Hadhod et les Compagnons de la Croix-de-Fer

Aller en bas 
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3168
Age : 26

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Mer 27 Aoû 2008 - 14:32
On raconte qu'aux Temps Anciens du Premier Âge du Monde, vivait un Nain de Nogrod nommé Gûrbor Croix-de-Fer, un grand général et un merveilleux forgeron, qui avait, dit-on, côtoyé Telchar, élève de Gamil Zirak l'Ancien, le Maître de cet Art. Gûrbor avait, selon les légendes, hérité de son surnom au cours d'une bataille dans laquelle le Chef des ennemis était un sombre seigneur masqué d'Or, dont personne ne connaissait l'origine. "Mahal Gibil! Gabil zata ulganzu! Aulë est grand! Grande sera votre mort!" avait dit le Nain...

Au cours du combat, le seigneur masqué et Gûrbor le Khazad se retrouvèrent face à face, mais le sombre personnage réussit à faire chuter son ennemi, et la grande hache de ce dernier, Barazanthatûl, tomba à terre. Tandis que le coup de grâce approchait et que la maléfique épée s'élevait dans les airs pour mieux retomber, les anciens disent qu'une lame vint se mettre en travers de la lame et para le coup. Il s'agissait de l'épée d'un allié Nain, et non d'une hache, chose plutôt inhabituelle. Gûrbor n'avait pas fermé les yeux, souhaitant affronter la mort dignement, et les deux lames s'entrechoquant formèrent une croix dans les airs, une Croix de Fer. Gûrbor dit alors que tel serait l'emblème de sa Maison, et que tous ses descendants porteraient ce symbole sur leur armure, mais qu'un seul hériterait de son surnom, le seul à sortir de l'ombre et à s'en montrer digne... Cependant Gûrbor eut la vie courte, tué quelques jours plus tard par un Nain, un Nain au cœur mauvais de Belegost, qui par la suite fut lui-même tué au cours de la bataille contre Beren près du fleuve Ascar. La raison de cet acte odieux était simple: la sagesse du vieux Gûrbor voulut qu'il s'opposa par ses paroles à ses congénères qui avaient tué Thingol, et à toute autre manœuvre par la force qui pourrait faire couler un autre sang que celui des Orques.

Ceci n'est qu'un récit parmi tant d'autres, une page dans un livre. J'ignore si cette histoire est véridique, mais ce que je sais, c'est qu'il faut parfois tenir compte du passé pour mieux juger le présent. Et aujourd'hui on me dit qu'est né un Nain, au Nord, à Erebor, en ce Quatrième Âge du monde, et que les plus anciens parmi les descendants de Durin sous la Montagne ont eu un étrange rêve, comme d'un cliquetis soudain et d'un ciel d'orage barré d'une croix brillant par saccade à chaque éclair, et qu'ils ont surnommé le nouveau né Croix-de-Fer. Il semble cependant que ce soit un pur hasard, car le récit de Gûrbor est à présent oublié dans les profondeurs du temps, sauf par ses descendants.

Mais il arrive parfois que hasard et destin ne fassent qu'un...








♦ Hadhod Croix-de-Fer, Seigneur de la Moria ♦


♦ Fiche d'identité

Date de naissance
31 mars 112 4A
Race
Nain
Sous-division
Idrafang
Nom khuzdûl
Marayad
Signification
Héritier du passé
Épithète
Croix-de-Fer
Père
Trehod
Mère
Drís
Arme de prédilection
Barazanthatûl
Couleur de capuchon
Rouge


♦ Apparence physique



COMME tout Nain qui se respecte, Hadhod est doté d'une bonne corpulence, sans pourtant atteindre l'obésité selon les critères de sa race. Quant à sa taille, elle est assez élevée selon ces mêmes critères. Les descendants de Durin et autres sous-divisions de la race des Khazad ont une hauteur moyenne de quatre pieds, soit environ un mètre vingt-deux avec notre mesure. Certains des plus imposants ─ mais cela est extrêmement rare ─ mesurent cinq pieds de haut, ce qui équivaut à un mètre cinquante-deux. Hadhod Croix-de-Fer, lui, à une taille ─ mesurée de la plante des pieds au haut de la tête en écrasant les cheveux ─ d'un peu plus de quatre pieds et demi, un mètre quarante-deux exactement. Il n'est pas peu fier de cette distinction, mais jamais ne s'en vante.
L'ÂGE mûr de ce fils d'Aulë ne l'empêche pas d'être encore dispos et vigoureux, encore qu'il ne se déplace plus aussi rapidement que du temps de sa jeunesse, en Erebor... mais cela, nous le verrons plus tard. Courtes sont ses jambes, comme tous ceux de sa race, mais ses bras sont forts et noueux, et ses mains savent encore manier puissamment la hache de guerre.
LA chevelure fournie est d'un blanc grisonnant, tout comme sa barbe qui n'a, elle aussi, rien à envier à celles de ses semblables. Tressée en quatre endroits et attachée par de petits anneaux faits d'or fin, elle a l'habitude de se balancer légèrement lorsque le seigneur est en marche. Ses moustaches descendent elles aussi en deux pans jusqu'à son ventre, également tressés et attachés de manière identique.
LES traits saillants du visage du Seigneur de la Moria ─ pommettes, nez, arcades ─ donnent une certaine gravité à son expression, mêlée de sagesse et de prestance. Peu enclin au rire, Hadhod a acquis cet air froid et dur, comme taillé dans la pierre, au cours des longues années de labeurs et des innombrables batailles dans les profondeurs du monde. Une flamme couve dans ses yeux marron noir, de sous ses sourcils broussailleux, qui s'avive lorsque les Gobelins sont à portée de hache ou simplement mentionnés dans les vieux contes, ou lorsque les Elfes se montrent un peu trop hautains en sa présence.
SON maintien est droit et altier lors des cérémonies durant lesquelles l'apparat compte plus que tout. Mais quand vient l'heure de batailler ou de marcher sous terre dans les sombres mines, la posture de Hadhod retrouve son humilité, courbée afin de marcher plus vite ou obtenir la portée nécessaire à sa grande hache pour trancher le coup d'un Orque. Et la crasse qui s'accumule sur sa peau et ses habits dans ces moments-là le font davantage ressembler à un mineur de bas étage qu'à un Seigneur des Nains, sauf aux yeux de ceux qui le connaissent vraiment ou qui sont dotés d'une sagacité plus grande que la normale, qui voient en lui un pouvoir caché.


♦ Équipement


UN parfait attirail de guère d'authentique fabrication Naine, voilà ce que porte Hadhod Croix-de-Fer. Première dans son cœur et haïe de ses ennemis, sa grande hache Barazanthatûl qui lui vient de ses ancêtres. Il dispose aussi des deux haches de lancer Gloisil et Núsil, qui sont en permanence attachées à sa ceinture ─ sauf lorsqu'elles sont fichées dans le corps d'un de ces immondes Gobelins ─ une ceinture de cuir clair et de fer. Voilà pour ce qui est des armes à proprement parler, mais son équipement de s'arrête pas là.
IL porte, apparente, une petite tunique de couleur brune par-dessus sa solide armure d'écailles en acier. Grâce à cette dernière, Hadhod est protégé jusqu'aux genoux. Aux bras, les protections descendent jusqu'aux poignets, lui assurant une sécurité maximale. Cette armure est enfilée sur une seconde tunique, aussi épaisse que l'autre et de même couleur, qui isole sa peau du métal froid. Le dos de Hadhod est recouvert d'une cape rouge lors des voyages et des batailles, le rouge de Capitaine de la Maison de la Croix-de-Fer, toutefois un poil délavé par les voyages et la sueur. Mais son tissu étant résistant et toujours en bon état, le Nain n'a jamais daigné l'abandonner pour une autre. Elle monte sur ses épaules et est attachée, sous son cou, par une broche de fer allié à quelque autre métal, représentant une croix, un objet sans aucune valeur pour un forgeron, mais valant tout l'or du monde selon Hadhod.
UN casque en bois massif rehaussé d'acier lui sert de couvre-chef, très utile contre les massues et autres armes maléfiques. De cuir très épais sont les chausses du Seigneur de la Moria, bouclées pour ne pas se défaire dans les corridors au sol irrégulier de la Moria. En dernier lieu, Hadhod porte des gants de cuir, histoire de ne pas esquinter ses mains et de toujours pouvoir fumer sa pipe. J'allais oublier... l'objet qui ne sert pas à grand-chose mais qui vaut maints trésors: une pipe à long tuyau, et dont le bois sombre est sans ornement aucun. Mais cette chose serait bien inutile sans combustible: de l'herbe à pipe ─ du Vieux Toby plus exactement ─ dans une petite blague de cuir clair, qu'il tient toujours cachée dans ses vêtements.
ET puis il y avait son anneau. Non point un Anneau de pouvoir, car tous ont été perdus à jamais: les uns ont été volés par Sauron Gorthûr et, après sa chute, dieu sait ce qu'ils devinrent; les autres, les Dragons les ont pris et leur feu les a consumé. Non, c'était bien un anneau ─ sans majuscule, notez ─ qui n'avait d'autre valeur que l'or et la pierre bleue dont il estt fait, et le prix que le cœur attache à un bien de famille. Néanmoins, son origine reste obscure, même à ceux qui le détiennent et l'ont détenu par le passé. Hadhod le portait à l'index gauche, mais si tout est au passé, c'est qu'il en a fait don à l'elfe Sombre-Chêne en gage de concorde.
QUE dire de plus, sinon que l'inventaire de l'équipement de Hadhod le Nain est presque terminé. Restent quelques possessions de plus ou moins longue date qu'il ne transporte pas sur lui, car trop encombrant ou inapproprié dans bien des situations... Il s'agit d'une copie du livre de Mazarbul dont la moitié des pages est vierge, afin de compléter l'histoire de Khazad-dûm; c'est Oïn III, le sage, qui en a la garde lorsque la Maison de la Croix-de-Fer se déplace pour une longue période, sinon, il reste dans un coffre de la Salle du Trône. La deuxième chose ─ ce n'est en réalité pas une chose, mais un animal ─ est un volatile, un corbeau plus précisément. Rhöc, tel est son nom, et il reste sous bonne garde à la Porte Est, prêt à porter une missive dès que le besoin s'en fait sentir. Et de fait, c'est l'oiseau-messager personnel du Seigneur de Cavenain. Et enfin le troisième objet n'est autre que l'Arc de Vertefeuille, ancienne possession du fils de Thranduil acquise par Sombre-Chêne, qui en a à son tour fait cadeau à Hadhod en signe d'amitié. Il ne porte jamais sur lui mais le conserve précieusement, unique création elfique qui ne lui soit jamais échue.


Dernière édition par Hadhod Croix-de-Fer le Sam 5 Sep 2015 - 9:11, édité 26 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3168
Age : 26

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Mer 27 Aoû 2008 - 14:35

♦ Caractère, talents



HADHOD ─ mais cela n'est guère une surprise, car quel descendant de Durin n'en a pas ─ conserve une haine implacable contre les Orques en général et tout particulièrement contre les Gobelins, sous-division montagnarde et la plus sournoise ─ si c'est possible ─ de cette race. Les Trolls et autres créatures des ténèbres ont aussi droit à ce sentiment distingué, toutefois c'est par le fil de la hache que Hadhod leur présente ses salutations. Mais cela, était-il bien nécessaire de le rappeler? Car c'est là une caractéristique de la plupart des guerriers libres, seule l'arme change.
DURANT une grande partie de sa vie, Hadhod voua une aversion tout aussi tenace, bien que moins meurtrière, aux Elfes, qu'ils aient été Noldor, Sindar, ou de toute autre espèce ou groupe ayant jamais existé. Cependant, après la passage de l'ambassadeur Sombre-Chêne et les relations inopinément respectueuses qui s'ensuivirent, sa vision concernant ce peuple changea. Bien qu'il considère toujours les Nains comme meilleurs que les étrangers, Hadhod autorise à présent qu'un Elfe traverse ses mines, et, par souci diplomatique, lui accordera même de l'aide dans la mesure de ses possibilités. Il montre cependant plus de considération à un ressortissant de Fondcombe qu'à ceux des autres enclaves elfiques.
LES Hommes, maintenant. Hadhod n'entretient pas volontiers de tractations avec eux, préférant rester à l'écart, mais ils ne les déteste pas particulièrement, bien qu'il puisse aisément trouver toute une pléiade de défaut les concernant si vous le lui demander. Je ne vous le conseille pas cependant, si le temps vous est compté. En fait, il les trouve pour la plupart faibles, passagers, impatients et inconstants, au contraire de ses semblables dont les pieds sont solidement ancrés dans la roche qui les a vu naître. Quelques exceptions à ce jugement demeurent néanmoins: les Hommes de Dale et d'Egaroth, ainsi que les Beornides qu'il apprécie et estime grandement. Et puis il y a le vieux Gamil, qui n'appartient pas à ces catégories, et dont je parlerais plus loin. Mais est-ce bien un Homme ordinaire, je l'ignore...
OUTRE cela, Hadhod Croix-de-Fer possède un caractère bien particulier. Jadis d'humeur gaie et rieuse, la dureté de ses aventures et le grade qu'il porte l'ont rendu légèrement plus froid, fier, quelque peu austère et taciturne. Mais ceux qui le connaissent vraiment ─ les Nains de sa Maison particulièrement ─ savent que sous cette apparence dure et rigide se cache un cœur d'or. Lorsqu'il a donné son estime à une personne, il se révèle être un très bon ami, loyal, détestant la traîtrise, et un peu généreux ─ enfin juste ce qu'il faut. Le Seigneur de la Moria montre une grande ruse et une intelligence tactique lors des batailles, ce qui compense son manque de vitesse dans les combats; mais nul ne peut tromper l'âge. Lorsque ses entreprises prouvent leur succès, quoique heureux, il reste réservé et ne montre pas facilement sa joie. Mais quand ses plans tournent mal, son esprit râleur et ronchon prend le dessus pour un bon bout de temps, ce qui peut le rendre fort désagréable.
COMME je le disais, si sa générosité a ses limites, c'est que les richesses, et particulièrement l'or et le mithril, avivent une flamme en son cœur, sans le rendre méchant, peut-être grâce au fait qu'il ne possède pas d'Anneau de pouvoir. Cela est bien, et laisse la place à d'autres passions moins dangereuses pour l'âme: la musique naine, les récits anciens, la forge. Mais pour le premier, les difficultés de ce temps rendent très sporadiques les périodes où les instruments peuvent se faire entendre, et il en va de même pour l'activité de forgeron.
VENONS-EN à présent à un sujet qui fâche certains ─ mais certainement pas un Nain... la bière. Il est vrai que Hadhod, en tant que Seigneur, n'est pas enclin à se saouler à coups de tonneaux de bière naine, ce qui ne l'empêche pas d'apprécier les qualités gustatives de cette boisson. Et comme le disais si bien l'un des Khazad dont l'histoire n'a pas retenu le nom: "L'alcool est notre ennemi; fuir l'ennemi, c'est lâche".
POUR finir, les valeurs qui le tiennent le plus à cœur sont l'honneur, la justice, et la combativité. Il semble qu'il ait des trois, mais en quelles proportions, voilà que je ne puis dire. Les enjeux inhérents à son rang peuvent cependant lui faire perdre de vue certains principes, surtout dans les moments les plus sombres. Tel est son plus grand défaut: son caractère lunatique, imprévisible qui peut le pousser quelquefois à s'emporter au-delà de l'acceptable. Il est aussi habité par une certaine crainte de perdre son pouvoir, mais prend maintenant sur lui pour chasser cette paranoïa orgueilleuse.

♦ Logis


HADHOD possède des appartement privés derrière la Salle du Trône, mais nul n'a jamais bien su à quoi ils ressemblaient et quelle était leur superficie, étant creusés à même la roche et n'ayant qu'une seule entrée. Nulle autre habitation n'appartient qu'au seul Hadhod, mais plutôt préfère-t-il partager la Salle de la Croix-de-Fer avec ses compagnons, les neuf autres guerriers de sa Maison, où il accorde également ses audiences. En tant que Seigneur de la Moria, il n'est pas exclus de l'apercevoir sur le Haut Siège de la Grande Salle, surtout lorsqu'une relative paix ou un répit survient à Khazad-dûm; cela reste assez rare en ces temps. Mais lorsque éclatent les conflits, il n'est pas de ces dirigeants qui restent cloîtrés à l'arrière en regardant leurs troupes exécuter leurs ordres... Non! Courageux et déterminé, il accompagnera le moins gradé de ses Nains et partagera ses peines, une fois ses tâches politiques et administratives accomplies, bien entendu. C'est ainsi, selon lui, que devraient être tous les Rois. Et c'est pour cette raison précise qu'on peut dire que Hadhod Croix-de-Fer ne reste dans ses appartements que pour dormir, toujours courant qu'il est, par corridor et par escalier.


♦ Histoire de sa vie


○ Avant l'histoire


An 2880 du Tiers ÂgeNaît Thór, descendant du père des Longues-Barbes Durin Trompe-la-Mort.

2955 T.A. ─ Naît Frehod, fils aîné de Thór.

2989 T.A. Balin fils de Fundin quitte l'Erebor et s'introduit sous le Caradhras avec ses gens. Il devient Seigneur de la Moria entreprend d'inscrire les mémoires du peuples de Durin à Khazad-dûm dans un livre, aidé de plusieurs de ses compagnons.

2994 T.A. ─ Mort de Balin, tué d'une flèche de Gobelin décochée de derrière un rocher. La même année, les derniers ressortissants de la colonie naine sont pris au piège et occis jusqu'au dernier dans la Chambre des Archives, la célèbre Mazarbul. Le Livre reste dans les mains osseuses de son dernier et défunt porteur, Ori, pendant bien des années.

14 janvier 3019 T.A. ─ La Fraternité de l'Anneau fait son entrée dans la Salle vingt-et-une, où se trouve le tombeau de Balin, et également le Livre de Mazarbul. Gandalf le Gris effectue la lecture des dernières pages avant de le remettre à Gimli, afin que celui-ci l'apporte à Dáin II Pied-d'Acier.

17 mars 3019 T.A. ─ Survient la bataille de Dale, durant laquelle le Roi Brand et le Roi Dáin trouvent la mort au combat. Nombre de Nains et d'Hommes se réfugient sous la Montagne.

Octobre 3019 T.A. ─ Après la guerre de l'Anneau, Gimli s'en retourne à Erebor avec le manuscrit, puis le remet à Thorin III Heaume-de-Pierre, devenu Roi sous la Montagne.

? Q.A. ─ Au début du Quatrième Âge naît Durin VII dernier du nom, ultime réincarnation de Durin l'Immortel, mais l'année de sa naissance reste cachée. Au cours de ce même Âge du Monde mourra Thorin III, mais là encore la connaissance manque, même aux sages, et nul ne peut savoir avec certitude sa date de mort.


Dernière édition par Hadhod Croix-de-Fer le Ven 4 Sep 2015 - 19:00, édité 23 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3168
Age : 26

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Mer 27 Aoû 2008 - 14:37

○ Chapitre I - L'héritier du passé


27 Q.A. ─ Naît Trehod, second fils de Thór.

45 Q.A. ─ Naît Drís, femme nain de la lignée de Gûrbor.

72 Q.A. ─ Durin VII mène une expédition en Moria avec une grande partie du peuple sous la Montagne. Il restaure la gloire d'antan du Royaume de Khazad-dûm.

91 Q.A. ─ Oïn III achève une copie du livre de Mazarbul, à ceci près que la dernière moitié des pages reste vierge, dans l'espoir qu'un jour un Nain puisse poursuivre le récit des labeurs et des joies du peuple de Cavenain.

100 Q.A. ─ Mort de Thór, grand-père de Hadhod.

31 mars 112 Q.A. ─ Naît le fils de Trehod et de Drís, Marayad, ce qui signifie dans la langue secrète des Nains Héritier du passé. Nombre de gens s'en étonnent, car il n'est pas l'héritier légitime du trône ─ Thór n'étant que le frère cadet de Thorin III. Mais les Nains n'usent jamais de leurs noms véritables, et celui qu'il utilisera couramment sera: Hadhod. A sa naissance, plusieurs Nains ont un étrange rêve et l'épithète Croix-de-Fer vient rallonger son nom.

31 mars 114 Q.A. ─ Alors que le petit Hadhod allait fêter ses deux ans, Drís part subitement d'Erebor pour ne jamais y revenir. Certains disent qu'elle a pris la direction de l'Est, vers les Monts du Fer, mais aucun n'apporte de preuve formelle. Trehod en est profondément affecté, car elle est partie de nuit, sans mot lui dire. Hadhod, lui, n'aura jamais vraiment connu sa mère jusqu'à ce qu'elle revienne en Moria, longtemps, longtemps après.

151 Q.A. ─ Hadhod Croix-de-Fer a vécu une enfance et une jeunesse paisibles, n'écoutant que d'une oreille distraite les rumeurs qui sont allées et venues dans les bouches des Nains de la Montagne à son sujet. Quelquefois, il s'est rendu à Esgaroth pour affaire, ou bien à Dale, mais n'y ai jamais resté bien longtemps. Les conflits étant rares à Erebor même, il n'a jamais franchement porté la hache de guerre, préférant plutôt s'intéresser à l'art de la forge, à l'extraction de l'or et des joyaux. Mais jamais il n'a fabriqué d'armes pour lui-même. Sa destinée est selon lui toute tracée, il souhaite devenir un grand forgeron, s'enchantant pour la grandeur de Telchar et de son maître, le Grand Gamil Zirak. Car Hadhod a une passion toute particulière pour les anciennes histoires du peuple de Durin. Mais son père, bien qu'il taise son avis, sait en son cœur que son fils ne sera ni forgeron ni grand sage, mais plutôt un chef de guerre pour son peuple. Néanmoins, Hadhod montre une belle adresse dans ses activités. Cette année-là, il forge une petite broche ayant la forme d'une croix, en fer dit-il, mais il semble que quelque autre métal s'y soit ajouté, car elle prend une teinte dorée lorsque les rais du soleil viennent en frapper la surface.

159 Q.A. ─ A l'Est, aux alentours des Montagnes Grises et des Monts du Fer, les Gobelins se multiplient et les routes deviennent peu sûres. Les Nains de ces contrées restent cloîtrés dans leurs mines, ne sortant que pour des missions fulgurantes et de petites escarmouches. Apprenant cela, les gens du Mont Solitaire décident d'envoyer quelques uns des leurs. Pas de grande armée pour une guerre ouverte, mais plutôt quelques groupes de deux à dix têtes, dans le but de déranger en permanence les créatures des ténèbres infestant la plaine ─ rôder, comme disent certains. À la suite de cette nouvelle, Hadhod forge deux haches de lancer, qu'il nomme Gloisil et Núsil. Car il souhaite participer à cette campagne afin de pouvoir combattre et rattraper le temps perdu, ruminant avec rage contre son manque d'entraînement au combat tout en frappant le fer rougeoyant. Il y est finalement envoyé dehors avec un autre Nain: Thörn, imposant et rustre. Trehod remet à son fils la grande hache de guerre Barazanthatûl, ainsi qu'un étrange anneau, dont il ne veut révéler l'origine, ni de l'arme ni du bijou.

166 Q.A. ─ Les deux compères d'aventure s'apprêtent à rentrer de leur campagne militaire, longue de sept ans. Pendant tout ce temps, Hadhod a beaucoup appris de l'art du combat, de la persévérance et du courage, bataillant régulièrement contre les groupes de Gobelins amassés en vue des Montagnes des Nains. Thörn est un exemple pour ce qui est de la combativité et du mérite, ayant même perdu un doigt lors de ces missions, sans pour autant perdre le moral ─ une seule chose suffit. Souvent le fils de Trehod s'est demandé d'où provenaient les deux objets de grande valeur que lui avait légué son père, et ce que signifiait son silence et son refus de livrer des informations là-dessus. Et aussi s'était-il bien des fois interrogé sur la destinée de Drís, sa mère, et si elle demeurait réellement aux Monts de Fer, comme le disaient certains. Il s'avéra qu'aucun Khazad de ces régions n'avait entendu parler d'une telle personne et d'un tel nom. Le mystère sur sa génitrice restait entier. Vain avait-il appelé cette interminable campagne? Certainement pas... Barazanthatûl avait retrouvé le goût du sang, qu'elle avait longtemps oublié, et ses ennemis tremblaient devant elle et la fureur de son porteur. Hadhod était devenu un Guerrier...

2 octobre 166 Q.A. ─ Le voyage de retour des deux acolytes a débuté depuis peu. Les Gobelins sont dispersés, les choses vont pour le mieux, la vie est belle. Mais il ne faut jamais croire qu'une victoire est totale et inexorable, car les ennemis disposent de nombreuses cavernes que nul Nain n'a jamais sondé ni fouillé, et une armée encore au faîte de sa force approche du Nord, menaçant les Montagnes Grises. Les nouvelles vont vite, mais le duo de Hadhod ne se trouve averti que par pure chance. Pour eux, il n'est aucune obligation, aucun devoir qui les poussent à se rendre à la bataille, hors mis celui de l'honneur. Les deux Nains courent donc vers l'ultime épreuve à accomplir, et tout se joue dans la plaine de la Bruyère Fanée, entourée sur ses limites occidentale, méridionale et septentrionale par les contreforts des Ered Mithrim. Là, au cours de la bataille qui portera le nom de cette vallée, les Nains originaires des lieux sont rejoins au dernier moment par Hadhod et Thörn, mais voient arriver l'armée ennemie qui les acculent contre le flanc des collines. Le combat tourne mal pour les fils d'Aulë, les pertes sont lourdes. Hadhod conte vendre chèrement sa vie quand un corbeau vient du ciel et se pose sur son épaule. Du lointain vient un appel de cor d'Erebor; une armée du Mont Solitaire s'avance, au plus grand malheur des Gobelins et autres Trolls. Nombre d'entre eux s'enfuient, les autres sont supprimés par les nouveau venus, avec à leur tête le général Bahin. La victoire est aux Khazad.

3 octobre 166 Q.A. ─ Tous ont passé la nuit sur place. Au matin les morts sont enterrés, et Hadhod retrouve Bahin le général sur le champ de bataille. Le corbeau de ce dernier se nommait Corc, un très vieil animal qui portait le message d'espoir des gens d'Erebor. Hélas, jamais plus il ne battra de l'aile, car ceci était sa dernière mission. L'âge l'a emporté, et il est enterré à l'endroit même il a cessé de voler, la veille, au gros de la bataille. Malgré cette victoire, les Nains ont le cœur troublé. Car beaucoup ont remarqué un sombre seigneur menant ses troupe d'une main de maître, et d'après certains, son visage était caché par un masque de guerre en or, et il s'était enfui avant que les renforts n'arrivent d'Erebor. Hadhod est inquiet, cela lui rappelle quelque histoire, mais il ne peut dire laquelle. Finalement, l'armée du mont Solitaire repart dans son Royaume, mille fois remerciée par les Nains autochtones. Avec elle vont les deux qui ont quitté Erebor sept ans auparavant. Cette fois, il reviendront pour de bon. Avec eux encore vient un ressortissant des Montagnes Grises, Kofur de son nom: il a perdu toute sa famille dans cette guerre et ne souhaite pas rester dans son ancien lieu de vie. Cette décision va changer son existence.

○ Chapitre II - Énigmes et délibérations


8 octobre 166 Q.A. ─ Les Nains d'Erebor retrouvent enfin leur Royaume et sont accueillis en héros. Le jour même, Hadhod va voir Oïn III, un nain fort sage et bien plus vieux que lui, gardien de la copie du livre de Mazarbul. Le fils de Trehod a maintes questions à lui poser, maintes sujets d'ombre à éclaircir. « Il y a sept ans, mon père me remit ceci, et ceci » dit-il.Et il présente sa hache d'une main, et son anneau de l'autre. « Mon père ne voulut pas m'en révéler l'origine, ou peut-être ne le savait-il pas. Mais vous, sage Oïn, vous devez savoir ». L'autre d'examiner ces objets. « Depuis longtemps je connais le passé de cette arme, Hadhod Croix-de-Fer. Car n'avez-vous pas entendu la légende de Gûrbor, Gûrbor Croix-de-Fer, le premier à porter ce surnom, et le seul d'ailleurs. Seul, sauf vous, Hadhod. Barazanthatûl, cela ne vous dit-il rien? » Oïn sourit, mais Hadhod semble confus. « Barazanthatûl était le nom de la hache de Gûrbor, mais depuis que cette histoire s'est déroulée, deux Âges entiers se sont écoulés... » « Le nom de la Croix de Fer est réapparu, répond Oïn, et l'antique hache de guerre de Gûrbor également, en ce moment précis. Votre père ne la portait pas, votre grand-père non plus, c'est à vous qu'elle est échue. Je ne sais rien par contre de cet anneau, je vous l'assure. » L'intérêt de Hadhod est éveillé par les paroles énigmatiques de son ami... « Comment se fait-il que mon père ne la portait pas, puisqu'elle est si puissante, et Thór, mon grand-père? » « Votre grand-père ne la possédait pas, et votre père l'a acquise peu après votre naissance. Mais pour résoudre l'énigme de votre parenté avec Gûrbor, il est fort malheureux que cette chère Drís nous ait quitté sans laisser de trace... » Hadhod gardera longtemps ses mots par-devers lui, mais il n'en quitte pas moins la compagnie d'Oïn pour se rendre à la grande porte. Un Naugrim inconnu demande à entrer, et dit être des Monts du Fer, s'appeler Ibun, et avoir suivi l'armée durant tout son voyage. Personne n'a pourtant été remarqué par les éclaireurs; mais lui à l'air rusé et silencieux. On ne peut malheureusement tirer de lui la raison de sa venue, mais il réussit à convaincre les gens d'Erebor de lui fournir le pain et l'abri pour le soir...

Environ 175 Q.A. ─ Certaines rumeurs – qui s'avéreront fausses – disent que Durin VII n'est plus Seigneur de la Moria...

176 Q.A. ─ Seconde visite de Hadhod chez Oïn... « Je sais que la bataille de la Bruyère Fanée date déjà d'une dizaine d'années, mais une question me revient sans cesse à l'esprit depuis quelque temps, sur ce corbeau, ce Corc qui vint nous apporter le message de notre survie et qui mourut peu après. Il appartenait à Bahin, si mes souvenirs sont bons... a-t-il une descendance? Et si oui où est-elle, car notre général ne veut plus d'oiseau messager depuis. » « Oui, il est un descendant du vieux Corc, un seul, répond Oïn III. Il s'agit de Rhöc et il est en ma possession. Corc l'était aussi, mais il était prêté à Bahin pour plus d'utilité. Maintenant Rhöc est également laissé aux messagers de la Montagne. Mais je sais qui tu es, et ce que tu es; et pour les labeurs qui seront tiens, je t'en fait cadeau. Mais dis-moi, il est rare que tu viennes en cette salle à la seule fin de te soucier d'un volatile... » « Et sans l'ancêtre de ce volatile je ne serai plus de ce monde, ou sans se qu'il représentait, tout du moins, rétorque Hadhod. Alors si je deviens celui que je dois être, à la fois descendant de Durin et de Gûrbor, si je fonde mon propre ordre, je prendrais pour emblème le corbeau! » « Oublie-tu ton nom, Hadhod Croix-de-Fer, et la broche que tu porte à présent? réplique Oïn. Il n'y a qu'un seul symbole qui soit tien. De plus, l'Ordre du Corbeau existe déjà en Moria, à ce qu'on dit. » « Alors Rhöc sera à la fois mon messager et mon signe de reconnaissance, puisque son image ne peut me servir d'emblème." Et de quitter les lieux.

Environ 200 Q.A. ─ Près de trente ans s'écoulent, sans que Rhöc le corbeau n'ait bien servi à son nouveau maître. En son cœur, Hadhod brûle du désir d'aller en Moria, mais nul ne veut plus partir, hors mis peut-être Thörn. Et puis il y a aussi ce Kofur, toujours par monts et par vaux, aujourd'hui devenu messager d'Erebor, et ce diable d'Ibun qui, aussi rusé qu'un renard, a su jouer de malice pour rester sous la Montagne. Bon nombre de Nains se méfiaient de lui, ne sachant presque rien de ses motivations. Et, en cet année ─ et il est vrai que le hasard fait bien les choses ─ vient à passer Aznân. C'est un homme encapuchonné, ami de Trehod et de Fréhod, l'oncle de Hadhod. Il est venu déjà une ou deux fois à Erebor, et les dirigeants Nains lui ont donné le surnom d'Aznân, celui qui va seul. À chaque fois il reste discret, paraissant s'intéresser au peuple des Khazad tout en gardant ses distances, et nul ne connaît son nom véritable. Cette fois-ci il parle plus ouvertement, disant que la situation à Khazad-dûm n'est pas la meilleure qui soit, et qu'il faut envoyer d'urgence des troupes fraîches d'Erebor. Mais à Hadhod il dit: « Je connais votre mère, et je connais aussi votre surnom et l'histoire qui va avec. Fréhod en avait deviné une partie, étant plus sagace que votre père, sans l'offenser bien sûr. Allez en Moria, Hadhod, votre place est là-bas. Le Seigneur Masqué a reparu, votre temps vient. » Et Aznân repart furtivement à la nuit tombée sans autre explication.

Janvier 201 Q.A. ─ Les fours des Nains tournent à plein régime: à Erebor, on se prépare au départ pour Cavenain, et à la guerre, pour Aulë! Les armureries se remplissent, l'excitation est à son comble. Dans tout ce tumulte, Hadhod se rend une troisième fois en compagnie d'Oïn. Le vieil et sage Nain devance ses propos: « Je sais pourquoi tu viens, Hadhod. La Moria... merveille du monde septentrional... Regarde donc ça. » Il lui montre un livre d'une belle taille et l'ouvre, lui lisant le récit de Balin, fils de Fundin, qui voulut reconquérir Cavenain. « Car ceci est le livre de Mazarbul, ou sa copie, plus exactement. Nul après lui n'a voulu remplir les pages vierges, pas même les plus grands Rois qui sont allés en Moria au Quatrième Âge. Je te le donne, et puisse-tu faire revivre la bravoure de ceux qui ont écrit les première pages, et poursuivre l'histoire. » « Il y a un Roi à Khazad-dûm, c'est à lui que revient cette tâche. Autant donc qu'il reste ici...» Oïn conclut la discussion: "Il ne restera pas ici. Je l'emporte. Je suis les conseil d'Aznân, c'est un Grand Sage. Je vais en Moria.»





Dernière édition par Hadhod Croix-de-Fer le Lun 28 Mar 2016 - 18:52, édité 19 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3168
Age : 26

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Mer 27 Aoû 2008 - 14:38

○ Chapitre III - En route pour la gloire


14 février 201 Q.A. ─ Une armée d'Erebor se met en route pour la Moria. À leur tête est Hadhod, secondé par Bahin et accompagné par Thörn, ainsi que par le vieil Oïn, le brave Kofur et cet Ibun si énigmatique. Rhöc le corbeau se trouve sur l'épaule de son nouveau maître, et la copie du livre de Mazarbul est dans les bagages d'Oïn. Ils sont suivis d'une centaine de guerriers d'Erebor, prêts à aider les Chefs de Khazad-dûm au prix de leur vie. Ils décident de contourner Mirkwood par le Nord, car, malgré les créatures rôdant dans ces régions, les Nains sont sûrs de leur force.

21 février 201 Q.A. ─ Ils atteignent la source de l'Anduin au matin, n'ayant pas rencontré de compagnie indésirable et ayant eu pour tout ennemi le froid mordant et le rude hiver de ces régions nordiques. Beaucoup sont heureux de cette vue, car il est de notoriété qu'en descendant le fleuve, le Royaume de Cavenain sera à leur droite à un moment ou un autre.

25 février 201 Q.A. ─ L'armée atteint le Carrock de nuit et passe tout près des demeures des Beornides, les Hommes du Val, fiers parents de Beorn qui vécut jadis en ces contrées. Hadhod est empreint d'admiration pour ces étranges êtres que les légendes ont cités comme étant des changeurs de peau. Mais il n'y a pas de temps à perdre, et les gens d'Erebor continuent leur route. Pourtant le fils de Trehod sent une présence à leur côté, comme d'un grand quadrupède courant à quelques distance d'eux sous la lune. Puis plus rien. « C'est comme un rêve qui prend fin. » dira Hadhod.

1er mars 201 Q.A. ─ Ils traversent la Rivière aux Iris tant bien que mal, même si l'eau n'est pas leur élément, et atteignent les Champs d'Iris, lieu imprégné d'histoire, l'endroit où tomba Isildur et où fut retrouvé l'Anneau du Pouvoir. Mais ils ne prirent pas, comme le hobbit Sméagol le fit autrefois, la route du Haut Col menant aux cavernes des énigmes dans l'obscurité. Ils se contentèrent plutôt de continuer droit vers le Sud.

6 mars 201 Q.A. ─ Les Khazad inclinent leur course vers l'Ouest en voyant les trois monts qui surplombent la Moria: Zirak-Zigil, Bundushatûr, et Barazimbar. En sindarin, ces Montagnes se nomment Celebdil, Fanuidhol, et Caradhras, ce qui en langage commun signifie: la Corne d'Argent, la Tête Couverte ─ en raison de la brume ─ et Rubicorne, ou la Corne Rouge. À cette vue donc, les cœurs des Nains flambent d'un tel languir qu'ils en oublient presque les bois dangereux de la Lothlórien. Ils arrivent sans problème à la tombée du jour à la Porte Est. Toute l'armée passe, sauf Hadhod et Oïn qui sont retenus à l'entrée par un personnage encapuchonné. « Aznân, s'écrie Hadhod, que diable faite-vous là? »  C'était bien le vieil homme, en effet. « Je suis venu prendre connaissance des évènements, comme à mon habitude. Je suis très heureux de votre venue, car le moment arrivera où ils auront besoin d'un chef là-dedans. Pour l'instant, il en est encore un, aussi devrez-vous attendre avant de vous révéler en tant que chef de la Croix-de-Fer. Mais si vous voulez mon avis, vous y inclurez Oïn ici présent, et Bahin. Et puis ce diable d'Ibun, sans quoi il ne cessera de vous épier à la dérobée. Les autres, je vous les laisse choisir. Comme je l'ai dit, le temps n'est pas encore venu, mais il vient. Adieu, pas pour la dernière fois. » Ibun sort alors de derrière un rocher, mécontent d'avoir trouvé son maître en terme de discrétion. « Oui, répond Hadhod, il est plus rusé qu'un renard et nous sera plus qu'utile... » Mais il parlait dans le vide, Aznân ayant disparu aussi soudainement qu'il était apparu. Un bruit de sabots se fait entendre loin à l'Est, dans la vallée, et les dernier rayons du soleil couchant font apparaître un cavalier vêtu de sombres habits. De l'or luit sur son visage. Nul doute possible, Hadhod le reconnaît: il s'agit du même chef qui guida les armée du Mal lors de la Bataille de la Bruyère Fanée. « Mahal Gabil! Gabil zata ulganzu! » crie Hadhod en sa direction. Et les trois compagnons de rejoindre les leurs à l'intérieur des mines.

○ Chapitre IV - L'heure approche


Mars 201 Q.A. ─ Les gens d'Erebor s'enfoncent dans la Moria mais sont inquiets. Ils ne voient pas trace de vie, ni d'Orque, cela étant une bonne chose, ni de Nain, cela en étant une moins bonne. Finalement, arrivés à la Salle du Trône, ils trouvent tout de même le Seigneur de Khazad-dûm et ses guerriers, mais en nombre fort restreint.

202 Q.A. ─ Depuis l'arrivée des renforts d'Erebor, la situation des Nains s'améliore. Hadhod, ne dévoilant pas son surnom, prend la tête de l'Ordre du Corbeau, qui effectivement existe déjà à Cavenain, sans toutefois en porter l'emblème. Certains parmi les fidèles du Roi sont réticents, mais c'est ce dernier qui donne son autorisation au fils de Trehod. Peut-être parce qu'il est sagace et a quelque prémonition à son sujet, nul ne le sait.

213 Q.A. ─ Arrive au seuil des mines une mère émigrant d'Erebor, portant deux nouveaux-nés qu'elle nomme Frehïn et Fréor, avant de s'écrouler devant les pieds de Hadhod, terrassée par la faim. Le nain à la Croix-de-Fer les recueille et les placera dans une famille d'adoption. Les deux jumeaux resteront toujours fidèles et dévoués à celui qui les aura sauvés du froid et des prédateurs.

244 Q.A. ─ Depuis le jour où il a pénétré dans la Moria, Hadhod ne cesse de croître en renommée. Un quarantaine d'année plus tard, une grande bataille est livré dans les mines. Hadhod se retrouve isolé, entouré de Gobelins. Il tombe à terre, lâchant le manche de sa hache, et un grand chef Gobelin s'apprête à raccourcir sa vie prématurément. Mais une lame vient bloquer le sabre courbe de la créature des profondeurs, lui sauvant la vie. La bataille est finalement remportée par les Nains, au prix de gros efforts. Il s'avère que celui qui vient de protéger ainsi le Capitaine de l'Ordre du Corbeau se nomme Drár, un ancien d'Erebor, un remarquable guerrier portant l'épée pour unique arme. Il a payé sa bravoure au prix fort: un œil lui manque désormais, mais il estime que c'était là son devoir, et que s'il fallait le refaire, il recommencerait.

245 à 270 Q.A. ─ Les prouesses de l'Ordre du Corbeau et de son emblématique chef sont grandes. Les ennemis tremblent devant eux, les Nains remportent victoire sur victoire. Un nouveau Roi accède au Trône de la Moria: il s'agit de Krohr, son fils.

22 septembre 270 Q.A. ─ Hadhod décide de reformer la Maison de la Croix-de-Fer, plus de deux Âges après son apparition en Terre du Milieu. Il rassemble Thörn, son compagnon de jeunesse, Oïn III le sage, Bahin le général, Kofur et Ibun, Drár sans qui il ne serait plus de ce monde, et le meilleur ami de ce dernier, Murin. Et Frehïn et Fréor, qui iraient en enfer pour lui. « Vous, parents plus ou moins éloignés, amis de toujours, vous connaissez mon ascendance et mes ambitions, vous connaissez mon surnom et le prestige de ma hache. M'aiderez-vous à accomplir ma mission? Serez-vous de la Maison de la Croix-de-Fer, plusieurs fois millénaire? » Tous répondent « Oui ! » d'une seule voix. Les gens de Khror prennent connaissance de ce nouvel Ordre et mettent à jour les buts de Hadhod. Un nouveau capitaine est choisi à la tête du Corbeau.

289 Q.A. ─ Mort de Trehod, père de Hadhod, resté en Erebor après le départ de son fils. Mais les routes sont mauvaises et peu sûres; aucun messager n'est venu avertir du décès. Gamil-Aznân l'a appris, lui, mais trop occupé par certaines choses, une affaire succédant à une autre, il n'est pas revenu en Moria depuis toutes ces années. Les tensions entre les gens de Hadhod, ceux du Corbeau et les fidèles à Krohr n'ont pas arrangé les choses dans les mines de Cavenain. Les Nains ont perdu du terrain face à la soldatesque gobeline: ils sont acculés contre la Porte Est, ne disposant plus que de quelques salles, dont celle du Trône, la Chambre des Archives, la pièce propre à la Croix-de-Fer, et le Pont de Durin. Le seigneur masqué d'or n'a toutefois pas reparu.

290 à 294 Q.A. ─ Pour une raison incompréhensible, le nombre et la véhémence des Gobelins diminuent. On raconte qu'il passent la Porte Restaurée de l'Ouest pour monter dans les régions septentrionales, mais on ignore pourquoi. Le roi Krohr est empoisonné et son comportement devient extrêmement étrange. Peu après, un groupe d'Elnaith passe les portes, demandant à traverser le Khazad-dûm: la guerre se prépare dans le Nord, paraît-il. En échange, leur guérisseur devra tenter de soigner le Roi, de le délivrer de son mystérieux poison. Les voyageurs traversent la Moria, non sans difficulté. Quelques Nains des mieux disposés envers eux se joignent à leur marche, mais nul ne réussit à guérir qui que ce soit. « Un vrai tour d'Elfe... », dira Hadhod. S'il avait été seigneur des lieux, qui sait si l'autorisation d'entrée aurait été accordée à ces étrangers? Mais il ne l'est pas, pas encore... et au lieu de cela c'est un chef ne pouvant plus assumer ses fonctions qui règne. Mais cela ne durera pas. Car vient le temps de remplir à nouveau le livre de Mazarbul, et c'est la main de Hadhod qui le fera. Un soir, ce dernier, s'armant de courage, va seul voir les six représentants officiels du Roi Krohr pour revendiquer ce que son cœur a attendu pendant de si longues années de peine...


○ Chapitre V - Tout se joue maintenant


15 mars 294 Q.A. ─ Hadhod devient Seigneur de la Moria.

294 Q.A. ─ Débute une campagne militaire de reconquête des mines. L'armée étrangère des Peuples Libres, rentrant du grand Nord, est autorisée d'extrême justesse à traverser les mines pour rentrer chez elle. Hadhod y fait la connaissance de l'ambassadeur Sombre-Chêne qui, bien moins hautain et prétentieux que ne l'aurait cru le fils de Trehod, gagne la confiance du souverain de Khazad-dûm, modifiant sa vision au sujet du peuple elfique. En fin d'année, de nouveaux gisements de mithril sont découverts et exploités.

295 Q.A. ─ Politique prudente de Hadhod: il conserve ses richesses récemment acquises bien au chaud en Moria, en prévision des temps plus sombres.

296 Q.A. ─ La rumeur concernant les richesses de Cavenain se répand en Terre du Milieu. Débute une vague d'immigration en provenance d'Erebor, qui vient grossir les troupes de Hadhod. Les mines s'épuisent peu à peu, le mithril redevient difficile à trouver. Hadhod projette d'envoyer une seconde expédition de recherche, mais nombre de ses conseillers parlent contre cette idée.

297 Q.A. ─ Hadhod commence à se méfier de ses adversaires politiques, de ses généraux et même de certains de ses proches. Las de l'immigration abusive et désireux de ne pas semer son précieux mithril aux quatre vents, il fait fermer les Portes de la Moria et refuse quasi systématiquement d'accorder tout droit d'asile, créant de ce fait un froid entre lui et l'intendant Grimbeärd d'Erebor. Froid qui atteint son paroxysme avec l'affaire du vol d'Orcrist.

298 Q.A.
─ Hadhod souhaite revoir son ami Sombre-chêne pour lui demander conseil en cette heure sombre et envoie des messagers le quérir. Mais, mal renseignés ou peu persévérants, ils ne trouvent que Gamil-aznân, qui se hâtait justement vers les mines. Avec lui vient Drís, la mère depuis longtemps disparue de Hadhod. La peur mène Hadhod à redouter un coup d'état fomenté par de hauts dirigeants, notamment dans l'Ordre du Corbeau, bien qu'il n'ait aucune preuve. Il crée secrètement la Brigade des Fidèles, organisation constituée de quelques nains de confiance, agissant dans l'ombre et essayant de démasquer ceux qui prépareraient une quelconque révolte.

299 Q.A. ─ Début des troubles causés par l'Ordre de la Couronne de Fer et création de la Loge des Passeurs de Khazad-dûm. L'angoisse de Hadhod est à son paroxysme, de même que les tension avec le Mont Solitaire. L'OCF s'en prend à la Moria aussi bien à partir de son quartier général basé aux Champs d'Iris qu'avec ses contacts à l'intérieur des mines: Drís et le clan Balrim, pour ne citer qu'eux. Mais c'est un autre Nain qui est derrière tout cela: il se fait appeler par un surnom mystérieux, Tahar. Bataille de Khazad-dûm opposant les forces de Hadhod à l'OCF. Elle est remportée par les troupes naines régulières.

300 Q.A. ─ Drís est soupçonnée de traîtrise et emprisonnée. Hadhod sort de sa torpeur et, sur les conseils de Gamil, vole au secours du Rohan lors de la Bataille d'Aldburg. Victoire sur l'OCF. Hadhod envoie Frehin au mariage d'Aldarion à Minas Tirith, mais se hâte de rentrer en Moria avec ce qui reste de ses troupes. Il juge et met en prison tous les naugrims soupçonnés d'appartenance à l'OCF. Lors des procès, il apprend qu'un filon de mithril se trouve dans les contreforts du Caradhras.

301 Q.A.
─ Mort du Roi Krohr. Thorik reparaît après une absence de six ans, se révèle en tant que fils caché de Krohr et son héritier, et se fait couronner à Erebor en présence de Hadhod.


Dernière édition par Hadhod Croix-de-Fer le Lun 28 Mar 2016 - 18:53, édité 23 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3168
Age : 26

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Jeu 28 Aoû 2008 - 14:54
♦ Équipement et possessions de Hadhod ♦






○ Barazanthatûl


UNE grande hache de guerre naine ayant appartenu, selon la légende, à Gûrbor Croix-de-Fer, premier du nom. Elle aurait dû être transmise de père en fils, mais nul ne sait pour quelle raison elle échut à Drís, une femme Nain, qui la remit ensuite à Trehod, ce dernier la léguant à Hadhod. Un manche en bois sombre renforcé supporte une lame en acier ornée d'or blanc. Très destructrice, mais utilisable seulement à deux mains.



○ Gloisil


L'UNE des deux haches de lancer que forgea Hadhod dans les profondeurs d'Erebor avant de partir en mission pour les Montagnes Grises. Le manche est en bois, avec une poignée en cuir noir, mais l'acier est de très bonne qualité. Idéale pour occire quelque Gobelin à mi-distance sans prendre de risque. La signification de son nom reste cependant inconnue.



○ Núsil


SECONDE hache de lancer forgée par le fils de Trehod, au même endroit et juste après Gloisil. Le manche est en bois plus grossier et la lame plus fine que celle de sa sœur. Hadhod la porte également à la ceinture en cas de besoin. L'origine de son nom est tout aussi obscure.

○ Armure d'écailles


D'AUTHENTIQUE fabrication naine, cette armure provient d'Erebor, forgée au deuxième siècle du Quatrième Âge. Ses écailles d'acier offrent une bonne protection et un poids moindre que celui des armures traditionnelles. Attention cependant à ne pas trop s'y fier, notamment contre les lances et massues des Trolls et autres créatures à la force surhumaine.



○ Casque de guerre


CE couvre-chef sert dans bien des cas, détournant flèche, coup, estocade. Avec son ossature en fer et son corps en bois, il est de belle confection bien que peu agréable à porter  ─ car assez dur et inconfortable. Mais le choix entre confort et protection ne se fait pas. Il a été conçu pour Hadhod par les artisans du Khazad-dûm peu après son arrivée.



Gants


DE solides gants de cuir de couleur brune, servant à la fois à se protéger contre les petites entailles et à agripper plus facilement le manche de la hache. Cette paire va à Hadhod, eh bien... comme un gant. Acquis par le Nain avant la campagne de reconquête de la Moria.



Bottes


CE sont d'épaisses bottes de cuir, costaudes, , idéales pour la marche dans les galeries souterraines, où le sol est irrégulier et les rochers omniprésents. Acquises en même temps que les gants. Avec le temps, elles doivent sentir quelque peu, mieux vaut ne pas se tenir tout près d'elles!


Cape


CAPE rouge de Capitaine de la Croix-de-Fer. Hadhod la portait bien avant d'avoir formé cet ordre, si bien que la couleur n'est pas aussi éclatante qu'à l'origine, délavée par les voyages, les intempéries, la sueur, et la crasse des mines. Le Nain n'a poutant jamais voulu s'en séparer, étant faite d'un tissu épais et résistant. Pas idéale pour la dissimulation...


Broche de la Croix-de-Fer


BIEN que son porteur prétende avec un sourire qu'elle soit uniquement forgée dans le fer, comme ce devrait être, il est indéniable que quelque alliage a été opéré. Si l'affirmation de Hadhod peut être véridique pour la partie inférieure, la couche supérieure doit se composer de bronze mêlé à de l'or, sans doute. Du beau travail en tout cas, réalisé par le fils de Trehod au Mont Solitaire pendant sa jeunesse. Indispensable pour le bon maintien de la cape.


Pipe


NUL besoin de s'étendre sur l'utilisation de cet objet, renommé parmi les Nains, les Hobbits et les Magiciens. Elle provient sans nul doute de la Comté des semi-hommes, les maîtres en cet art, mais Hadhod répugne à l'avouer, car il s'agit de la seule chose dans son équipement habituel qui vienne d'un autre peuple. En bois sombre poli et à long tuyau.


Blague d'herbe à pipe


CONSTITUÉE de cuir sombre et d'une fermeture en argent, elle contient en permanence une bonne quantité de Vieux Toby, la meilleure herbe à pipe de la Comté. Hadhod voue un culte à cet "art" qu'est le fait de fumer et à ses inventeurs, mais là-encore il reste très discret.


Copie du livre de Mazarbul


FAITE à Erebor par Oïn III sur le modèle de l'original, cette copie du célèbre livre de Balin doit être à présent complétée par Hadhod, maintenant qu'il est devenu Seigneur de la Moria. En effet, la moitié des pages est vierge d'écriture. Gardée par Oïn ou dans un coffre de la Salle du Trône, car trop encombrant.


Rhöc


LE corbeau-messager de Hadhod est gardé à disposition près de la porte Est de Cavenain, ou bien rejoint l'épaule de son maître lorsqu'il voyage. Fils de Corc qui mourut lors de la Bataille de la Bruyère Fanée, il appartenait jadis à Oïn, qui en a ensuite fait don au Chef de la Croix-de-Fer. Et le volatile s'est toujours montré aussi fidèle qu'utile.


Arc de Vertefeuille


EST-IL bien utile de présenter cette arme de renom, ancien arc de Legolas qu'il laissa en Lothlórien lorsque Galadriel lui en fit don d'un autre. Il échut plus tard à l'ambassadeur Sombre-Chêne qui en fit don à Hadhod lors de son passage par la Moria. Symbole de la nouvelle entente entre les deux peuples. D'une grande valeur, il est gardé précieusement mais non utilisé.




The Half Cop


Dernière édition par Hadhod Croix-de-Fer le Sam 5 Sep 2015 - 11:01, édité 17 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3168
Age : 26

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Ven 29 Aoû 2008 - 11:01
♦ Ordres et symboles ♦




♦ L'Ordre du Corbeau

L'Ordre du Corbeau réunissait les partisans de Hadhod lors de sa montée en puissance en Moria. Il était vu d'un mauvais œil par le Roi Krohr. Aujourd'hui dissout au profit de la Croix-de-Fer, il ne subsiste que dans les couleurs des écus de l'armée de Khazad-dûm : rouge, jaune, noir.  Le nom de cet ordre tirait sans doute son origine de Rhöc, le corbeau de Hadhod.

♦ La Maison de la Croix-de-Fer

Il s'agit d'un ordre très ancien créé par Gûrbor Croix-de-Fer, le nain de Nogrod, au Premier Âge du Soleil, à la suite d'une terrible bataille et d'une vision singulière dont j'ai explicité les détails dans le prologue. Gûrbor instaura donc la Maison de la Croix-de-Fer mais mourut peu après. Nulle récit ne dit ensuite par quels héritiers la grande hache de guerre Barazanthatûl et l'anneau arrivèrent jusqu'à Drís, la mère de Hadhod, qui les remit à Trehod avant de disparaître à l'Est, lequel les légua à son fils quand il partit en campagne militaire.

Hadhod, le premier à porter l'épithète Croix-de-Fer depuis Gûrbor, reforma donc la confrérie le 22 septembre 270 du Quatrième Âge, et elle fut composée, en plus de lui-même, de neuf parents plus ou moins éloignés: Thörn, Frehin, Fréor, Bahin, Oïn III, Murin, Drár, Kofur, et Ibun, tous de valeureux compagnons. Un vieux poème nain semble s'apparenter, par allégories, à la Maison de la Croix-de-Fer et à ses membres. Pourtant, d'aucuns disent que les coïncidences ne sont dues qu'au hasard:


` Dans les antiques forges de la grande Moria,
Il y avait le Feu, que le nain engendra.

De la plus dure Roche, vieille comme la terre,
Les mineurs pour Aulë extraient le meilleur Fer;
Et le lourd Marteau vient frapper le métal rouge
Sur l'Enclume qui, patiente, au grand jamais ne bouge.
Sertie d'un grand Joyau est la pièce forgée;
Des runes de victoire sont, au Ciseau, gravées,
Venues tout droit des pages d'un Grimoire séculaire.
Fixée à cette lame, un manche de Chêne clair.
Voilà que de cet art naît une grande Hache,
Cette arme si fidèle que jamais nain ne lâche.
Cette arme de prestige qui en occit plus d'un
Sans répit sent sur elle les dix doigts d'une main. ´


♦ Hadhod, Seigneur du Khazad-dûm

Lorsqu'il s'agit de cacheter des missives à la cire, Hadhod dispose d'un sceau très spécial, qui représente en son centre, comme on peut s'y attendre, la Croix-de-Fer, se détachant sur une plume d'aigle dressée verticalement. Tout autour sont reparties neuf étoiles représentant chacun des Compagnons de la Croix-de-Fer.
Outre cela, Hadhod n'a aucune signature particulière, si ce n'est la rune H transcrite dans l'alphabet appelé Angerthas Moria, représentant l'initiale de son nom. Et le h en Khuzdûl a une signification de grandeur et de noblesse. Le hasard fait plutôt bien les choses.

HADHOD

fils de

TREHOD

fils de THÓR

du PEUPLE de DURIN,

D
ESCENDANT

de

GÛRBOR,

ANCIEN

CAPITAINE de l'ORDRE

du

CORBEAU,

CHEF de la MAISON

de la

CROIX-DE-FER

et

SEIGNEUR de la MORIA




The Half Cop


Dernière édition par Hadhod Croix-de-Fer le Sam 5 Sep 2015 - 10:58, édité 15 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3168
Age : 26

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Sam 30 Aoû 2008 - 14:12
"De la plus dure Roche, vieille comme la terre..."


♦ Bahin ♦
dit le Général


♦ Âge


Deux cents cinq ans.

♦ Apparence physique et équipement

Plutôt grand pour un Nain, Bahin a un corps robuste et un aspect sévère et altier. Ses cheveux et sa barbe tressée sont gris et, si c'est possible, encore plus longs et fournis que ceux du fils de Trehod. De sa figure, c'est son nez qui ressort le plus, car il est gros et saillant.

Bahin porte une cape de couleur bleu pâle, une armure de mailles, ainsi qu'une splendide hache à une main, son unique arme d'attaque. Jamais, par contre, ne lui verrez-vous un casque; il préfère ne pas en porter. Par contre, en tant que second de Hadhod, il porte la bannière de son Seigneur sur le champ de bataille, ainsi qu'un cor.

♦ Caractère, talents, signes particuliers

Droit, altier, loyal envers les Nains, soupçonneux envers les Hommes et les Elfes, ce fils d'Aulë est craint de ses ennemis et respecté de ses alliés. Pour lui, c'est l'honneur qui compte plus que tout. Il reste sérieux dans bien des situations, même dans les victoires, affirmant que le respect des ennemis, même les pires, est prépondérant. Bahin possède une sagacité certaine, et, comme Hadhod, les histoires anciennes et les vieux livres l'intéressent au plus haut point. Il adore les chants gutturaux des chœurs nains, bien qu'il ne chante pas lui-même. Son plus grand plaisir reste néanmoins la bataille dans les profondeurs, car le monde extérieur ne l'attire pas vraiment.

♦ Son histoire


Bahin fils de Tháin fils de Dáin est né à Erebor, en l'an 96 du Quatrième Âge, et s'appelait, de son vrai nom, Uzbagund, Le Seigneur des Profondeurs. Peut-être avait-il voulu croire en cette signification, peut-être avait-il rêvé de régner sur le peuple de Cavenain... C'est sans doute vrai, mais depuis que Bahin a trouvé son Capitaine, Hadhod, il s'est montré fidèle et loyal.

En vérité, les deux Khazad ont fait plus ample connaissance après la Bataille de la Bruyère Fanée. Bahin, alors encore jeune pour un Nain, avait suivi son père, général de l'armée d'Erebor, en cachette. Il advint qu'il sauva la vie de Hadhod lors des combats ; le fils de Drís lui en fut très reconnaissant et leurs destins furent désormais liés. Mais Tháin n'eut pas cette chance, et il mourut, terrassé par les gobelins. Bahin hérita du titre de son père et mena maintes campagnes par la suite. Aujourd'hui, malgré son âge, il conserve de bonnes capacités martiales.

Lors des absences de Hadhod, Bahin prend généralement l'Intendance de la Moria.




The Half Cop


Dernière édition par Hadhod Croix-de-Fer le Ven 4 Sep 2015 - 18:03, édité 23 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3168
Age : 26

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Lun 1 Sep 2008 - 13:33
"Les mineurs, pour Aulë, extraient le meilleur Fer..."


♦ Drár ♦
dit le Va-t-en-guerre


♦ Âge

Cent trente deux ans.

♦ Apparence physique et équipement


Drár est un Nain musclé, taillé pour le combat. Ses cheveux et sa barbe sont de couleur paille. Il ne lui reste qu'un œil, car celui de gauche a été perdu voilà bien des années en dévouement à son chef Hadhod, lors d'une terrible bataille.

Ce Khazad est doté de bras et d'avant-bras puissants, seulement protégés par de longs gants de cuir épais. Il porte une cotte de mailles ainsi qu'un capuchon noir. Une courte épée à large lame lui sert d'unique arme d'attaque, tandis qu'un bouclier peint en bleu vient compléter son équipement de guerre.

♦ Caractère, talents, signes particuliers

Guère intéressé par les runes et autres activités intellectuelles, Drár trouve son bonheur dans le combat au corps-à-corps. Il ne vit que pour et par l'épée, afin de ne pas mourir par elle. Cette caractéristique n'est pas la plus commune chez les Nains, plutôt habitués à combattre avec de lourdes haches.

Drár est également né à Erebor, sous le nom Khuzdul de Sakabzag, "le regard meurtrier". C'est un Nain plutôt agréable avec ses amis, mais implacable avec l'ennemi. Il n'est guère disposé envers les Elfes, et ne comprend pas les fils d'Aulë qui pensent que les connaissances valent mieux que le savoir-faire et l'art du combat. Cela ne l'empêche pas de s'être fait d'Óin un bon compagnon, même s'il l'estime moins que les autres membres de la Croix-de-Fer. Son meilleur ami est Murin l'éclaireur, qu'il a connu dès sa jeunesse dans le Nord, sous la Montagne.

♦ Histoire de sa vie


Ce remarquable Nain, né à Erebor, a été orphelin très jeune, tellement jeune qu'il n'a plus aucun souvenir de ses parents. A l'époque de sa naissance, Hadhod Croix-de-Fer était déjà parti pour la Moria, mais Drár s'intéressa de plus en plus à ce royaume. Dans les premières années de ses activités, il forgea une courte épée, et tous les gens du Mont Solitaire furent fort étonnés, car peu avaient porté cette arme depuis Thorïn II Ecu-de-Chêne.

Puis il subit un entraînement très poussé avec un grand maître d'armes, tout comme son compère Murin. Mais les épreuves étaient surtout portées, chez lui, sur le combat proprement dit, la rapidité d'exécution, la force physique pure. Celles de son meilleur ami consistaient en d'autres compétences, dont je parlerai ailleurs. Toujours est-il que les deux compagnons partirent en même temps pour le Khazad-dûm, prenant, à dessein ou par hasard, le même chemin que prit autrefois le fils de Trehod.

Arrivé à destination, Dràr se fait remarquer par le Roi Krohr pour sa vaillance au combat, et sa faculté à se battre avec brio. Hadhod en prend également note et l'estime beaucoup. Cette considération s'accroîtra encore lorsque Drár perdra un œil en le tirant d'un mauvais pas dans les galeries. Jamais il ne se plaignit et continua à servir Hadhod, laissant Krohr maugréer contre cela.




The Half Cop


Dernière édition par Hadhod Croix-de-Fer le Ven 4 Sep 2015 - 18:04, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3168
Age : 26

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Dim 26 Oct 2008 - 11:43
"Et le lourd Marteau vient frapper le métal rouge..."


♦ Thörn ♦
dit le Rustre


♦ Âge

Deux cents vingt-deux ans.

♦ Apparence physique et équipement

Thörn est avant tout caractérisé par sa forte carrure. Il est sans doute, des  Compagnons de la Croix-de-Fer, le plus lourd, sans atteindre une obésité excessive comme le fit Bombur au Troisième Âge. Cela lui donne un aspect des plus imposants, mais il n'en est pas moins un guerrier accompli et farouche. Ses cheveux hirsutes ont gardé une teinte de brun malgré son âge conséquent, tout comme ses sourcils broussailleux et sa barbe mal peignée. Son visage crasseux reflète la psychologie du personnage: il se moque éperdument de son apparence physique. Il lui manque l'index de la main droite.

Il porte un solide plastron d'acier sous une tunique noire, ainsi qu'un capuchon à l'origine bleu foncé, mais tirant vers le noir à cause de la salissure et des multiples voyages accomplis. Le solide gaillard est également doté d'une hache de guerre à double tranchant, héritage de sa famille qu'il reprit aux assassins de son père. De nombreuses protection viennent compléter son équipement: plus que tout autre Khazad, il se moque des fardeaux.

♦ Caractère, talents, signes particuliers

Très enclin à ronchonner lorsque tout ne tourne pas rond et lorsque sa
compagnie l'agace un peu, Thörn est, comme son sobriquet le laisse entendre, le plus rustre des gens de Hadhod. Il n'a cure de ce que les autres peuvent penser de lui, de son comportement, de son vocabulaire et de son apparence. Tout ce qui compte pour lui est la fidélité à son seigneur, et le courage qu'il montre au combat. S'il maugrée souvent, c'est plus par manie que par manque de volonté, vous pouvez m'en croire. Car il déteste par-dessus tout les lâches, et abandonner est une chose qu'il ne connaît pas.

♦ Histoire de sa vie

Thörn naquit à Erebor, sous le nom de Felekudu, celui qui vient de la Roche. Très tôt son père lui enseigna les valeurs du combat, la loyauté, le courage, la détermination et l'honneur. Mais il fut orphelin très jeune, car sa mère mourut de maladie et son père fut tué par les Trolls dans les collines du Nord. Il s'engagea alors dans l'armée de la Montagne Solitaire, n'ayant d'autre choix pour survivre, puisqu'il n'était guère attiré par les livres et les runes, non plus que par l'art de la forge.

Il prouva sa valeur bien des fois, faisant même partie des trois compagnons de Hadhod lors de la campagne dans les Montagnes Grises. Il fut un exemple pour le fils de Trehod, et ce fut sans doute pour cette raison que, plus tard, Hadhod le choisit comme membre de son illustre Maison. Lors de la bataille de la Bruyère Fanée, il ne fut pas épargné par les blessures, puisqu'une lame de Gobelin vint prendre le chemin malencontreux de son gant droit et lui trancher l'index. On raconte cependant qu'il ne lâcha pas sa hache et poursuivit l'auteur de cette blessure, malgré la douleur et le sang coulant à flots, et qu'il lui trancha la tête dans un grand cri de rage.

Lorsque Hadhod partit pour le Royaume de Khazad-dûm, Thörn prit le même chemin, et bien des fois il fut utile aux Nains dans les guerres sous les montagnes, son allure et son tempérament étant devenus légendaires.




The Half Cop


Dernière édition par Hadhod Croix-de-Fer le Ven 4 Sep 2015 - 18:04, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3168
Age : 26

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Mar 28 Oct 2008 - 15:12
"Sur l'Enclume qui, patiente, au grand jamais ne bouge."


♦ Frehin ♦
dit le Débrouillard


♦ Âge

Cent soixante-quatorze ans.

♦ Apparence physique et équipement

Frehin est de taille assez ténue, même selon les critères des Nains. Ses cheveux bruns, sa barbe fournie, son nez proéminent en font quasiment la copie conforme de Fréor, son jumeau. Il porte une cape rouge très sombre, ainsi qu'une tunique bleu foncé. De poids légèrement inférieur à la normale, il possède une foulée légère et rapide, ce qui lui permet de couvrir de grandes distances sans se fatiguer.

Son arme principale est l'une des deux haches identiques que lui a donné son père – la seconde étant détenue par son frère. Une solide armure de cuir vient compléter son équipement et le protéger des éventuels coups.

♦ Caractère, talents, signes particuliers

Ce Nain est souvent d'humeur joyeuse et ne se laisse pas démoraliser par les aléas de la vie. Vif d'esprit et débrouillard, il cherche toujours à trouver des solutions aux problèmes qui lui sont posés avant de se lamenter sur son sort - ce qu'il ne fait d'ailleurs pratiquement jamais. Très apprécié dans le groupe de Hadhod pour son caractère humble et son habileté, il est plus qu'utile lorsque le besoin d'un bon feu de fait sentir, étant expert dans l'art de faire jaillir les flammes, même dans des conditions climatiques défavorables. Il est d'ailleurs aussi habile dans les métiers de la mine, même si ses mains jouent maintenant plus de la hache que de la pioche.

♦ Histoire de sa vie

Sous le Mont Solitaire naquit Frehïn, frère jumeau de Fréor. Des deux, ce fut lui qui vit le jour en premier, c'est pourquoi il fut toujours considéré comme l'aîné. Son nom Khûzdul était Zirakibîn, Sombre-Argent. Frehin fut attiré très tôt dans les profondes mines d'Erebor et travailla d'arrache-pied à l'extraction du fer et de l'argent. Mais il était plutôt satisfait de sa condition, aimant son métier malgré les conditions difficiles.

Son père voulut néanmoins qu'il pratiquât une activité plus noble, et il fut bientôt enrôlé dans l'armée, non pas comme simple guerrier, mais comme éclaireur. Car Frehin aimait par-dessus tout la liberté, les voyages, et il rechignait tout d'abord contre la discipline stricte qui régnait dans les corps d'armée ordinaires. Ce fut lors d'une de ses missions que, très jeune et accompagné de son frère, il rencontra Hadhod Croix-de-Fer ; et leurs destins furent entremêlés. Il ne se quittèrent plus et, lorsque le départ pour le Khazad-dûm fut entrepris, il s'y joignit avec son frère. Leurs parents les accompagnèrent.

Frehin fut compté parmi les membres de la Maison de la Croix-de-Fer lorsque celle-ci fut restaurée, car Hadhod n'avait pas oublié les services rendus pendant les campagnes militaires passées ensemble. La dévotion et la contribution au service du groupe avaient payé.




The Half Cop


Dernière édition par Hadhod Croix-de-Fer le Ven 4 Sep 2015 - 18:05, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3168
Age : 26

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Mar 28 Oct 2008 - 16:41
"Sertie d'un grand Joyau est la pièce forgée..."


♦ Fréor ♦
dit l'Enjoué


♦ Âge

Cent soixante-quatorze ans.

♦ Apparence physique et équipement

Fréor est le frère jumeau de Frehin, plus jeune que lui de quelques minutes. Son allure est très semblable à celle de son frangin, à ceci près que ses cheveux et sa barbe sont d'un brun plus foncé et mieux peignés, quoique légèrement plus long.

Il porte une hache absolument identique à celle de son frère, et pour cause : toute deux leur furent donné par leur père. Fréor porte une cape rouge sombre tirant sur le violet, ainsi qu'une tunique bleu foncé assez identique à celle de Frehin et une armure d'écailles.

♦ Caractère, talents, signes particuliers

Ce n'est pas pour rien que Fréor est surnommé l'Enjoué: riant sans hésiter et chantant ou sifflant tout le temps tel un rossignol, il est très apprécié de ses compagnons. Et ceux-ci ont coutume de dire que c'est le joyau de la Confrérie, ce qui lui a d'ailleurs valu l'attribution du vers du célèbre poème. Il aime tout ce qui touche à la musique et à l'art, et il fut dans sa jeunesse un grand forgeron et un orfèvre de talent. L'architecture s'est également fait une place en son cœur...

♦ Histoire de sa vie

Le véritable nom de ce Nain sympathique est Kibilukd, "Lumière d'Argent", ce qui est indéniablement lié au nom de son frère tout en étant opposé, mais pour quelles raisons, nul à présent ne le sait.

Il trouva de l'activité à la forge et devint ensuite apprenti orfèvre. Et son talent était grand : s'il avait continué dans cette voix, sa renommé aurait été notoire. Pourtant, lorsque son frère annonça qu'il allait partir pour une campagne militaire d'une dizaine d'années avec Hadhod, le jeune Fréor quitta tout pour le suivre, et il se révéla être un combattant courageux et tenace, quoique inexpérimenté à ses débuts. Mais il était vêtu pauvrement et ne disposait que de peu d'équipement. En remerciement de ses services, Hadhod lui octroya une belle armure d'écailles, qui leur fut donnée par les gens des Montagnes Grises. Fréor entra dans la Confrérie de la Croix-de-Fer pour les mêmes raisons que son frère.




The Half Cop


Dernière édition par Hadhod Croix-de-Fer le Ven 4 Sep 2015 - 18:06, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3168
Age : 26

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Mar 28 Oct 2008 - 18:10
"Des runes de victoire sont, au Ciseau, gravées..."


♦ Murin ♦
dit l'Impavide


♦ Âge

Cent trente-sept ans.

♦ Apparence physique et équipement


Murin est un jeune Nain à l'aspect robuste et plus élancé que ses compagnons, au corps musclé. Il est souple et dynamique, possédant de surcroît une excellente endurance. La couleur de sa pilosité se situe entre le châtain clair et le roux.

Une armure de cuir souple le protège en permanence, visible seulement en dessous du ventre et aux bras, le reste étant caché par ses habits. Il porte par-dessus un capuchon vert foncé. Outre cela, Murin dispose d'un hache d'humble dimension ainsi qu'un arc d'if de fabriquation naine, précis mais sans grande portée.

♦ Caractère, talents, signes particuliers

Murin est le meilleur ami de Drár, et un Naugrim fougueux et intrépide. Ses qualités d'espion et d'éclaireur font l'unanimité. Discret et méthodique, Hadhod le tiens en grande estime malgré sa jeunesse, et il lui est très utile pour passer au-devant de l'armée et partir en reconnaissance, seul ou avec un petit groupe. Murin a l’œil vif comme celui du faucon et l'ouïe aussi fine que celle d'un renard.

♦ Histoire de sa vie

Il naquit également à Erebor, et son nom dans la langue secrète des fils d'Aulë était Azanatkât, ce qui signifie plus ou moins "Silence nocturne". Fils aîné d'une fratrie de quatre enfants, il fut élevé dans l'aisance, ses parents étant fort riches. Il aurait pu rester au Mont Solitaire pour le restant de ses jours, jouissant d'une vie sans efforts...

Mais ce n'était pas ce à quoi il aspirait: lui voulait connaître le goût du risque, la liberté, la fureur des combats. C'est pourquoi il partit pour la Moria avec Drár ; mais, paradoxalement, il ne connaissait pas Hadhod Croix-de-Fer autrement que de nom, et réciproquement, ce dernier ne le connaissait pas du tout. Ses parents ne se soucièrent plus de lui à partir de ce moment : ce qui comptait le plus pour eux était l'argent et les richesse, les biens matériels. Tant pis pour cet enfant turbulent, ils en auraient d'autres pour faire perdurer la splendeur de la famille. Mais Murin ne connaît pas ses frères, qui étaient nés après son départ - et ils sont d'ailleurs tout l'inverse de lui, gloutons, peureux et paresseux. Et, étant donné que jamais il ne souhaitera plus revoir ses parents, il serait étonnant qu'il rencontre ses frère une fois dans sa vie. Mais qui sait ?

Pourtant la chance sourit à Murin, car si ses qualités d'éclaireurs sont indiscutables, ce fut grâce à la bravoure de son ami Drár que Hadhod le remarqua. Et ce fut également par amitié que Drár convainquit Hadhod de le faire entrer dans la Confrérie – et le Seigneur de la Moria n'eut jamais à le regretter.




The Half Cop


Dernière édition par Hadhod Croix-de-Fer le Ven 4 Sep 2015 - 18:35, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3168
Age : 26

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Mar 28 Oct 2008 - 20:21
"Venues tout droit des pages d'un Grimoire séculaire."


♦ Óin III ♦
dit le Vieux

♦ Âge

Deux cents soixante-treize ans.

♦ Apparence physique et équipement

Óin, Troisième du nom, est vieux – ça pas besoin de le dire, les surnoms c'est fait pour ça, me répondrez-vous. Oui mais ce Nain-là est vraiment très âgé, même selon le compte des fils de Durin. Et cette ancienneté n'est pas sans laisser de traces : de profondes rides couvrent son visage, ses yeux sont profonds et très fermés, sa chevelure est d'un blanc grisâtre... et il n'est plus tout à fait aussi souple que dans sa jeunesse.

Il porte pourtant toujours la hache de guerre, comme un objet honorifique. Il est le gardien de la copie du livre de Mazarbul – qui lui appartenait jadis mais qu'il offrit à Hadhod à Erebor – et le manuscrit ne le quitte presque jamais. Il porte une cape brune en permanence sur son dos.

♦ Caractère, talents, signes particuliers


Les années n'ont pas seulement eu des effets néfastes sur Óin : sa sagesse est grande, tout comme l'est son savoir et ses connaissances au sujet du passé. Il possède de nombreuses qualités : tempérance, intelligence, générosité. Il aime particulièrement étudier les vieux grimoires et autres ouvrages, les livres d'histoire et les cartes, et possède une passion prononcée pour la poésie, l'écriture, et les chants des Naugrim, tout comme pour la musique gutturale qui mes accompagnent parfois - il est d'ailleurs possesseur d'une harpe. Il n'a jamais été fort intéressé par le combat, quoique il sache se défendre lorsque le besoin s'en fait sentir.

♦ Histoire de sa vie

Óin naquit, comme les autres, en Erebor. Ses parents étaient toutefois originaires des Montagnes Grises, et on ignore pourquoi ils vinrent s'installer sous la Montagne Solitaire. Toujours est-il que cela a plutôt réussi à leur fils, comme on le verra plus tard. A sa naissance, les sages le nommèrent Gameren, "dont le souvenir vivra longtemps". Il est de la lignée d'Óin II, célèbre pour l'expédition à laquelle il participa et qui mena à la mort de Smaug et la reprise de la Montagne. Sa mère mourut en couche, et Óin devint orphelin – car son père était décédé, retourné à la pierre comme disent certains, quelques mois plus tôt, accidentellement, tombant depuis le poste de guet de Ravenhill.

Óin fut élevé par le grand Igil-Zirak, puits de science, l'un des plus fameux professeurs d'Erebor, qui est aujourd'hui disparu. De cette relation, il acquit de grandes connaissances, et ce fut lui qui révéla à Hadhod bien des secrets sur sa lignée, et le conseilla maintes fois au sujet de la conduite à tenir pour arriver à son but : devenir Seigneur de la Moria. En outre, il était l'ami du vieux Gamil-aznân, un individu très sensé lui aussi.

Il offrit Rhöc, son corbeau, au fils de Trehod. Mais qu'importe, il en possédait bien d'autres, car il adorait les volatiles. Et puis ce n'était pas tous les jours qu'on pouvait aider un futur Seigneur. Cette dévotion le poussa même à accomplir le voyage jusqu'en Moria, et il fut compté parmi les Compagnons de la Croix-de-fer. Et il fut utile dans bien des cas, compensant largement ses lacunes martiales par des avis tous plus justes les uns que les autres.




The Half Cop


Dernière édition par Hadhod Croix-de-Fer le Ven 4 Sep 2015 - 18:21, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3168
Age : 26

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Jeu 30 Oct 2008 - 14:47
"Fixée à cette lame, un manche de Chêne clair."


♦ Kofur ♦
dit l'Ami-des-Peuples


♦ Âge

Deux cents quinze ans.

♦ Apparence physique et équipement

Kofur est un Nain endurant, messager et ambassadeur du peuple de la Moria et de Hadhod son seigneur. Malgré sa barbe et ses cheveux blancs bien peignés et tressés, méfiez-vous de ce Naugrim, car sa flèche est précise ! Il porte un tabard en cuir, car sa plus grande fonction n'est pas le combat mais bien la rapidité. Deux petites haches jumelles pendent à sa ceinture au cas où. Outre cela, il porte un capuchon jaune qui lui descend jusqu'aux genoux, un peu sali et délavé par les voyages et les intempéries. Sa carte de la Terre du Milieu lui est indispensable, et il la conserve en permanence cachée sous ses habits. Mais l'objet le plus prestigieux qu'il porte est l'arc de Vertefeuille, qui appartient officiellement à Hadhod. Ce dernier, après avoir reçu ce formidable présent en gage d'amitié de la part de l'elfe Sombre-chêne, le prêta à Kofur, plus apte que lui à en user...

♦ Caractère, talents, signes particuliers

Kofur est de caractère agréable, détestant les querelles inutiles et souhaitant plutôt la paix que la guerre, lorsque cela est possible. Il a une grande aptitude à la parole, et son discours peut faire changer bien des avis. Tolérant envers les autres peuples, même les Elfes – ce qui lui a valu son surnom – il est parfois en désaccord avec les avis de Hadhod, plus conservateur. Kofur aime la nature et les arbres, les grands espaces et les voyages sous la lune. Sa démarche est légère et rapide.

♦ Histoire de sa vie

Ce Nain est le seul membre de la Compagnie de Hadhod à être originaire d'un autre lieu que le Mont Solitaire : il naquit en effet dans les Montagnes Grises, et il fut nommé Sakahnât, Celui qui voit au loin. Son père était un grand artisan dans ces contrées : ce n'était pas un guerrier, mais un amoureux des belles choses, de l'art, des objets qu'il fabriquait et de la nature. Son fils lui ressembla en tous points.

Il vécut une enfance et une jeunesse plutôt paisibles, mais ce fut autour de l'an 166 que tout commença à se gâter. Lors de la Bataille de la Bruyère Fanée, la demeure de la famille de Kofur fut envahie et pillée par les gobelins. Père, mère, sœur... il n'y eu aucun survivant. Sauf lui, qui fut sauvé in extremis par l'arrivée de Hadhod et de ses compagnons.

Déboussolé, Kofur ne trouva d'autre but à son existence que de suivre ses sauveurs et de les servir, à Erebor. Il fut remarqué pour ses qualités d'orateur, et il parcourut bien des lieues lors des missions diplomatiques qu'on lui assignait. Mais ce fut lorsque Hadhod le prit à son service qu'il trouva sa fonction définitive : il fut l'ambassadeur de la Croix-de-Fer et des Nains du Khazad-dûm. Son deuil était passé. Son envie de vivre était revenue l'habiter. Une nouvelle vie commençait...




The Half Cop


Dernière édition par Hadhod Croix-de-Fer le Ven 4 Sep 2015 - 18:43, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3168
Age : 26

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Ven 13 Fév 2009 - 20:05


Dernière édition par Hadhod Croix-de-Fer le Dim 2 Avr 2017 - 0:00, édité 25 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hadhod Croix-de-Fer
Seigneur de la Moria
Seigneur de la Moria
avatar

Nombre de messages : 3168
Age : 26

~ GRIMOIRE ~
- -: Nain de la Maison des Sigin-tarâg.
- -: 189 ans.
- -:

Lun 7 Sep 2015 - 23:04
♦ Arbre généalogique ♦



♦ Pour des raisons de place, les numéros et épithètes des personnages historiques ont été omis. Le personnage nommé Dáin est évidemment le célèbre Dáin II Pied-d'Acier. De même, Thorin n'est autre que Thorin III Heaume-de-Pierre. Durin correspond à Durin VII, dernier du nom.

♦ Une année comportant deux ou trois chiffres appartient toujours au Quatrième Âge. Une année à quatre chiffres appartient quant à elle au Tiers Âge, dans tous les cas.
♦ Lorsqu'une croix suit la date de décès, c'est que le personnage est mort au combat.
♦ Un point d'interrogation indique que la date est inconnue.
♦ Dans les cas où il n'y a ni date de mort ni point d'interrogation, c'est que la personne est encore en vie.

♦ Une couronne stylisée placée en haut à gauche d'une image indique que le personnage est devenu Haut Roi des Nains à un moment donné.

♦ Il peut sembler surprenant que Hadhod et Thorik, qui n'ont pas un écart d'âge immense, aient respectivement trois et quatre générations d'écart avec leur aïeul commun, Dáin. Pourquoi cette différence d'une génération ? On peut penser que, étant obnubilés par la peur de mourir sans héritier, les Rois des Nains ont eu tendance à avoir leur premier fils plus tôt, ce qui n'a pas été le cas dans la lignée de Hadhod, le titre de Seigneur de la Moria ne s'étant pas transmis par filiation.
Vous pouvez cliquer sur l'image, puis zoomer, pour l'ouvrir en grande taille :






The Half Cop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hadhod et les Compagnons de la Croix-de-Fer
» Croix Rouge Haïtienne ou à l'haïtienne? La descente aux enfers.
» Pisciculture : Croix-des-bouquets mise sur le lac Azueï
» Marche Croix-Bossales sort des flaques de boue et des piles d\'immondice
» Croix de bois, croix de fer, si je ment je vais en enfer ! [PV : Hikari]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Minas Tirith ! :: - Communauté - :: Registres :: Créer Vos Personnages-
Sauter vers: