Lithildren, la Cavalière libre

Aller en bas 
Lithildren Valbeön
Cavalière libre
Cavalière libre
avatar

Nombre de messages : 200
Age : 19
Localisation : Dans l'ombre

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe Noldo
- -: 400 ans
- -:

Mar 3 Juin 2014 - 18:39
Nom/Prénom : Lithildren. Son nom complet est Lithildren Valbeön.
Âge : 400 ans
Sexe : Femme
Race : Elfe d'Imladris
Particularité : Ses cheveux/yeux d'une blancheur glaciale ainsi que son étrange perte de mémoire.

Alignement : Neutre, basculant d'un côté et de l'autre par nécessité... ou fréquentation.
Rôle : Cavalière rôdeuse voyageuse. Ancienne sentinelle de la Lorien.


Équipement : Je porte des vêtements de cavalière (pantalon, débardeur, bottes, protections aux avant-bras en cuir brun souple), une ceinture à laquelle sont suspendues deux dagues mi-longues offertes par Geraïnh [voir Histoire], une cape attachée par une broche elfique entre les deux clavicules munie d'un capuchon cachant le haut de mon visage.

Description physique : J'ai les cheveux et les yeux blancs, longs et lisses sauf aux pointes qui sont ondulées. L'iris de mes yeux sont blancs, ma peau est claire. Je suis de taille moyenne, fine, pas très musclée de vue mais avec une force et une agilité dignes d'une elfe. J'ai les doigts fins, les traits de mon visage le sont aussi. Mon regard est dur, déterminé, ferme, parfois froid.

Description mentale : Qui suis-je ? C'est la question que je me pose chaque matin en ouvrant les yeux sur le monde. Qui étais-je ? C'est la question qui me donne mal à la tête. J'ignore qui je suis, qui je fûs, qui je serais. Tout est confus, incertain, flou... comme un souvenir, une impression de déjà-vu, un air de ressemblance... mais tout est si... indécis. C'est le terme. C'est indécis. Je recherche mon passé, mon futur, parfois mon présent. Je songe à chaque mouvement que je fais, à la raison de mes pensées. Pourquoi ressens-je cette aversion envers les autres peuples ? Pourquoi me sens-je perdue dans le brouillard de l'ignorance, nageant dans un océan de trouble ?
Je me sais, me sens courageuse et déterminée - mais vers quoi ? Je ne me sens pas prête à changer de direction, ni de mode de pensée - pourquoi ? Je me sais rapide et légère, agile et habile, forte et sensible. Je fais semblant de ne rien ressentir mais... ce n'est qu'un mensonge vague, car il est réel parfois, et irréel d'autre fois... Je réagis parfois au quart de tour à la menace, prête à tuer si nécessaire. Mais. Je n'aime pas me battre, ni la violence gratuite.
Pourquoi suis-je si silencieuse sur moi-même ? Eh bien... parce que je ne souviens de rien. 300 ans envolés. J'ai certainement l'air égoïste et sans coeur, mais je ne sais rien, tout simplement. Faire des choix m'est parfois pénible, mais je sais écouter mon coeur et mon esprit.
Mon seul ami... il s'appelle Aldranys. C'est mon destrier, en vérité. Je sais qu'il fût un cadeau, mais de qui ?

Histoire : Je naquis héritière d'une famille noble à Imladris 400 ans plus tôt. Mes parents étaient d'habiles guerriers, bien que ma mère préférait l'art de la chasse à celui de la guerre. Ma mère, Uldaÿs, était née dans la Forêt Noire ; mon père, Veroën, était natif d'ici-même. Ma naissance fut leur bénédiction, me disait Uldaÿs. J'ignorais encore pourquoi, et je l'ignore toujours.
Quoi qu'il en soit, je naquis seule et le demeura. Mon enfance fut heureuse et légère. Oh, un détail. A ma naissance, mes yeux n'étaient point blancs. Ils étaient d'un bleu glacé, scintillant, brillant. Comme un ciel hivernal sous la pâle lueur du soleil... J'apprenais vite les techniques des arts de la chasse et de la guerre, bien qu'aucun des deux ne m'intéresse. Je favorisais l'art équestre.

Le jour de sa 100ième année, Lithildren rencontra aux écuries un jeune Elfe, Geraïnh. Il était grand et brun, d'une beauté telle qu'elle n'en avait jamais vu chez un jeune gens. Il n'avait qu'une cinquantaine d'années de plus qu'elle, mais semblait si sage déjà. Il possédait une voix semblable à la caresse du vent, aussi douce que ses gestes.
Il avait été choisi par Uldaÿs et Veroën pour apprendre à combattre ou chasser à cheval. Les premiers jours furent axés sur l'art équestre qu'ils maîtrisaient tout deux. Geraïnh montra à Lithildren des lieux d'une beauté divine, que ce soit dans la blancheur hivernale, dans les tons pastels printaniers, dans la fraîcheur de l'automne, ou la chaleur de l'été ; qu'elle que soit l'heure du jour ou de la nuit. Leur amitié se forgea dans le silence, dans le sourire, dans la contemplation des paysages. La vie semblait facile, simple, belle. A jamais.
Lithildren et Geraïnh tombèrent amoureux, au fil du temps. Des images semblables aux peintures muraux s'étaient gravées dans leur mémoire : Lithildren sous une pluie de pétales rosées ; Geraïnh sous un rayon de soleil moucheté des feuilles d'arbres... Des tableaux féeriques qui alimentèrent leur amour réciproque. Une nuit, ils se retrouvèrent près d'une rivière, sous un arbre. La nuit était claire, la lune était pleine, les étoiles brillaient dans le ciel nu. Geraïnh avait pris les mains de Lithildren, avec un sourire gêné.
- Votre peau est si douce... Aussi douce que le son de votre voix, que l'éclat de vos yeux... Aussi douce que le murmure du vent dans les feuilles, que le chant des flots de la rivières, que la vie elle-même...
Lithildren avait frémit à ses mots. Elle effleura des doigts les lèvres de son cher et tendre Geraïnh, et ils joignirent dans un tendre baiser leurs lèvres. L'instant dura une éternité à leurs esprits.

Lithildren quitta en sourire le cocon familial pour vivre avec son amant. Lithildren pensait sa vie parfaite. Mais elle rêvait de voir ailleurs, de voir d'autres paysages fabuleux, de voir tout simplement. Imladris ne l'ennuyait pas, mais elle sentait son coeur battre ailleurs. Uldaÿs l'avait faite rêver, étant enfant. Désormais, Lithildren désirait voir ce monde...
Lorsqu'elle en parla à Geraïnh, il émit juste un sourire triste.
- Je savais que votre coeur ne saurait rester auprès de moi pour l'éternité. Votre amour et votre présence m'ont comblé plus qu'aucune autre ne l'aurait fait. Il n'est rien que je puisse regretter.
- Je reviendrais, mon amour. Je viendrais vous trouver. Mon voyage ne sera pas long, je vous le promets.
- Je ne peux qu'attendre votre retour, avec la plus grande impatience du monde.

Quelques jours plus tard, l'heure du départ sonna. Geraïnh attendait près de la "porte", tenant un cheval blanc par les rênes.
- N'espérez pas partir en ma compagnie, mon amour.
- Ne voudriez-vous pas de moi ? Il eut un rire court mais franc. Non, mes plans sont tout autres. Voici Aldranys. Il fût mon fidèle destrier pendant quelques années. Il est à vous.
- Je ne puis accepter tel cadeau.
- Cela vous obligera donc à revenir me le rapporter, dans ce cas.
Ils échangèrent un sourire, puis un baiser. Elle monta en selle et prit la route.

Lithildren se sentait presque obsédée par la route à suivre... Et finalement, elle ne se rendit jamais en Forêt Noire. Au lieu de cela, Lithildren laissa son instinct la guider vers la Lorien, pays de toutes les beautés. La route fut longue, et elle manqua de provisions. Elle suivait le fleuve vers le sud, épuisée par la route et le soleil... Le voyage lui sembla interminable, sans voir une âme.
Finalement, elle parvint en Lorien. Elle y fut accueillie, nourrie et se reposa. Par la suite, Lithildren se mit en charge de parcourir le pays avec Aldranys. Elle se mit en quête d'en découvrir tout les recoins, connaître chaque arbre, chaque sentier, chaque endroit.

Sa tâche prit plusieurs années, mais elle y parvint à 170 ans. Lithildren avait oublié sa promesse envers Geraïnh, sans l'oublier. Mais elle ne situait plus vraiment qui il était. Lithildren tentait de se remémorer des choses, mais elle n'y parvenait pas. Des bribes de souvenirs remontaient, mais tout était si... flou. Le visage de Geraïnh n'était plus que flou, et même son nom se modifie. Erayn, Raÿn... Elle ne se souvenait plus de qui c'était. Puis elle l'oublia complètement. Elle prit ensuite une décision. Admiratrice des soldats de la Lorien, elle voulut les imiter. Elle prêta allégeance à la Lorien et ses souverains, et devint une sentinelle. Son devoir commençait alors. Lithildren veilla sur la Lorien jusqu'en l'an 280 du 4A.

Cette année-là, Lithildren se rendit enfin en Forêt Noire. Elle avait oublié sa promesse envers la Lorien. Pourquoi était-elle là-bas ? Il lui semblait y avoir toujours vécut. Mais cela n'était pas possible, elle se souvenait d'Imladris. Mais à partir d'un moment précis, elle ne se souvient pas. Lequel ? Mystère. Bien des choses devenaient floues, vagues, imprécises dans sa mémoire.
En Forêt Noire, elle se contenta de voyager. Sa mémoire faisait faillite. Les gens rencontrés en Lorien devenaient vagues... Pas de noms, pas de visages, pas de voix... Rien que des formes brouillées.

Le temps passa, Lithildren s'inquiétait de sa mémoire défaillante. Quelque chose n'allait pas, mais quoi ? En l'an 291 du 4A, les esclavagistes débarquèrent. Lithildren fut sur leur chemin, et malgré une lutte acharnée, le nombre eut raison d'elle. Elle fut capturée - après avoir été assommée, bien entendu - et emmenée en Rhûn. Elle s'y réveilla après un nombre inconnu de jours de voyage.
- Une Elfe ? Bon sang, Azraÿn, à quoi pensais-tu ? Tu vas rameuter tout ces satanés oreilles pointues ici !
- Aucun risque, boss. Ils n'ont même pas tenté de la reprendre. Et je crois qu'elle-même ne sait pas que...
- Où suis-je...? Qui êtes-vous ?
Ma voix était brisée, endormie. Je ne me souvenais de rien. Juste du bruit, d'un éclat, de quelques cris, puis le trou noir.
- Une amnésique ?
- Pire. Elle ne sait même pas son nom. Elle s'est réveillée en disant qu'elle avait perdu quelque chose. Elle délirait complètement sur des formes vagues qu'elle pouvait même pas décrire !
Le "boss" se pencha sur Lithildren qui lui décocha un parfait direct du gauche dans le nez. Ce dernier se brisa net, causant un cri du Rhûnien. Le geste fut si rapide que personne ne le vit arriver. Lithildren fut de nouveau neutralisée, et se réveilla plus tard.

Elle était dans une salle magnifiquement décorée. Tout était flou, car elle refaisait surface. Elle était habillée d'une tenue très légère, en danseuse orientale, enfermée dans une cage, chaînes aux mains. Un homme, au nez cassé, s'approcha.
- Quelle délicieuse diablesse ! Une délicate furie, une divine forcenée !
Lithildren le foudroya du regard et tenta de lui redonner un coup.
- Votre douleur semblera bien douce à la mort, lorsque je sortirais de cette immonde prison.
Lithildren sentait la haine et l'aversion monter en elle. Elle se retrouva affamée pendant plusieurs jours, visitée par des hommes la narguant derrière ses barreaux.

Après 3 jours sans nourriture et sans eau, elle fut lâchée avec d'autres prisonniers. Lithildren, emplie de haine, s'attaqua si furieusement aux gardes qu'elle en tua deux, en blessa 8 dont 3 graves qui moururent bien plus tard. Lithildren se retrouva attachée, et Galoen, son geôlier, lui donna une nourriture empoisonnée. Cette nourriture la fit tomber dans un lourd sommeil, et elle oublia le lendemain, les derniers jours furent oubliés. Cela recommença, encore et encore, tel un refrain rythmique, pendant plusieurs années. Lithildren oubliait toujours plus, oubliait encore et encore. Elle devenait inactive, droguée chaque jour par un poison qui la faisait oublier. 300 années de sa vie partirent aux oubliettes, avec sa "maladie" et ces drogues infernales. Lithildren était inapte à faire quoi que ce soit. Ils cessèrent de la droguer lorsqu'elle fut aux portes de la mort. Elle s'en remit très lentement, souffrant atrocement des jours durant. Ses yeux devinrent blancs à cause de la drogue.

L'an 299 du 4A arrivait. Elle fut relâchée après son rétablissement total. On lui donna des provisions et un cheval, qu'elle nomma Aldranys sans savoir pourquoi. Son passé avait été oublié dans son intégralité. Au début, rien ne lui revenait. Sa tête était atrocement douloureuse, son corps était endolori, et elle avait des réflexes qu'elle ne se connaissait pas.


A force de voyager, des rêves me revenaient. D'abord noirs, puis colorés, puis avec des formes mouvantes, puis des voix... J'ignore de qui il s'agit, et ma tête me fait mal quand j'y réfléchis. Je ne me souviens pas des 300 dernières années, mais je sais d'où je viens et où je suis. C'est tout.
Mes derniers souvenirs remontent à mon départ de Rhûn. Je sais que je suis allée en Rohan, que j'ai rencontré des gens dont les visages deviennent flous. Je me souviens de Miston, ce cher enfant... Son visage est clair dans ma mémoire, tout comme sa voix, son sourire, son rire. Il est le seul dont je me souvienne parfaitement.

Edoras, ville du bruit. Première escale pour mon périple jusqu'à Imladris. J'y rencontrai un Hobbit dénommé Eugénion. Il me proposa de m'accompagner jusqu'à la ville où je naquis, proposition que je mis un moment avant d'accepter. Le voyage jusqu'à Bree, seconde escale pour faire le plein de vivres et d'eau, dura un temps fou. Néanmoins, j'apprit bien de fortes étranges choses sur ce petit être, parlant d'absurdité du monde, philosophant le jour durant... Une nuit, je vis deux cavaliers dont un qui manqua de me tuer dans la précipitation. Peu importe.

Bree, enfin ! Ville pire qu'Edoras. L'on se reposa, avec Eugénion, à l'auberge du Poney Fringant. Mon premier souvenir me revint, le souvenir de mon amant. Bien que son visage me fût inconnu, je me souvenais de lui. Je dois en parler à mon compagnon de route, qui était devenu mon ami, entre temps. La journée passa, nous fîmes les provisions. Le soir venu, nous fûmes attaqués par des brigands. Ils tentèrent de faire du mal à Eugénion, mais mon habileté au combat les faisait reculer, jusqu'à ce que je m'évanouisse à cause d'un autre, plus discret. Un homme sauva le Hobbit, et autre nous évita une nuit en prison. Nunne. Cet ancien de l'OCF nous donna de bien précieuses informations. Mais je crains pour sa vie, et celle de sa femme. Il m'offrît une lame elfique, et j'offris à sa femme un précieux et cher bijou elfique que je gardais. Après cela, nous reprîmes la route avec Erennel, le forgeron ayant sauvé Eugénion.

Poursuivis. Des hommes, les mêmes qui nous ont attaqué, nous chassent. Ils galopent derrière nous, à vive allure. Nous avons dû couper à travers champs et bois afin de les semer durant un temps. Mais bientôt, ils nous rattrapèrent. Près d'une rivière, ils n'étaient qu'à quelques mètres. Nous traversâmes avec quelques difficultés, mais pas eux. Nous les avons semé, le prochain pont est trop loin. Je reçus une fléchette, mais j'ignorais encore qu'elle était empoisonnée. La nuit fut épouvantable, et je tombais dans l'inconscience, enchaînant ensuite visions macabres, souvenirs avalés...

~~~~~

Comment trouves-tu le forum ? : Un peu compliqué au début, mais vraiment bien !
Comment as-tu connu le forum ? : Je cherchais un lexique elfique, et je suis tombée sur ce forum. C'est donc un pur mais heureux hasard. Le destin m'a-t-il conduit ici ? Nul ne le sait.


Dernière édition par Lithildren le Jeu 3 Déc 2015 - 18:22, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Calion Palantir
Elnaith de la Maison du Roi - Premier Nez
Elnaith de la Maison du Roi - Premier Nez
avatar

Nombre de messages : 506
Age : 22
Localisation : Imladris
Rôle : Régent d'Imladris/Elnaith de la Maison du Roi

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe Noldo
- -: 7500 à peu près
- -:

Mar 3 Juin 2014 - 19:23
Hello Lithildren et bienvenue sur le forum Smile

Je vois que tu as hâte de commencer à jouer (cf demande de rang), cependant avant de commencer à jouer, il faut que la fiche de personnage concorde.

Hélas, ici, nous demandons 25 lignes au minimum pour avoir sa fiche de valider. Tu dois peut-être penser que c'est énorme, mais en étoffant la description mentale, physique ainsi que l'histoire (qui reste courte par rapport à l'âge de ton personnage) de Lithildren. Smile

Tu peux raconter un autre évènement marquant de son histoire, sous la forme d'un rp par exemple. Une rencontre, une faiblesse découverte, un voyage, etc. Wink

D'ailleurs il y a une petite chose que je n'ai pas compris ... Le cheval t'a donné son nom ? On est bien d'accord, un cheval ne parle pas  Razz 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lithildren Valbeön
Cavalière libre
Cavalière libre
avatar

Nombre de messages : 200
Age : 19
Localisation : Dans l'ombre

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe Noldo
- -: 400 ans
- -:

Mar 3 Juin 2014 - 20:46
Merci de votre réponse, Ô Calion !

Je vais reposter juste la description mentale, la description physique et l'histoire. Cela convient-il ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Calion Palantir
Elnaith de la Maison du Roi - Premier Nez
Elnaith de la Maison du Roi - Premier Nez
avatar

Nombre de messages : 506
Age : 22
Localisation : Imladris
Rôle : Régent d'Imladris/Elnaith de la Maison du Roi

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe Noldo
- -: 7500 à peu près
- -:

Mar 3 Juin 2014 - 20:59
Je te propose d'éditer ton premier post, celui où tu présentes ton personnage.

Nous verrons ta validation par la suite. N'hésite pas à m'envoyer un message privé si tu as des questions.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lithildren Valbeön
Cavalière libre
Cavalière libre
avatar

Nombre de messages : 200
Age : 19
Localisation : Dans l'ombre

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe Noldo
- -: 400 ans
- -:

Mar 3 Juin 2014 - 21:38
Je n'y avais point penser auparavent, excusez-moi. Merci encore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Taorin
Capitaine des Chiens du Désert
Capitaine des Chiens du Désert
avatar

Nombre de messages : 467
Age : 23
Localisation : Minas Tirith

~ GRIMOIRE ~
- -: Humain (Haradrim)
- -: 36 ans
- -:

Ven 6 Juin 2014 - 17:39
Plop !

Alors, la fiche me semble au poil, je n'ai rien à y redire (au contraire même), mis-à-part un petit détail malheureusement : ton cheval aurait 200 ans environ dans ton histoire, ce qui, malheureusement, est un peu trop pour cette pauvre bête ^^ Il faudrait réussir à contourner ce petit souci : peut-être as-tu eu plusieurs chevaux successivement, tous nommés de la même manière en l'honneur de ce premier destrier ? Ou peut-être n'as-tu pas passé 200 ans en Lorien, mais plutôt une ou deux décennies ?

Enfin bref, à part ce petit détail qui reste à régler, tout est bon Smile

Une fois que tu auras changé ça, je validerais ta fiche, et tu pourras demander un métier et commencer à jouer.

Si jamais tu as des questions, n'hésite surtout pas !

Tao'

EDIT : Fiche validée suite aux changements apportés !


500£+850£ pour le maître d'armes
Capitaine des Chiens du Désert et Seigneur (Pirate) d'Umbar.
"Memento mori"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lithildren Valbeön
Cavalière libre
Cavalière libre
avatar

Nombre de messages : 200
Age : 19
Localisation : Dans l'ombre

~ GRIMOIRE ~
- -: Elfe Noldo
- -: 400 ans
- -:

Jeu 3 Déc 2015 - 18:23
Mise à jour du 3/12.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Revenir en haut Aller en bas
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]
» ? Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue à Minas Tirith ! :: - Communauté - :: Registres :: Créer Vos Personnages-
Sauter vers: