Noire leur fut le plus utile: il les guida dans le couloir finement décoré, orné de dorures et de toiles aux allures raffinées, et leur indiqua une porte. La Porte. Celle qui venait de grincer quelques instants plus tôt, sans nul doute. Celle derrière laquelle devait se tenir plusieurs hommes en armes, prêts à en découdre.

Baradur se tourna vers ses acolytes, levant son épée un peu plus haut, sachant que le combat était pour maintenant. Il fit un rapide signe de tête, déterminé et rageur à ses alliés d'un jour et ses hommes du toujours, et ils n'eurent pas besoin de mots pour se comprendre.

Bam!

Le chef de l'Ordre s'était tourné vers la porte et en avait fait sauté la serrure d'un coup de pied. Tous pénétrèrent à l'intérieur, où une quinzaine de gardes les attendaient autour du lit pourpre à baldaquin. Quinze hommes, l'épée à la main, mais pas de Comte...




The Half Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erco Skaline
Ambassadeur du Rohan à Dale
Ambassadeur du Rohan à Dale
avatar

Nombre de messages : 1111
Age : 23
Rôle : Seigneur d'Esgaroth

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim, descendant d'Eaden
- -: 31 ans
- -:

Mar 26 Mai 2009 - 16:26
Le commando était enfin arrivé devant la porte de la chambre du Comte. Baradur se tourna vers eux et leur fit comprendre que le combat allait suivre et qu’il fallait être prêt. Le capitaine donna un violent coup de pied dans la porte qui s’ouvrit dans un craquement de bois découvrant ainsi une quinzaine de gardes arme au poing. Ils les attendaient de pieds fermes à voir leurs attitudes…

Erco n’hésita pas un seul instant et chargea, levant Amdir pour l’abattre sur un quelconque adversaire. Tout en courant, il cria :

-Force et honneur !

Puis, sa lame s’abaissa dans un sifflement. Des étincelles surgirent lorsque les deux épées s’entrechoquèrent. L’homme du Comte contre-attaque, mais en vain, le rohirrim avait anticipé l’attaque et d’un mouvement sec du poignet il entailla profondément l’avant bras de son adversaire qui poussa un cris qui fût lui-même interrompus par le revers d’Amdir qui sectionnât la jugulaire du pauvre homme.
Erco passa outre et s’élança vers un autre adversaire. Il avait l’occasion de montrer son talent pour les armes et de montrer qu’il n’était pas le traître, il fallait la saisir.
En jetant un coup d’œil de côté, il vit que Baradur se battait juste à côté de lui. Et le chevalier Skaline se dit que mieux valait être avec ce capitaine que contre….
Soudain, il reprit conscience ou il était (il rêvait) et dû se fendre en quatre pour parvenir à parer une botte qui faillit lui coûter la vie. Erco feinta de frapper à droite, mais lança son épée à gauche, côté qui était le moins entraîner – en général – car la plupart des personnes sont droitières donc frappa à droite. Le soldat parvint à stopper le frappe, mais ne tenta pas d’offensive et le rohirrim saisit l’occasion et décocha un gauche qui fit vaciller son adversaire. Le chevalier, entraîné par son élan fit un demi tour durant lequel il arma Amdir qui alla transpercer le garde, le tuant sur le coup.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirion Ibn-Lahad
Pair du Royaume d'Arnor - Surnommé le Fantôme
Pair du Royaume d'Arnor - Surnommé le Fantôme
avatar

Nombre de messages : 1574
Age : 25
Localisation : Arnor

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme du Sud (Khand)
- -: 34 ans
- -:

Mer 27 Mai 2009 - 18:20
La porte s'écrasa au sol. Plus de dix hommes les attendaient, l'arme au poing, prêts à éliminer les intrus. Aussitôt Kivan, Baradur et ses hommes ainsi que Skaline se ruèrent sur leurs ennemis. Pendant ce temps, Sirion projeta son manteau en arrière et levant à l'horizontale son bras droit, un carreau fendit l'air et vint se planter dans le thorax de l'un des gardes du Comte.

L'homme était à peine à terre que le Fantôme rechargeait déjà son arme à distance meurtrière et s'apprêtait à viser un second soldat lorsque Skaline se glissa sur sa trajectoire et se débarassa lui-même du malheureux garde. Sirion pesta, rabaissa son arbalète puis vint à lui un soldat ennemi, l'épée en l'air en train de le charger. Le mercenaire évita son coup et dégaina Ekhliss, laissant alors tomber son arbalète puis il saisit l'homme par son bras armé. De sa lame, il transperça le garde et le laissa ensuite s'affaler au sol, sans bruit.

Alors que leur Compagnie s'occupait du reste des soldats du Tyran, Sirion ne put contenir son instinct : il lui fallait retrouver Himling...et le Comte évidemment. Il observa alors autour de lui dans toute la pièce, après quelques coups d'oeils rapides, il finit par remarquer une porte de bois au fond de la chambre. Sirion rangea l'arbalète, sortit sa seconde lame puis se dirigea vers la porte, il cria alors :

- Couvrez moi, je suis sûr que le Comte est derrière cette porte !

En réalité, le Khandéen n'en savait rien mais l'envie d'appuyer sur cette poignée était trop forte pour résister. Il était presque arrivé à la fameuse porte toute faite de bois vernis...




« Œil pour œil, dent pour dent. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://laplumedunvoyageur.fr
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3161
Age : 25

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Mer 27 Mai 2009 - 19:01
Fort heureusement, la ville d'Esgaroth ne comptait aucune armée digne de ce nom, les troupes régulières étant d'anciens civil recrutés par le Comte et formés plus ou moins profondément dans l'art du combat. S'ils portaient de solides armures, ils ne s'en montraient guère dignes pour la plupart, quoi que certains fussent coriaces et valeureux. Comme on dit, l'habit ne fait pas le moine...

P
our cette raison, et malgré leur infériorité numérique initiale, les chevaliers de la Flèche Noire et leurs alliés prirent peu à peu l'avantage sur leurs ennemis. Les sept acolytes se battaient comme des lions, tailladant et tuant, chacun dans leur style caractéristique: les gestes virevoltants et athlétiques de Kivan, les coups lourds d'Yrudïn et l'agilité de Galarïn, les coups mesurés et efficaces de Seodoc, la haute prestance de Baradur. Peu à peu les rangs adverses s'éclaircissaient, mais le Comte était introuvable.

P
ourtant, Sirion avait sans doute raison lorsqu'il s'intéressa ardemment à cette petite porte de bois verni, arrivant à la hauteur du cou d'un homme. Le tyran, averti de leur projet, avait dû se cacher là derrière ou fuir par cette issue, accompagné de ses proches conseillers.

Kivan l'avait bien compris. Et, puisque les ennemis encore debout étaient plus clairsemés, il se risqua à une traversée presque aveugle de la pièce, jusqu'à la porte. Une fois arrivé, il tourna la poignée. Verrouillée. Une ruade ne put pas même la faire céder. Petite, épaisse, solide, inexpugnable, seule la clef adéquate pouvait permettre d'en franchir le seuil.

A cet instant, beaucoup d'évènements survinrent.

L'armoire de bois massif qui faisait face au lit à baldaquin fut secouée de l'intérieur, et l'une de ses grandes portes s'ouvrit lentement, d'où sortit une petite silhouette rabougrie et craintive...



Himling sauta au sol et s'agenouilla devant eux. Il tressaillit à la vue de Sirion et marmonna quelques paroles presque inaudibles dans ses sanglots:

"Pitié! Ayez pitié! Je ne vous ai jamais fait de mal... je voulais juste... sortir de prison. Pitié... je peux vous aider! Je sais... où se trouve le Comte et la clef... qui vous permettra de l'atteindre."

Au même moment, un soldat du Comte opportuniste profita de la légère inattention de Baradur, occasionnée par cette soudaine apparition du vieillard, pour tenter un traître coup dans le dos du Capitaine de l'Ordre. Tenant son épée des deux mains, il la leva par-dessus sa tête.

La vie de l'instigateur du coup d'état ne tenait plus qu'à un fil...




The Half Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erco Skaline
Ambassadeur du Rohan à Dale
Ambassadeur du Rohan à Dale
avatar

Nombre de messages : 1111
Age : 23
Rôle : Seigneur d'Esgaroth

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim, descendant d'Eaden
- -: 31 ans
- -:

Mer 27 Mai 2009 - 21:29
Le combat était désespéré pour ces gardes à peine former aux combats. Ils ne pouvaient rien face de guerrier aguerri. Rapidement, la victoire des rebelles était quasiment assurée. Le sol était déjà jonché de plusieurs cadavres inertes qui déversaient leur flux vital sur le sol, le rendant glissant.
Erco faillit glisser, mais se rattrapa au bord du lit à baldaquin du Comte. Ce fut à ce moment que l’armoire, qui était juste à quelques mètres du rohirrim, fut ébranlée et la porte s’ouvrit avec lenteur. Il en sortit pour finir un vieil homme, à la barbe blanche d’une longueur moyen et aux cheveux de la même couleur, mais encore parsemé par des trais brun clair. Il commença à s’apitoyer, puis il glissa habilement une sorte de chantage. Sincèrement, Erco n’en avait rien à faire ce cet homme, pour lui il n’était rien d’autre qu’un vil complanteur et surtout l’une des personnes qui avait organiser cette résistance, aussi maigre soi-elle. Il se recula un peu, tout en regardant autour de lui, car il restait encore des soldats….

Alors que Baradur, qui semblait réfléchir, ne vit pas un soldat plus lucide et vicieux que les autres se glisser dans son dos. Le chevalier Skaline non plus, mais l’éclat de la lame produit par une des torches, attira son regard et il aperçut l’arme levée au-dessus de la tête du capitaine comme la fourche de la mort. Il la vit commencer sa descente. Erco s’élança en poussa un cri :

-Baradur !

Tout se passa au ralenti. Amdir fut brandie en avant d’une détente du bras de son maître dans un geste désespéré. Le capitaine se retourna en entendant le cri du rohirrim. Il d’ut percevoir le sifflement des deux lames, car il entama un écart, qui parut aux yeux d’Erco aussi au ralenti. Puis le choc vint enfin, le choc ébranla tout le bras d’Erco, mais il n’y porta aucune importante, lançant son bras dans un mouvement dirigé vers le haut, entraînant avec lui l’épée du soldat. Le chevalier fit un demi tour et rabatta sa lame aussi fort et vite qu’il le put. Il entendit un cri et se rendit comte qu’Amdir avait entaillé profondément le ventre du soldat.
Il recula lâchant son épée qui rebondit sur le sol et porta ses mains à sa blessure. Son regard montrait la surprise et la peur, une peur que même lui ne comprenait pas.
Erco regard un bref instant son adversaire, puis il reffrapa, mais cette fois le coup trancha la gorge, mettant un terme à la vie de ce soldat trop loyal. Aucun sentiment n’effleura le visage d’Erco. Il jeta un dernier regard à sa victime, puis demanda :

-On y va ? J’en ai marre de ces morts inutiles !

On pourrait croire qu’Erco regrette d’avoir tuer cet homme, mais ce n’est qu’a demi vrais, car s’il ne l’avait pas fait, Baradur serait mort, et de toute façon une fois éventrer un homme n’a que quelques minutes douloureuse à vivre. L’achever était l’aidé, le faire oublier sa douleur. Et voilà qu’Erco replongeait totalement dans un monde d’horreur et de sang, tout ce qui fuyait depuis plusieurs semaines, en vain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirion Ibn-Lahad
Pair du Royaume d'Arnor - Surnommé le Fantôme
Pair du Royaume d'Arnor - Surnommé le Fantôme
avatar

Nombre de messages : 1574
Age : 25
Localisation : Arnor

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme du Sud (Khand)
- -: 34 ans
- -:

Mer 27 Mai 2009 - 21:56
La porte était restée fermé malgré tous les efforts de Sirion et de Kivan, pendant ce temps les membres de l'Ordre continuaient les quelques combats qui restaient encore indécis. Le Chevalier Skaline s'appuya alors sur le lit du Comte et derrière lui, Sirion aperçut une porte d'armoire s'ouvrir. Poussé par sa curiosité humaine, il s'avança et s'arrêta à côté de Erco. C'est alors que le temps s'arrêta à la vue de l'homme qui était sorti de l'armoire...

La tension était palpable, Kivan avait dû le sentir également car il regardait le comportement de Sirion face à ce vieillard. Les yeux de ce dernier ne clignèrent plus et sa gorge devînt sèche. Le vieillard balbutia des supplications à Sirion...Himling était là, en face de lui. L'homme que le Fantôme traquait depuis des mois était enfin devant lui. Sirion ne put s'empêcher de serrer ses poings et de froncer les sourcils.

Le temps reprit alors son cours et un nouvel évènement survînt alors : Skaline fit un bon en avant dégainant sa lame, il sauva la vie à Baradur en tuant un soldat qui l'avait attaqué par derrière. Durant cet instant, Sirion n'avait pas bronché, autant dire que Baradur serait mort si Skaline n'eusse pas intervenu. Lorsque le Chevalier déclara qu'il souhaitait que leur groupe quitte ce lieu, il y eut un silence puis Sirion prononça quelques mots :

- Sortez. J'ai une affaire à régler. Une minute...

Vite le reste de la Compagnie comprit ce qu'il allait advenir du vieillard, tous continuèrent leur chemin pour retrouver le Comte.

- ...une minute suffira. Je vais faire ce pour quoi je suis venu à Esgaroth.

Sirion avait soif de vengeance, son esprit était aveuglé par cette idée, il lui fallait accomplir son but funeste.

Himling tendit ses mains devant son visage par peur, ils étaient seuls. Sirion s'approcha de lui, poussa ses mains, le saisit au col et soudain une lame brillante surgit de la main droite du vieil homme. Le Fantôme attrappa à temps le bras armé et serra avec force de sorte qu'Himling dut lâcher sa petite dague.
Il poussa un cri de douleur puis un "crac" retentit...le poignet était fracturé. Sirion ne retenait plus ses coups. Le mercenaire ne lui laissa pas le temps de parler et le traîna vers la fenêtre qu'il ouvrit ensuite.

- Tu m'as trahi avec tes viles paroles, tu ne mérites pas ma pitié Himling. Si je ne t'avais pas libéré qui t'aurait regretté ? Le Comte ? Foutaises.

Sirion recula de quelques pas, puis ajouta :

- Maintenant meurs.

Un carreau fila à travers la pièce et se planta dans la pomme d'Adam du vieil homme, il tituba, recula et se défenestra. Himling était mort.

La mission de Sirion était accomplie, son instinct de mercenaire lui disait de partir avec le coffre d'or. Mais la mission des autres continuait, Sirion allait-il les rejoindre ou s'enfuir ?

Son esprit bouillonait d'interrogations...


[je laisse planer le doute sur la décision de Sirion Wink ]




« Œil pour œil, dent pour dent. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://laplumedunvoyageur.fr
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3161
Age : 25

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Sam 30 Mai 2009 - 9:51
Le regard que Baradur lança à Erco en disait long, même s'il n'était accompagné d'aucune parole. Le Capitaine de la Flèche Noire aurait le temps - s'ils sortaient vainqueurs de cette opposition - de remercier le Chevalier qui venait de lui sauver la vie, et de bien des façons...

Désemparés, les derniers défenseurs de la chambre du Comte furent bientôt occis par les rebelles, et le silence se fit lorsque le vieil Himling fut dépouillé de sa vie. Un silence lourd, pesant, seulement brisé par les bruits sourds et lointains de l'extérieur. Kivan et Baradur jetaient pourtant des regards noirs à Sirion... hélas, ils n'avaient pas réagi assez rapidement et s'étaient laissés dépassé par les évènements.

"N'auriez-vous pas pu attendre deux petites minutes avant d'en finir avec ce vieillard? demanda le chef des Masques d'une voix franche. Ainsi, seule votre petite vengeance personnelle comptait pour vous, rien d'autre."

En effet, achever Himling dans l'instant était une grave erreur: jamais plus le vieux scélérat ne pourrait parler en ce monde. Jamais il ne pourrait révéler que lui, un traître, avait été trahis par le Comte quelques instants plus tôt, ce dernier voulant tirer parti du désir de vengeance de Sirion pour retarder le groupe de rebelles. Il ne pourrait jamais dire que le tyran avait effectivement passé la petite porte de bois lustrée derrière laquelle un passage secret et souterrain menait à l'Ouest de la ville, hors de portée des troubles, hors de danger. Enfin, il ne pourrait jamais faire connaître l'emplacement du double de la clef correspondant à la serrure en question.

La haine nuit souvent à celui qui l'entretient en son cœur. Un vieil adage souvent prononcé à voix basse dans la ville du lac, et qui en ce jour se vérifiait, une fois de plus.

Jusque là, les plans du Comte se voyaient couronnés de succès...




The Half Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erco Skaline
Ambassadeur du Rohan à Dale
Ambassadeur du Rohan à Dale
avatar

Nombre de messages : 1111
Age : 23
Rôle : Seigneur d'Esgaroth

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim, descendant d'Eaden
- -: 31 ans
- -:

Dim 31 Mai 2009 - 9:03
Erco voulut stopper cette mascarade de vengeance inutile et sans le moindre intérêt présent. Ce vieillard aussi mauvais qu'il soit pouvait leur être utile. Mais Sirion fut plus rapide. La lame s'abattit et le chevalier heurta de plein fouet le mercenaire, n'ayant put ou voulu s'arrêter. Ils tombèrent au sol et le rohirrim dit énervé:

-Il pouvait nous être utile!!!!

Il se releva en ne proposa pas sa main à Sirion. La colère passerait rapidement, mais pour l'instant, elle restait présente.
Ce n'était pas possible, ils étaient en plein territoire ennemis, seul et bloqué devant une porte fermé à clés. S'ils attendaient, des renforts viendrait bien un jour. Le chevalier Skaline se tourna vers Baradur et demanda:

-Vous qui connaissez bien ce château, ou il y aurait-il un clés pour ouvrir cette porte et ou mène-t-elle?


Il se tut, au pire, ils n'auront qu'à la défoncer. Ça risquait d'être très silencieux...Mais d'une autre côté, ils étaient repérée donc la discrétion était leur dernier soucis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3161
Age : 25

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Dim 31 Mai 2009 - 13:35

Baradur n'avait rien dit depuis la mort du vieillard, rien, pas un mot. Il était resté sur place, à observer et à écouter, et à imaginer quelle aurait été la suite des évènements si le geste malheureux du mercenaire de Khand n'avait pas réduit leur seul espoir au silence. Pas un mot ne sortit non plus de sa bouche, dans l'immédiat, lorsqu'Erco Skaline lui posa sa question sur le moyen d'ouvrir cette porte dérobée.

Enfin, après quelques instants de réflexions durant lesquels tous les yeux s'étaient tournés vers lui, il dut à regret décevoir la compagnie:

"J'étais garde de ce château, mais hélas, que le Comte n'ait pas une une confiance aveugle en moi ou qu'il ait simplement appréhendé le jour de la révolte depuis longtemps, je n'ai jamais été mis au courant au sujet de ce moyen d'évasion."

Cela lui faisait mal de dire une telle chose: tous ses alliés qui avaient combattu pour lui, qui l'avaient sauvé des geôles, et pourquoi? Pour finalement laisser filer le tyran et lui donner la possibilité de prendre un jour, tôt ou tard, sa revanche.

"Jamais il ne permettait de visiter sa chambre, sauf à ses plus proches conseillers: Ambror, Glemyr sans doute. Le premier est mort il y a quelques mois, le second doit sûrement fuir avec son maître, à l'heure qu'il est. Et sans la clef nous ne pouvons bien sûr rien faire pour le rattr..."

La clef. Un espoir naquit dans l'esprit du Capitaine de l'Ordre, qui le coupa dans sa phrase. Un espoir utopique, un espoir de fou, mais un espoir tout de même. Il courut vers la serrure et y plaça son œil. Et il rit. C'était presque trop facile. Oh, si c'était bien ce à quoi il pensait, ce serait merveilleux...

"Sirion, qu'avez-vous fait de la grosse clef en fer qu'Eléore vous a remis, celle qui ouvre l'entrée des caves du repos Eternel?"




The Half Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sirion Ibn-Lahad
Pair du Royaume d'Arnor - Surnommé le Fantôme
Pair du Royaume d'Arnor - Surnommé le Fantôme
avatar

Nombre de messages : 1574
Age : 25
Localisation : Arnor

~ GRIMOIRE ~
- -: Homme du Sud (Khand)
- -: 34 ans
- -:

Ven 5 Juin 2009 - 23:31
L'esprit de vengeance était parti, envolé, éteint, disparu...la tension qu'endurait Sirion n'était plus. Son relâchement sur l'instant fut saisissant, il fut tel que le mercenaire dût s'asseoir et s'appuyait contre le mur, la tête entre les genoux. Il n'avait cure des reproches de Skaline et de Baradur, son regard resta froid et distant. Il avait accompli son but et seul cela lui importait...du moins sur le moment.


Les autres parlaient dans la pièce et souvent leur colère revenait s'abattre sur Sirion. Les yeux rivés sur le plancher tâché de sang pourpre et les mains tremblotantes. Puis lorsque Baradur s'adressa à lui quant à savoir ce qu'il avait fait de la clef de l'Auberge, il se releva péniblement et avec douceur. Une fois debout, il scruta les autres mercenaires ainsi que Skaline et finit par mettre la main sous son manteau sur son flanc droit ; ce que ses doigts rencontrèrent était froid, glacé même, mais ils le saisirent l'amenant alors aux yeux de tous...

La grosse clef de fer était toujours entre les mains de Sirion depuis tout ce temps. Il tendit son bras et lança la clef au capitaine, que celui-ci rattrappa prestement. Baradur s'avança alors vers la porte de bois et enfonça la fameuse clef dans la serrure polie...clic...le capitaine de la Flèche Noire jeta un regard en arrière vers ses alliés de toujours et d'un jour puis il baissa la poignée jusqu'à ce que la porte s'ouvre sous le mouvement.

Cette porte menait sur un balcon recouvert de pavés blancs et parsemé de fleurs fermées durant cette nuit-là. Une seule torche luisait sur le balcon tandis que tous s'y engoufrèrent, Sirion en dernier. Baradur et les autres purent remarquer un escalier allant du balcon vers le bas. C'est alors que le Khandéen s'approcha de lui :

- Ma mission est maintenant accomplie, j'ai eu ce que je voulais. A présent...

Un silence se fit jusqu'à ce que..

- A présent, je vais partir à la chasse au Despote comme je l'ai fait avec Himling. Je vous aiderai et sachez que jusqu'à ma mort, je n'aurai de cesse de trouver cette larve.

Son regard était redevenu sévère et sûr. Tellle était la vie de Sirion : une succession de buts jusqu'à son objectif final...retrouver son frère.




« Œil pour œil, dent pour dent. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://laplumedunvoyageur.fr
Erco Skaline
Ambassadeur du Rohan à Dale
Ambassadeur du Rohan à Dale
avatar

Nombre de messages : 1111
Age : 23
Rôle : Seigneur d'Esgaroth

~ GRIMOIRE ~
- -: Rohirrim, descendant d'Eaden
- -: 31 ans
- -:

Sam 6 Juin 2009 - 8:03
Erco ne put que relâcher un soupir lorsque la porte cliquetiqua et s'ouvrit. Tout le groupe s'y engouffra rapidement, étant tous pressé d'en finir une bonne fois pour toute. Avec chacun ses raisons personnelles. Baradur pour reprendre ce qui lui était dû. Erco pour ramené la chevalière et l'épée d'Alorn à sa famille. Sirion, lui, son but venait d'être accompli. Le chevalier se demandait s'il allait rester avec eux, ou bien s'il allait rebrousser chemin...

Lorsqu'ils furent tous sur ce balcon, richement décoré, comme le serait un bacon de prince, ils virent un escalier. C'était le seul endroit qui semblait pouvoir permettre une fuite.
Erco s'approcha du bord du balcon pour regarder en bas, mais il ne vit rien d'autre que du noir. Le balcon devait ou donner à l'extérieure du château ou sur un endroit qui n'est pas éclairé. Le chevalier se tourna vers les autres. Pour lui c'était simple, il fallait descendre, mais peut-être que Baradur ou l'un de ses compagnons ont-ils vu quelque chose d'autre, un autre chemin, une corde, etc...
Soudain un éclair zébra le ciel éclairant un bref instant Esgaroth, mais trop bref pour pouvoir discerner quelque chose de précis. Puis la pluie de mit a tambouriné les toits, la pierre, le sol et les rebelles. Erco sentit les gouttes ruisseler sur son casque. Il ne prit pas la peine de resserrer son manteau car il savait que de toute façon il sera trempe. Bientôt le vent se leva à son tour, mais, par chance, il ne soufflait pas puissamment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» La fuite du tyran
» Les mémoires d'un tyran
» Haïti : fuite des cerveaux la plus élevée au monde
» Fuite glaciale
» Pourquoi Napoleon 1er est considéré comme un tyran ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Minas Tirith ! :: - Les Terres du Milieu - :: Le Rhovanion :: Royaume de Dale :: Esgaroth-
Sauter vers: