Zoom sur le Gondor

Aller en bas 
Forlong
Tribun Militaire d'Arnor
Tribun Militaire d'Arnor
Forlong

Nombre de messages : 3163
Age : 28
Localisation : Les cachots du Mont Gundabad
Rôle : Vieux loup au service du Royaume du Nord

~ GRIMOIRE ~
- -: Dunadan d'Arnor
- -: Quarante Ans
- -:

Zoom sur le Gondor Empty
Zoom sur le Gondor EmptyDim 17 Mai 2020 - 13:38

L'idée de rédiger un Zoom sur le Royaume central du forum n'est pas récente, un début ayant été posté dans le n*9 du White City Herald en 2015. Le background de cette région étant monumental, à la fois dans les écrits de Tolkien et au bout de 15 ans de jeu sur le forum, nous avons décidé de le diviser en plusieurs parties. Vous trouverez ci-dessous la première partie du Zoom qui parle de l'intégralité du Royaume: son gouvernement, économie, culture et armée. D'autres parties seront postées à la suite, parlant des différentes régions du Gondor. Avant de commencer la lecture, nous vous invitons également à vous familiariser avec le Zoom sur le Royaume Réunifié. Nous espérons que ce sujet vous donnera envie de parcourir les rues de la Cité Blanche et les vastes terres du royaume du Gondor.





ZOOM SUR LE GONDOR





Gouvernement du Gondor  

Le Gondor est un royaume faisant partie, avec l'Arnor, du Royaume Réunifié. Il appartient également aux Peuples Libres, et on considère généralement qu'il en est l'entité la plus puissante. Il s'étend de l'Emyn Muil, au Nord, jusqu'au Delta de l'Anduin au Sud, et ses frontières se prolongent du Mordor au fleuve Lefnui, aux confins des Montagnes Blanches. La rivière Mering et le Delta de l'Onodlo forment la frontière avec le royaume du Rohan.

Le Gondor est dirigé par le Haut-Roy Mephisto, qui cumule le titre de souverain du Royaume Réunifié, et de Roi du Gondor, où son autorité est absolue. En théorie, il a légalement la primauté sur le Roi d'Arnor, mais en pratique les deux régions sont administrées indépendamment. Vainqueur de nombreuses batailles, le souverain du plus puissant royaume des Hommes est considéré par l'immense majorité de son peuple comme un héros. Détenteur de la légendaire Anduril, il s'est illustré personnellement sur le champ de bataille à de nombreuses reprises, et a su gagner le respect de tout un chacun. La mort de son premier fils a constitué pour lui un véritable choc, et il se tient désormais en retrait de la vie politique. Bien que son deuxième fils, le Prince Chaytann ait survécu au complot de la Couronne de Fer et se trouve à présent en sécurité, l'échec militaire de la Campagne d'Assabia, tentative désespérée de secourir l'enfant n'a fait qu'empirer les choses.

Zoom sur le Gondor Mephis11


Insoumis pendant plus de 3000 ans, le Gondor est un royaume dont le gouvernment est influencé par ses familles anciennes ainsi ses lois et coutumes ancestrales. Basé sur un système plus féodal que celui de l'Arnor, le Gondor ne dispose pas d'un appareil administratif particulièrement structuré. Les seigneurs des différents régions du Gondor bénéficient d'un niveau d'autonomie assez élevé à condition de démontrer leur loyauté infaillible à la Couronne quand le Royaume se trouve en danger. Quant à l'administration locale, celle-ci varie énormément d'une région à l'autre. Les grandes cités commerciales telles que Pelargir, Dol Amroth et Osgiliath ont leurs propres structures développées et relativement modernes, tandis que les régions telles que l'Anfalas, le Morthond ou le Lamedon se basent plutôt sur une hiérarchie de petits vassaux semi-autonomes répondant à leurs seigneurs. Ce système organique fonctionne bien au quotidien, mais peut donner naissance à des situations délicates car les lois locales contredisent parfois celles que le gouvernement central souhaiterait implémenter, tandis que les rapports hiérarchiques entre les seigneurs ou dignitaires locaux et les représentants de la Couronne ne sont pas clairement définis. En termes de justice, les crimes et désaccords tombent généralement sous la juridiction des seigneurs locaux ou dans le cas des villes, des tribunaux qui y siègent. Les crimes commis par les grandes familles de noblesse, les trahisons et délits contre le Royaume sont jugés par la Couronne ou par des tribunaux exceptionnels choisis par celle-ci. Ce fut le cas du procès de Warin, jugé et condamné par un comité composé d'illustres personnages du Royaume. Dans les rares occasions où un désaccord a lieu entre la Couronne et un de ses vassaux, un jugement peut être demandé au Haut-Tribunal du Royaume Réunifié.



Chaque vassal du Gondor fait serment de :

  • Maintenir les feux d'alarme jour et nuit. Négliger cette responsabilité est punissable de la peine de mort.
  • Venir en aide à la Couronne lorsque le Royaume est en danger. Protéger la lignée d'Elessar de toute menace.
  • Maintenir les routes du Royaume pour assurer le mouvement rapide des troupes et des biens.
  • Envoyer tous les ans des recrues à l'armée du Gondor ainsi que des officiers à l'école militaire d'Anfalas.

En échange, le Royaume du Gondor vient en aide à ses vassaux en cas d'invasion ou de catastrophe naturelle. La Couronne fait aussi des dons importants pour le développement des régions moins prospères du royaume, telles que la Vallée du Morthond.



Le Conseil du Sceptre

Le Conseil du Sceptre, aussi appelé simplement le Conseil du Gondor est une institution ancienne et puissante. Il fonctionnait déjà à l'époque de Numenor: les seigneurs des six régions de l'Ile ainsi que l'héritier du trône se réunissaient pour conseiller le Roi. En l'an 1945 du 3A, le Conseil du Gondor prit la décision de couronner  Eärnil II à la place d'Arvedui, mettant fin à une tentative de réunifier l'Arnor et le Gondor. Dans les périodes où un dirigeant fort siégeait à Minas Tirith, tel que Denethor II ou Eldarion à partir de l'an 242 du 4A, le Conseil perdait en importance. A l'inverse, lorsque les descendants d'Elessar se desintéressaient des affaires du Royaume, le Conseil devenait le centre de pouvoir. Méphisto a toujours été un roi guerrier ; son isolation actuelle ainsi que la fin de l'intendance de Radamanthe marque une renaissance de l'influence du Conseil.
Zoom sur le Gondor Consei11

Le Conseil du Sceptre est composé de :


  • Le Roi du Gondor, qui dirige le Conseil. Chaque membre de la famille royale a également le droit d'y participer.
  • L'Intendant du Gondor, qui représente la région d'Anorien et parle au nom du Roi en son absence.
  • Les trois généraux du Gondor.
  • Les seigneurs des régions et fiefs du Gondor : Anfalas, Belfalas, Ethir Anduin, Ithilien, Lamedon, Lebennin, Lossarnach, Pinnath Gelin, Morthond et Harondor.
  • Un représentant désigné par la Compagnie du Sud, traditionnellement le Grand Marchand de Minas Tirith, plus rarement le Maître de la Compagnie
  • Le Trésorier Royal
  • Le secrétaire de la Haute-Couronne
  • Le Maître des Lois: choisi parmi les universitaires et érudits du Gondor, il n'a pas le droit de vote au Conseil, mais sert de consultant à ses membres dans les affaires légales, connaissant toutes les subtilités des lois écrites et orales du Royaume Réunifié, du Gondor et de ses fiefs.

Le Conseil se réunit deux fois par an pendant une semaine, mais peut aussi être convoqué par le Roi ou l'Intendant en période de crise. Hormis les membres principaux du Conseil, d'autres personnes peuvent prendre part aux déliberations s'ils y sont invités par le Roi ou suite à un vote. Les Sommets annuels se déroulent dans les fiefs du Gondor avec un système de rotation.
Le Conseil prend des décisions sur une grande variété des sujets, tels que la hauteur des taxes, les effectifs militaires, les accords commerciaux, la politique étrangère ou encore les successions et héritages au sein des grandes familles du Gondor. Le Roi a le droit du véto sur chaque décision du Conseil. Bien que chaque région ait sa représentation au Conseil, les fiefs mineurs tels qu'Ethir Anduin ou Pinnath Gelin n'y ont pas la même influence que le Belfalas ou l'Ithilien.

La Famille Royale

Le Roi Mephisto est marié à Idril Maennova, elfe de Fondcombe de haute lignée, et de facto Reine du Gondor. Elle lui a donné deux enfants, détenteurs du titre de Prince de Gondor : Aleth d'Osgiliath, le premier, est décédé à l'âge de trente-quatre ans, assassiné par l'Ordre de la Couronne de Fer. Le cadet, Chaytann, n'est âgé que de quatre ans, et il est pour l'heure le premier héritier du royaume.

L'Intendant du Gondor

Ce fut ce même Rómendacil Ier qui institua la fonction d'Intendant, mais il était choisi par le Roi lui-même, pour sa sagesse et sa haute conscience ; et il s'agissait d'ordinaire d'un homme avancé en âge puisqu'il n'avait pas permission de partir en guerre, ni de quitter le royaume. Il n'était jamais membre de la Maison Royale — Contes et légendes inachevés

L'histoire de la maison des Intendants est prestigieuse au Gondor. C'est cette institution qui a veillé sur le trône en attendant le retour du souverain légitime, en la personne d'Elessar. Depuis que la dynastie royale a récupéré tous ses pouvoirs, la famille des Intendants a décliné, et la charge a peu à peu été attribuée en fonction de critères de confiance davantage que par une sélection héréditaire. Actuellement, l'intendant du Gondor est Alcide d'Illicis, éminent personnage de la noblesse. C'est un homme intelligent et compétent qui, en dépit de sa discrétion, assure une grande stabilité au Gondor. Ses qualités de politicien et de négociateur ne sont plus à prouver. L'Intendant est le personnage le plus influent au Gondor après le Roi. Il dirige le royaume en l'absence de ce dernier, convoque le Conseil, et s'occupe de la gestion de la région la plus peuplée et prospère du Gondor : l'Anorien. Les anciennes coutumes interdisant à l'Intendant de quitter le royaume ou de partir en guerre ont disparu complètement lors de l'Intendance de Radamanthe, cependant le choix d'Alcide ainsi que l'avènement du Général de Minas Tirith montrent une volonté claire de restaurer l'aspect civil de ce rôle.

Le Général de Minas Tirith

Le gouvernement de la cité est actuellement partagé entre l'Intendant Alcide d'Illicis et le Général de Minas Tirith, Cartogan. Ce dernier est au sommet de la hiérarchie militaire, et il est le chef de toutes les forces du Gondor, qu'il peut sommer de répondre à l'appel de leur roi, en cas de guerre. C'est un personnage puissant, qui est principalement connu pour avoir fait arrêter Warin le traître, chef de la Couronne de Fer, et pour avoir instauré une politique nouvelle dans la Cité Blanche. Afin d'éviter que le dernier héritier du Haut-Roy Mephisto ne soit la cible d'attaques, il a fait bannir les armes de la capitale du Gondor, et s'est investi afin de pacifier et de sécuriser Minas Tirith. Il est respecté par ses hommes, et bien qu'il soit réputé strict et sévère, il jouit d'une bonne réputation parmi la population.
Citation :
Malgré la chute de la Couronne de Fer et le retour presque miraculeux du Prince Chaytann, la situation politique du Gondor est toujours marquée par un certain degré d’incertitude, voire d’instabilité. La mort du Prince Aleth, le retrait du Roi Méphisto ainsi que la guerre civile en Harondor dans laquelle est emmêlé l’ancien Intendant Radamanthe créent un vide. Historiquement, ce serait sans doute au Prince de Dol Amroth d’épauler la Couronne mais la Cité du Cygne se retrouve elle aussi dépourvue de son souverain. L’aspect assez informel du gouvernment du Gondor crée plusieurs scénarios possibles pour combler ce vide politique. L’Intendant Alcide et le Général Cartogan vont-ils diriger le royaume en binôme ? Le Conseil du Gondor va-t-il devenir davantage impliqué dans la gestion quotidienne des affaires du pays ? Ou est-ce que pour empêcher toute érosion de son influence la famille royale décidera d’impliquer la Reine Idril ou même le Roi Aldarion dans la vie politique du Gondor ? - Niklaas Makiavel, ‘Après le Fer, que devient la Couronne’



Economie du Gondor  

Zoom sur le Gondor Econom10


Son climat diversifié mais plus clément que celui d'Arnor, l'accès à l'Anduin et à la mer ainsi que son unité intenterrompue depuis des millenaires font du Gondor la plus grande puissance économique de la Terre du Milieu.  

Vers la fin du Troisième Age, alors que les terres du Sud et de l'Est étaient sous le joug de Sauron, l'Arnor une ombre de sa gloire d'antan et même les liens avec les anciens alliés tels que les Rohirrims s'affaiblissaient, le royaume du Gondor apprit à devenir entièrement autonome. Le minérai des Montagnes Blanches, le blé du Lamedon et de Lossarnach, les poissons et le sel de Belfalas, Ethir Anduin et d'Anfalas, le bois d'Ithilien, le bétail de Pinnath Gelin et le gibier du Morthond, le tout mis en valeur par le savoir-faire des artisans d'Anorien : cette autonomie permit au Gondor de résister longtemps à l'emprise de Sauron.
Le retour du Roi apporta des nouvelles opportunités commerciales presque inepuisables, en restaurant les liens avec l'Arnor et le Rohan, mais aussi les territoires des nains et des elfes ainsi que les terres du Sud et de l'Est. Au Quatrième Age la présence des navires et marchands gondoriens dans presque tous les coins de la Terre du Milieu devint la norme. Les habitants du Gondor, en particulier de l'Anorien, devinrent très prospères. Dans cette région centrale du royaume, une grande partie de l'économie évolua vers les services et la fabrication des produits de luxe, tels que les bijoux, les vêtements et les tissus mais aussi les livres, le Gondor étant reconnu pour ses archives, université et érudits.

Hormis les produits de luxe, les principaux biens exportés vers les autres royaumes sont aujourd'hui le blé, l'alcool et les plantes médicinales de toute sorte. En revanche, le Gondor importe notamment les épices du Sud, les chevaux du Rohan ainsi que les armes d'Arnor, reconnues pour leur qualité exceptionnelle.

Il est interdit pour les seigneurs et cités du royaume d'imposer des taxes sur les biens provenant des autres régions du Gondor. Un éléveur de Pinnath Gelin pourra donc vendre son bétail en Anorien à prix plus compétitif que celui provenant du Rohan. Etre un vassal du Gondor apporte des avantages économiques importants, et permet d'exporter les biens  régionaux non seulement ailleurs dans le royaume, mais aussi de profiter d'un réseau commercial qui s'étend sur toute la Terre du Milieu. Dans le cadre des Accords de Lótessë, la Compagnie du Sud est également obligée de donner des tarifs avantageux aux marchandises provenant du royaume où se trouve son siège principal.
Citation :
Gérer la trésorerie de la plus grande économie de la Terre du Milieu, garder les clefs du trésor royal, déterminer la hauteur des taxes, participer au Conseil du Sceptre...voici les principales responsabilités du Trésorier Royal du Gondor. Un grand honneur ou un lourd fardeau à porter? Ce dignitaire quitte rarement le Haut de la Cité Blanche et jamais sans l'escorte des quelques Gardes de la Citadelle de la Compagnie de la Tour qui sont affectés à la protection du Trésorier ainsi que du Trésor. La Couronne, qui n'a pas pour l'habitude de censurer les textes de l'Université de Minas Tirith m'a d'ailleurs demandé de ne pas dévoiler le nom du Trésorier actuel dans cet essai. Il est vrai que toute tentative de corruption ou chantage de ce personnage pourrait avoir des conséquences dramatiques sur le royaume. - Niklaas Makiavel, ‘Tour d'Ivoire, Age d'Or’



Culture du Gondor  


Zoom sur le Gondor Cultur10


Pendant des millénaires, les coutumes et traditions de Numenor se sont mélangées à celles des habitants locaux des régions vassales du Gondor. Il est donc difficile de parler de culture gondorienne à proprement parler, car il n'y a que très peu de ressemblances entre la vie d'un montagnard du Lamedon et celle d'un habitant de la Cité du Cygne. Pourtant, le Gondor a sa propre identité qui le rend très distinct des autres contrées, surtout que des liens de parenté plus ou moins distants lient très souvent les familles des différentes régions du royaume.

A la fin du Troisième Age, dans une période marquée par la guerre et la l’austérité, les habitants du Gondor s'habillaient généralement de noir et de gris et la plupart d'entre eux furent forcés de rejoindre l'armée ou travailler dans les secteurs nécessaires à la survie du peuple. L'avènement du Roi Elessar changea tout cela, et mena à une renaissance de la culture, de l'éducation et des arts au Gondor. Au Quatrième Age, la noblesse gondorienne et la bourgeoisie aiment s'habiller de manière extravagante et démontrer leur richesse par la couleur et la qualité du tissu dont la fabrication est une spécialité des artisans du royaume. Le noir, le blanc et l'argenté qui furent les couleurs préférées de la population d'Anorien au Troisième Age sont de nos jours principalement portées par les militaires et les dignitaires de l'état.
Et à ce moment, les trompettes sonnèrent, le Roi Élessar s'avança vers la barrière, et Hurïn des Clefs la rejeta en arrière, et, au milieu de la musique des harpes, des violes et des flûtes et le chant de voix claires, le Roi passa dans les rues jonchées de fleurs, il arriva à la Citadelle et y entra, la bannière de l'Arbre et des Étoiles fut déployée sur la plus haute tour et commença le règne du Roi Élessar, qu'ont célébré bien des chants. De son temps, la Cité fut rendue plus belle qu'elle n'avait jamais été, fût ce aux jours de sa gloire première, et elle fut emplie d'arbres et de fontaines, ses portes étaient de mithril et d'acier, et ses rues étaient pavées de marbre blanc, les gens de la montagne y travaillaient, et ceux de la Forêt se réjouissaient d'y venir, tous étaient guéris et tout était réparé, les maisons étaient pleines d'hommes et de femmes et de rires d'enfants, aucune fenêtre n'était aveugle, aucune cour vide, et après le passage du Troisième Age du monde dans le nouvel âge, il garda le souvenir et la gloire des années disparues. - Le Retour du Roi


Le Gondor n'est pas la capitale de la poésie et de la musique contrairement à Dale, mais la poésie chantée y reste néanmoins très populaire. Les histoires racontant les événements du Deuxième, Troisième et Quatrième Age sont adorées par le peuple, et beaucoup d'habitants savent lire. Le royaume du Gondor est reconnu pour ses bibliothèques, son Université et ses scribes, et les livres y sont plus facilement disponibles qu'ailleurs en Terre du Milieu. Le Gondor étant la plus grande économie de la Terre du Milieu, ses habitants dépensent des sommes impressionnantes dans la culture et dans le divertissement.

Le travail de la pierre reste l'art le plus respecté au Gondor. Les sculpteurs et maçons gondoriens n'ont pas d'égaux en Terre du Milieu, sauf peut-être les plus habiles des nains d'Erebor et de Khazad-Dûm. Les splendides statues, fontaines et façades ornementées des maisons peuvent être admirées dans chacune des grandes cités du Royaume. La peinture et le travail dans le bois, bien qu'importants, sont considérés comme inférieurs au travail de la pierre, ce qui donne aux oeuvres gondoriennes un côté majestueux, mais sobre.

Le regard de Pippin plonga dans une grande salle. Elle était éclairée de part et d'autre par de profondes fenêtres sur les bas-côtés, au-delà des rangées de hauts piliers qui soutenaient le plafond. Monolithes de marbre noir, ils se dressaient jusqu'à de grands chapiteaux sculptés montrant les curieuses images de divers animaux et feuillages, et, bien au-dessus, luisait dans l'ombre de la vaste voûte un entrelacs d'or mat et d'arabesques multicolores. On ne voyait dans cette longue et solennelle salle aucune tapisserie ni tenture historiée, ni aucun objet de tissu ou de bois, mais, entre les piliers, se tenait une compagnie silencieuse de hautes statues de pierre froide. - Le Retour du Roi


L'Arbre Blanc reste le symbole le plus sacré du Gondor. D'après le mythe, la santé de la lignée des Telcontari (maison de l'Arpenteur, lignée d'Aragorn II) est intimement liée à celle de l'Arbre lui-même. Les légendes attribuent des propriétés magiques à l'Arbre tout comme aux descendants d'Elendil dont le toucher est censé guérir les malades.
Sur les surcots noirs était brodé un arbre en fleur d'un blanc de neige sous une couronne d'argent
et des étoiles à nombreux rayons. C'était la livrée des héritiers d'Elendil, et nul ne la portait plus dans tout le
Gondor que les Gardes de la Citadelle devant la Cour de la Fontaine où l'Arbre Blanc avait autrefois poussé.
(...) Une douce fontaine jouait là dans le soleil matinal, entourée d'un gazon verdoyant, mais au milieu, retombant au-dessus du bassin, se dressait un arbre mort, et les gouttes coulaient tristement de ses branches stériles et brisées dans l'eau claire.
Pippin jeta un coup d'œil sur ce spectacle, tout en galopant derrière Gandalf. C'était triste, pensa t’il, se demandant pourquoi on laissait là cet arbre mort alors que tout le reste était si bien soigné. Sept étoiles, sept pierres et un arbre blanc.
- Le Retour du Roi


Au Quatrième Age, en gage d'amitié entre Elessar et le Petit Peuple un Hobbit est traditionnellement nommé Jardinier Royal. Sa responsabilité principale est l'entretien de l'Arbre Blanc à Minas Tirith, bien qu'il s'occupe également du jardin du Palais ainsi que des plantes médicinales aux Maisons de Guérison.  
Tous ceux de votre racesont-ils ainsi? Votre pays doit être un royaume de paix et de contentement, et les jardiniers doivent y être tenus en grand honneur. - Le Retour du Roi


Zoom sur le Gondor Signtest11_1

Membre des Orange Brothers aka The Good Cop
Revenir en haut Aller en bas
Forlong
Tribun Militaire d'Arnor
Tribun Militaire d'Arnor
Forlong

Nombre de messages : 3163
Age : 28
Localisation : Les cachots du Mont Gundabad
Rôle : Vieux loup au service du Royaume du Nord

~ GRIMOIRE ~
- -: Dunadan d'Arnor
- -: Quarante Ans
- -:

Zoom sur le Gondor Empty
Zoom sur le Gondor EmptyDim 17 Mai 2020 - 13:41
Armée du Gondor  


Le Roi est le dirigeant incontesté de tout sujet du royaume de Gondor, le Haut-Roy Mephisto est ipso facto le chef de toutes les forces armées qui s'y trouvent. Son autorité est absolument incontestable, et à l'exception notable des Princes de Dol Amroth qui jouissent d'un statut particulier mais qui lui reconnaissent cependant leur allégeance, on peut considérer qu'il est directement à la tête de tout homme portant le blason du Gondor. Lorsqu'il mobilise l'ost royal, le souverain dispose théoriquement d'une des plus puissantes armées de la Terre du Milieu, disciplinée, et particulièrement bien entraînée. Celle-ci est composée des forces venues de toutes les provinces du royaume, et elle est commandée à différents niveaux par des officiers et des seigneurs qui constituent une chaîne hiérarchique en général très respectée.


Les Généraux : Contrairement aux Commandants qui sont pour la plupart nommés par les autorités locales – sauf dans le cas de l'Anorien –, les Généraux sont nommés directement par le Roi pour diriger l'ensemble des forces d'une région. Ils pallient à l'absence d'une autorité provinciale suffisamment influente pour contrôler les hommes du rang. Lorsque Radamanthe était encore Intendant et prenait activement part aux opérations militaires du royaume, les trois généraux étaient de rang égal, et aucun d'entre eux n'avait d'autorité sur les autres. L'Intendant Alcide ayant un rôle purement civil, le Roi Méphisto décide de donner un rôle plus important au Général de Minas Tirith.
Zoom sur le Gondor Genera12
#Cartogan, Général de Minas Tirith

Le Général de Minas Tirith : Cartogan est l'officier le plus haut gradé du Gondor. Il assume le commandement de toutes les forces du royaume en l'absence du souverain, et coordonne la défense des différentes régions en veillant à ce qu'elles soient suffisamment pourvues en hommes. En pratique, cependant, il ne gouverne que les forces de l'Anorien au nom du Haut-Roy et plus particulièrement la garnison de Minas Tirith. Son rôle est tout autant politique que militaire, et on peut considérer qu'il est un des principaux conseillers de Mephisto. Formellement, le Général de Minas Tirith a autorité sur toutes les composantes militaires du royaume en temps de paix comme en temps de guerre, mais il apparaît que son influence s'étend surtout sur les hommes qui se reconnaissent une grande proximité avec la capitale du Gondor, beaucoup moins sur ceux originaires des régions les plus autonomes.
Zoom sur le Gondor Genera13
#Ingthor, Général de Pelargir

- Le Général de Pelargir : Aussi surnommé le Général aux Frontières, il est traditionnellement étranger à la cité de Pelargir, et représente le pouvoir royal dans la ville. Il commande toutes les forces du Lebennin, et assure la protection d'une région stratégique souvent mise à mal par les incursions des pirates d'Umbar ou des Haradrim. Le Général aux Frontières est également responsable pour la coopération de l'armée régulière avec les forces de l'Ithilien et du Harondor, ce qui le met en relation directe avec l'Emir Radamanthe. Ce poste est actuellement détenu par le Général Ingthor, un homme originaire du Lamedon et le plus âgé des trois généraux. Ingthor avait servi comme Capitaine lors de l'invasion orque de 283 du 4A. Il fut nommé Commandant pour ses services lors de la défense de Minas Tirith et de la reprise d'Osgiliath et Cair Andros, puis Général en l'An 290 après le départ du Stratège Silence. Entouré par ses troupes fidèles et le regard toujours tourné vers le Sud, Ingthor se tient loin de la vie politique du royaume. On dit que même le Général Cartogan hésite à donner des ordres à cet homme impressionnant mais Ingthor, toujours aussi réservé, n'a jamais dévoilé son opinion sur le Général de Minas Tirith, sauf peut-être à ses officiers les plus fidèles. Ingthor est considéré comme incorruptible, une chose peu commune dans la Cité portuaire de Pelargir. Son caractère direct et sévère lui vaut le respect de ses hommes, mais aussi l'animosité de plusieurs personnages puissants du royaume.
Zoom sur le Gondor Genera15
#Aerith, Général de l'Anfalas

- Le Général de l'Anfalas : Son rôle est moins militaire que les autres, et il a principalement pour tâche de veiller à l'entretien des troupes de l'Anfalas, région protégée et peu inquiétée. Il s'y trouve beaucoup de petits seigneurs, que le Général a la tâche de mobiliser en temps de guerre pour apporter son soutien à l'ost royal. Sa position est particulière, puisqu'il n'a pas de siège fixe, et qu'il se déplace régulièrement du fief d'un noble à un autre. Cependant, l'Anfalas est également la localisation de l'Académie Militaire du Gondor, et le Général en est le recteur, ce qui lui donne en réalité la possibilité d'influencer toute la prochaine génération des Capitaines et Commandants du royaume. L'intégralité de l'Artillerie du Gondor est également sous la charge officielle du Général de l'Anfalas. Ce dernier est responsable de la production des machines des guerres, l'approvisionnement des forteresses du royaume en artillerie et en munitions, ainsi que de l'entrainement des artilleurs. Le poste appartient actuellement à Aerith, le plus jeune des trois Généraux. Originaire d'une des plus anciennes familles d'Anorien, cet homme au regard perçant fait souvent référence à l'héritage numénoréen de sa famille et de son peuple. Son influence au sein de l'Académie et du Conseil du Gondor est non-négligeable, bien qu'il soit beaucoup moins connu du peuple que le Général Cartogan. Très ambitieux, Aerith utilise également la position politique de sa famille pour trouver des alliés au Gondor et renforcer sa position. Cependant, le Général ne doit pas sa position uniquement à la noblesse de son sang. Lors de ses études à l'Académie d'Anfalas, il obtint les meilleurs résultats dans les quatre-vingt dernières années du fonctionnement de l'école.

L'armée régulière :



Zoom sur le Gondor Army_o10


L'Anorien étant la région la plus peuplée et prospère du Gondor, elle fournit la plupart des soldats de l'armée régulière du royaume. Il s'agit des troupes professionnelles, facilement reconaissables à leurs uniformes et armement caractéristiques ainsi que leur célèbre discipline. Les soldats de l'armée régulière sont placés en Anorien, mais aussi dans les principales forteresses sur les frontières du royaume. Tous les fiefs du Gondor doivent également envoyer annuellement des recrues pour alimenter les rangs de l'armée régulière, ainsi que des candidats à l'école des officiers du Gondor se trouvant en Anfalas. Il est estimé que l'armée régulière compte environ dix-mille hommes, bien que ce chiffre fluctue selon les périodes.

Commandants: Issus de la haute noblesse, en général après avoir servi de très nombreuses années dans l'armée, et pouvant se prévaloir d'états de service irréprochables, les Commandants constituent le grade le plus élevé auquel la majorité des militaires peuvent prétendre. Ils commandent à une ou plusieurs Compagnies (« Otharrimion ») composée d'environ cinq cents hommes, et sont responsables de la défense de secteurs de première importance, voire même de villes entières.

Officiellement, il n'existe pas de hiérarchie claire entre les différents Commandants, et tous sont censés exister sur un pied d'égalité. En réalité, certains jouissent d'un plus grand prestige que d'autre. On reconnaît le plus influent au fait qu'il commande le premier Otharrimion de son secteur, ce qui est une marque de prestige importante. Chaque Otharrimion a le droit de choisir son propre étendard et sa devise. Certaines des Compagnies ont une longue histoire illustre, et les rejoindre n'est pas chose facile. C'est bien sûr le cas de l'Otharrimion des Gardes de la Citadelle et de celui des Rangers d'Ithilien, mais aussi d'autres telles que la Compagnie Etoilée et les Boucliers d'Ithil.

On trouve des Commandants partout où les hommes du Gondor se rassemblent en grand nombre, mais les principaux se situent dans quatre lieux clés :

- A Cair Andros, tout d'abord, où le Commandant a la charge de la défense de l'île qui constitue un point de passage stratégique du fleuve Anduin. C'est un poste important, mais considéré comme assez sûr par rapport aux autres. Il rend compte de son action au Général de Minas Tirith.

- Le Commandant d'Osgiliath a la charge de la défense de la cité, sise sur le fleuve, qui est le second point de passage de l'Anduin. Historiquement, sa mission était de première importance, et l'histoire troublée de la ville poussait le Gondor à placer un officier particulièrement compétent à la tête des troupes de la cité commerçante. Le Général Ingthor détenait le poste de Commandant d'Osgiliath avant sa promotion en l'an 294. Les Accords de Lótessë laissèrent la gestion militaire de la cité à la milice de la Compagnie du Sud. Le commandant d'Osgiliath a donc actuellement un rôle de représentant du Roi dans la ville; il est placé sous l'autorité directe du Général de Minas Tirith. Cependant, la milice de la Compagnie du Sud est souvent perçue par l'armée régulière comme une formation servant à combattre le crime à Osgiliath plutôt qu'à affronter un réel danger extérieur.

- Le Commandant de Pelargir est chargé d'assurer la défense de la cité, et commande le premier Otharrimion. Ses troupes stationnent dans le Triangle de la ville, et ses prérogatives concernent principalement la défense de celui-ci, des membres du Conseil des Fidèles, et des principaux dignitaires. Il est sous l'autorité du Général de Pelargir.

- Le Commandant d'Emyn Arnen, principale cité d'Ithilien, a vu son rôle s'accroître quand le titre de Prince d'Ithilien est passé entre les mains de Radamanthe, qui siège au Harondor. Son rôle de gardien de la cité de Faramir est primordial dans la défense d'une région perpétuellement menacée par les dangers du Mordor. Il étend son autorité sur toute la région, et dépend directement de l'Emir du Harondor.

La plupart du temps, les Commandants sont secondés par un Premier-Lieutenant, un officier de haut-rang chargé de veiller à l'application de leurs ordres. Pour beaucoup de Commandants, ce ne sont rien de plus que des aides de camp, et on plaisante souvent parmi les hommes du rang de leur propension à subir les coups de sang des officiers.


Capitaines : Très largement issus de la noblesse du Gondor, les Capitaines commandent à un bataillon (« Thangion ») composé d'une centaine d'hommes. Ce sont les officiers les plus nombreux, et leur qualité varie très largement d'un individu à l'autre. Certains sont des vétérans aguerris, ayant survécu à de nombreuses batailles. D'autres, à l'inverse, sont de jeunes nobles sans expérience, disposant de connaissances théoriques acquises auprès de précepteurs. Sauf rare exception, devenir Capitaine du Gondor exige de passer par l'Académie Militaire d'Anfalas. Les Capitaines ne partagent pas le quotidien de leurs hommes, ou très rarement, et s'occupent autant de questions militaires que de questions administratives. Ils planifient les exercices, les manœuvres, et dirigent parfois seuls la défense de positions stratégiques, notamment certaines frontières. Ils peuvent rendre la justice parmi leurs hommes, et en temps de guerre il n'est pas rare de voir des Capitaines particulièrement abusifs punir sévèrement des hommes accusés d'avoir reculé au combat.

Les Capitaines s'entourent parfois de lieutenants, des hommes de confiance souvent eux-même issus de la noblesse, mais pas systématiquement. Comme leur nom l'indiquent, ils remplacent leur officier quand celui-ci est absent, et sont chargés de faire appliquer ses ordres auprès des soldats. Ils peuvent également servir de messagers personnels si besoin. Les lieutenants veillent le plus souvent à la discipline, et se chargent de faire remonter les doléances du bataillon à qui de droit.

Du fait de leur noblesse, les Capitaines aiment se mettre en avant lorsqu'il est possible de faire des actes de bravoure. Certains, particulièrement audacieux et courageux, mènent personnellement leurs hommes au combat et n'ont pas peur d'occuper les premiers rangs. Quand Minas Tirith est attaquée, le Capitaine le plus prestigieux et le plus compétent est désigné comme Capitaine de la Grande Porte, avec pour tâche de défendre au péril de sa vie l'accès au premier niveau de la cité.

Sergents : Hommes particulièrement valeureux et charismatiques au sein de la troupe (« Erith ») qu'ils commandent, les Sergents sont souvent choisis pour leur capacité à inspirer leurs camarades. Ils ont pour mission de transmettre les ordres et de soutenir le moral de groupes réduits, pas plus d'une vingtaine d'hommes en général. Ils ne sont pas considérés comme des officiers à part entière, et vivent le plus souvent auprès des simples soldats dont ils partagent le quotidien, les difficultés. Ils sont très appréciés de leurs hommes, qui leur font confiance et sont souvent prêts à les suivre dans l'enfer des batailles.

Afin d'accomplir au mieux leurs missions, les Sergents sont parfois secondés par des Caporaux qu'ils peuvent choisir à leur discrétion. Les caporaux assistent et peuvent remplacer le Sergent si celui-ci est blessé. Ce sont des hommes de confiance, souvent voués à protéger la vie de leur supérieur coûte que coûte.


Hommes du rang : Les simples soldats représentent la base de l'armée du Gondor. Reconnaissables à leurs armures argentées et à leur équipement de grande qualité, ces combattants sont entraînés régulièrement aux manœuvres et représentent des adversaires redoutables. On trouve parmi ces régiments des unités de piquiers, des épéistes, ou encore des archers. La plupart des groupes ne sont pas spécialisés, et peuvent être amenés successivement à combattre à l'arc puis à la lance selon les besoins de leurs supérieurs et les impératifs du moment. Peu mobiles, mais extrêmement disciplinés, les hommes du Gondor qui se rassemblent en compagnies d'infanterie lourde sont en général particulièrement à l'aise dans les affrontements en terrain dégagé, ou dans la défense de leurs nombreuses forteresses. Ils ont hérité beaucoup de leurs traditions militaires et de leurs tactiques des Dunedain, notamment en ce qui concerne la prise et la défense de places fortes.


Zoom sur le Gondor Soldat10



Les unités spéciales :


Les Artilleurs : Les armées du royaume peuvent compter sur le soutien de nombreuses machines de guerre, actionnées par d'habiles artilleurs. Ceux-ci, qu'ils soient assignés à des balistes, des mangonneaux ou des trébuchets, jouent un rôle crucial dans la défense des principales cités du Gondor. Leur formation est continue, avec de solides bases de mathématiques et des compétences de génie. L'entretien et le bon fonctionnement de l'arme dont ils ont la charge font partie de leurs attributions, afin d'optimiser la précision des tirs qu'ils délivrent. L'Artillerie n'est pas l'arme la plus noble qui soit, mais elle est certainement une des plus décisives dans les batailles, et les officiers de ce corps d'élite ont bien conscience de leur capacité à faire pencher l'issue de la bataille. La maîtrise de l'artillerie est un art ancestral au Gondor, et une des caractéristiques qui explique la supériorité militaire du royaume par rapport aux autres peuples de la Terre du Milieu. Certains attribuent d'ailleurs la défaite à Assabia à la décision du Roi Méphisto de lancer un assaut hâtif plutôt que de faire venir les machines de guerre du Gondor.


Zoom sur le Gondor Artill10



Les artilleurs sont répartis en groupes, dont le nombre varie selon l'arme : au moins deux hommes pour une baliste, au moins six pour une catapulte, et au moins douze pour un trébuchet. Les groupes d'artilleurs fonctionnent en relative autonomie, mais sont toujours dirigés par un Sergent-Artilleur, lui-même soumis aux ordres d'un Maître-Artilleur. Le Maître-Artilleur, dont le grade est presque équivalent de celui de Capitaine dans l'infanterie, commande à différents groupes dont il coordonne le tir et désigne les principales cibles. Il arrive rarement que des capitaines donnent des ordres directs aux artilleurs, mais le cas échéant ils sont tenus d'y obéir.

Parmi les principales machines de l'armée du Gondor, on retrouve :

- Les balistes sont les machines que l'on trouve le plus couramment au Gondor. Positionnées à l'entrée des forts, elles permettent de pilonner les unités ennemies les plus dangereuses, à l'instar des Trolls. Leur grande précision leur permet en outre de s'attaquer aux machines de siège, aux béliers, voire même aux chefs ennemis.

- Les mangonneaux ont pour objectif de projeter des pierres, de la poix enflammée ou tout autre projectile mortel droit sur les lignes ennemies. Leur déploiement est lent, et ce sont des armes de siège utilisées principalement lors de campagnes militaires extérieures, quand il est difficile de trouver le temps et les ressources pour déployer les immenses trébuchets, fierté de l'armée Gondorienne.

- Les trébuchets sont des armes massives, à la portée incroyable, et aux dégâts incommensurables. Une seule de ces machines peut méthodiquement détruire une cité entière. En revanche, fabriquer un trébuchet en campagne est très difficile, et la plupart du temps ces précieuses machines ne sont pas déployées là où elles sont susceptibles d'être prises par l'ennemi, qui en fait sa priorité. On trouve des trébuchets dans les principales villes du royaume, à l'abri de murs épais, et on construit exceptionnellement un d'entre eux en campagne lors d'un siège particulièrement long et difficile.

La Cavalerie du Gondor :


Zoom sur le Gondor Gondor10


Les cavaliers du Gondor sont issus de la noblesse du royaume, à l'exception notable de quelques gens du commun si braves et si héroïques qu'ils ont été nommés cavaliers par le Roi lui-même. Ces hommes comptent parmi les meilleurs combattants de l'armée, et ils sont formés au maniement de la lance et de l'épée à cheval. Leur nombre est relativement faible, si l'on compare à d'autres armées, mais leur pouvoir de destruction est stupéfiant. Capables de traverser les lignes ennemies en semant la mort sur leur passage, ils apportent souvent le coup de grâce et leur charge sonne habituellement la fin des hostilités. Auréolés de gloire et de prestige, les cavaliers du Gondor sont réputés pour être particulièrement hautains, impétueux et prompts à se jeter dans la bataille. La couardise et le déshonneur sont honnis par ces hommes de guerre.

La Cavalerie du Gondor a ses propres grades, du fait du faible nombre de ses membres par rapport à l'infanterie. Il n'existe pas de Sergents, ni de Commandants. Les Cavaliers sont placés sur un pied d'égalité, seulement commandés par des capitaines. Ces derniers sont en général des hommes expérimentés, issus de la haute noblesse, ayant des qualités de meneurs évidentes. Il est à noter que les Princes du royaume détiennent de naissance le grade de Capitaine de Cavalerie.


La Marine du Gondor :


Zoom sur le Gondor Fleet_10


La flotte de Dol Amroth :

Les vaisseaux de Dol Amroth comptent parmi les plus beaux et les plus résistants de la flotte du Gondor. Alliance du savoir-faire elfique et numénoréen, les Nefs de la cité du cygne sont des navires élégants, d'une finesse incomparable, capables de traverser de longues distance à grande vitesse. Lourdement armées, avec à leur bord une douzaine de balistes, et une centaine de marins redoutables, les Nefs tiennent les pirates à l'écart des côtes en patrouillant inlassablement. Depuis les terribles combats contre l'Empire Austral, leur nombre fait cependant défaut, et si ces navires sont splendides et particulièrement redoutables en combat, ils ne peuvent protéger parfaitement l'ensemble de la Baie de Belfalas.

La flotte de Pelargir :

La Corvette est le navire principal de la flotte de Pelargir, du fait de son excellent rapport qualité-prix. Ce sont des navires solides, relativement faciles à construire, et surtout très rapides. Ils sont les seuls à pouvoir donner la chasse efficacement aux navires d'Umbar, avec les fameuses Nefs de Dol Amroth. La Corvette est équipée de huit balistes à longue portée, actionnées par des artilleurs de marine compétents et très bien entraînés. En outre, elle compte à son bord la présence d'une Troupe de Marine, une compagnie de 80 soldats formés à l'abordage, à la défense d'un navire, et qui sont capables d'employer des arcs pour cribler de flèches les ponts des navires ennemis. Les Corvettes de Pelargir se déploient en grand nombre dans les eaux du royaume, mais elles sont plus fragiles que les Nefs et subissent de lourdes pertes quand elles engagent les navires venus du Harad.

Les Rangers:


Zoom sur le Gondor Ranger10


Devise : limbe ith dinen (rapide et silencieux)


Ils étaient des Rôdeurs de l'Ithilien, car ils descendaient de gens qui y vivaient autrefois, avant l'invasion. Le seigneur Denethor choisissait parmi ces hommes les fourrageurs qui traversaient  secrètement l'Anduin (ils ne voulurent pas dire où ni comment) pour harceler les Orques et autres ennemis qui rôdaient entre l'Ephel Duath et le Fleuve. - Les Deux Tours

Aussi appelés rôdeurs d’Ithilien, les rangers sont une formation d’élite de l’armée du Gondor. Les forêts d’Ithilien sont sous leur protection, bien qu’il leur arrive aussi d’être assignés à des missions spéciales autre part. Les nouvelles recrues sont souvent des habitants d’Ithilien qui connaissent très bien cette contrée, et doivent, dans la plupart des cas, avoir servi dans l’armée régulière auparavant. Ils combattent à l’épée, à l’arc et à la lance, mais ne portent pas de boucliers ni d’armures de fer.


Deux avaient à la main des lances à larges fers brillants. Deux avaient de grands arcs, presque aussi hauts qu'eux, et de grands carquois de longues flèches empennées de vert et de brun de divers tons (…) Des gants verts couvraient leurs mains, et leurs visages étaient encapuchonnés et masqués de vert. - Les Deux Tours

Ces guerriers utilisent un dialecte elfique pour communiquer lors des missions, ce qui empêche les espions ennemis de découvrir leurs plans.


Ils se parlaient d'une voix douce, usant au début du Langage Commun, mais à la façon d'autrefois, puis passant à une autre langue qui leur était particulière. A sa stupéfaction, Frodon s'aperçut en les écoutant que c'était de l'elfique ou un idiome approchant, et il les regarda avec étonnement, car il savait que ce devaient être des Dunedains, hommes de la lignée des Seigneurs de l'Ouistrenesse. - Les Deux Tours

Les rangers sont stationnés dans plusieurs bases secrètes. Leur sanctuaire le plus sacré est Henneth Annûn, la Fenêtre du Soleil Couchant, une caverne cachée par le rideau d’une cascade d’eau, et donnant sur un petit lac d’eau cristalline.

Les rangers ont joué un rôle  essentiel dans les années 245-248 du Quatrième Age, lors de l’invasion et la reprise d’Ithilien. Ayant assuré la fuite des centaines d’habitants de la région, et combattu incessamment sur le territoire occupé, ils sont aujourd’hui encore le véritable bouclier du Gondor aux yeux du peuple. Seuls quelques rangers accompagnèrent l’armée de Méphisto lors de la Grande Bataille du Nord, car c’est cette formation qui fut chargée de la protection des frontières lors de l’absence du Roi.


Les Gardes de la Citadelle:

Zoom sur le Gondor Armee_12



Devise : Les gardiens ne dorment jamais

Les Gardes de la Citadelle sont chargés de la sécurité du septième cercle de la Cité Blanche, qui comporte la Maison du Roi, la Tour Blanche et la Place de la Fontaine. Ils se divisent en trois compagnies : les Gardes de la Tour, les Gardes de la Fontaine, et les Gardes du Roi.  Ces guerriers sont recrutés parmi les meilleurs et les plus loyaux soldats du Gondor, car ils protègent la lignée d’Elendil et l’Arbre Blanc. Leur uniforme est facilement reconnaissable, et les casques sont passés de génération en génération.

Les Gardes de la porte étaient vêtus de noir et leurs heaumes avaient une forme étrange, hauts de fond avec de longs oreillons très ajustés à la figure, au-dessus desquels se voyaient les ailes blanches d'oiseaux de mer, mais les casques étincelaient d'une flamme d'argent, car ils étaient en réalité faits de mithril, héritages de la gloire de jadis. Sur les surcots noirs était brodé un arbre en fleur d'un  blanc de neige sous une couronne d'argent et des étoiles à nombreux rayons. C'était la livrée des héritiers d'Elendil, et nul ne la portait plus dans tout le Gondor que les Gardes de la Citadelle devant la Cour de la Fontaine où l'Arbre Blanc avait autrefois poussé.  - Le Retour du Roi


Les Gardes de la Citadelle maitrisent le combat à la pique à la perfection, avec bouclier et sans, mais sont aussi entrainés à l’épée par les meilleurs maitres d’armes de la cité. En cas de bataille, ils se servent des anciennes formations de combat numénoréennes : la thangail (mur de boucliers) et le dirnaith (formation en coin).

Isildur ordonna que l'on formât une thangail, un mur de boucliers sur deux rangs serrés qui, s'il était pris de flanc, pouvait s'incurver aux deux bouts jusqu'à devenir un anneau fermé. Si le terrain avait été plat, ou si la pente avait été en sa faveur, il aurait fait former un dirnaith, et il aurait chargé les Orques, confiant en la force plus grande des Dúnedain et de leurs armes, et en leur capacité de se tailler un chemin dans la masse de leurs ennemis et de les disperser en semant l'effroi parmi eux ; mais en l'occurrence, cela ne pouvait se faire.  - Contes et Légendes Inachevés


Généralement les Gardes de la Citadelle ne quittent Minas Tirith que pour escorter le roi ou un membre de sa famille, bien qu’il leur arrive d’être assigné à des missions spéciales. Ainsi, la compagnie des Gardes du Roi a assisté à la Grande Bataille du Nord et à la Bataille d’Assabia. La Garde de la Citadelle est la formation la plus prestigieuse de l’armée du Gondor, et peut-être la plus célèbre en Terre du Milieu. Cependant, la mort du Prince Aleth et l’enlèvement du Prince Chaytann ont laissé des cicatrices sur l’honneur de ces guerriers, qui sont déterminés à laver cet affront d’une façon ou d’une autre.

Non, non, dit Beregond, riant. Je ne suis pas capitaine. Je n'ai ni fonction, ni rang, ni seigneurie, n'étant que simple homme d'armes de la Troisième Compagnie de la Citadelle. Mais, Maître Peregrïn, n'être qu'homme d'armes dans la Garde de la Tour de  Gondor est considéré comme une dignité dans la Cité, et pareils hommes sont honorés dans le pays -Le Retour du Roi

L'Arbre Blanc:

Zoom sur le Gondor Arbre_11


Au début du Quatrième Age, alors que la quasi-totalité des contrées humaines étaient sous l'influence directe ou indirecte du Royaume Réunifié le besoin d'établir un réseau efficace d'agents et d'informateurs pour protéger la Couronne des complots et insurrections devint évident. Néanmoins, ce fut seulement sous le règne de Méphisto que les services secrets de l'Arbre Blanc prirent leur forme actuelle, Le rôle de l'Arbre Blanc est d'assurer la défense du Gondor contre tout ennemi invisible et danger provenant de l'extérieur ou de l'intérieur.

Il est difficile d’estimer les effectifs réels de l’Arbre Blanc. D’après les documents de l’intendance datant de l'époque de Radamanthe, le Gondor dispose d’environ deux centaines de vrais agents. Ceux-ci font partie d’une hiérarchie bien établie et historiquement quasi-indépendante de l’armée.  Seul un Général du Gondor a le droit de donner des ordres aux agents de l’Arbre Blanc, tandis que les Capitaines de l’Arbre Blanc, au nombre de six, obéissent seulement à la Tête, au Roi et à l’Intendant. Ceci cause parfois des problèmes avec les seigneurs des fiefs du Gondor, qui n'apprécient pas nécessairement le fait d'avoir des espions indépendants de leur autorité sur leur territoire. En dehors des agents à proprement parler, l’Arbre Blanc dispose aussi d’un réseau très développé de collaborateurs sur contrat, ainsi que d’agents ‘dormants’ dans le Royaume mais aussi au-delà de ses frontières. Ces derniers ont leurs propres familles, vies sociales et métiers dans l’armée ou civils, mais sont prêts à répondre à l’appel du Gondor au besoin pour héberger un agent, fournir des renseignements, ou procurer des ressources utiles. Afin de protéger l'organisation et ses membres, même les Capitaines ont accès à seulement une partie des noms et localisations des agents qui ne répondent pas directement à leurs ordres.

Lorsqu’ils ne sont pas infiltrés, les agents portent souvent des tuniques ou armures de cuir ornées d’un Arbre Blanc sur le torse. Chaque agent dispose d’un parchemin, livre ou lettre qui, bien que différents l’un de l’autre, ont tous une caractéristique commune : ils contiennent un message chiffré à l’aide d’un code dont seul l’Arbre Blanc détient le secret, et qui sert d’identifiant à ses agents. Les capitaines de l’Arbre Blanc ainsi que quelques agents exceptionnels ont le droit de porter un objet unique : une broche en forme d’arbre, sculptée dans un morceau du troisième Arbre Blanc du Gondor, celui qui avait orné le Haut de la Cité avant le retour du roi Elessar. Ces fragments de relique sacrée mettent à la disposition de leurs propriétaires toutes les ressources militaires et financières dont ils pourraient avoir besoin.

Il est important de noter que la Tête, le mystérieux vieillard #Gilgamesh qui dirigeait l'Arbre Blanc, a disparu sans laisser aucune trace. Initialement ce fut sa disciple #Neige, Capitaine de l'Arbre Blanc qui dirigeait les opérations en son absence et la disparition de la Tête était un secret jalousement gardé par les six Capitaines. Cependant, un officier de l'armée du Gondor fut récemment promu pour diriger les services secrets du Gondor. Lord #Rhydon, préférant utiliser le titre moderne de 'Directeur' plutôt que 'la Tête' répond directement au Général Cartogan ce qui fait de  l'Arbre Blanc une partie intégrante de la hiérarchie de l'armée régulière. Malgré les protestations du Capitaine Neige qui souhaitait garder l'Arbre Blanc sous les ordres directs de l'Intendance, l'Intendant Alcide d'Illicis ne s'opposa pas à la décision du Général Cartogan de prendre contrôle de cette organisation.




L'Armée des Fiefs du Gondor


Zoom sur le Gondor Armee_10


Aussi appelés Terres Extérieures, les fiefs semi-autonomes du Gondor apportent un soutien militaire au Gondor. Lors du Siège de Minas Tirith au Troisième Age, les fiefs envoyèrent trois-mille hommes pour défendre la Cité Blanche. Ce nombre était fortement limité par la necessité de défendre leurs propres terres des incursions des corsaires et haradrims. Il est estimé que les vassaux de Méphisto sont capables de lever dix-mille hommes ; l'équivalent de l'armée régulière du Gondor.

Bien que plus hétéroclites et souvent moins disciplinées, les troupes des Terres Extérieures sont redoutables. Grâce à l'obligation qu'a chaque fief d’ennoyer des hommes à l'Académie des Officiers du Gondor, un réseau de Capitaines connaissant les formations, signaux et tactiques du royaume est mis en place et permet de coordonner les mouvements des troupes.



Les Gouverneurs des Terres Extérieures: Dans les provinces particulièrement indépendantes, à l'instar de Belfalas, ou bien dans celles plus reculées à l'instar de la vallée de Morthond, le seigneur local assure les fonctions de chef des armées de toute la région, et il peut convoquer les hommes du Roi en cas de besoin, en plus des troupes qu'il dirige personnellement. Fruits de l'histoire, ou de la nécessité, ces situations particulières sont devenues la norme au sein du Gondor, et ces six illustres personnages comptent parmi les plus influents du royaume :



- Le Prince de Dol Amroth : Issu d'une lignée ancestrale, et jouissant d'une grande autonomie au sein du royaume, le Prince de Dol Amroth dirige sa propre armée personnelle, constituée notamment des célèbres Chevaliers du Cygne. Quand le besoin s'en fait sentir, il peut ordonner à toutes les troupes du Belfalas et coordonner leur action en s'imposant aux Commandants des forces royales.
Et en dernier le plus fier, Imrahil, Prince de Dol Amroth, parent du Seigneur, avec des étendards d'or portant son emblème du Navire et du Cygne d'Argent, et une compagnie de chevaliers en grand arroi, montés sur des chevaux gris, et derrière eux sept cents hommes d'armes, grands comme des seigneurs, aux yeux gris et aux cheveux bruns, chantant tandis qu'ils s'avançaient. - Le Retour du Roi

- Le Prince d'Ithilien, qui occupe également la fonction d'Emir du Harondor, jouit d'un statut exceptionnel. Du fait de la position stratégique de la région, il s'est imposé comme le chef de toutes les forces de la région, qu'il s'agisse des Rangers, des forestiers, ou des hommes envoyés par le Roi pour protéger ce passage crucial vers l'intérieur du Gondor. Cette liberté lui permet de mieux réagir aux incursions ennemies, fréquentes dans cette province très exposée.

- Le Seigneur de Calembel, qui gouverne la province du Lamedon, dirige sa population qui a toujours fourni de vaillants guerriers au Gondor. Les troupes du Roi sont peu nombreuses à patrouiller dans cette région peu menacée, et de fait aucun Général n'y réside. Le Seigneur assume donc pleinement la direction des opérations militaires quand le besoin s'en fait sentir.

Les hommes du Val de Ringlô derrière le fils de leur seigneur, Dervorin, marchant à pied: trois cents. (...) De Lamedon, quelques farouches montagnards sans capitaine.  - Le Retour du Roi

- Le Roi de Lossarnach, région particulièrement fertile du royaume, peut se prévaloir d'être le seul sujet de Gondor à détenir un titre théoriquement équivalent à celui du Roi du Gondor, même si en pratique sa soumission à la couronne est totale. Du fait du maintien d'anciennes traditions, le Roi du Lossarnach dirige les troupes sur son sol, qu'il s'agisse des hommes qu'il entretient personnellement, ou des soldats envoyés par Minas Tirith pour assurer la défense du « grenier du Gondor ».

En tête de la file marchait un grand cheval membru, sur lequel était assis un homme aux larges épaules et à la vaste panse, celui ci était vieux, et il avait la barbe grise, mais il n'en était pas moins vêtu de mailles et casqué de noir, et il portait une longue et lourde lance. Derrière lui marchait fièrement une colonne poussiéreuse d'hommes bien armés et portant de grandes haches d'armes, ils avaient le visage farouche, et ils étaient plus courts et quelque peu plus basanés que tous ceux que Pippin avait vus en Gondor. - Le Retour du Roi

-Le Seigneur de Pinnath Gelin, Gebir, dirige une région rurale et assez peu développée en comparaison des principaux pôles commerciaux du royaume. Dès lors, il n'est pas nécessaire d'y entretenir une administration militaire de première importance, et aucun Général n'a été nommé pour assurer la défense de la région, confiée au Seigneur local.

Hirluin le Beau des Collines Vertes, venu de Pinnath Gelin avec trois cents vaillants hommes vêtus de vert. - Le Retour du Roi

- Le Seigneur de la Vallée de Morthond est le seul maître des forces militaires de son fief. Quelques hommes du Roi assurent la sécurité des voies commerciales vers les autres provinces du royaume, mais en pratique les hommes de Morthond, qui comptent parmi les meilleurs archers de la Terre du Milieu, assurent eux-mêmes la défense de leurs terres. Bien rares sont les bandits à oser s'aventurer dans cette région sauvage, où les hommes sont particulièrement bien formés à la guerre.

Des hautes terres de Morthond, la grande Vallée de la Racine Noire, le grand Duinhir avec ses fils, Duilïn et Derufin, et cinq cents archers. - Le Retour du Roi


Les Provinces du Gondor  

Zoom sur le Gondor Provin10


Anfalas

L'Anfalas est une région reculée du Gondor, située le long des côtes occidentales du royaume. C'est un territoire fertile et prospère, placé sous l'autorité de la couronne. On y trouve de nombreuses familles de la petite noblesse, qui y exploitent des terres, parfois pour le compte de seigneurs plus puissants.


Anorien

L'Anorien constitue le cœur politique et économique du Gondor, marqué par la présence des deux cités les plus importantes du royaume : Minas Tirith et Osgiliath. Largement fortifiées après la Guerre de l'Anneau, les deux villes font office de rempart stratégique entre les territoires de l'Est et les Peuples Libres. Si Minas Tirith accueille la cour du Roi, ainsi que la majorité des hauts dignitaires du Gondor, le véritable pouvoir économique se trouve à Osgiliath. Cette dernière cité, avantageusement située sur l'Anduin, jonction entre les richesses du Nord – Dale et Erebor –, et du Sud – Harad et Harondor – est contrôlée par la puissante Compagnie du Sud. Ce conglomérat de marchands richissimes étend son influence sur toute la région.


Belfalas

Le Belfalas se trouve entre l'Anfalas et le Lebennin. Cette région prospère et fertile a donné son nom à la Baie de Belfalas, ce qui atteste de son importance à l'échelle locale. Bien que le Nord de la région soit relativement sûr, éloigné des zones de raid habituelles d'Umbar, les villes et villages de la côté Sud sont souvent pillées lors d'attaques éclairs. Si les habitants reconnaissent l'autorité du Gondor, et qu'ils ont toujours fourni des hommes pour les guerres du Roi Mephisto, ils comptent en général sur leurs propres moyens pour se défendre. Cet esprit indépendant se retrouve tout à fait dans le cas de la principale cité du Belfalas, Dol Amroth.


Le cas de Dol Amroth



Dol Amroth, la Cité du Cygne, a toujours été une des plus puissantes seigneuries du Gondor. Dirigée par des princes au sang elfique et numénoréen, elle envoya le plus grand contingent de toutes les provinces gondoriennes pour soutenir Minas Tirith lors de la Guerre de l’Anneau. Reconnue pour ses chevaliers, la source principale de sa puissance reste néanmoins sa flotte qui défend les côtes du Gondor contre les incursions pirates depuis des siècles. Dol Amroth rivalise avec Pelargir pour le titre du principal port du Gondor, et étant plus éloignée de la capitale, a pu garder un important degré d’autonomie. Après quelques années troublées par les soucis de succession, la Cité du Cygne s’épanouit à nouveau sous le règne du Prince Eaque. Bien que Dol Amroth n’abandonnerait jamais le Gondor en cas de guerre, l’autre nom du Belfalas, ‘Dor-en-Ernil’-la Terre du Prince, ne fait que souligner son quasi-indépendance administrative et son identité distincte.


Ethir Anduin



Le Delta de l'Anduin est une région relativement pauvre du Gondor, qui subsiste essentiellement par la pêche et quelques activités commerciales. En dépit de leur position stratégique, les habitants n'ont jamais réussi à prospérer à cause des raids pirates fréquents. Aucune cité de grande taille n'a jamais pu se développer. Pour se défendre, les hommes de l'Ethir Anduin comptent essentiellement sur les flottes de Dol Amroth et de Pelargir, qui patrouillent dans la région.


Ithilien



L'Ithilien est la longue bande de territoire qui s'étend entre le Mordor et l'Anduin. Cette zone, sous l'influence du Gondor, constitue encore aujourd'hui la première ligne de défense du royaume contre les incursions d'ennemis venus de l'Est. Sa seule cité majeure est Emyn Arnen, bâtie par le prince Faramir après la Guerre de l’Anneau. Siège des princes d’Ithilien jusqu’à la mort de Boromir II, sa population chuta fortement après cet événement tragique ; néanmoins, elle continue à jouer un rôle défensif et commercial. La région demeure sauvage et boisée. Les principaux habitants de la région sont les Rangers d'Ithilien, qui en assurent la défense depuis des siècles, ainsi que les bûcherons, chasseurs et commerçants, qui profitent des richesses de la grande forêt. Les rangers se rassemblent dans leur base secrète d'Hanneth Annûn, dont nul ennemi n'a jamais pu s'emparer. En raison de son intérêt stratégique majeur, la région est placée sous l'autorité du Prince d'Ithilien, Radamanthe, qui est également Emir du Harondor.


Lamedon



Le Lamedon se situe au pied des Montagnes Blanches, dans une région relativement riche et très peuplée. Sa principale cité est Calembel, réoccupée à l'issue de la Guerre de l'Anneau. Elle n'a pas retrouvé sa gloire d'antan, mais c'est là qu'on y trouve le Seigneur de Lamedon. La région est habitée par des hommes rudes et vaillants, qui répondent toujours à l'appel du Gondor en cas de guerre. Bien qu'habitués aux travaux des champs plutôt qu'au maniement des lames, ils sont valeureux au combat, et courageux face à la mort.


Lebennin

Le Lebennin désigne la zone qui s'étend au Sud de Minas Tirith. C'est là que l'on trouve la dernière grande ville du Sud et le principal port du royaume, Pelargir. La région est riche du commerce entretenu avec le Harad, et de sa situation stratégique sur le fleuve Anduin qui en fait un lieu d'échanges. Du fait de son importance et de son rôle dans la défense du Gondor, la ville de Pelargir est défendue par une garnison professionnelle.


Lossarnach



Lossarnach, la Vallée Fleurie, est une région généralement épargnée lors des guerres. En effet, elle est protégée par les Montagnes Blanches au nord, l’Anduin et la forteresse de Minas Tirith à l’Est, et suffisamment éloignée de la mer pour ne pas craindre les attaques des pirates. Ceci dit, les hommes de Lossarnach sont toujours prêts à défendre le Gondor contre tout envahisseur. La vallée est appréciée par la noblesse gondorienne comme lieu de chasse et de repos, mais sa fonction première est celle de grenier à blé du royaume, ses céréales, légumes, vins et bières étant transportés dans tout le pays. Le peuple de Lossarnach descend des anciens habitants des Montagnes Blanches plutôt que des Numénoréens, c’est pourquoi la contrée est dirigée par un roi, un titre existant déjà avant la création du Gondor. Ceci dit, en réalité le Roi de Lossarnach est un personnage moins influent que les Princes de Dol Amroth et d’Ithilien.


Pinnath Gelin



La région des Collines Vertes se situe à l'extrême Ouest du royaume du Gondor, en Anfalas, et ne compte aucune ville de grande importance. C'est une région rurale, et ses habitants sont essentiellement des éleveurs, agriculteurs, chasseurs ou bûcherons. Sans être pauvres, les gens y vivent dans une certaine simplicité. Les hommes qui assurent la garde de cette partie du royaume sont placés sous l'autorité du Seigneur de Pinnath Gelin, Gebir, et sont traditionnellement vêtus de vert.


Vallée du Morthond



Aussi appelée Vallée de la Racine Noire, il s’agit peut-être de la région la plus sauvage du Gondor. Aucune grande ville ne s’y trouve, ses habitants passent principalement leur vie à chasser et faire du commerce avec Dol Amroth, les deux régions étant reliées par le fleuve Morthond. Ses habitants sont belliqueux et fiers, menés par une lignée de seigneurs guerriers. Les habitants de la vallée se spécialisent dans le tir à l’arc ; même les Rangers d’Ithilien et les Archers Bardides s’inclinent devant leur maîtrise de cette arme. Le contingent envoyé à Minas Tirith par le seigneur de Morthond lors de la Guerre de l’Anneau fut second en nombres par rapport à celui de Dol Amroth. Aujourd’hui encore, les habitants de la valléeengagent volontiers dans l’armée du Gondor ou dans les compagnies mercenaires de toute sorte.


Le cas du Harondor


Le Harondor est une province du Gondor dont la population est composée en grande partie de Haradrim, ce qui fait sa spécificité et pour une part sa faiblesse. En effet, l'Emirat est dirigé par Radamanthe, qui est également Prince d'Ithilien, alors que les habitants sont majoritairement de langue et de culture suderonne. La région est en théorie un fief de Mephisto, mais en pratique elle jouit d'une grande autonomie, du fait des difficultés à y maintenir l'ordre et la cohésion. Son statut de zone tampon entre le Harad et le Sud du Gondor en fait un espace troublé et difficile à maîtriser, car soumis aux attaques des Haradrim ou des Khandéens. La présence du Gondor y est perçue tantôt comme une marque de stabilité et d'amélioration des conditions de vie, tantôt comme une forme d'invasion et d'usurpation du pouvoir.


Zoom sur le Gondor Signtest11_1

Membre des Orange Brothers aka The Good Cop
Revenir en haut Aller en bas
Learamn
Capitaine de la Garde du Roi du Rohan
Capitaine de la Garde du Roi du Rohan
Learamn

Nombre de messages : 691
Age : 21
Localisation : Albyor, Rhûn. ( et ça sent pas bon)
Rôle : Vagabond, Ex-Capitaine du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 25 ans
- -:

Zoom sur le Gondor Empty
Zoom sur le Gondor EmptyDim 24 Mai 2020 - 9:01
Zoom Gondor: La Vallée de Morthond




Géographie:



La région de Morthond se situe au nord-ouest du royaume du Gondor au pied des Montagnes Blanches. Coincée entre les versants de plusieurs hauts reliefs la vallée tient son nom du fleuve Mothond, qui signifie en langue commune "Racine Noire". Prenant sa source au pied du Dwimmorberg, le cours d’eau est alimenté par deux affluents, le Calenhir et le Riglo.

Le climat y est à la fois montagnard et océanique. Si les hivers peuvent être rigoureux , les températures sont en général assez douces le reste de l’année. La région est pluvieuse et les cours d’eau débordent souvent de leur lit, créant de fréquentes inondations. Sur Morthond souffle un vent venu de la mer qui peut balayer la vallée des jours durant. Il fait, dit on, tourner la tête et surtout, celle des moulins. Aux cols et sur les sommets, c’est en revanche le plus souvent un vent froid et sec qui rapporte des rumeurs du nord.

Il n’y  a pas de grandes villes  dans cette région sauvage et reculée. Il existe des bourgades anarchiques, des hameaux disséminés, quelques maisons solitaires ici et là que relient de petites sentes et de multiples sentiers tracés par les habitants. Seule Casthond, principale bourgade de la vallée, peut prétendre au statut de petite cité. La rue principale, pavée, dessert les principaux bâtiments importants. Ailleurs, les rues étroites ne permettent guère le passage des chariots et les maisons se serrent les unes contre les autres pour faire face à la rudesse du pays.

Les rares voyageurs et marchands s’y étant rendus plus d’une fois, ont pris l’habitude de dire que les sentiers de la vallée de la Racine Noire “disparaissent et apparaissent”; renforçant l’aura mystérieuse, secrète et inquiétante de la vallée. En réalité, aucun phénomène surnaturel n’est à l’oeuvre ici; mais les chemins sont tellement étroits et peu entretenus qu’ils peuvent disparaître au gré des intempéries. Les habitants décidant alors d’emprunter simplement une autre route.

A l’embouchure des rivières Morthond et Riglo, bien plus au Sud et à proximité de Dol Amroth, se trouvent les ruines d’un ancien port elfique: Edhellond. Bien que la grande majeure partie du complexe soit toujours à l’abandon, les locaux ont décidé d’en exploiter une partie; créant ainsi un modeste port de cabotage et leur permet une autonomie complète en matière de sel. Denrée indispensable pour la survie des hommes de Morthond.


Les terres agricoles aménagées en longues terrasses servent avant tout à remplir les ventres des habitants. Les exportations sont rares et le commerce avec l’extérieur est faible.
Plus loin, près des sommets des Montagnes Blanches se trouve le feu d’alarme de Calenhad qui fut intégralement détruit lors du Grand Tremblement du Troisième  Âge. Il fut rapidement reconstruit mais est désormais nommé par ses habitants: Amon Guruthos ( La Montagne de l’Ombre Mortelle). Ce lieu, entretenu par le Seigneur de Morthond sur décret royal, anime toujours les passions et cauchemars des habitants.

La région est torturée par des tremblements de terre. Terriblement craints, ils hantent les habitants autant, si ce n’est plus, que le terrible Chemin des Morts ou la noire pierre d’Erech.



Histoire/ Chronologie :


Zoom sur le Gondor C516ef10

Les premières traces d’une présence humaine dans la vallée de Morthond remonte à la fin du Second  Âge, vers l’an 3370. Le roi Isildur lance une  grande campagne de colonisation des terres du  royaume et charge le Seigneur Fédon de fonder une ville en bordure des Montagnes Blanches. Fédon et ceux qui le suivent décident de s’installer sur les rives du fleuve Morthond et fondent la cité de Casthond.  La maison de Fédon est de tradition militaire et martiale. La noblesse n’est pas acquise par hérédité, mais par le sang versé. Ces traditions perdurent encore aujourd’hui. L’apprentissage des arts de la guerre est fermement ancré dans la région.

La région se développe ainsi modérément dans les décennies qui suivent; de nouveaux villages s’éparpillent dans la vallée alors que Casthond voit son tour de taille s’agrandir au milieu de terres peu peuplées.

Deuxième Âge:

3380: Une partie des colons fait scission avec le pouvoir des Fédoriens et s’installe sur les versants des Montagnes Blanches. Ils deviennent les  “Hommes des Montagnes Blanches”. Leur seigneur, proclamé “roi” , jure fidélité à Isildur.

3430: Evanor fils de Fédon se joint à la Dernière Alliance. Des centaines d’épées participent à l’effort de guerre où ils se distinguent particulièrement sur le front. Les hommes de Morthond sont pour la première fois reconnus à travers tout le royaume comme des guerriers redoutables et valeureux.

Mais “Les Hommes des Montagnes Blanches” ne respectent pas leur serment et ne se joignent pas à l’effort de guerre. Isildur les maudit et ils se réfugient dans les profondeurs du massif : fondation du “Chemin des Morts”.

Passage au Troisième Âge :

1024 :  Mort de Fédon II sans héritier, la lignée directe des Fédoriens s’éteint; son cousin Almeric lui succède et fonde une nouvelle dynastie: les Almériciens qui gouverneront pendant plus d’un millénaire..

Entre 1432 et 1447 la vallée du Morthond, dirigée par le seigneur Volcin se range au côté du Roi légitime Eldacar, fournissant ainsi une  force armée au monarque.

(Début de la chute de l’espérance de vie au Gondor.)

1612 : Le seigneur Erol succède à son père Almeric IV  à l’âge de quinze ans ; il règne  pendant plus de cent trente ans. Erol marque profondément la région et est considéré comme le plus grand seigneur que la vallée ait connu. Il développe l’économie en réalisant des  liens commerciaux avec Dol Amroth par le biais de l’exportation spécialisée ( plantes médicinales poussant en altitude; poissons du Morthond).  Il sera surtout célébré voire vénéré pour sa remarquable réaction face  à l’épidémie de Peste ayant frappé le continent en 1636; dès les premiers cas avérés dans le royaume il cesse tout contact avec le monde extérieur et isole la région en ne laissant ni entrer ni sortir personne. Ainsi la vallée du Morthond ne souffrit pas ou presque de la Grande Peste.  Durant son règne il met également en place une organisation sociale et solidaire visant à renforcer les liens entre les habitants et limiter la précarité. C’est un homme charismatique et proche du Roi qui réussit enfin  à donner un peu de poids politique à sa région à l’échelle nationale.
Il meurt en héros de sa communauté en 1743 du Troisième  Âge.

2051:  Le Grand Tremblement ravage la vallée et tue près des trois quarts de sa population. Toute la lignée dynastique disparaît ; la vallée du Morthond devient un lieu de désolation. Les survivants s’exilent pour la plupart à Dol Amroth laissant leurs terres à l’abandon.

2090:  Fédoréon le Libérateur réunit un petit groupe de rescapés et de descendants du Grand Tremblement et retourne à Morthond.  Fédoréon appelle à l’intendant Eradan pour l’aider à repeupler  la vallée désertée; l’Intendant profite alors de l’occasion pour se débarrasser des indigents peuplant les bas-fonds de la Cité-Blanche.  Une première vague d’immigrants arrive alors à Morthond composés de mendiants, prostituées ou vétérans désabusés.  Fédoréon les accueillent et initient la reconstruction.

Mise en place d’un nouveau  système politique : le Seigneur sera désormais choisi  à vie par les Rescapés , les descendants des premiers habitants de la vallée qui sont revenus avec leur nouveau seigneur. Débute alors la construction du “mythe des Rescapés” qui au fil des ans, seront considérés comme des surhommes capables de résister aux catastrophes naturelles et appelés à diriger.  

 2510 : La création du royaume du Rohan , alliés du Gondor, a pour conséquence que Morthond n’est plus l’une des premières lignes du royaume en cas d’attaque du Nord.

2714 :   Rohël le Brave  est élu par les Rescapés; c’est un guerrier émérite qui mènera de nombreuses expéditions avec les soldats de Morthond pour épauler l’armée royale. Il met également en place un système méritocratique et réduit considérablement les grands privilèges des Rescapés dont l’influence devient alors principalement symbolique. Il décrète qu’un individu lambda particulièrement  méritant pourra être intégré dans le cercle très restreint des Rescapés . Grand chasseur et archer de renom il développe l’usage de cet arme à Morthond dont l’apprentissage est enseigné dès le plus jeune âge. Ce pour des raisons militaires mais également économiques, puisque Rohël fait de la chasse le commerce principal de la région.


2998 :   Duinhir le Grand devient le premier Seigneur de Morthond à ne pas être issu de la prestigieuse lignée des Rescapés. Seigneur de guerre par excellence, il mènera personnellement avec ses deux fils Duilin et Derufin , plus de cinq cent Archers sur les champs de Pelennor en l’an 3019 pour combattre les armées de Sauron avant de les chasser jusqu’à la Porte Noire.  
Dans un même temps , les  “Hommes de la Montagne Blanches “, autrement connus comme“l’armée des morts”, honorent enfin leur serment envers le roi du Gondor ; ils disparaissent et libèrent le “Chemin des Morts”.


Passage au Quatrième  Âge:


62: Le Petit Tremblement  fait plusieurs dizaines de mort et détruit de nombreux bâtiments. La résilience des habitants permet à la vie de reprendre son cours rapidement.

89: Rohël II fonde une école de tir à l’arc qui deviendra vite réputée à travers tout le royaume; les guerriers qui en sortent partent ensuite enseigner leur savoir faire dans tout le royaume.

124 :  La “révolte des  petits “ menée par Olric, mercenaire originaire de Pelargir, vise à abolir une fois pour toute la supériorité des Réscapés. Il tue le seigneur Horel et renverse le pouvoir en place avec l’aide du peuple. Il fonde  la dynastie des Olriciens. Les Rescapés en appellent à l’aide de la Couronne et du Roi Eldarion qui envoie un premier régiment repoussé par les défenseurs de Morthond.
Olric et tué et son fils Fefno meurt rapidement de maladie. Le petit-fils d’Olric, Evaq devient Seigneur de Morthond.

126: Fénoréon III , soutenu par Eldarion, attaque à nouveau Morthond et renverse enfin les Olriciens et rétablit l’autorité des Rescapés sans abolir le système méritocratique de la région.

292: Eon Ludgar est élu après la mort de son père, précédent seigneur.  Ami de Mephisto , il se voit accorder diverses aides financières pour développer la région de la part du monarque qui encourage également l’installation de nouveaux habitants à Morthond.  

294: Ludgar  mène les guerriers de Morthond contre Xaphan et le Dragon au sein de l’Armée Unifiée lors de la Grande Bataille du Nord.

300 :  Morthond accueille de nouveaux arrivants venant du Nord : des Rohirrims de l’Eastfold fuyant la guerre civile ; Eon Ludgar les accueille à bras ouverts.  Le Rude Hiver rend la vie dans la vallée particulièrement pénible mais la détermination des habitants et les aides du Roi permettent à la région de ne pas sombrer.





Situation géopolitique actuelle:


Zoom sur le Gondor Rescap10
Bannière des #Rescapés

La vallée de Morthond est gouvernée par un seigneur élu à vie par les Rescapés, groupe formé de  descendants des survivants du Grand Tremblement et de personnes ayant gravi les échelons grâce à un système méritocratique.  Les Rescapés, véritable caste dirigeante au lendemain du retour de Fédoréon le Libérateur, ne possèdent aujourd’hui que des privilèges restreints et principalement symboliques. Ils élisent le seigneur de la vallée, prélèvent les taxes et impôts sur leurs terres et briguent les postes les plus élevés (officiers notamment), mais leur ascendance presque mystique s’est considérablement dégradée depuis la « Révolte des Petits ».

Eon Ludgar est le seigneur actuel ; se présentant comme un héritier de la politique du légendaire Seigneur Erol  il a gagné le respect et la confiance des habitants à défaut de bénéficier de l’illustre aura de son prédécesseur. Son pouvoir est avant tout militaire puisque c’est lui qui dirige les armées de la vallée.  Il est aussi celui qui fixe les impôts et diverses taxes pour faire tourner les rares institutions publiques.

Sur le plan diplomatique la région de Morthond ne dispose que d’un pouvoir très réduit ; région reculée et peu productive elle a du mal à faire valoir ses intérêts d’autant qu’Eon Ludgar, s’il est un homme valeureux, est loin d’être un fin diplomate.  Cependant Morthond est un véritable fief de la Couronne, fidèle et loyale au trône ;  Minas Tirith fournit ainsi depuis des siècles de précieuses aides à la vallée et défend les intérêts de celle-ci en retour de cette loyauté sans failles.

La rivalité qui régnait entre deux groupes d’immigrés du Rohan partagés entre les partisans d’Hogorwen et ses opposants tend peu à peu disparaître sous l’impulsion d’Eon Ludgar qui a mis en place une politique de mixité et d’apaisement qui porte ses fruits.

Un véritable lien unit également les gens de Morthond à la cité princière de Dol Amroth, lieu de refuge des Rescapés suite au Grand Tremblement. Dol Amroth n’est pas seulement le principal partenaire commercial de Morthond mais est aussi perçu comme un “protecteur” dont l’art et l’architecture inspirèrent grandement les générations qui revinrent s’installer dans la vallée après l’exil. Cependant, malgré ces ressemblances et cette relation privilégiée, les hommes de Morthond n’ont que bien peu de choses en commun avec ceux de Dol Amroth: le côté sauvage et plus sombre de la vallée de la Racine Noire ayant eu une influence forte sur ses habitants.  La présence de Mafielas , ambassadeur des Princes de Dol Amroth, fut un temps interprétée comme une tentative d’influencer les habitants de la vallée pour soutenir les intérêts  de la cité de la baie.  Mais Ludgar et les siens sont avant tout fidèles à Mephisto et au royaume du Gondor, une loyauté qui dépasse le lien fraternel qui les unit à Dol Amroth.






Economie:



Zoom sur le Gondor Mounta10

Le Pont du Roy

La vallée de Morthond fonctionne de façon quasiment autarcique. Ce qui est produit sur place est consommé sur place. Chaque grand hameau possède son propre moulin à vent, ce qui permet aux paysans de renforcer leur autonomie. Le troc prédomine sur toute autre forme d’échanges. La plupart des habitants vit chichement, mais ne manque de rien. L’indigence est tenue à l’écart grâce à l’entraide. Les descendants des Rescapés et les vieilles familles installées de longue date ne sont pas beaucoup plus fortunées que les paysans libres, leur supériorité demeurant politique ou culturelle. Le Seigneur lui-même ne peut se targuer d’un trésor personnel mirobolant, sa demeure au coeur de Casthond n’est pas différente de celles qui l’entourent : une simple bâtisse  faite de briques cimentées à laquelle sont adjointes des annexes en bois.

Les seuls échanges commerciaux significatifs se font avec Dol Amroth. Les hommes de Morthond y exportent des plantes médicinales poussant sur les hauteurs des Montagnes Blanches, de la venaison fumée de chamois et de bouquetin, des peaux et des fourrures d’hermines ou de loir, des poissons des hauts lacs ainsi que des arcs et des flèches fabriqués par les meilleurs artisans de la vallée. Les marchandises circulent par la voie fluviale sur de petites canots le plus souvent conduites en ramant.

La vallée est auto-suffisante mais perçoit tout de même de généreuses subventions de la part du Haut-Roy qui aide ainsi la région à développer son réseau routier encore embryonnaire ou ses infrastructures les plus importantes comme l’école de tir à l’arc.

La générosité du Haut Roy est incarné par la construction d’un pont en marbre blanc dans le pur style de Minas Tirith, qui tranche avec l’architecture sombre et moins grandiloquent de la région. Ce pont se situe au Sud de la Vallée et enjambe une crevasse profonde, faisant gagner ainsi de précieux jours aux voyageurs venant du Sud. Cependants les fonds utilisés pour cet édifice sont à l’origine de vives polémiques, puisque initialement ils auraient dû être utilisés afin de renforcer les fondations des bâtiments situés au Nord de la région, lieu le plus exposé aux vents et tremblements.

A l’échelle du royaume, la région de Morthond est parfois considérée comme une outre percée, inutile au développement du Gondor. Plusieurs voix s’élèvent pour réclamer la suppression des aides royales pour cette région si peu productive. Dans les faits les subventions ne représentent qu’un infime pourcentage du budget de la Couronne  et Morthond ne gêne pas le développement gondorien à défaut d’y participer pleinement.




Traditions/Mode de vie:


Zoom sur le Gondor 77b57610



Hétéroclite, la population de Morthond résulte du brassage des Rescapés, des descendants des indésirables de Minas Tirith et des récents immigrés Rohirrims. Face à la rudesse du pays, ces différences s’estompent néanmoins. Nus pieds ou bottés de cuir huilé, les hommes sont soumis au même danger à l’ombre des Cornes Blanches.

Obligés de survivre en chassant, les gens de Morthond ont développé de prodigieuses capacités au tir à l’arc. La vallée est un véritable terreau d’archers compétents et efficaces. Au Gondor, dans l’imaginaire collectif , le nom de Morthond est avant tout associé à ses archers d’excellence. L’école de tir à l’arc basée à Casthond forme des instructeurs réputés dans tout l’ouest des Terres du Milieu.

Les conditions difficiles ont taillé les hommes à la mesure des montagnes : ils sont durs, froids et sont de solides combattants. Fédon était lui-même issu d’une famille de soldats et la plupart des premiers colons étaient des guerriers accomplis venus avec leur famille ; depuis cette tradition martiale s’est perpétuée à travers les générations. Tout homme est formé à se battre dès son adolescence et même les femmes apprennent les bases du tir à l’arc ou de l’escrime.  Faire la guerre n’est pas une profession mais un devoir citoyen; il n’y ainsi pas d’armée régulière ni même de gardes , chaque homme doit en plus de son activité professionnelle donner de son temps comme sentinelle en temps de paix ou soldat du Roi en temps de guerre.

Les affrontements ont été érigés en art et il n’est pas rare de voir les hommes se battre même pendant les travaux des champs. Les combats répondent à des règles strictes et permettent de mettre un terme à bien des conflits avant qu’ils ne prennent des proportions ingérables. Lors des foires et marchés aux bêtes organisés à Casthond, hommes et femmes s’affrontent à la lutte ou lors de jeux de force : tir à la corde, lancer de tronc, concours de vitesse d’abattage d’arbre, jeter de pierre, etc.

La symbolique de l’arc est également centrale chez les gens de Morthond. Erigé en véritable art de vivre, le tir à l’arc est utilisé aussi bien pour la guerre, que pour la chasse ( dont provient la majeure partie de la viande, les élevages étant peu nombreux) ainsi que dans l’art. Les arc de Morthond son fabriqués à partir de la résine de “la racine noir” qui lui donne un aspect sombre et inquiétant mais aussi une solidité à toute épreuve. Ces arcs sont considérés comme faisant partie des meilleurs du continent et il n’est pas rare de voir des Rangers ou d’autres corps d’élites en faire usage. Les légendes disent que seuls les elfes seraient capable d’en fabriquer de plus efficaces et résistants.

Le mérite est une notion fondamentale à Morthond où on se plaît à dire que “Rien ne se reçoit , tout se gagne”.  Si les Rescapés bénéficient encore d’un certain statut c’est parce qu’ils descendent des hommes les plus robustes qui ont survécu au Grand Tremblement. Chacun peut être apprécié à sa juste valeur , peu importe son origine et son milieu social ; seul le talent prévaut. Les femmes ne sont pas contraintes de rester au foyer et jouent un grand rôle dans le quotidien des familles. Les postes militaires et politiques leur sont peu accessibles, mais rien ne les empêche d’intégrer une compagnie de chasseurs, d’artisans ou de pêcheurs.

Comme dans le reste du Gondor, les gens de Morthond ne pratiquent pas de  religion définie cependant ils entretiennent un rapport particulier à la spiritualité, la transcendance et la métaphysique.   La notion de “Destinée” y est très importante et explique leur admiration pour ceux qui sortent du lot grâce à leurs actes car leur “Destinée” est alors considéré comme supérieure à la normale. Différentes pratiques dont le sens s’est perdu au fil des siècles ont également cours dans la vallée comme la présence de divers amulettes dans chaque maison censé éloigner les “Malins”. Il s’agit le plus souvent d’anciennes reliques familiales ayant appartenu à un aïeul mais il peut aussi s’agir d’une objet beaucoup plus banal du quotidien comme une assiette de porcelaine. Il faut dire que sur le plan mystique c’est surtout la superstition qui habite les gens de Morthond ; la proximité avec les hauts sommets inexplorés et surtout celle du Chemin des Morts les a poussé à développer l’utilisation d’objets de protection.

La Pierre d’Erech, symbole rappelant la mémoire des défunts parjures ayant trahi Isildur, inspire une crainte irrationnelle y compris chez les arrivants les plus récents qui ont eu vent des histoires et rumeurs horribles qui circulent à propos de ce lieu dans la région. Les croyances et les craintes des habitants s’expriment au quotidien par divers formules et habitudes censés écarter la mauvaise “Destinées”. Des dictons soulignant le caractère mystique de cet endroit sont également fréquemment employés:  par exemple “Quand le Vent du Nord descend des sommets, ce sont les Morts qui moulent le blé” fait référence aux vents violents qui soufflent depuis les sommets, emmenant dans leur sillage leur lot de malédictions. Mais si les hommes de Morthond sont superstitieux , ils ne sont pas pour autant des couards et la “ Purification” est là pour en témoigner :la nuit du solstice d’été les meilleurs archers et chasseurs de la vallée s’aventurent dans le Chemin des Morts pour y déloger les groupes de brigands et de malfrats qui y traînent depuis que “l’Armée des Morts” en est partie.

Ce rapport à la métaphysique se retrouve en vérité principalement dans leur relation avec leurs morts. Le respect du défunt est presque sacré à Morthond. Ni spéculation sur une potentielle vie après la mort même si tous l’espère en secret , ni prières spécifiques invoquant tel ou tel Valar dont les habitants de Morthond ignorent de toute manière les noms. Seul des rites funéraires visent à rendre un dernier hommage à celui qui est parti et à s’assurer qu’il soit en paix. Les veillées funèbres qui précèdent “la Purification “ représentent l'événement le plus important pour les gens de la vallée qui se rendent trois nuits consécutives sur les tombes de leurs ancêtres pour y veiller jusqu’au matin.

La simplicité des cercueils et des habits mortuaires peut surprendre au vu de l’importance du cérémonial. Certains interprètent comme un symbole fort montrant que le défunt doit retrouver la terre dans une forme de pureté et que tout autre artifice l’éloignerait d’un repos paisible et éternel. En vérité, l’origine de cette coutume est bien moins poétique ; jusqu’à la moitié du Troisième  ge, les corps étaient parés de pierreries et d’or, embaumés dans de riches tissus et reposaient dans des tombeaux luxueux. Le respect du mort se manifestait par l’exubérance des richesses qu’on lui dédiait. Cette coutume avait pris des proportions telles que certaines familles étaient prêtes à s’endetter pour faire un cercueil plus princier que celle de ses voisins. Cette pratique créa même des rivalités qui divisèrent les villages de la région. Voyant cela le seigneur Erol , alors au pouvoir, prit une mesure pour le moins radicale : il demanda qu’à sa mort on ne l’habille que d’un simple linceul immaculé et qu’on le place dans un  simple coffre de bois avant de le faire défiler dans toute la vallée aux yeux du peuple avant l’inhumation. Il s’éteignit en 1973 et l’ont respecta sa volonté. Le peuple qui avait érigé Erol comme véritable légende vivante à Morthond, changea ses pratiques funéraires en apprenant les conditions d’enterrement de leur bien aimé seigneur.

Les habitants de Morthond sont des gens simples sachant se contenter de peu et formant une communauté soudée prête à se serrer les coudes pour faire face aux dangers qui les guettent en permanence.  Pourtant à l’extérieur de la vallée ils ont assez mauvaise presse ; si on reconnaît volontiers leur talent d’archer les gondoriens les voient surtout comme une peuplade sauvage , peu civilisée et quelque peu inquiétante. En effet la position isolée de la vallée a fait de ses habitants une communauté refermée sur elle-même et ayant développé une certaine culture du secret. Rares sont les étrangers pouvant prétendre connaître avec précision les us et coutumes de gens de la Racine Noire.

Le statut socialement supérieur de la communauté des Rescapés reste finalement assez limités, en particulier depuis la révolte des Petits. Ils disposent toujours d’un pouvoir politique conséquent et vivent le plus souvent un petit plus aisément que le reste des habitants sans qu’il n’y ait de vrai différence notable. Voyant leurs privilèges fondre comme neige, certains Rescapés s’inquiètent de voir leur lignée simplement disparaître. Ainsi, si l’accession au rang de Rescapé est accessible à tous en théorie; elle reste rare en pratique; les Rescapés veillant à ne pas dévoyer leur statut de la sorte. Cette rivalité avec ceux qu’ils appellent les “Petits” de manière plus ou moins méprisante n’a rien de handicapante au bon fonctionnement de la région. Les tensions entre les deux groupes se limitent généralement à quelques remarques et piques verbales ainsi qu’à une forme de compétition saine durant la Purification où chaque parti va soutenir son champion. Cela ne va pas au-delà: Rescapés et “Petits” travaillent ensemble, servent les mêmes intérêts et les mariages entre eux sont devenus très courants.

L’influence du séjour des Rescapés à Dol Amroth sur l’architecture et certaines coutumes locales est encore bien présente. Ainsi on retrouve des figures de proue savamment sculptés au bout des terrasses agricoles, ou encore sur les arcs sombres des plus privilégiés; rappelant ainsi le caractère maritime de la cité princière.  Les Rescapés ont également adopté un étendard représentant un arc couché surmonté d’un Cygne noir sur un fond blanc; faisant ainsi un parallèle au Cygne immaculé de Dol Amroth en soulignant l’héritage mais aussi une certaine opposition à une influence qui pourrait être trop grande.

Peu d’habitants savent lire ou écrire, l’éducation dans ce domaine étant l’un des derniers privilèges des “Rescapés”.  La plupart maîtrisent en revanche les chiffres et les bases du calcul mental.  La culture est avant tout orale; les conteurs sont très prisés dans la région et leurs histoires, le plus souvent frissonnantes, rencontrent toujours le succès.

Ce n’est pas à Morthond que vous dégusterez des mets raffinés et cuisinés, y compris au sein de la résidence du Seigneur Ludgar.  Dans la région, la nourriture sert avant tout à survivre et à donner assez de force pour braver les éléments. Un élément qui colle à la philosophie locale, qui est focalisée avant tout sur la survie et l’idée d’aller toujours à l’essentiel.




Organisation militaire:


Zoom sur le Gondor Mortho11
Archer de #Morthond


A Morthond il n’y a ni armée régulière ni soldat de métier si l’on omet les quelques officiers supérieurs. Chaque homme adulte doit consacrer une partie de son temps pour la défense de la vallée et garder ses frontières ; les hommes se relaient ainsi comme gardes dans la région.
Le Seigneur de Morthond est aussi le Général des Armées , c’est lui qui prend toutes les décisions et peut le faire de manière unilatérale malgré la présence d’un état major au pouvoir consultatif et exécutif.  Ainsi trois capitaines d’expériences conseilles le Seigneur sur les questions militaires et supervisent les opérations.

Il est ainsi difficile d’estimer la force militaire de Morthond; d’un côté un très petit nombre de soldats officient en permanence mais de l’autre tous les hommes sont formés au combat et peuvent servir l’armée.

En temps de guerre et de mobilisation générale pour le Roi , le Seigneur de Morthond est en mesure de lever très rapidement une armée compétente de près de 500 hommes , principalement composée d’archers.  Sur le champ de bataille les archers sont vêtus de manière assez légère : un plastron en cuir, un petit casque  et des renforts au niveau des épaules pour seules protections ;pas de lourde cuirasse ou de heaume imposant pouvant gêner la visée.  Ils tirent avec un arc basique mais robuste de fabrication locale et peuvent également dégainer l’épée ou sortir le javelot en cas de combat plus rapproché.

A Casthond se trouve une école de tir à l’arc par où passe tout homme devenant adulte et même quelques femmes désireuses d’apprendre cet art. Certains y restent plusieurs années pour devenir maître archer et enseigner ainsi leur savoir à travers tout le Gondor où les formateurs issus de cet établissement sont très prisés par l’armée.





Personnages importants:





Eon Ludgar


Zoom sur le Gondor Ludgar10
#Eon #Ludgar



Eon Ludgar est Seigneur de la Vallée du Morthond depuis de nombreuses années, après avoir succédé à son père. Très jeune, il a combattu aux côtés du Roi Mephisto, qu'il connaît personnellement et dont il a l'oreille. Les deux hommes ont forgé dans l'enfer des combats une solide relation que seuls leurs rangs respectifs empêchent de devenir une véritable complicité. La distance et les affaires politiques n'ont pas empêché le Seigneur Ludgar de garder un œil sur le devenir de son Roi, pour qui il sacrifierait absolument tout. Davantage qu'au titre ou à la fonction, Eon est attaché à la personne du souverain, et il a été particulièrement affecté en apprenant le sort tragique du Prince. Du fait de son statut quelque peu privilégié, Eon ne se prive pas de dispenser ses conseils sans retenue, et d'exhorter le Roi à agir selon les convictions qui sont les siennes.

Il n'est pas un fin politicien, toutefois, et ressemble davantage à un chef de guerre. Ses recommandations sont souvent directes et brutales, et il ne s'embarrasse que rarement de diplomatie et de considérations de politique extérieure. Il est parfois considéré comme un peu sauvage par ses pairs, mais il ne semble pas y prêter attention. Il a à cœur de veiller au bien être de son peuple, et il éduque ses trois fils avec cet idéal.


Mafielas:

Zoom sur le Gondor Mafiel11
#Mafielas

Mafielas est l’ambassadeur de Dol Amroth auprès du Seigneur de Morthond. Fin politicien et calculateur ce magistrat aux méthodes machiavéliques a connu une période de gloire dans sa cité natale puis à Minas Tirith mais sa tendance à tremper dans des affaires  mystérieuses  et son opportunisme maladif l’ont fait tomber en disgrâce et cette mission à Morthond s’apparente plus un exil forcé par le pouvoir en place à Dol Amroth qu’à une véritable chance de carrière.
Souvent méprisant à l’égard d’Eon Ludgar qu’il voit comme un politicien catastrophique et des habitants de Morthond en général qu’ils considèrent comme des barbares il passe le plus clair de son temps  à lire et écrire dans son domaine tout en critiquant de temps à autre les choix du Seigneur. Il attend pour l’instant son heure et son retour au pays.




Formric:

Zoom sur le Gondor Formri10
#Formric



Formric est le maître archer qui dirige l’école de tir à l’arc de Casthond. Cet ancien chasseur, descendant d’immigrés fauchés venus recommencer leur vie , a maintes fois démontré sa bravoure que ce soit durant des parties de chasse dans la vallée ou des missions pour le compte de l’armé du Roi dans laquelle il s’est porté volontaire pendant quelque temps. Archer de renom , son excellence et son intransigeance comme formateur sont connus jusqu’à la Cité Blanche qui tente de le faire venir définitivement pour qu’il y enseigne son savoir mais lui ne quitterait pour rien au monde sa vallée natale.
Formric est également l’incarnation vivante du système méritocratique qui prévaut dans la région. Descendant d’esclaves Suderons  affranchis envoyés par Minas Tirith pour repeupler la vallée lors du retour de Fédoréon et des Rescapés; il a , grâce à ses compétences et sa bravoure, su se hisser parmi les plus hautes sphères de la communauté. Certaines rumeurs courent même sur le fait que le Seigneur Ludgar pousserait le Conseil à lui donner le statut de Rescapé.
Il est également l’un des trois capitaine Supérieurs chargés de commander les gardes et les troupes en cas de mobilisation ; nul doute qu’il saura aisément se faire écouter au vu du respect voire de l’admiration qu’il inspire autour de lui.



Valonias :


Cet architecte de Dol Amroth est actuellement en mission à Morthond où il aide les habitants de la vallée à renforcer leurs bâtiments de manière à ce qu’ils se montrent plus résistants face aux séismes qui secouent régulièrement la région. Homme apprécié pour sa générosité, sa pédagogie mais surtout pour son talent ;Valonias dispose d’une réel aura à Morthond où on sait reconnaître et apprécier les talents d’un homme.


Dame Aofel :
Zoom sur le Gondor Aofel10
#Aofel

Veuve d’un des lieutenants d’Hogorwen tué durant la guerre civile qui déchira le Rohan , Dame Aofel est une femme de caractère qui mena un groupe de réfugié  vers Morthond, affiliés au Roi Hogorwen après la défaite de celui-ci.  Elle fit preuve d’un grand courage et d’une détermination sans failles pour traverser les montagnes avec ses suiveurs avant d’être chaleureusement accueilli par le Seigneur Ludgar. Si elle ne détient aucun pouvoir officiel à Morthond son influence sur les immigrés rohirrim est encore très importante et sa voix compte.
Même les gens de Morthond la respectent pour ce qu’elle a fait , sans se soucier de son origine étrangère. Certaines rumeurs indiquent qu’elle entretiendrait une relation avec le seigneur Ludgar et elles ne sont pas totalement infondées.


Zoom sur le Gondor Learam12
Revenir en haut Aller en bas
Learamn
Capitaine de la Garde du Roi du Rohan
Capitaine de la Garde du Roi du Rohan
Learamn

Nombre de messages : 691
Age : 21
Localisation : Albyor, Rhûn. ( et ça sent pas bon)
Rôle : Vagabond, Ex-Capitaine du Rohan

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain
- -: 25 ans
- -:

Zoom sur le Gondor Empty
Zoom sur le Gondor EmptyVen 4 Sep 2020 - 13:16
Zoom sur Lossarnach



Situation géographique :




Zoom sur le Gondor Lossar10

Carte tirée de MERP:Southern Gondor- The Land; modifié pour le forum Bienvenue à Minas Tirith



La région de Lossarnach abrite une vallée boisée et fertile située sur le versant sud des Montagnes Blanches , au sud-ouest de Minas Tirith . L’Anduin coule à l’est de la contrée dans laquelle on retrouve aussi l’un de ses affluents: l’Erui.


Arnach:

Zoom sur le Gondor Arnach10

Arnach est la cité principale de la région , cette ville est souvent appelé Lossarnach par abus de langage. C’est à Arnach que le pouvoir et les principales activités commerciales sont concentrés. Il s'agit d'une ville plutôt calme et agréable où il y fait bon vivre. On y trouve un centre historique où résident les populations bourgeoises tandis qu’en périphérie la ville s’étend de manière beaucoup plus aléatoire; ainsi on peut retrouver aux abords de la ville, divers regroupements d’habitations qui forment des sortes de petits hameaux. La cité est entourée d’une grande surface agricole, les champs s’y étendent à perte de vue, et chaque jour des centaines d'habitants quittent la ville pour  s’y rendre et cultiver la terre.

Au centre de la cité s’élève le palais royal de Lossarnach et les résidences luxueuses de sa cour , de grandes bâtisses dont l’imposante architecture contraste avec les édifice plus modestes et discrets de la ville.



Harlond:

Zoom sur le Gondor Harlon10

Harlond est le principale port fluvial de la région , situé sur la rive ouest de l’Anduin. Ce lieu fut un important lieu d’échange pendant de longues années. Les eaux y sont sûres, les pirates  n’osant pas s’aventurer aussi loin dans le territoire du Gondor. Cependant depuis quelque temps l’endroit tombe quelque peu en désuétude; souffrant de la concurrence avec Pelargir , le port d’Harlond a peu à peu vu son influence et sa population décroître. De plus  la région de Lossarnach a tourné son économie vers l’agriculture dont la production est surtout envoyée vers les autres cités Gondoriennes par voie terrestre. Les nouvelles routes maritimes les plus empruntées ne passent plus par ce port autrefois fameux.  Aujourd’hui Harlond n’est plus qu’un port mineur où seuls quelques bateaux de pêches viennent y décharger leurs marchandises.


Imloth Melui:



Zoom sur le Gondor Imloth11

Imloth Melui est l’autre grande ville de la région ; elle se situe au nord du Lossarnach , dans une vallée adjacente au versant des Montagnes Blanches. C’est un lieu tranquille et  fleuri , au climat doux et agréable et au cadre extraordinaire ; l’endroit est susceptible de séduire les riches gondoriens désireux de se retrancher dans une ville calme et plaisante loin de l’agitation des grandes cités. Cependant son influence et sa puissance reste très limitée ; le commerce et la politique y sont quasiment absents tandis que les forces militaires présentes sur place sont insignifiantes. Lieu de repos de plus en plus prisé par la noblesse de Minas Tirith, Imloth Melui a spécialisé son économie dans les produits de luxe comme ses fameuse tulipes et onguents locaux.


Delta de l'Erui
:


Zoom sur le Gondor Deltae10

Au niveau du delta de l’Erui , juste avant que celui-ci ne se jette dans l’Anduin , on retrouve aussi un lieu de passage pour les voyageurs empruntant la route reliant Minas Tirith à Pelargir. Ils peuvent s’y arrêter et s’y reposer dans les établissements prévus à cet effet. Mis à part les employés , personne n’habite réellement là-bas et la population hétéroclite qui anime chaque soir ce lieu est principalement composée d’aventuriers et autres itinérants. C’est en fréquentant ce lieu que vous pourrez écoutez les histoires rocambolesques des différents clients ou encore effectuer quelques affaires juteuses de manière plus ou moins légale.

Au nord du Lossarnach on peut aussi retrouver un pan du Rammas Echor , ce grand mur séparant Minas Tirith et ses environs du reste du royaume . Cependant avec les années et les diverses incursions guerres qu'a connu le Gondor , de grandes parcelles de cet édifice sont à présent en ruines et nul n’a jugé bon ou utile d’entamer de coûteux travaux de rénovation.




Histoire:



Lossarnach fut très tôt incorporé au territoire du Gondor. Toutefois dans un premier temps, un certain statut autonome notamment par le biais de la présence d’un Roi local. Toutefois , au fil du temps , la puissance de ce monarque s’est peu à peu étiolée au profit du Haut-Roy et du pouvoir de Minas Tirith.

La région est sûrement l’une ayant le moins souffert des conflits successifs ayant éclaté au Gondor. Jamais un envahisseur n’attaqua cette contrée, la délaissant au profit d’autres cibles sûrement plus emblématiques et ce malgré la position géographique, ô combien stratégique, de Lossarnach.
Durant la Guerre de l’Anneau , le seigneur de Lossarnach , Forlong le Gros porta secours aux forces de Minas Tirith avec deux cents hommes à la bataille des Champs du Pelennor. Forlong y trouvera la mort mais le reste de son armée suivit le néo-souverain Elessar jusqu’à la Porte Noire.

Au Quatrième Âge , Lossarnach continua à afficher son soutien envers la capitale du royaume en envoyant régulièrement des troupes en soutien lors des différentes campagnes; bien que ce soutien restait souvent assez anecdotique au vu des moyens militaires de Lossarnach. La région ne connut aucun incident majeur durant cette période faste qui vit la cité prospérer sans pour autant chercher  s’affirmer  de manière outrancière sur le plan géopolitique ou diplomatique.

En l'an 278 du Quatrième Âge, Asthrabal le Bourgeois vint s’établir à Arnach où il monta un commerce de rares et recherchés artefacts qui ne tardèrent pas à attirer des clients venant de tous horizons ce qui contribua à renforcer l’éclat de la cité. La réputation de sa fastueuse boutique, les fameuses Caves d'Or, s'étend bien au-délà des frontières du royaume.

En l'an 300, ce furent les Âmes Perdues qui s’installèrent dans la vallée de Lossarnach . La présence de ce groupe de mercenaires  dirigé par le sombre Bras de Fer est pour l’instant plus ou moins tolérée par des autorités complaisantes voulant éviter tout conflit ouvert.




Situation géopolitique actuelle:


Lossarnach est officiellement dirigé par un monarque et ce titre , hérité d’une longue tradition locale , lui confère un statut théoriquement égal à celui du Haut-Roi Mephisto du Gondor. Mais en réalité Artheyrn l’Affable , l’actuel souverain , ne dispose que d’un pouvoir très limité et d’une influence restreinte. Il est totalement soumis au pouvoir central de Minas Tirith et son statut se rapproche plus de celui d’un vassal que celui d’un dirigeant autonome comme cela pourrait être le cas pour les Princes de Dol Amroth.

De plus la domination du Roi de Lossarnach n’est plus aussi incontestable que par le passé et ce à cause de divers facteurs.

Le Conseil de Lossarnach, composé de représentants élus par les différentes familles bourgeoises du centre d’Arnach, s’oppose de plus en plus régulièrement aux décisions d’Artheyrn. Si cette assemblée ne dispose pas de grands pouvoirs officiels , leur influence dans la cité n’est pas négligeable, particulier sur les questions commerciales. Leurs prises de positions traduisent les volontés des classes les plus aisées, et donc les plus puissantes, de la région . Le Roi de Lossarnach doit donc veiller à ne pas s’opposer systématiquement aux directives du Conseil.

Si la présence d’Asthrabal le Bourgeois a permis à la région d’améliorer sa visibilité elle n’est pas forcément au goût du Roi de Lossarnach. En effet le marchand à l’entreprise fructueuse devient de plus en plus influent et dispose même de son propre corps armé. De plus il n’hésite plus à se montrer défiant envers le Roi et des rumeurs affirment que les deux hommes se seraient vivement disputés à plusieurs reprises,  en public leur relation restent tout à fait amicales.

L’installation des Âmes Perdues dans la région, dans "La Grange" à quelques lieues seulement d’Arnach, n’arrange pas vraiment les affaires du roi qui n’a pourtant pas les moyens de les arrêter. La présence d’un groupe armé ne répondant qu’à ses propres lois et ne se considérant pas soumise à l’autorité monarchique ne plaît guère à Artheyrn . En réalité le monarque paie certainement son laxisme ; si des groupes comme celui du Bras de Fer ont choisi Lossarnach pour y établir leur quartier général c’était aussi car ils savaient que personne ne les en empêcheraient.

Artheyrn l’Affable doit aussi garder à l’esprit que la prospérité et la richesse de la région ne tient qu’à un élément: son agriculture florissante.  Si Lossarnach, grenier du Gondor,  vend son blé dans tout le royaume et même au-delà c’est parceque la Compagnie du Sud, en charge de sa livraison,  l’exporte à prix très avantageux . Le souverain doit donc veiller à ne pas entrer trop souvent en désaccord avec les Grands Marchands qui pourraient se tourner vers d’autres fournisseurs.





Economie :


Zoom sur le Gondor Lossar10
 

Sur le plan économique la région de Lossarnach connaît une période faste grâce à sa force agricole, elle est connue comme étant « le Grenier du Gondor ». En effet la majeure partie du blé et des autres céréales consommées  dans le royaume de Mephisto proviennent des hectares de champs cultivés à Lossarnach .

La ville a cependant connu une période très compliqué durant le Rude Hiver où la production à sensiblement chuté à cause du gel qui n’a pas épargné la région et à part quelques habiles hommes d’affaires la population s’est globalement appauvrie. Mais avec le retour des beaux jours, l’agriculture a pu repartir de plus belle et l’économie de la région également. Il faut dire que l’écrasante majorité des revenus provient de ce domaine de travail et la majorité des travailleurs sont aux champs ; les artisans et autres commerçants sont assez rares et sont concentrés dans les deux grandes villes de la région. L’atout économique de Lossarnach peut se transformer en faiblesse : en misant tout sur sa production agricole Lossarnach prend le risque d’accuser sérieusement le coup en cas de disette.

Mais les terres si fertiles de la région permettent aux Lossarnachois de cultiver d'autres plantes que les céréales. Ainsi au nord de la région, près d'Imloth Melui , on peut trouver de grands champs de fleurs en tout genres et aux couleurs diverses . Ces fleurs sont très prisées et représentent de vrais produits de luxe à travers le royaume ; les populations bourgeoises de Minas Tirith et d'Osgiliath n'hésitent pas à dépenser des fortunes pour garnir leur demeures de bouquets provenant de la vallée fleurie.

De plus Lossarnach peut aussi être considéré comme la pharmacopée du Gondor , c'est là-bas que l'on y fait pousser la majeure partie des plantes médicinales que l'on retrouvent dans les besaces des guérisseurs et les hôpitaux. A travers toute la région on peut donc retrouver des cultures d'athelas , de plantes des rois , de molène etc.
 



Traditions/Mode de vie :





Malgré l’urbanisation et l’adoption d’un mode de vie bourgeois calqué sur celui des riches de Minas Tirith d’un noyau d’habitants très aisés du centre d’Arnach , le modèle de vie le plus courant à Lossarnach reste sensiblement rural. La majeure partie des hommes partent travailler aux champs durant la journée tandis que les femmes restent au foyer pour s’occuper des tâches ménagères. Les enfants les plus chanceux vont à l’école d’Arnach  tandis que les autres se contentent de l’éducation de leur mère.

Cependant le peuple de Lossarnach possède une culture très riche mêlant traditions gondoriennes et coutumes ancestrales  héritées des anciens habitants des Montagnes Blanches dont les Lossarnachois descendent en partie. Parmi elle on peut retrouver certaines traditions culinaires mais aussi culturelles avec notamment l’organisation d’une grande cérémonie au sommet du massif le plus proche lorsque les premières neiges apparaissent ; plusieurs chasseurs sont envoyés pour chasser  le bouquetin avant de manger le gibier la nuit tombée lors d’une grande fête.  Les origines et les raisons de cette tradition sont aujourd’hui très floues et la plupart des habitants les ignorent , toutefois les historiens s’accordent à dire que ce serait une pratique ancienne venant des premiers habitants des Montagnes Blanches qui manifestaient ainsi aux esprits leur demande pour un hiver clément.

La « Fête des Moissons » qui intervient en plein milieu de l’été célèbre la période de l’année la plus joyeuse pour les Lossarnachois , les festivités sont nocturnes et durent pendant une semaine. Le jour , les paysans travaillent aux champs où ils récoltent le fruit de leur dur labeur puis le soir ils reviennent à la ville où des ménestrels et de banquets les attendent.


Personnages importants :






Artheyrn l’Affable :


Zoom sur le Gondor Arthey10
Artheyrn est le roi de Lossarnach. C’est un monarque qui se veut droit , honnête et loyal au pouvoir de Minas Tirith et au Roi Mephisto. Il n’a pas une mauvaise réputation auprès du peuple qui voit en lui souverain affable, à l’écoute des demandes de sa population et désireux de faire prospérer son territoire. Cependant son autorité devient de plus en plus faible et son influence reste très limitée sur la région. Le pouvoir dont il dispose ne lui permet pas de s’opposer efficacement à l’ambition d’Asthrabal ou à l’installation des Âmes Perdues.

De plus , au sein même de son armée son autorité reste faible. Les hommes de troupe ne voient pas en ce souverain sédentaire et en surpoids un meneur charismatique qui pourraient galvaniser les rangs. Les soldats lui préfèrent leur commandant en chef  : Jurm Nofthurn. Il continue cependant de s'appuyer sur sa garde personnelle qui lui est toute dévouée.



Jurm Nofthrurm :


Zoom sur le Gondor Jurm10

Le commandant en chef des forces armées de Lossarnach est assurément un officier aux compétences exceptionnelles. Oirginare d'Osgiliath, il s'est illustré durant de nombreux affrontements et progressivement gravi les échelons de la hiérarchie militaire avant d'être envoyé à Lossarnach par le général Cartogan pour y assurer la fonction de commandant chef suite au décès du précédent officier à ce poste , emporté par un virus.

Excellent orateur et fin bretteur il n’a aucun mal à faire valoir son autorité au sein de la troupe. C’est cependant un homme opportuniste et matérialiste  qui ne soucie pas vraiment des problématiques idéologiques. Son poste lui apporte un train de vie confortable qui lui sied à merveille.  Le commandant est un homme interessé qui peut accepter quelques pots-de-vins conséquents pour cacher une affaire ou fermer les yeux sur tel ou tel méfaits. Les Âmes Perdus , par le biais de la Pièce , aurait soudoyé Nofthurm pour éviter tout désagrément.



Asthrabal le Bourgeois :


Zoom sur le Gondor Astra10

Ce richissime et influent marchand d’artefacts est l’une des personnalités les plus puissantes de la région. Grâce à son commerce, il s’est construit une certaine célébrité à travers le continent et un pouvoir local certain. Sa splendide demeure rivalise de beauté avec le palais royal tandis que les reliques qu’il abrite dans ses fameuses Caves d’Or sont certainement plus précieuses que le trésor du Roi. C’est un homme ambitieux , intraitable , irascible et perfectionniste. Il dispose d’innombrables contacts et connaissances qui lui confèrent un pouvoir que certains considèrent comme supérieur à celui du monarque local. Il est également à la tête de sa propre garde armée , quelques dizaines  d'hommes ne répondant qu'à ses ordres, une défiance certaine envers un seigneur  bien impuissant.



Ald’ar Omenuir , alias "le Bras de Fer" ou "le Glaive" :


Zoom sur le Gondor Ocf11

Ce guerrier d’origine Lossoth est un ancien membre de l’Ordre de la Couronne de Fer : le tristement célèbre Bras de Fer , responsable de l’incendie des écuries de Fondcombe ou du massacre de Valdol . Après la chute de l’Ordre , il s’est reconverti comme mercenaire . Il parvint à s’enrichir considérablement lors d’une mission pour un seigneur oriental et décide d’investir sa fortune dans la création d’un groupe de mercenaires : les Âmes Perdues. Avec ses lieutenants, il choisit d’établir son quartier général dans la vallée de Lossarnach ,  au sein de la fameuse "Grange".  Reconnaissable à sa prothèse métallique qui remplace son bras gauche perdu lors d’affrontement , Ald’ar est un guerrier émérite et experimenté , c’est aussi  un homme qui peut se montrer tantôt clément et mesuré et tantôt incroyablement violent et bestial.

Epaulé de ses partenaires ; le colosse Lagor Grethat alias « Le Sabre Rouge » , l’elfe Nomuas Arnarion alias «  Le Sabre noir » et le banquier Palvan Jillar alias « La Pièce » ; il s’applique à faire prospérer son organisation à la renommée grandissante.



Palvan Jillar, alias « La Pièce »:



Zoom sur le Gondor Piece11

Cet hommes d’affaire à l’allure sec et nerveuse à réussi le tour de force de s’enrichir de manière considérable durant le Rude Hiver en achetant des terres qui avaient perdus de la valeur à cause du gel  avant de les  revendre à un prix avantageux  avec la fonte des neiges.
Il finance et soutient activement  les activités des Âmes Perdues qu’il voit comme une occasion en or de gagner encore plus grâce à un accord financier passé avec les mercenaires.  Un accord fructueux pour les deux partis qui se font mutuellement confiance.

Organisation militaire:



Lossarnach dispose d'un corps armé affilié à la grande armée du Gondor. Ici  la lourde armure grise des soldats de Minas Tirith  est délaissée au profit d'une armure plus légère où seul le haut du corps est protégé, accompagné d'un uniforme vert bouteille. La plupart des hommes disposent d'une lance , d'un glaive ainsi que d'un petit bouclier circulaire nommé broquel . Cet équipement léger leur permet d'avoir une grande mobilité qui est d'autant plus nécessaire que les soldats de Lossarnach ne montent que très peu à cheval et préfèrent patrouiller à pied.


Zoom sur le Gondor Soldat10


Les forces militaires de Lossarnach sont cependant assez faibles voire insignifiantes lorsqu'on les compare aux garnisons d'Osgiliath ou de Minas Tirith ; de plus les soldats venant  de cette région ne sont pas réputés comme étant les plus entraînés ou les plus aguerris. Le quotidien plutôt tranquille de Lossarnach ne leur a pas permis de s'aguerrir autant que d'autres factions de l'armée de gondorienne et leur tâche principale consiste à arpenter la région en quête d'un hypothétique incident et à poursuivre de potentiels voleurs. La région de Lossarnach dispose de moins de 2000 soldats réguliers , la plupart étant basés à Arnach. Officiellement le Roi de Lossarnach est le chef des armées mais en pratique c'est bien le commandant en chef, un militaire expérimenté généralement dépêché depuis une autre garnison à la demande de Cartogan,  à qui revient cette charge. Les hommes de la troupe sont généralement originaires des couches les moins aisés de la population qui voient l'armée comme une chance de s'élever socialement . Il se dit que la plupart de ces soldats désireraient calquer leur mode de vie sur celui que l'on peut retrouver à Minas Tirith au détriment des valeurs traditionnelles et ancestrales de la région .

Si Jurm a la mainmise sur une armée régulière peu attachée aux traditions locales , le roi Artheyrn dispose quant à lui de sa propre garde personnelle composée d'un peu plus de cent cinquante gardes entraînés et parfaitement équipés. Ces gardes sont issus de la noblesse Lossarnachoise et sont profondément attachés aux us et coutumes de leur terre natale. Ce conservatisme se retrouve nottament au niveau de leur appareillage et de leur armement. A la manière de leurs ancêtres , les gardes royaux se battent avec de grandes haches et ils portent une armure lourde sur laquelle on retrouve les blasons des principales familles de la noblesse d'Arnach.  Cette faction ne répond qu'aux ordres de la famille royale et ne sont pas soumis à l'autorité du commandant en chef qu'ils n'apprécient guère , ils ne sauraient se résoudre à suivre les ordres d'un vaniteux officier venu de la capitale et qui reste insensible et imperméables aux traditions locales. L'influence de ce corps d'élite se fait surtout ressentir dans la capitale de la région, beaucoup moins dans le reste du territoire.


Zoom sur le Gondor 652599KenKellyCavalier
Garde d'Artheyrn

Asthrabal dispose également de sa propre milice armée en ville qui est chargée de surveiller sa demeure et les précieuses reliques qu'elle renferme. Visiblement le Bourgeois n'a pas assez confiance en la garde régulière pour leur confier la protection de son trésor. Les hommes du marchand proviennent de tout les horizons mais ont tous en commun une solide expérience du combat et une carrure plutôt imposante. Si le nombre de ces hommes est assez restreint  , leur réputation suffit à dissuader les potentiels voleurs ou les autorités locales de leur chercher des soucis. Ces gardes ont déjà fait preuve de leur efficacité et jamais un brigand n'a pu entrer dans les Caves d'Or , du moins jusqu'à aujourd'hui car des rumeurs disent que des audacieux auraient dérobés de  précieux artefacts.


Il ne faut pas oublier la présence des Âmes Perdues qui représentent une force militaire non négligeable. Ce groupe issu  des cendres de l'Ordre de la Couronne de Fer regroupe des mercenaires venus de toutes les contrées existantes. Cette organisation ne se définit pas par un objectif idéologique particulier. Beaucoup de ses membres faisaient partie de l'OCF mais cela ne fait pas des Âmes Perdues un groupes liée à cet ancien Ordre ; les deux factions étant sensiblement différentes tant sur la forme que sur le fond. Les Âmes aspirent à s'enrichir et à faire fructifier leurs affaires en réalisant des contrats pour tout individu assez fortuné pour se payer leurs services. Chaque membre du groupe se doit cependant de respecter un code de règles élémentaires établi par les fondateurs de l'organisation.


Zoom sur le Gondor Bouton10

"Vends moi ton âme , je te donnerai de l'or"



Grâce à la contribution du banquier Pavlan Jillar , les Âmes Perdues ont pu établir leur quartier général dans un établissement situé dans la campagne de Lossarnach à quelques lieux d'Arnach: La Grange. Les Âmes ont également profité du climat d'instabilité à Pelargir pour s'y installer et aider dans la lutte contre le blocus pirate. Malgré l'illégalité certaine de leurs agissements , la présences des Âmes Perdues est pour l'instant tolérée sur les terres gondoriennes; d'abord parce que ce groupe n'a jamais commis d'actes justifiant une intervention de la part des autorités , ensuite car les Âmes s'appuient sur de précieux contacts qui soutiennent le groupe auprès des hautes instances et puis enfin parceque ces mercenaires sans foi et aguerris pourraient se révéler utiles à la Couronne le moment venu.

Les Âmes Perdues regroupent également une centaine d'agents disséminés à travers les Terres du Milieu, en particulier à Pelargir. Ceux-ci sont libres de mouvement et peuvent vaquer à l'eurs occupations , guerrières ou non , mais ils sont tenus de répondre à l'appel du quartier général si ce dernier estime avoir besoin de leur aide. Ces agents représentent aussi les yeux , les oreilles et de temps à autres les mains de l'organisation à travers le continent.


#Lossarnach


Zoom sur le Gondor Learam12
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Zoom sur le Gondor Empty
Zoom sur le Gondor Empty
Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Minas Tirith ! :: - Communauté - :: Contexte :: Zooms-
Sauter vers: